MW / Accueil / Articles / KLONE (10 AVRIL 2015)

KLONE (10 AVRIL 2015)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL PROGRESSIF
Le lendemain de la release-party de "Here Comes the Sun", Music Waves a une nouvelle fois rencontré Guillaume Bernard afin de constater ce qu'il y avait de neuf sous le soleil de Klone...
STRUCK - 01.07.2015
L’exercice d’une interview est plus ou moins aisé en fonction du groupe et des caps que celui passe au gré des albums et pour le coup, chaque album est un cap avec Klone d’où la difficulté pour décliner une interview fluide…. Première interview en 2008, deuxième en 2011 et nous voici en 2015 pour évoquer "Here Comes the Sun" et si la musique de Klone change, les superlatifs restent les mêmes : c’est toujours aussi magnifique : quel est votre secret ?

Guillaume Bernard : Merci pour le compliment ! On n’a pas vraiment de secret (Rires) à part le fait qu'on bosse beaucoup et qu'on essaye de faire la musique le plus sincèrement possible et qu'on se consacre pleinement à cette passion !





Ce nouvel album est la suite de ton projet éponyme avec Yann "Here Comes the Sun" sur lequel vous avez travaillé lors du break de 2011 post-"The Dreamer’s Hideway" sorti en 2012. Cet album sort 3 ans après le précédent, la plus grande coupure et vous enchaînez avec un album suite d’un projet solo : à trop être ambitieux et chercher à se renouveler avez-vous eu des problèmes d’inspiration ?

Oh non, on n’a pas vraiment de soucis d'inspiration et je pense que ça doit se sentir sur cet album ! A chaque fois c'est un nouveau challenge de repartir de zéro et on adore ça ! Cette fois-ci on a eu une grosse coupure car on a beaucoup tourné pour l'album précédent, et on aime bien prendre le temps pour bien faire les choses.


Nous avons cherché à ouvrir notre musique et essayé d'aller à l'essentiel.


On y revient à chaque fois, tu es un grand fan des Beatles comme le titre de cet album le prouve, mais ceux qui s’attendent à enfin entendre du Beatles dans Klone en seront pour leur frais. Après avoir été comparé à Gojira, Tool voire Opeth voici que cet album tend à nous plonger dans un rock-pop sombre et progressif (par exemple "Damnation" d’Opeth, avec un côté éthéré proche d’un Devin Townsend sur ‘Immersion’) et même un peu de The Police dans la manière de caler arpèges et voix (‘Gone Up In Flames’ par exemple) ?

En effet les artistes que tu cites font partie de nos influences, et ce que j'aime aussi chez eux c'est leur côté "prise de risque" et "remise en question" sans se soucier de ce que les gens attendent . Après, le nouvel album reste très proche des univers qu'on a développés au fur à mesure des années .
Nous avons cherché à ouvrir notre musique et essayé d'aller à l'essentiel.


Est-ce que le processus de création de l’album "Here Comes the Sun" est différent des autres disques ?

De façon générale, j’ai la vision globale et je bosse un peu tout tout seul. On a toujours travaillé ainsi, à savoir que je propose la base de chaque morceau qu’on affine en répétition et ensuite, on peaufine les détails d’arrangement en studio.
Mais chaque membre a un apport fort à commencer par Yann mais également Jean qui a pas mal travaillé de son côté, notamment avec un autre bassiste qui a une autre vision, une autre approche, et ça se sent dans son jeu de basse qui est un peu plus funky mais aussi Florent qui s’investit beaucoup dans la recherche. Enfin, Matthieu a un regard sur les compos parce qu’il est en retrait du groupe mais une fois qu’il arrive, il a sa vision et il apporte des choses auxquelles nous n’aurions pas pensé, notamment des harmonies ou des éléments plus éthérés... si bien que la couleur d’un morceau peut changer avec ses idées.


Pour parler des thématiques liées à "Here Comes the Sun" une première lecture par le titre de l’album notamment laisserait penser que c’est l’idée du soleil qui structure le disque. Passer de l’œil-vision, qui était le concept sous-jacent des anciens albums, à la lumière-soleil est finalement assez cohérent et naturel. Mais ne peut-on pas dire que c’est aussi une synthèse des éléments (eau, terre, feu-lumière-soleil, air) au sens large, qui donne son sens à l’album ? Les titres des chansons le montre (eau : 'Immersion', 'The Drifter' ; terre : "gleaming" ; air : 'Nebulous', 'Fog' ; le feu : 'Gone up the flames") et la pochette le confirme clairement puisqu’elle illustre sur une même image tous les éléments. A moins que ce soit tout simplement un hommage au retour de Koh Lanta à la télé ?

(Rires) Je n’ai jamais regardé Koh Lanta, donc non !
En revanche, on a eu le titre de l’album très rapidement. Il évoque une idée imposante comme un groupe que j’aimais bien à l’époque : We Are Jupiter !.
Puis, on a trouvé cette pochette en fouinant chez des graphistes et on est tombée sur celle-ci qui nous parlait bien, aussi bien à Yann qu’à moi. Avant même d’avoir les paroles, je me voyais bien me plonger dans l’écoute de cet album en regardant cette image. On se disait qu’il y avait vraiment quelque chose à faire avec ce visuel. Visuel qui a énormément inspiré Yann pour les paroles.
Du coup, on a commencé à tisser autour de tout cela : j’avais notamment cette idée du soleil et les différentes émotions qu’il pouvait créer à savoir : la gaîté, la chaleur…


C’est la première fois que nous arrivons à faire un disque aussi fort émotionnellement !


Tu évoques la chaleur, la gaîté or tu admettras que cet album transpire avant tout la mélancolie, la tristesse…
En effet, la musique peut-être mélancolique, voire lourde et glauque comme sur 'Immersion', mais il y a un côté lumineux. Nous avons perçu les titres comme autant de tableaux : chaque morceau est un tableau différent, une phase différente de la journée : la musique dégage des paysages comme « Drifter » qui donne l’impression de paysages assez vastes… Chaque titre est malgré tout assez évasif tout en étant parfois introspectif : il en ressort un résultat assez fort émotionnellement dans les mots et les lignes vocales. C’est la première fois que nous arrivons à faire un disque aussi fort émotionnellement ! Certes, certains titres le sont plus particulièrement pour moi parce qu’ils m’évoquent des moments personnels.


Au fur et à mesure des années, des albums, votre musique est moins metal comme une mise à nu et fait ressortir le côté authentique de votre musique : c’est une volonté ?

Avec Yann on est synchro sur le sujet mais par exemple, 'Immersion' est né d’une séparation pesante que j’ai pu vivre. La musique que j’ai composée à ce moment était totalement en rapport avec mon état d’esprit lourd de l’époque. J’aime quand les morceaux partent de quelque chose de profond.
L’instrumental 'Nebulous' a été composé par Yann et de la même façon, même si il ne le reconnaît pas et si ce n’est pas à la base du morceau en lui-même, il y a une histoire personnelle derrière et ça se sent dans le morceau.


J’ai l’impression que cet album est important pour Klone dans le sens où il arrive à un tournant de vos vies et où vous vous y êtes plus impliqués émotionnellement.

Je pense que cette impression et la couleur générale de l’album viennent également du fait qu’avec Yann, nous avons scotché sur James Blacke. On a été bluffé par l’émotion qu’il dégageait dans ses lignes de voix et surtout la façon dont il composait ses pièces. En fait, il n’y a rien dans ses compos : il arrive à moduler et te plonger dans différents univers rien qu’avec une ligne de voix du début à la fin en changeant uniquement ses harmonies.
On a trouvé très originale son approche de composition avec un côté minimaliste et épuré.


Il y a un côté instinctif dans notre musique


Comment arrives-tu à donner autant de profondeur et de progression à la musique alors que la quantité d’accord par morceau n’est pas exagérée ?

Je n’en sais rien (Rires), on ne le fait pas exprès ! En revanche, il y a un côté instinctif dans notre musique. Je suis certain qu’il ne faut pas se triturer l’esprit pour faire de bonnes compos. Si tu te penches trop longtemps sur un morceau, c’est qu’il y a un problème. Au contraire, j’aime quand c’est naturel et que ça sort naturellement.


L’agencement des titres a-t-il été compliqué à mettre en place? Car ils s’imbriquent idéalement et la cohésion est parfaite jusqu’à cette ode mystique, presque religieuse de ‘The Last Experience’ ?

Il y a eu quelques hésitations entre 'Fog' et 'Grim Dance'. Mais on a estimé que l’ordre actuel tenait mieux la route ainsi.


En revanche, si je devais émettre un bémol, c’est que l’instrumental 'Gleaming' nous coupe dans l’élan et qu’il est compliqué de replonger dans la suite de ce formidable album…

C’est vrai, on l’a également ressenti de notre côté et c’était le cas dans l’album précédent. Mais il y a des morceaux forts malgré tout après, comme 'Grim Dance' justement.





Justement, d’où la question de l’agencement, 'Grim Dance' est un titre excellent mais sa percussion est moindre en raison de la proximité de l’instrumental 'Gleaming' qui coupe dans l’élan et l’immersion globale de l’album…

L’instrumental est un titre d’Aldrick que nous avons un peu réarrangé Matthieu et moi, mais nous aimions bien ce titre parce qu’il y avait un côté mélancolique qui se dégageait et ça faisait une petite respiration, quelque chose d’un peu plus léger qui permet de faire une petite pause.


La musique de Klone n'a jamais été aussi imagée ou pittoresque qu'avec "Here Comes the Sun". Est-ce que cela va induire une composante visuelle spéciale dans les concerts comme Steven Wilson peut le faire?

Le problème est que nous n’avons pas le même budget que Steven Wilson (Rires). Mais en effet, nous avions pour projet de faire cela pour cet album mais nous n’avons pas eu le temps de le faire. Je t’avouerais qu’il faut certains moyens logistiques et les salles dans lesquelles nous jouons pour l’instant ne nous le permettent pas techniquement.
Trepalium fait cela dans le cadre de son dernier album malheureusement, pour les raisons que j’évoquais, ils ne peuvent pas mettre en place ce qu’ils avaient préparé pour la moitié de leurs dates …
Dans l’urgence, on s’est donc appliqué sur les lumières, le son… et rien que bosser cela, faire en sorte que les nouveaux morceaux se greffent bien avec les anciens, on galère déjà à mettre ça en place : on n’a pas encore trouvé la formule parfaite ; on a joué trois sets différents en trois dates …


Une question sur l’écriture musicale : est-ce que Klone, à l’instar d’un artiste comme Steven Wilson ou d’un groupe comme Dream Theater, est très poreux à la musique qu’il écoute au moment de créer de nouveaux morceaux ?


Forcément ! Mais je t’avouerais que plus ça va, moins j’écoute de musique ! Aujourd’hui, j’écoute la musique des groupes pour lesquels je bosse dans la Klonosphère et Soundcrawler qui est le dernier groupe que nous sortons mais j’écoute plutôt de la musique classique, des morceaux de piano, des trucs jazzy, toujours du prog des années 1970 dont j’aime beaucoup les couleurs … Mais aujourd’hui, je n’ai pas de gros coups de cœur hormis James Blacke dont on a parlé tout à l’heure.


Certains des groupes qui ont suivi une trajectoire comparable à celle Klone (Opeth, POS, Katatonia, Anathema…), passant du métal à une musique plus calme et atmosphérique ont souvent produit à un moment un travail acoustique de reprise d'une partie de leur répertoire. Est-ce Klone pourrait être amené à réaliser ce type de projet?

On avait pour projet de le faire, on l’a d’ailleurs fait pour trois titres à commencer par 'Summertime'. C’est un exercice qui n’est vraiment pas évident à réaliser mais je pense que nous le ferons un jour : ce serait amusant de faire une sorte de best-of acoustique même si c’est assez difficile d’écouter ce type d’album qui manque clairement de batterie. Nous avions justement ajouté quelques percussions sur les titres acoustiques que nous avons enregistrés pour essayer de nuancer tout cela. Bref, ce n’est pas un exercice évident mais plus ça va, plus on a de la matière pour faire un tel album même si je t’avouerais que les derniers groupes en date, Katatonia, qui ont fait ne m’ont pas emballé : sorti de deux titres, je trouve ça trop classique…


A l’instar de "High Blood Pressure" est-il prévu de rééditer "Duplicate" qu'on ne trouve plus?

Non ! Cet album est tellement vieux et loin de ce que nous sommes aujourd’hui que nous ne nous lancerons pas dans la réédition de cet album.


Quelles sont tes attentes pour la sortie de cet album ?

On en a pas mal à commencer par l’ouverture de groupe et que plus de personnes puissent écouter notre musique : pour la première fois, ma grand-mère dit qu’elle a bien aimé mon disque ! On arrive à faire passer un message et à toucher aussi bien des personnes plus âgées que d’autres comme les membres de Benighted, de Gorod, Otargos… on a quand même une atmosphère pas si éloignée du black metal dans les ambiances et ça les touche !





Vos attentes sont de prouver que Klone est un groupe sans frontière ?

Dépasser les frontières du metal dans lequel nous sommes cantonnés.
Ensuite, nous avons quelques attentes au niveau de la presse et toucher une presse un peu plus large comme Rock’n’Folk, les Inrocks…


Mais il faut payer…

Et nous ne le ferons pas !


Ça nous ferait plaisir la reconnaissance d’un autre milieu


Mais n’est-ce pas un passage obligé pour passer un cap ?

Nous aimerions bien les toucher mais si nous n’y arrivons pas : tant pis… Malgré tout, c’est vrai que ça nous ferait plaisir la reconnaissance d’un autre milieu.
Enfin, nos dernières attentes sont de pouvoir enfin caler nos dates avec des groupes qui collent avec notre musique. Même si bizarrement, notre tournée avec Orphaned Land s’est plutôt bien passée et c’était plutôt un bon défi de pouvoir convaincre ce public avec nos morceaux sur scène.


Et dans cette optique quelle serait la première partie idéale ?


On aurait beaucoup aimé ouvrir pour Steven Wilson, Opeth, Pain of Salvation, Anathema…


Et même si on est à peine dans la sortie de ce magnifique "Here Comes the Sun" dont vous avez fait la release party hier sur Paris, quelle est la prochaine étape ? Bref, à quoi ne faut-il pas s’attendre pour la suite ?


En fait, c’est très vague ! Musicalement, on se tâte pour faire un EP comme on l’avait déjà fait avec de la harpe, et j’ai le contact d’un mec qui habite Angoulême et on aimerait bien l’incorporer comme un orchestre… On aimerait faire un concept avec des mélanges autres…
Mais si on a plein d’idées en tête, on va se calmer quand même si on veut avancer avec cet album pour lequel il faut prendre du temps. Malgré tout, si rien n’est fait, si il n’y a aucune ligne directrice : on devrait tester cela, on a juste des envies d’échanges avec d’autres musiciens dans les arrangements pour amener un peu de fraîcheur dans ce que l’on fait.
On a plus envie de pousser le vice un peu plus loin et d’être un peu plus expérimental comme sur "The Eye of Needle" que de faire des morceaux formatés comme ceux de cet album : on aimerait bien tenter des choses ! Et après, il n’est pas dit qu’on ne revienne pas aux gros riffs… C’est juste l’envie du moment !
Mais l’objectif est de tourner avec ce nouvel album - on a 35 dates de prévu dont 7 en Australie en ouverture de Voyager de fin mai à début juin - on cherche toujours à se développer à l’étranger et c’est la première fois qu’on va travailler la communication aux Etats-Unis avec une attachée de presse, on tâte le terrain… Puis on devrait refaire une vingtaine de dates en France avant la fin de l’année et des tournées sont en train de se mettre en place à l’étranger et clairement, nous visons une petite tournée européenne comme nous avons pu le faire par le passé… On a envie de jouer dans des endroits où nous n’avons jamais joué auparavant comme le Maroc… La musique a ce côté cool qui te permet de voyager dans des endroits dans lesquels tu ne te serais jamais rendu autrement. Il n’y a pas beaucoup de côtés positifs dans la musique à commencer par le côté financier, on profite donc de ce qu’elle peut nous apporter humainement, à commencer par les voyages : c’est le bonus de la musique !





Gageons que ce sublime album vous en offre plein d’autres. Merci !

Merci à toi !


Merci à Nuno777 pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/kloneband/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 4759
  • 4760
EN RELATION AVEC KLONE
DERNIERE ACTUALITE
KLONE: les détails sur "Le Grand Voyage"
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant KLONE
 
DERNIER ARTICLE
Entre la sortie du nouvel album, la signature chez KScope, l'orientation artistique du groupe, les changements de line-up...l'actualité des Poitevins est riche et c'est le chanteur Yann Ligner qui nous a éclairé sur ces sujets.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant KLONE
 
DERNIERE CHRONIQUE
Le Grand Voyage (2019)
Le voyage introspectif initié par "Here Comes The Sun" se poursuit à travers ce nouvel album de Klone.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant KLONE

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019