MW / Home / Articles / DREAM THEATER - LE PALAIS DES CONGRES (PARIS) - 06 MARS 2016
Title:

DREAM THEATER - LE PALAIS DES CONGRES (PARIS) - 06 MARS 2016


Type:
LIVE REPORT
Genre:
METAL PROGRESSIF
Album exceptionnel, tournée exceptionnelle pour laquelle "The Astonishing" sera joué entièrement, dans l'ordre, dans des salles à la hauteur de l'événement, à savoir le Palais des Congrès de Paris pour leur passage dans la capitale pour les deux dates.
15.03.2016 by PHILX

Avec son dernier double album conceptuel, "The Astonishing", sorti en début d'année, Dream Theater a une nouvelle fois divisé ses fans. Encensé par certains (la chronique qui avait même valu ce dossier), dénigré par d'autres, il a au moins l'avantage d'alimenter les débats (souvent stériles il faut dire, mais on ne titille pas un fan déçu, tout comme on n'arrête pas un fan élogieux!) au sein des communautés Metal et Progressif.
Album exceptionnel (en bon ou moins bon), tournée exceptionnelle, pour laquelle la double galette sera jouée entièrement, dans l'ordre, dans des salles à la hauteur de l'événement, à savoir le Palais des Congrès de Paris (pour lequel ils nous avaient demandé notre avis, en marge de notre rencontre du 4 décembre dernier) à l'occasion de leur passage dans la capitale pour les deux dates du 5 et 6 mars.








Nous découvrons une scène immense sur laquelle trônent 7 pans de murs de LED en fond, dont 2 petits à chaque extrémité. Les instruments et amplis sont posés là, en plein milieu, n'occupant finalement qu'une faible surface. Seulement deux amplis derrière l'emplacement de John Petrucci, et un clavier monté sur un axe rotatif pour Jordan, le set se veut vraiment minimaliste si ce n'est la batterie de Mike Mangini, imposante et flamboyante, brillant de mille feux, juchée sur une plateforme surélevée derrière le micro de LaBrie.








Dès lors que la grande salle est plongée dans le noir et que s'allume le mur de LED, nous sommes immédiatement immergés dans l'atmosphère de "The Astonishing" avec ses vaisseaux qui commencent par scanner le public, accompagnés d'effets de lumières des plus réussis, les bourdonnements des machines - les NOMACs - rythmeront la soirée. Le son des séquences est très bon et les animations fluides, malgré les espacements des écrans.

C'est parti pour plus de 2h30 de show, interrompu par un entr'acte, qui débuteront évidemment par d'incessants applaudissements, les fans se sont déplacés nombreux. Nous apercevons un John Petrucci souriant et en forme, alors que les autres membres, secrets, fidèles à eux-mêmes, ne témoignent pas d'émotion particulière.





Le son déployé par les instruments sur scène est à la hauteur du spectacle qui nous est offert. Rien à dire de ce côté-là, le public peut savourer chaque note, nuance et variation qui font la richesse de la musique des progueux américains.
Les lumières sont également de la partie avec des effets réussis qui donnent un rendu sublime. Nous regrettons cependant qu'il n'y ait pas de poursuite sur les musiciens, car même s'ils ne sont pas particulièrement mobiles, il suffit de quelques pas pour qu'ils se retrouvent dans le noir.








Les titres chantés sont sublimés par un James LaBrie juste et concentré. Ce dernier, tel que nous avons l'habitude de le voir, disparait lors des passages instrumentaux, et les musiciens font de même lorsque les NOMACs prennent le contrôle. Les écrans diffusent les scènes principales où les héros de cet univers original apparaissent tour à tour : l'empereur Nafaryus, l'élu de la rébellion Gabriel, ou encore Daryus, Arhys ou la belle Faythe. Limitées au simple but de planter l'univers à travers des scènes, ces images de synthèses ne font pas dans une animation très travaillée, malheureusement.





De même, un effort supplémentaire aurait pu être fait au niveau du décor sur scène qui aurait pu effacer cette impression de ciné-concert. Mais nous sommes venus applaudir Dream Theater et non Avantasia, donc pour ce qui est de la chaleur du groupe, et des échanges avec son public, il ne faut rien espérer. Jordan, par exemple, jouera plus de la moitié du concert tourné vers Mangini (de trois quarts dos au public), et John Myung joue sa partition, sans regard ni geste de sympathie envers le public qui pourtant se lève parfois, brandit drapeaux, poings fermés et cornes, exultant sans retenue, malgré la configuration assise. Heureusement, Petrucci se permet de saluer les fans qui le lui rendent bien.





En bref, le show des Américains a permis une écoute magnifiée de ce dernier album. Le groupe voulait frapper fort pour un album de cette envergure, et cela aurait pu se produire mais force est de constater que ce ne sera qu'une tentative. En effet, nous regretterons que les musiciens n'aient pas été plus nombreux sur scène, ce qui aurait rendu justice à la composition et aux arrangements. De ce fait, nous avons dû nous satisfaire de la diffusion de la symphonie, véritable élément structurant de l'œuvre, en fond sonore, ce qui, avouons-le, est décevant pour un groupe tel que Dream Theater. Nous savons la formation capable de faire plus grand pour un tel événement, et ce n'est pas le choix de la salle qui restreignait la taille du spectacle.

Heureusement que les musiciens sortent une prestation parfaite permettant de se satisfaire au moins de cela. Plein les yeux, plein les oreilles, les fans sortiront comblés de cette expérience, certains critiquant - mais modérément - l'absence d'un orchestre.


Setlist :

Descent of the NOMACS
Dystopian Overture
The Gift of Music
The Answer
A Better Life
Lord Nafaryus
A Savior in the Square
When Your Time Has Come
Act of Faythe
Three Days
The Hovering Sojourn
Brother, Can You Hear Me?
A Life Left Behind
Ravenskill
Chosen
A Tempting Offer
Digital Discord
The X Aspect
A New Beginning
The Road to Revolution
--- Entracte
2285 Entr'acte
Moment of Betrayal
Heaven's Cove
Begin Again
The Path That Divides
The Walking Shadow
My Last Farewell
Losing Faythe
Whispers on the Wind
Hymn of a Thousand Voices
Our New World
---
Astonishing


Un grand MERCI à Warner de nous avoir permis de couvrir un tel événement.

Toutes les photos de Dream Theater en HD sont visibles sur le compte FlickR de PhilX.


More informations on http://www.dreamtheater.net
 eventuser_idarticle_comment_id
 
PHILX - 21/03/2016 15:18:19
Merci IanCher! Je vois qu'on est d'accord sur le côté minimaliste du groupe, qu'on sait pourtant capable d'en donner plus.
2465420
 
IANCHER - 15/03/2016 12:34:05
Musicalement, rien à redire, un concert d'une grande qualité qui fait honneur à l'un des meilleurs albums de Dream Theater. Dommage en revanche que le groupe n'ait pas voulu jouer à fond la carte du concept en proposant un show plus théâtral à la manière d'un Roger Waters ou d'un Alice Cooper. Quitte à faire un concert de Dream Theater classique, je ne comprends pas bien le choix du palais des congrès, j'aurais mieux aimé une salle comme le zénith avec une fosse. Et forcément, petite déception de ne pas avoir eu un vrai rappel (même s'ils avaient prévenu) : une fois de plus, en l'absence de vrai concert-spectacle, cette décision "artistique" n'était pas vraiment justifiée.

Bravo pour les photos !
2567418
Main Image

Item 1 of 0
 
LINKED
DERNIER ARTICLE
For the release of "Wired Of Madness", Jordan Rudess' new album, the keyboard player talked with Music Waves about "Distance Over Time" by Dream Theater

Read the article
Read all articles regarding DREAM THEATER
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Distance Over Time (2019)
"Distance Over Time" returns to an assumed balance between dexterity and emotion. The Americans are back with their best album since Mike Portnoy's departure.

Read the review
Read all reviews regarding DREAM THEATER

F.A.Q. / You found a bug / Terms Of Use
Music Waves (Media) - Rock (Progressive, Alternative...), Hard Rock (AOR, Melodic,...) & Metal (heavy, progressive, melodic, ...) Media
Reviews, News, Interviews, Advices, Promotion, Releases, Concerts
Some of our partners :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019