MW / Accueil / Articles / Lordi + Shiraz Lane + Silver Dust - Courtrai De Kreun - 14 Octobre 2016.

Lordi + Shiraz Lane + Silver Dust - Courtrai De Kreun - 14 Octobre 2016.

LIVE REPORT - HARD ROCK - NOISE - 24.10.2016
Music Waves a rendez vous une nouvelle fois en Belgique pour retrouver Lordi sur une des premières dates de sa nouvelle tournée.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    

En Mars 2015 Lordi avait enflammé Courtrai et de Kreun. A l’occasion de la sortie de "Monstereophonic" il est de retour pour nous présenter son nouveau show et il était impossible pour Music Waves de rater cet évènement. Loin du buzz de l’Eurovision, les Finlandais ont prouvé depuis longtemps qu’ils étaient un formidable groupe de hard rock. "Scare Force One" était un bon cru et le petit dernier a tout du futur classique en puissance avec son côté théâtral renforcé et son concept horrifique plaisant. L’événement est donc très attendu, la salle affiche quasi-complet comme en témoigne la longue file de fans se pressant bien avant l’ouverture. La soirée s’annonce ainsi très riche, avant Lordi nous retrouvons deux formations qui l’accompagnent tout le long de cette tournée européenne, Silver Dust et Shiraz Lane.

Premiers à ouvrir la soirée, les Suisses de Silver Dust se lancent sur le coup de 19h30 devant une audience bien fournie. Le groupe a vu le jour en 2013, a déjà deux albums à son actif mais reste encore peu connu et il va être une sacrée belle surprise pour beaucoup. D’entrée il instaure une ambiance lugubre avec un grand écran présentant son chanteur, Lord Campbell, dans un cadre médiéval et gothique inquiétante. Et quand le groupe débarque chacun va prendre une bonne claque, Silver Dust propose un mix détonnant avec un heavy metal horrifique à la King Diamond par la voix haut perchée de Lord, mais avec des influences très variées, d’Avatar à System Of A Down,avec même quelques passages teintés d’électro. Et cela va nous donner une intense prestation, d’entrée avec ‘Welcome’, extrait du dernier album, "The Age Of Decadence", il scotche le public. La voix de Lord surprend tout comme son chant en français parfois proche de la variété, musicalement par contre cela ne plaisante pas et tabasse bien sévèrement. Entre Avatar et Alice Cooper, ce titre est une claque qui lance parfaitement la soirée. La suite va confirmer ce talent hors normes de conteur et cette face théâtrale impressionnante. ‘So Let Me Now’ est brutale mais avec un refrain épique très efficace et repris par le public tandis que ‘Heaven Knows’ mixe une farce martiale avec un ton mélancolique et atmosphérique accrocheur. Le tout est porté par un chant voilé tout en retenue. Extrait lui aussi du nouvel album, ‘My Heart Is My Savior’ s’avère être un grand moment en matière de heavy épique teinté d’un groove à la Alter Bridge avec une mélancolie à fleur de peau.

La deuxième partie du concert va être épique avec d’abord un duo entre clavier et guitare pour reprendre un thème de Bach dans une belle ambiance. La virtuosité laisse pantois, tout comme le charisme d’un Lord Campbell qui sait aller chercher le public et cela même en lui parlant en français, en plein cœur d’une région flamande. La fin du show est tout aussi remarquable avec un court et violent ‘Shame On You !’ que ne renierait pas System Of A Down puis avec un bon solo de batterie teinté d’électro assez dansant. Enfin ‘The Judgement Day’ et le rappel ‘Now We Request’ achèvent de nous convaincre de la classe du combo suisse. Il y mêle à sa face gothique et théâtrale un petit côté arabisant dans la première et des percussions dans la seconde pour un résultat tribal faisant sautiller. Silver Dust aura donné une claque à tout le monde ce soir, Lordi a eu le nez creux en sortant une aussi bonne première partie qui en aura fasciné plus d’un.

Après ce tourbillon et avant Lordi la tâche s’annonce rude pour Shiraz Lane. Le groupe nous vient de Finlande et a lancé sa carrière récemment avec un premier EP sorti en 2015, "Be The Slave Or Be The Change" et un premier album, "For Crying Out Loud" fraichement sorti. Il s’est déjà fait un nom en tournant intensément, notamment avec une participation au Wacken, et profite de cette tournée avec Lordi pour accroître sa notoriété. Musicalement Shiraz Lane nous fait accomplir un plongeon dans le passé avec un pur hard rock mélodique et énergique, teinté de glam. Entre Skid Row, Poison et Mötley Crüe le groupe n’invente rien de neuf mais il va nous ravir par sa fraicheur et son envie de faire bouger le public dans la bonne humeur.Il nous balance en entame son nouveau single, ‘Wake Up’, et il emporte la mise. Ce titre au refrain imparable et à la mélodie accrocheuse fait un carton. Il fait remuer la tête et propose des soli typiques du genre ébouriffant. De plus la voix haut perchée de Hannes Kett, pas loin d’un Justin de The Darkness apporte une touche de folie savoureuse.

Passée cette parfaite entame, le concert se déroule dans la convivialité et la bonne humeur. Chaque chanson permet de savourer un hard rock mélodique avec cette pointe de folie typique des années 80. Ce qui frappe c’est la capacité de ce jeune groupe à faire monter l’ambiance sur chaque titre et à emporter l’adhésion du public avec une facilité impressionnante. Nous avons évidemment droit à la ballade typique et cela fonctionne bien grâce à une bonne dose de feeling et un petit côté blues écorché qui rappelle les grandes heures de Cinderella. La fin de concert retrouve cet esprit années 80, le groupe abuse un peu des ficelles et fait dans la redondance mais le public adhère bien malgré tout. Avec ‘Mental Slavery’ il nous propose un titre proche du ‘Kickstart My Heart de Mötley Crüe qui tient bien la route et enfin ‘Momma’s Boy’ nous refait plonger avec fougue dans un univers proche de celui de The Darkness. Shiraz Lane a donné un concert de très bonne facture. Il a encore un peu de travail pour s’affranchir de ses influences mais le talent et la fraicheur sont là et il a les moyens de rapidement progresser. En attendant ce concert aura été une excellente nouvelle mise en bouche avant l’arrivée de la très attendue tête d’affiche.

Lordi étant donc dans cette salle il y a un an et on pouvait craindre une certaine redondance entre les deux concerts. Mais il en sera rien, Mr Lordi est un homme intelligent et respectueux de ses fans et nous allons voir que le groupe a largement renouvelé son show. Les tubes sont là, mais à côté Lordi est allé piocher dans sa riche discographie pour ressortir quelques petites pépites et nous a bien sûr proposé plusieurs extraits du petit dernier. La salle est donc bien remplie, balcon compris, quand l’introduction classique se fait entendre. Mr Lordi est fan de Kiss et ‘God Of Thunder’ est l’hymne de chaque début de concert. Une fois terminé le groupe débarque et nous pouvons admirer un décor aux allures de maison hantée avec pas mal d’accessoires utilisant au mieux la scène de De Kreun. 



Le groupe balance ensuite l’introduction du dernier album et son premier titre, ‘Let’s Go Slaughter He-Man’, emporte la mise. Ce titre est un tube de hard mélodique au refrain énorme qui chauffe la salle. La suite est tout aussi excellente, Lordi ressort ‘Babez For Breakfast’ et cela fonctionne tout aussi bien grâce encore à un refrain parfait et au charisme très fort d’un Mr Lordi qui met l’ambiance avec une franche sympathie derrière son costume. Cette première partie continue avec un classique et efficace ‘The Riff’ et une mise en scène théâtrale excellente avec l’apparition d’un monstre en camisole de force, puis s’achève avec des titres pas joués récemment comme ‘Hellbender Turbulence’ et ‘Icon of Turbulence’ de son référentiel permier album et ‘Bite It Like A Bulldog’ extrait de "Deadache". ‘Hellbender Turbulence’ est un vrai plaisir de hard rock mélodique tandis que le côté plus posé d’Icon fait merveille notamment grâce à sa mélodie et un excellent solo. Au milieu de tout cela nous avons droit à un premier solo, celui d’OX à la basse et cet exercice parfois rébarbatif est jouissif avec un petit côté dansant et l’apparition d’une nonne maléfique ajoutant au côté spectacle. Mr Lordi en profite aussi pour se lancer dans un petit discours pour le public et confirme à cette occasion un charisme certain tant chacun l’écoute avec attention. Cette première partie s’achève avec un solo de batterie tout aussi sympathique grâce à sa mise en scène horrifique.

Un autre extrait du nouvel album, le délicat ‘Hug You Hardcore’, enchaîne ; ce titre au clip bien malsain est plus heavy et fracasse efficacement un public bien chaud dans une salle où les premiers rangs ont des allures de fournaise. Après ‘It Snows In Hell’, premier extrait du référentiel "The Arockalypse" et toujours aussi prenant dans les tons des ballades d’Alice Cooper, le groupe ressort ‘The Chlidren Of The Night’, extrait du deuxième album, et dont le ton heavy et horrifique fait merveille. Dans cet esprit le solo de clavier est une grande réussite digne de l’esprit des films de la Hammer. Ensuite nous est proposé ‘Cadavar Lover’, seul extrait joué de ‘Scare Force One’ mais inédit par rapport à 2015, et ce titre porté par les claviers de Hella est un joli tube à la mélodie parfaite. ‘Down Withe The Devil’ sera ensuite le dernier extrait du nouvel album et nous confirme la qualité de cet opus. Avant cela Mr Lordi nous gratifie encore d’un long discours qui contribue au côté show de ce concert.  Avant un excellent solo de guitare, très aérien et prenant, Lordi achève cette partie avec un classique, ‘Blood Red Sandman’, très rock qui fait bouger du pied chaque personne dans la salle et qui ravit par sa mise en scène.

La toute dernière partie est celles des tubes et cela commence en beauté avec ‘Hard Rock Hallelujah’, le classique du groupe et qui est repris en chœur par un public au taquet. Plus récent ‘Sincerely With Love’ cartonne, Mr Lordi chauffe bien la salle sur ce tube de hard mélodique. Enfin il termine avec le hit ‘Devil Is A Loser’, toujours aussi irrésistible avec son refrain accrocheur. Le spectacle n’est bien sûr pas terminé et les rappels sont réclamés dans une ambiance de feu. ‘Who’s Your Daddy’ lance le final avec les canons de fumée, et son côté accrocheur fait un nouveau carton. Enfin le classique absolu, ‘Would You Love A Monsterman ?’, achève cette soirée en beauté. Entre hard FM et glam ce titre reste une référence et son refrain entêtant est repris en chœur par toute la salle. Ceci achève une superbe soirée riche en découvertes et confirmant le talent de Lordi pour un hard rock fun et sans prise de tête. Chacun en sortant chantonnait pas mal de refrains de ce concert tout en espérant revoir rapidement les Finlandais pour découvrir en live plus de titres de son nouvel album. 

Comme d’habitude nous remercions Filip et son équipe pour leur accueil et aussi pour cette excellente programmation qui nous ravit par sa qualité et sa diversité.



Plus d'informations sur http://www.lordi.fi/
EN RELATION AVEC LORDI
DERNIERE ACTUALITE
LORDI: Monstereophonic: Theaterror Vs. Demonarchy
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant LORDI
 
DERNIER ARTICLE
Music Waves a rendez vous une nouvelle fois en Belgique pour retrouver Lordi sur une des premières dates de sa nouvelle tournée.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant LORDI
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Monstereophonic: Theaterror Vs. Demonarchy (2016)
Avec cet opus aux deux visages, Lordi réussit à surprendre sans déstabiliser pour ce qui ressemble au sommet de sa carrière.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant LORDI

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017