MW / Accueil / Articles / TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN (04 MAI 2016)

TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN (04 MAI 2016)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HARD ROCK
A la veille d'ouvrir pour AC/DC à Marseille, nous avons rencontré Tyler Bryant & the Shakedown pour une interview découverte...
STRUCK - 04.07.2016
Music Waves a rencontré le nouveau groupe "première partie officielle" des légendes... Aerosmith, Eric Clapton... et dernier en date AC/DC ! Tyler Bryant et Graham Whitford ont répondu à nos questions parfois piquantes avec une franchise qui leur fait honneur...


Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

Tyler Bryant : Puis-je prendre une photo de ta pédale d’effet ?


Et acceptes-tu ?

Tyler : Bien sûr que non (Rires) !





Ce serait comme donner la recette de votre musique…

Tyler : Exactement ! Pourquoi les gens ne profitent pas simplement de notre musique…


Vous n’en avez pas marre de lire que si Tyler & the Shakedown a ouvert pour tant de groupes prestigieux, c’est uniquement lié au fait que Graham est le fils du guitariste d’Aerosmith ?

Tyler : Tu sais, nous n’en sommes qu’en début de journée promotionnelle ici en France et la question est revenue à chaque fois… C’est vrai que ça revient encore trop souvent…


Ç’en est rendu à un point où certaines personnes me demandent si je ne suis pas le fils de Steven Tyler !




D’autant qu’à la lecture du CV du groupe, on se rend bien compte que Tyler Bryant & the Shakedown n’a pas attendu l’arrivée de Graham pour briller et notamment faire des premières prestigieuses…

Tyler : Tu as totalement raison mais d’une perspective extérieure, à la lecture de ce CV plein de gens doivent se dire que toutes ces opportunités d’ouvrir pour ces grands groupes parce que le fils du guitariste d’Aerosmith y joue…
Tu sais quoi ? Ç’en est rendu à un point où certaines personnes me demandent si je ne suis pas le fils de Steven Tyler (Rires) !

Graham Whitford : Mais on ne peut pas nier que certaines opportunités - nous avons notamment ouvert une fois pour Aerosmith justement - sont liées mais de façon plus générale, il faut savoir vivre avec ce genre de commentaires sachant que nous avons fait plein de choses par ailleurs qui n’ont strictement rien à voir avec mon père.

Tyler : J’ajouterais également que quand j’ai su que Graham allait rejoindre le groupe, j’étais nerveux parce qu’il a tourné avec Aerosmith dans des bus et des avions et qu’il devrait le faire avec nous dans un… van dans lequel il ne sera pas possible de se doucher, tous les quotidiens qui seront dégueulasses… Mais il n’avait rien à foutre car ce van était le sien (Sourire) ! Honnêtement, nous n’avons jamais profité de son père pour quoi que ce soit si ce n’est utiliser son studio de répétition une fois… Je veux dire que nous ne tournons pas avec les membres d’Aerosmith à nos côtés, d’ailleurs pour prouver que nous sommes éloignés de ça : personne d’Aerosmith ne nous a téléphoné pour nous féliciter de cette tournée avec AC/DC !

Graham : Il y a d’ailleurs une anecdote qui nous a bien fait rire et prouve que notre carnet d’adresses n’a rien à voir avec Aerosmith : mon père travaille sur un nouveau vieux projet avec Whitford/St. Holme. Mon père m’a appelé un jour pour avoir le numéro d’un musicien pour qu’il joue dans son projet.


Quelque soit sa popularité, aucune personne ne peut te donner une carrière : certes elle peut t’accorder quelques minutes sous les projecteurs mais ce n’est pas suffisant pour faire une carrière et c’est pourquoi nous sommes ici…




Malgré tout, comme vous l’avez dit, vous ne coupez pas à cette question quasiment à chaque interview : n’est-ce pas frustrant de se voir ainsi réduire ?


Tyler : Cela ne m’ennuie pas. Je sais le travail que nous fournissons : nous sommes arrivés hier soir, nous n’avons pas encore dormi et nous allons assurer cette journée promotionnelle, puis nous allons partir pour jouer et jouer encore… Personne ne peut nous retirer cela ! Quelque soit sa popularité, aucune personne ne peut te donner une carrière : certes elle peut t’accorder quelques minutes sous les projecteurs mais ce n’est pas suffisant pour faire une carrière et c’est pourquoi nous sommes ici… Et nous sommes extrêmement contents d’être ici avec toi !


C’est également notre cas… Pourquoi avoir sorti un troisième EP avec "The Wayside" alors que nous attendions un deuxième album ?


Tyler : En fait, nous avons un album : nous avons enregistré quatorze chansons pour "The Wayside" mais uniquement six ont été retenues et sont sorties.


Et pourquoi ce choix ?

Tyler : C’est un choix de la maison de disques.

Graham : C’est la première fois que nous signons sur une major et cette major a prévu un plan pour nous dont la première partie est la sortie d’un EP.


En fait, ils préfèrent que vous sortiez un EP par an plutôt qu’un album tous les trois ans par exemple ?

Tyler : Exactement mais si ça ne tenait qu’à moi, nous aurions sorti cet album parce que nous avons quasiment le matériel pour faire un autre album.

Graham : Mais tu n’as pas idée de la lutte que nous avons mené pour convaincre la maison de disques de sortir un album.

Tyler : En fait, il faut savoir qu’aux Etats-Unis, les EPs sont très populaires et particulièrement vrai pour de jeunes groupes parce que tu peux attirer l’attention à plus grande échelle sur une durée concentrée. Mais ça n’empêche pas que personnellement, je préfère écouter un album…





… qui est la façon traditionnelle d’écouter de la musique et plus spécifiquement votre musique rock teintée de blues… En clair, quand on parle de blues rock des années 1970, on ne pense pas EP mais album…

Tyler : Tu as raison mais ce qu’il s’est passé est que nous avons enregistré six titres parce que nous avons accepté le deal de sortir un EP. Mais après avoir enregistré ces six chansons, nous avons entamé des discussions et nous avons immédiatement commencé à écrire de nouveaux morceaux c’est ainsi que 'Loaded Dice & Buried Money' et 'The Devil’s Keep' furent écrits en deux jours… Au final, nous avons écrit sept nouvelles chansons tout cela compris dans le budget pour faire un EP. Avec tout cela sous le coude, nous avons essayé de convaincre une nouvelle fois le label de sortir un album, en vain…


Nous allons considérer que Spinefarm Records qui est un gros label sait de quoi il parle. Bref, si on peut comprendre cette décision d’un point de vue marketing, en revanche, n’est-ce pas frustrant d’être toujours traité comme un groupe débutant alors qu’il existe depuis 7 ans et qui a déjà sorti 2 EPs et un album sans compter des tournées en première partie de légendes du rock ?

Tyler : Je suis totalement d’accord avec toi ! Je me répète mais si ça n’avait tenu qu’à moi, nous aurions sorti un album et non un EP en revanche, sans Spinefarm, nous ne serions pas assis ici pour en parler. Bref, ceci est notre première expérience avec une major et je dois dire qu’ils ont parfaitement fait leur boulot aux Etats-Unis notamment sur les passages radio…


Cet EP est très varié. Les chansons ont un côté assez brut nous ramenant volontiers vers les grands noms des années 70', avec toutefois une production puissante et plus "moderne" dans l'esprit. Une volonté de mélanger passé et présent?

Tyler : Absolument ! Mais cela est arrivé naturellement. Nous écoutons beaucoup de musique du passé - du blues, des classic rock - mais nous écoutons également énormément de musique moderne : c’est comme si tu versais toutes ces influences dans une grande marmite et c’est ainsi qu’est arrivé "The Wayside".


Mais si tu devais citer un seul groupe de chaque influence quel serait-il ?


Tyler : Oh mec (Rires) ! Je dirais que Humble Pie est une grande influence ainsi que Queen of the Stone Age. Mais j’aurais également pu dire Muddy Waters et Nine Inch Nails. Je veux dire au travers de ces noms que nous ne sommes pas liés à un seul genre musical. Au final, nous accordons peu d’importance à cela : nous apprécions la musique sans arrière-pensée…


Tu as cité Queen of the Stone Age, quel sera votre réaction avant de monter sur scène à la Boule Noire le 16 mai ?


Graham : C’est un vrai crève-cœur ce qu’il s’est passé.

Tyler : J’étais en train d’y penser en venant ici car c’est la première fois que je viens à Paris. Et je me suis souvenu de l’interview accordée par les membres de Queen of the Stone Age qui disaient qu’ils étaient impatients de revenir à Paris : la peur ne vaincra pas au contraire, il faut se concentrer sur la musique qui apporte tant de bonnes vibrations : la musique nous rend plus forts que tout !  


Comment se déroule le process de composition : est-ce un travail d’équipe ou avez-vous travaillé séparément ?

Graham : Nous travaillons à chaque fois différemment mais c’est généralement un effort collectif et ce fut particulièrement le cas sur "The Wayside".

Tyler : Généralement, tout part d’un riff de Graham, j’ai des idées de textes et Noah (NdStruck : Noah Denney, basse) apporte des mélodies mais par exemple, pour 'Criminal Imagination', tout est parti d’un groove de batterie de Caleb (NdStruck : Caleb Crosby, batterie), Noah a suivi un riff de guitares, j’ai tout de suite pensé à un nom de titre, à ce moment-là, nous sommes réunis et avons terminé la chanson ensemble.

 
Mais comment enregistrez-vous ces chansons ?

Tyler : Tous ensemble, dans les conditions du live.


Certaines personnes de notre génération dont je fais partie avec Dave Grohl comme porte-parole sont en recherche d’une musique organique parce que pendant des années, la musique a été sur-produite avec comme conséquence une musique sans personnalité comme sortie d’une usine de fabrication.




Nous avons récemment rencontré le groupe Buffalo Summer qui nous expliquait enregistrer dans les conditions du live, comment expliquer ce retour aux sources ?

Tyler : La technologie te permet de tout faire, elle te permet de sonner meilleur que la meilleure version de toi-même mais la plupart du temps, ce n’est pas la meilleure musique à écouter. Je pense que l’auditeur recherche les aspects organiques de la musique et c’est ce que nous avons essayé de réaliser sur "The Wayside". Certaines personnes de notre génération dont je fais partie avec Dave Grohl comme porte-parole sont en recherche d’une musique organique parce que pendant des années, la musique a été sur-produite avec comme conséquence une musique sans personnalité, comme sortie d’une usine de fabrication.


Plein de nouveaux groupes jouent ce blues rock des années 1970 comme Monster Truck ou Buffalo Summer… Qu’est-ce qui distingue Tyler Bryant & the Shakedown des autres ?

Tyler : C’est difficile de vraiment savoir sachant que nous ne sommes pas finalement très loin de l’intérieur du business musical. Je ne pourrais pas trop parler des autres groupes puisque je ne les ai pas écoutés mais la seule chose que je pourrai dire est que nous mettons le feu sur scène lorsque nous montons sur scène.
 
Graham : Crois-moi, que nous jouions pour des milliers de personnes ou seulement pour le patron du bar, notre amour de la musique est tel que nous prenons toujours du plaisir à jouer ensemble.

Tyler : Notre objectif est de prendre du plaisir ensemble mais nous prenons également du plaisir en nous faisant de nouveaux amis parmi nos fans… Pendant cette tournée, nous allons alterner grands stades et petits clubs respectivement devant 50.000 personnes puis 200 personnes, et notre seul objectif sera de revenir jouer afin de pouvoir serrer la main des fans et les regarder dans les yeux pour leur faire comprendre que les 10 dollars qu’ils ont dépensé pour venir nous voir jouer, nous permettent de continuer à jouer et nous en sommes très reconnaissants. Mais je parle pour nous tout en sachant que tous les groupes ont ce même état d’esprit et afin de prouver cette reconnaissance, nous nous devons de faire le boulot que nous jouions devant 50.000 personnes ou 200 fans…


Tu parlais de 50.000 personnes… Vous allez bientôt ouvrir pour AC/DC à Marseille, comment vous sentez-vous ?

Tyler : Nous avons déjà fait 10 concerts avec AC/DC aux Etats-Unis, mais nous n’avions jamais joué dans de tels stades auparavant… Nous étions un peu nerveux avant d’affronter cette première expérience et quand ça a été passé, nous nous sommes dits que nous pouvions assurer de tels concerts mais rien à faire, la nervosité revient malgré tout avant chaque concert (Sourire). Et quand je dis chaque concert, je dis chaque concert : que ce soit du petit club au stade. Nous nous soucions de bien faire à chaque fois pour que le plus de personnes apprécient ce que nous faisons !


Qu’attendez-vous de cet EP ?

Tyler : Nous espérons pouvoir sortir à un moment donné la deuxième moitié, les sept titres restants, que nous avons enregistrée.
Nous souhaitons avant tout continuer à tourner et ensuite enregistrer un autre album tout en espérant que tout cela nous permettra d’avoir de nouveaux fans à travers le monde.


Jouer en première partie de AC/DC crée définitivement une sorte de buzz autour de nous que nous n’aurions pas pu créer sans cela



Et je présume que tourner avec AC/DC va largement y contribuer…

Tyler : Cette première partie créée définitivement une sorte de buzz autour de nous que nous n’aurions pas pu créer sans cela. C’est cool de pouvoir tourner avec Angus et les membres d’AC/DC et nous regrettons ce qui arrive à Brian Johnson et nous lui souhaitons le meilleur.


Quelle a été votre réaction quand vous avez appris qu’il serait remplacé par Axl Roses sachant que cette nouvelle a déchaîné les foules ?

Tyler : Album après album, Brian Johnson est devenu - avec Bon Scott - la voix d’AC/DC…


… mais un choix moins médiatique mais plus logique aurait été de choisir un chanteur moins connu qu’Axl Roses ?

Tyler : Je pense que peu importe leur choix, les fans auraient réclamé Brian Johnson de toute façon. Quoi qu’il en soit, j’ai beaucoup de respect pour tous ces gens qui font leur meilleur pour que la tournée se passe du mieux possible.


Quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Tyler : Je dirais que le mien a été la fois où j’ai joué avec Jeff Beck ! J’étais extrêmement nerveux…

Graham : Le mien serait la première fois où j’ai joué avec Aerosmith avec mon père.


Le sentiment n’est pas étrange dans le sens où tu joues avec Aerosmith qui est une légende du rock mais ce n’est finalement que le groupe de ton père ?


Graham : C’est quand même quelque chose d’énorme pour moi parce que je suis amoureux de la musique et d’un point de vue personnel également car mon père est un mec super et avoir la possibilité de jouer avec lui est quelque chose de génial.


Est-il fier de ce que tu fais avec Tyler Bryant & The Shakedown ?


Graham : Bien sûr !

Tyler : J’ai tendance à le croire aussi parce qu’à chaque fois que je le vois sur une vidéo ou sur une photo, il porte un t-shirt de notre groupe (Rires) !





Quelle a été sa réaction quand il a su que vous alliez ouvrir pour AC/DC ?

Graham : Il était surexcité ! Je me souviens de l’avoir appelé juste après que nous ayons eu confirmation de cette tournée, il était fou de joie…


Vous avez ouvert pour Aerosmith, Eric Clapton, AC/DC, quel peut être le prochain ?

Tyler : Les Stones (Rires) !


Une réponse sans aucun doute…

Tyler : Quand nous avons signé cette tournée avec AC/DC, j’ai fait une liste des groupes avec lesquels nous avons joué: BB King, Buddy Guy, Jeff Beck… et ensuite, il nous reste à jouer avec : Stones, the Who et Tom Petty and the Heartbreakers…

Graham : Et il y a plein de jeunes groupes dont nous sommes fans avec lesquels il y aurait des choses à faire et des tournées à effectuer.


Vous semblez avoir réalisé tous les vœux dont un jeune groupe comme vous peut rêver, vous ne craignez pas d’être blasés ?


Tyler : Je ne pense pas.

Graham : Effectivement, je pense que notre amour de la musique est plus fort que cela.

Tyler : Et ce n’est pas parce que nous ouvrons pour AC/DC que tout est fait. Crois-moi les fans d’AC/DC ne sont pas nos fans. AC/DC nous a donné l’opportunité de monter sur leur scène et de prouver que nous pouvons plaire à leur fans.


Peut-être deviendrez-vous blasés le jour où AC/DC ouvrira pour vous ?

Tyler : Je pense que si ils montent sur scène en ouvrant avec 'Back in Black' et que nous arrivons ensuite, je ne pense pas que nous aurons le temps d’être blasés parce que soit nous serons déjà à l’aéroport ou à l’hôpital avec des blessures données par le public (Rires) !


On a évoqué le meilleur souvenir, au contraire quel pourrait être le pire ?

Tyler : Quand on nous a volé nos guitares à Washington.


Tant que ce n’est pas la pédale à effet…

Tyler : (Rires) ! On en a eu d’autres comme cette date au Canada qui a été un vrai désastre : nous avons eu des problèmes à la douane et nous ne pouvions pas nous expliquer vu que nous étions dans une province française (Rires) !


La prochaine fois, vous nous passerez un coup de fil !

Tyler : Je n’y manquerai pas (Rires) !


On a commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ou à laquelle vous adoreriez répondre ?

Graham : Ouh mec, c’est vraiment une question piège (Sourire) !





J’ai compris que vous allez revenir l’année prochaine pour la sortie de la deuxième partie de cet EP, vous avez un an pour réfléchir à cette question… Mais avant de se quitter, peut-être quelque chose que vous souhaiteriez dire aux lecteurs de Music Waves que nous n’aurions pas traité durant cette interview ?

Tyler : Avant toute chose, nous souhaitons exprimer toute notre gratitude d’être ici : Paris est une ville que nous étions impatients de visiter. Hier, j’étais encore chez moi à Nashville à boire un café en me demandant quelle phrase j’allais pouvoir dire en français.


Et quelle est cette phrase ?

Tyler : Tu sais j’ai appris comment dire "Mes bottes sont sales" et j’ai déjà oublié (Rires) !


Mes bottes sont sales…


Tyler : Félicitations, c’est exactement ça (Rires) !


Merci


Tyler : Merci beaucoup


Merci à Axel_D pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/pg/tylerbryantandtheshakedown/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 7619
  • 7620
  • 7621
  • 7622
  • 7623
  • 7624
  • 7625
EN RELATION AVEC TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN
DERNIERE ACTUALITE
TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN DIT TOUTE LA VERITE SUR MUSIC WAVES!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN
 
DERNIER ARTICLE
Music Waves est parti à la rencontre de Tyler Bryant à l'occasion de la sortie de "Truth & Lies", album de l'émancipation et non d'un Aerosmith 2.0.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN
 
DERNIERE CHRONIQUE
Truth & Lies (2019)
Tyler n'est plus un ersatz d'Aerosmith, il s'en inspire pour mieux affirmer sa personnalité.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant TYLER BRYANT & THE SHAKEDOWN

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019