MW / Accueil / Articles / Devils Rock For An Angel - 01 Octobre 2016 - Zillebeke (Belgique)

Devils Rock For An Angel - 01 Octobre 2016 - Zillebeke (Belgique)

LIVE REPORT - HEAVY METAL - NOISE - 18.10.2016
Pour sa deuxième édition, le Devils Rock for An Angel a réuni une affiche variée avec du thrash, du folk, du heavy metal et en point d'orgue un grand ancien des années 80.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    

En ce dernier samedi de septembre Music Waves était de retour en Belgique pour la deuxième édition du Devils Rock For An Angel. Sous ce nom on retrouve une belle idée d’Ann Devos et Didier Declercq, ils ont fondé ce festival en hommage à leur fille disparue des suites d’une longue maladie. Avec ce festival ils participent aussi à lutte contre le cancer avec notamment l’aide des groupes qui ont offert une partie des recettes de leurs ventes de merchandising. C’est dans la salle communale de Zillebeke dans la région flamande que les hostilités ont lieu, avec une affiche variée faisant la part belle à la scène locale et avec en point d’orgue la venue d’une gloire du heavy speed du début des années 80.

Dès 14h nous attendons l’arrivée de Phoenix Rebellion. La salle se remplit peu à peu et une audience très honorable sera à signaler malgré l’heure matinale. D’ailleurs il faut noter  le succès de cette journée, la salle affichant comble au cœur de la soirée. Ce premier groupe a vu le jour en 2013 et nous vient de Courtrai. Il œuvre dans un heavy metal mélodique teinté de speed et il vient de sortir une première démo, "Pirates Of Ibiza". Il débarque sur scène avec une sacrée belle énergie. Entre Accept et Judas Priest, le groupe est très convaincant et les titres de sa démo passent le cap de la scène avec brio. De plus il y a une bonne dose de fun, le nom et la pochette de la démo en témoignent. Avec ‘Futuranger’ il nous délivre un solide titre bien rapide au refrain efficace puis avec ‘Mancave’, ‘Rise Of The Manly Man’ ou encore ‘Metalheads Unite’ il se paye un joli succès. Au chant Kevain possède un timbre éraillé idéal pour le genre et pas loin d’un UDO, derrière lui les musiciens assurent de belle manière. En fin de concert le groupe lancera même un canot pneumatique dans le public avec un fan tentant tant bien que mal de tenir dessus. Ce concert aura été une excellente surprise, Phoenix Rebellion a un gros potentiel et son sens de l’humour le fait sortir du lot. Running Wild semble posséder un héritier très valable avec ces jeunes gens talentueux.

C’est un autre groupe local qui enchaîne : Infantile nous vient de Poperinge et depuis 2009 œuvre dans un thrash sauvage dans l’esprit de Destruction et de Sacred Reich. D’entrée de jeu il envoie la sauce avec conviction. Un petit souci technique en début de concert va couper cet élan quelques instants, mais le problème sera vite réparé et le groupe pas du tout désarçonné. Il repart de plus belle et bastonne sans pitié un public très réceptif et qui se fait très présent dans les premiers rangs. Dans une pure tradition thrash il enchaîne les titres sans perdre de temps avec bonne humeur et fun. Le nom de chansons jouées en témoignant largement, un titre comme ‘Drunk Off My Ass’ nous faisant penser à l’esprit déjanté de leurs potes de Turbowarrior Of Steel. Les extraits de leur démo trois titres, ‘Killing What Doesn’t Exist’, ‘Thrashed’ et ‘Pisshead’ sont  tout aussi valables. Au chant Sam fait le taf avec sa voix  aiguë à souhait dans un pur esprit thrash, même si il gagnerait à se faire plus puissant et incisif. Bien sûr le groupe n’invente rien de bien neuf mais son énergie et sa bonne humeur ont vite fait oublier ce détail. Infantile nous a fait passer un bon moment et le public aura apprécié ce concert. La journée continue clairement sur de bonnes dispositions et la suite s’annonce prometteuse.

Cette suite arrive avec At The Front, le groupe nous vient également de la région et a eu une histoire mouvementée. Il a vu le jour en 1993 avant de cesser rapidement ses activités et ne revenir que courant 2014 avec un line-up remanié. Pour bien relancer la machine le groupe a sorti un EP, "Plan B", et écume les scènes belges. Il possède une solide base de fans et le public se masse nombreux devant la scène. Dès l'entame, At The Front nous colle une belle baffe dans la tronche avec son thrash moderne teinté de death. Il possède aussi un côté groovy qui le rapproche d’un Soulfly ou d’un Sepultura. Il va mettre le feu tout le long d’un concert intense. Les extraits de l’EP passent à merveille, le groupe montre une excellente technique et vocalement Geert est très convaincant. Avec ‘Fate’ le groupe propose aussi un nouveau titre bien lourd qui écrase un public ravi d’une telle puissance de feu. Le petit côté groovy amène aussi une envie énorme de jump et les premiers rangs remuent de belle manière. Enfin avec ‘Rise’ le groupe nous propose un titre plus posé amenant une ambiance sombre très intéressante. At The Front aura balancé l’un des meilleurs concerts de la journée et aura mis l’ambiance.

La suite arrive avec N°1408, legroupe qui nous vient des Pays Bas, a vu le jour en 2012 et est présenté comme jouant du Nedermetal. Derrière ce terme obscur il faut comprendre que le groupe joue un metal entre classique et moderne et surtout chanté en néerlandais, choix courageux mais risqué. On retrouve dans la musique des aspects thrash à la Pantera et Machine Head et l’ensemble ne fait pas de quartier. Mais la sauce a du mal à prendre, le public a pas mal déserté la salle, nous sommes en milieu de journée et la prestation d’At The Front a laissé des traces. De fait nombreux sont ceux à profiter de l’espace extérieur pour souffler. Pourtant musicalement le groupe mérite l’attention, il envoie la purée avec conviction. La sauce prend peu à peu mais le public reste assez attentif et calme. Clairement ce mix néo thrash demande une certaine concentration, surtout chanté en néerlandais, et le rythme saccadé et rugueux de certaines chansons surprend. Sur le titre final, ‘Kapot’, un bon refrain facile à retenir et un esprit néo thrash emportent la mise. N°1408 aura donné un concert valable dans des conditions peu favorables, peu semblant connaître bien sa musique. Cela étant la découverte était intéressante à faire et il faudrait revoir le groupe dans son élément pour le juger plus correctement.

Après ce concert, le festival revient vers le speed metal mélodique avec Megasonic. Le groupe a débuté en 2012 et proposé un premier album, "Intense", en 2014. A sa tête on retrouve le chanteur Dimitri Verhoeven bien connu en Belgique pour ses divers travaux au théâtre et à la télévision. En ¾ d’heure le groupe va nous délivrer une prestation fraiche et efficace, allant droit au but d’entrée avec un ‘Bombs Away’ mélodique et rapide. Dans l’esprit, Megasonic nous fait penser à la pêche d’un Absolva mêlée à la puissance d’un Drakkar. Il va aussi puiser ses influences chez Gamma Ray et Helloween, et le rendu scénique est excellent. Avec ‘Future Schock’ il signe même un hit en puissance particulièrement apprécié d’un public revenu nombreux, grâce à sa superbe mélodie et son refrain accrocheur. Par la suite le groupe va montrer une belle capacité à varier son propos tout en restant heavy. ‘Witches Brew’ propose une veine plus 70’s très intéressante en se faisant accrocheur, tandis que ‘Hammered’ se fait plus blues et groovy. On aura aussi apprécié la puissance d’un ‘Demon’s Lust’ et les chœurs de l’excellent ‘Raging Heart’. Enfin avec ‘Eye Of The Storm’ Megasonic achève de nous convaincre avec cet excellent mix entre puissance et mélodie. Ce concert très apprécié nous aura permis de faire une belle découverte, il relance la journée de belle manière et sera à inscrire au top des meilleurs concerts du festival.

Le final approche doucement et la soirée va commencer de manière bien intense avec Emperors Of Decay. Le groupe a été formé à Louvain à 2010 et évolue dans un hard rock teinté de punk qui ne fait pas dans la dentelle avec un son bien cradingue, bien roots dans cet esprit punk rock à l’ancienne. L’ensemble est remuant et très frais, le groupe va droit au but et colle une belle petite claque au public. Dans l’esprit des Guns’n’Roses des débuts et de Queens Of The Stone Age, il nous fait méchamment taper du pied en mélangeant à merveille les influences, entre alternatif, rock et metal. D’ailleurs le groupe va exprimer son amour du metal avec deux bonnes reprises, une vitaminée du ‘Kickstart My Heart’ de Mötley Crüe et une du ‘Balls To The Walls’ d’Accept reprise en chœur en fin de set par tout le public. Cela nous a donné un excellent concert, d’une énergie contagieuse, avec un auditoire en pleine forme et qui a bien savouré cette prestation. Emperors Of Decay est une formation talentueuse dans un esprit s’amusant à mélanger les genres avec brio. ce concert aura été une excellente mise en bouche avant un explosif trio final.

La première salve de ce trio nous vient d’Anvers et a déjà une belle carrière derrière lui depuis sa fondation en 1999. Lemuria a connu récemment quelques changements de line-up mais cela n’a pas entamé sa détermination, et l’on s’attend à savourer un concert mélangeant metal symphonique, folk et black metal. Lemuria sort tout de suite l’artillerie lourde en instaurant une ambiance mystérieuse et sombre avec deux danseurs jouant avec des mèches enflammées avec une virtuosité envoûtante. Cela amène une grande force visuelle et donne à la musique du groupe un aspect cinématographique. L’ambiance est énorme dès le départ et elle ne va jamais retomber. Entre l'Amorphis des débuts et la fougue d’un Amon Amarth Lemuria propose un excellent mixe musicale à la fois puissant et épique. Car les extraits issus de "Chanson de la Croisade", leur excellent album de 2010 font leur effet. Entre pagan, folk et symphonique, Lemuria a une belle palette de titres. Avec ‘The Cross And The Crusade’, ‘Court Music’ ou encore ‘The Slaughter Of Innocence’ il se taille un joli succès auprès d’une foule en délire. Les extraits du premier album, 'A Day Of Reckoning’ et ‘Gerstenat’ sont tout aussi bien accueillis dans cette même veine pagan folk. Ce concert aura été une réussite et lui aussi mérite sa place dans le top 3 de la journée. Après une telle prestation les deux groupes suivants ont une certaine pression sur les épaules...

Mais la pression ne fait pas peur à Leave Scars : le groupe anversois a de la bouteille, 10 ans de carrière et 2 albums au compteur, et il va prendre le public à la gorge d’entrée. Il a déjà joué au festival de Wacken, a ouvert pour Five Fingers Death Punch et on ressent fortement cette grande expérience live à chaque moment du concert. L’heure se fait déjà tardive mais personne n’est fatigué et le thrash bien bourrin du groupe fait son effet. Entre Overkill et Testament, Leave Scars ne fait pas de quartier et nous balance des titres courts et nerveux en forme d’uppercuts bien sentis. Le public va faire un joli accueil à ce tabassage en règle et la fosse s’énerve bien souvent, la transformant en un joli champ de bataille à la gloire du thrash. En plus d’une heure d’un concert jamais lassant et toujours prenant, Leave Scars va nous présenter le meilleur de sa discographie, le petit dernier, "Chains Of Redemption" est bien sûr à l’honneur et la qualité du matériel joué donne férocement envie de se pencher sur ce qui semble être une belle bombe de thrash dans sa forme la plus noble. De temps à autre, Leave Scars propose une face plus lourde et sombre qui permet de bien varier les plaisirs. Ce concert aura été une belle et grande confirmation du talent du groupe, et s’il continue sur cette lancée il semble avoir les moyens de frapper fort au sein de la scène thrash. En attendant cette prestation fut une mise en bouche parfaite avant l’attendue tête d’affiche.

Après cette tornade thrash, la tête d’affiche est très attendue et la pression pèse sur ses épaules. En effet Iron Angel se présente ici comme la légende du speed metal germanique, et pour être franc ce statut semble un peu exagéré. Bien sûr le groupe a vu le jour dans la grande époque des débuts du genre vers 1983 et il a proposé deux albums en 1985 et 1986. "Hellish Crossifre", le premier, est même reconnu comme un classique pour les amateurs de speed thrash. Mais depuis le groupe vivote, il a splitté en 1987 et depuis tente des retours. Le dernier en date remonte à 2014 et il semble sérieux. Dirk Schröder est seul rescapé et vient de proposer une compilation récemment. Malgré tout, nous sommes conscients d’assister à un concert événement avec un pionnier disposant de solides chansons. Et nous n’allons pas être déçus puisque Iron Angel emmené par un Dirk en pleine forme va proposer un concert intense et d’une puissance délectable. ‘Metalstorm’ met tout de suite les choses au point, Iron Angel c’est du speed metal old school typique des années 80 avec la voix criarde typique, les soli ébouriffants et un grand sens de la mélodie. Dans la lignée d’un Manilla Road, le groupe allemand reste fidèle à une certaine idée ancienne du heavy metal et cela pour le plus grand plaisir du public. Et la suite va être tout aussi énorme, ‘Sinner 666’, ‘The Metallian’ ou encore ‘Fight For Life’ ainsi que ‘Heavy Metal Soldiers’ et le final avec ‘Rush Of Power’ sont d’intenses moments parfaitement joués par un groupe maitrisant son sujet, ces classiques gardant toute leur force 30 ans après leur création. Tel un Panzer lancé sans pitié, Iron Angel a remporté la bataille et  achevé cette journée intense en beauté. Il reste à espérer que cette reformation sera enfin la bonne pour les Allemands.

Achevé... enfin presque, car un after a lieu peu après avec Magnetica qui comme son nom l’indique est un tribute à Metallica. Les courageux fans restants auront pu savourer le meilleur de la légende américaine, parfaitement joué pour finir cette soirée de belle manière. Cette édition du Devils Rock For An Angel aura été une nouvelle réussite nous permettant de faire le plein de décibels dans la bonne humeur avec une excellente organisation. Nous avons pu savourer des formations prometteuses, d’autres confirmées et un grand du métal dans un cadre très chaleureux. Il nous reste à remercier Ann et Didier pour leur accueil et à leur donner rendez-vous très vite pour de nouvelles aventures métalliques.



Plus d'informations sur http://www.lemuria.be/
EN RELATION AVEC LEMURIA
DERNIERE ACTUALITE
Devils Rock For An Angel - 01 Octobre 2016 - Zillebeke (Belgique)
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant LEMURIA
 
DERNIER ARTICLE
Pour sa deuxième édition, le Devils Rock for An Angel a réuni une affiche variée avec du thrash, du folk, du heavy metal et en point d'orgue un grand ancien des années 80.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant LEMURIA
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Chanson de la Croisade (2010)

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant LEMURIA

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018