MW / Accueil / Articles / THE PINEAPPLE THIEF + GODSTICKS - DIVAN DU MONDE - 1er FEVRIER 2017

THE PINEAPPLE THIEF + GODSTICKS - DIVAN DU MONDE - 1er FEVRIER 2017

LIVE REPORT - ROCK - CALGEPO - 06.02.2017
Le combo de Bruce Soord était de retour sur le devant de la scène en France pour promouvoir "Your Wilderness" accompagné par le génial Gavin Harrison dans toute sa splendeur pour le meilleur et ....
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    
Après avoir mis en sommeil The Pineapple Thief le temps de sortir un album sous son nom, Bruce Soord a repris les rênes du groupe pour sortir un magnifique album "Your Wilderness" l'année dernière que nous avions hâte de voir vivre sur scène surtout accompagné par l'un des tous meilleurs batteurs de la scène rock mondiale, Gavin Harrison.

GODSTICKS







C'est à Godsticks, groupe gallois, que The Pineapple Thief a confié la tache d'ouvrir le concert de ce soir. Il faut dire que le combo avait déjà eu l'occasion de le faire au cours de leur carrière. Leur dernier album, "Emergence", avait reçu les éloges de Music Waves parlant, à l'époque, d'une claque monumentale que les amateurs de metal original, varié, groovy, technique et mélodique se devaient d'écouter.








Le choix s'est avéré judicieux tant la musique du groupe constitue une mise en bouche énergique teintée de metal fusion mettant en bonne condition l'arrivée de la tête d'affiche. Les gallois ne s'en sont pas trop mal tirés sur scène : le bassiste ressemblait à Pete Trewavas tant physiquement que dans son attitude assez enjouée et le jeune guitariste qui les accompagnait, avec notamment une guitare 7 cordes stylisée, amenait un certain dynamisme à la mise en scène, visiblement ravi de se produire à Paris. Les titres joués ont bien passé le test du live, le public répondant assez favorablement aux sollicitations. 








Toutefois, le son, comme c'est hélas souvent le cas pour les premières parties, n'était vraiment pas à la hauteur. Le son des instruments saturait énormément rendant ainsi l'atmosphère acoustique ultra compressée et lourde empêchant ainsi de bien appréhender et profiter de l'aspect mélodique pas facile d'accès de ce metal plein de promesses.



THE PINEAPPLE THIEF

Après 20 minutes d'entracte nécessaires pour les roadies afin de mettre en place les instruments, effectuer les tests sonores et pendant lesquelles une annonce sur l'interdiction de filmer le concert, qui sera lourde de conséquence pour l'immédiate suite des événements (nous l'expliquerons après), nos amis Les Voleurs d'Ananas sont arrivés sur scène avec comme point attractif le charismatique et talentueux Gavin Harrison pour les accompagner à la batterie sous des applaudissements très gentillets d'un public qui a été assez calme tout le long de la prestation de ce soir. Afin de donner du relief à l'ensemble, Darren Charles de Godsticks a complété la formation en qualité guitariste rythmique et soliste tirant ainsi son épingle du jeu par rapport à une première partie qui ne lui a pas permis d'émerger en raison d'un son trop brouillon. Il mérite cette reconnaissance car il fut l'un des artisans de la réussite du concert.








C'est donc sur les notes de 'Tear You Up', un des titres les plus dynamiques de "Your Wilderness" que s'ouvre le set qui sera notamment marqué du seau de la précision chirurgicale tout en touché d'un Harrison parfait dans son rôle de bout en bout. Frappant sur les futs, les toms et les cymbales, utilisant toutes les parties de son set en percussion, avec un calme olympien et un flegme typiquement anglais, nous avons été marqué par son relatif détachement et isolement par rapport aux autres membres du groupe.


                                


Afin de compléter la set list qui promeut leur dernier album plutôt calme, la bande à Bruce Soord a pioché dans sa discographie leurs titres les plus propices à mettre en avant une section rythmique qui aura presque tous les honneur du show, invité oblige. Mais résumer ce concert à la seule présence d'un Gavin Harrison avec tout son talent indéniable est une gageure dans laquelle il ne faut pas s'engouffrer tant The Pineapple Thief a gagné en relief et en consistance avec son magnifique dernier album qui prend tout son sens en live.

Le public aura donc vibré sur 'No Man's Land', 'In Exile' construites toutes deux sur une base introductive acoustique permettant ainsi les montées en puissances rythmiques magnifiées par le batteur anglais soutenu par un Jon Sikes très concentré sur son sujet avec une expression de killer. La voix de Bruce Soord, un peu sous mixée par moment, aura été parfaite pour interpréter les lignes de chant efficaces pour transmettre des émotions, toujours avec justesse à vous filer des frissons. Pourtant assez discret, il était plutôt communicatif en rappelant le passage du groupe au Batofar plusieurs fois dans la soirée. Bruce aura humanisé quelque peu ce show un peu froid et très bien huilé en annonçant par erreur d'inversion 'Show A Little Love' en lieu et place de 'Take Your Shot' ultra efficace, en oubliant de brancher sa guitare acoustique après un énième changement d'instrument ou en offrant un petit porte clé souvenir en forme de Tour Eiffel à son assistant guitare.

A noter le discret mais efficace Steve Kitch dont les interventions judicieuses aux claviers et à la programmation des effets électroniques ont permis d'enrober les titres de sa patte discrète mais qui apporte mine de rien une dimension profonde à la musique de The Pineapple Thief.








Points d'orgue de ce concert la très belle interprétation de 'The Final Thing Of My Mind' dont l'aura émotionnelle est très grande a quelque peu réveillé un public qui est resté assez passif pendant cette heure trente de concert, un peu court. Le rappel a eu le mérite de dynamiser  la salle avec un 'Snow s' permettant de faire participer l'assistance en frappant dans les mains de façon presque hispanique pour aboutir au final explosif au son de 'Nothing At Best'.

Une note négative vient toutefois tempérer la bonne impression générale d'ensemble hormis l'obscurité de la salle. Celle d'une certaine froideur prégnante pendant tout le long de ce concert et en particulier celle de Gavin Harrison excédé par la très grande minorité de personnes tentant de braver l'interdiction de filmer (et prendre des photos) pendant le live. Il ne s'en est pas caché fusillant du regard l'assistance tel un sniper près à tirer par l'intermédiaire d'un roadie lui servant de bras armé et, surtout, en ne venant pas saluer avec le groupe à la toute fin du concert se contentant d'un simple salut pour retourner en coulisses sans aucun regard pour la foule en partie venue pour le voir.








The Pineapple Thief a donné du corps à ses compositions grâce notamment au génie de Gavin Harrison, musicien de nature réservée et concentrée, pas trop communicatif, qui, pour des raisons sans aucun doute compréhensibles (il a exprimé son point de vue sur son FB officiel avant le concert au sujet de la prise de photos en concert) aura choisi la plus mauvaise façon de redorer son blason d'homme de scène, confortant de plus belle, l'image d'un homme d'apparence distant et froid mais qui n'a en aucun cas entamé son talent infini pour la batterie par une prestation sans faille mais sans chaleur.





Set List :
Tear You Up
The One You Left To Die
No Man's Land
Alone At The Sea
Reaching Out
In Exile
Take Your Shot
Show A Little Love
Fend For Yourself
Part Zero
Simples As That
The Final Thing On My Mind

Rappel
Snow s
Nothing A Best

Merci à Sylvain Collet pour les photos malgré les difficultés

Photos Godsticks
Photos The Pineapple Thief


Plus d'informations sur http://www.pineapplethief.com
eventuser_idarticle_comment_id
PHOTOGRAPHISTE le 15/02/2017 17:23:56
Effectivement, "That Shore" a été la 5e chanson a été jouée. Merci pour vos compliments sur les photos :) Ce n'était pas simple mais nous avons tout de même pris beaucoup de plaisir à les faire !
12697438
TANTRIS le 06/02/2017 23:04:46
ils ont joué "That Shore", me semble-t-il. La setlist n'en fait pas mention.
261436
CALGEPO le 06/02/2017 20:58:15
Virer les photos de Gavin serait peut être pas approprié et se résumerait à une réaction identique à le sienne. Il faut aller au delà de ça et se montrer plus intelligent sans pénaliser le groupe dont le concert a été quasi irréprochable (Gavin inclus - quel batteur !). C'était peut être une soirée sans comme ça peut nous arriver dans notre vie de tous les jours.
12120435
TONYB le 06/02/2017 17:31:14
Pour la peine, j'aurais viré toutes les photos du sieur Harrisson. A notre époque, ces comportements sont justes minables.
999434
CALGEPO le 06/02/2017 12:13:26
Et ce n'était vraiment pas simple pour lui entre une salle obscure et la chasse aux photographes même accrédités. Un beau travail.
12120433
NUNO777 le 06/02/2017 10:57:49
Superbes photos !
1405432
EN RELATION AVEC PINEAPPLE THIEF
DERNIERE ACTUALITE
PINEAPPLE THIEF: Sortie du DVD/Blu-Ray "Where We Stood"
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PINEAPPLE THIEF
 
DERNIER ARTICLE
Le combo de Bruce Soord était de retour sur le devant de la scène en France pour promouvoir "Your Wilderness" accompagné par le génial Gavin Harrison dans toute sa splendeur pour le meilleur et ....

Lire l'article
Voir tous les articles concernant PINEAPPLE THIEF
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Your Wilderness (2016)
The Pineapple Thief revient à ses inspirations progressives sauvages et nous offre son album le plus instinctif à ce jour;

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PINEAPPLE THIEF

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018