MW / Accueil / Articles / LOST IN KIEV (19 DECEMBRE 2016)

LOST IN KIEV (19 DECEMBRE 2016)

INTERVIEW - POST ROCK - STRUCK - 04.01.2017
Music Waves a rencontré Lost in Kiev, groupe de post-rock français très prometteur comme en témoigne le très bon "Nuit Noire"...

Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ? Je suppose qu’elle est souvent liée au nom du groupe. On devine qu'il y a un sens à l'origine de votre nom. D'où vient-il ? J'ai cru lire qu'il s'agissait d'une anecdote avec un membre du groupe qui n'a pas pu décoller de Kiev avant un concert ?

Yoann Vermeulen : Oui, c’est quasiment cela. Notre guitariste de l’époque (Vincent) avait commencé une relation avec Natalia (sa future femme) qui habitait alors en Ukraine. Il faisait des allers-retours assez régulièrement. Un soir de répèt’, on l’attendait pour commencer, mais il n’a pas pu venir cette fois-là car une tempête de neige avait cloué son avion au sol. Du coup, le temps qu’on apprenne la raison de son absence par texto, on a eu le temps d’imaginer un peu tout, y compris qu’il s’était perdu à Kiev. Petite anecdote supplémentaire, c’est Natalia qui dit "Perdu à Kiev" sur l’intro de l’abum 'Motions'.


D’ailleurs, est-ce que vous avez déjà joué à Kiev ?

Non ! Mais on s’en approche, en mai nous jouerons à Moscou. Nous sommes allés aussi en Lituanie pour le Devilstone, on va bien finir par jouer à Kiev !





Vos prestations scéniques incluent de nombreux éléments visuels. Sont-ils créés dès le processus d'écriture ou viennent-ils après ?

J’aimerais dire le contraire mais oui, ils sont bien créés après. Justement on pense s’y prendre différemment pour le prochain album. C’est en cours de réflexion.


Les samples et effets sonores de votre musique ne doivent pas être évidents à reproduire sur scène. Ça laisse peu de place à l'impro. Comment gérez-vous ça ?

Le clic. En tant que batteur c’est un peu frustrant mais c’est une habitude à prendre. Il y a pas mal de synthés aussi qui sont joué live.


Dans cette optique, l'intégration au groupe d'un spécialiste "machine" est importante ?

Nous n’avons plus de spécialiste machine. Maxime s’occupe des synthés et guitare, Jean-Christophe de la basse et du synthé basse, moi-même de la batterie et des samples et nappes supplémentaires, et Dimitri de la guitare et des regards langoureux dédier au premier rang, haha ! Au final ça peut sembler effrayant, mais c’est plus simple en terme de composition et sur scène.


Quel concept se cache derrière ce "Nuit Noire" ? Rien à voir avec le poème de Victor Hugo ?

L’histoire de "Nuit Noire" est la rencontre de deux êtres qui vont se rapprocher et finalement se déchirer. Tous les deux vont sombrer dans les recoins obscures de leurs doutes, leurs peurs… ils vont sombrer chacun dans leur propre Nuit Noire. Si tu regardes les textes du premier titre 'Narcosis' (sur notre Youtube par exemple), tu pourras trouver une phrase cachée qui est une clé pour comprendre l’ensemble de l’histoire. Malgré tout l’histoire reste assez évasive pour permettre à l’auditeur de raccrocher sa propre histoire, son propre sentiment.


Cet album est très travaillé, les arrangements notamment. Combien de temps a-t-il fallu pour le créer ?

Merci. Trois ans. Mais énormément de choses se sont faites dans les 6 derniers mois. Notre producteur Anthony Josse nous a également beaucoup aidés en terme de texture sonore.


Avez-vous reproduit le process de "Motions" ou avez-vous travaillé différemment ?

C’est assez similaire. Du bœuf en répète, on enregistre, on garde, on élimine, on peaufine et fait des variantes. On précise une structure sur M.A.O. et puis on revient en répète, on fait des tests de samples éventuels… Malgré tout nous avons fait une petite chose différente pour cet album en allant chez Antony en amont pour lui montrer quatre compos qui nous semblaient terminées. Cela nous a permis de prendre du recul et préciser certaines choses.


Abysse, Russian Circle, Alcest, Long Distance Calling sont des groupes que votre musique nous évoque. Vous sentez-vous proches de ces influences ?

Tout à fait !


En avez-vous d'autres significatives ?

On est aussi fan de musique de film comme "The Fountain" de Clint Mansell, on aurait également aimé tourner avec Maybeshewill qu’on affectionne particulièrement, et puis certains nous disent qu’on ressemble à Ezekiel ce qui ne nous déplait pas. Et puis Cult of Luna…


Vous avez un planning chargé ces dernières semaines : Lyon, Paris, AMfest, Orleans, Jurançon, etc ... Quelle sera la suite ?


On fait un concert au Batofar avec Les Discrets en janvier, ensuite on va à Liège en avril au Name Festival, ensuite on aura une tournée mi-mai d’environ 15 dates qui se terminera par le Dunk! Festival fin mai.


Comment sont perçus les titres de "Nuit Noire" par le public ?

Plus rock, et avec plus de parti-pris que "Motions", j’ai l’impression. Et c’est une bonne chose.





La presse étrangère s'empare peu à peu de l'album. Envisagez-vous une promo à l'étranger ? Des concerts ? une tournée mondiale ?


Mondiale ça serait top, mais découvrir (et redécouvrir aussi) l’Europe c’est déjà génial. On a déjà eu des propositions pour la Chine et le Pérou mais en termes de subvention ce n’est pas toujours évident.


Comment se passent les relations avec Dunk Records et quel est l’apport de Dooweet dans votre promo ?


Dunk Records est principalement managé par Wout qui est un passionné. Il nous fait confiance donc c’est forcément un mec bien ! Dooweet fait grave le job, je recommande !


Quelles sont les prochaines étapes pour le groupe ?


Composer. Composer. Composer. D’ailleurs on prépare une petite cover, histoire de se détendre de tout ce circuit, composition, album, promo, concert… Cela concerne une série dont la 3e saison va bientôt sortir.


Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Premier Dunk!Festival : les gens qui reprennent avec nous les paroles (sur Motions, Hope Fight & Disillusion). Juste ouf.
Second souvenir qui est plus "behind the stage", je pense qu’il est commun aux autres membres du groupe : dans un festival, on avait eu le droit à un "weedmanager". Un mec dont le rôle est de t’apporter des bédos déjà roulés et gratuitement.


Au contraire le pire ?

On parlait des samples il y a quelques lignes : une fois est arrivé une grosse bourde, obligés de refaire la compo car un des membres est parti trop vite, donc les samples auraient été tout décalés. Heureusement c’était juste le début du morceau.


Quelle est la question que vous souhaiteriez qu’on vous pose ?

Avec quelle chanteuse vous aimeriez partager un nouveau titre et je te répondrais Julie Christmas Mariner et Emma Ruth Rundle. 


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Bonne écoute ! Et venez nous voir bientôt à Paris, en France, ou en Europe de l’Est ou à Liège, en Belgique… venez !


Merci à ProgRacer pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/lostinkiev/
EN RELATION AVEC LOST IN KIEV
DERNIER ARTICLE
Music Waves a rencontré Lost in Kiev, groupe de post-rock français très prometteur comme en témoigne le très bon "Nuit Noire"...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant LOST IN KIEV
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Nuit Noire (2016)
Encore une production française de post-rock qui tient le haut du pavé. Ce "Nuit Noire" est un condensé de puissance, de douceur mélancolique et d'émotion diablement maîtrisé et parfaitement produit.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant LOST IN KIEV

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017