MW / Accueil / Articles / UNEVEN STRUCTURE (23 MARS 2017)

UNEVEN STRUCTURE (23 MARS 2017)

INTERVIEW - DJENT - STRUCK - 21.04.2017
Après presque six ans d’attente, Uneven Structure revient avec son nouvel album "La Partition". Pour l’occasion Music Waves a rencontré Igor Omodei, guitariste et leader du groupe, pour évoquer le chant des sirènes.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    

Une riche Interview pendant laquelle il sera question de "Februus", l'essouflement de la scène djent, de l'appel des sirènes sur "La Partition", l"arrivée d'Arnaud et Steeves, la suite des évènements donnés à Beyond the Dust, le Heart Sound Festival...


Quelle est la question que l’on t’a trop souvent posée ?

Igor : L’origine du nom du groupe.





Et on ne te la posera pas. Votre actualité est le très attendu "La Partition" qui a nécessité pas moins de cinq ans de travail. Pourquoi autant de temps : des problèmes de label, de line-up comme en témoignent les arrivées de Steeves (Ndlr : Steeves Hostin, troisième guitariste) et Arnaud (Ndlr : Arnaud Verrier, batteur) ou tout simplement un concept lourd et donc long à développer ?

C’est surtout dû au concept. Nous n’avons pas vraiment eu de problème de label. Les changements de line-up n’ont en fait pas vraiment changé grand-chose. Ils sont surtout dus au fait que nous avons pris trop de temps pour composer et certains membres du groupe ont évolué dans d’autres directions. En fait nous avons eu beaucoup de mal à nous relancer après "Februus".


Cela explique la réédition de "8", votre premier EP ?

Pas vraiment. Mathieu, notre chanteur, n’était pas là quand nous avons composé "Februus". C’était une façon pour nous de travailler en terrain facile pour voir ce qu’il avait à proposer au chant avant de repartir sur un nouvel album.


Après "Februus", j’ai eu l’impression qu’on avait dit tout ce qu’on avait à dire



Pourquoi as-tu eu du mal à te relancer après "Februus" ?

Après "Februus", j’ai eu l’impression qu’on avait dit tout ce qu’on avait à dire en fait. Et nous avions déjà passé six ans sur ce premier album.


N’est-ce pas le problème justement d’Uneven Structure, de prendre trop de temps pour composer ? Peut-être est-ce ton côté trop perfectionniste puisque que tu interviens sur les compos mais aussi les vidéos et l’artwork ? N’est-ce pas trop lourd à porter d’être l’homme à tout faire ?

C’est possible. Mais les tâches du groupe ont été quand même très séparées sur cet album. Benoit (Ndlr : Benoit Friedrich, bassiste) a beaucoup composé. Mathieu aussi (Ndlr : Mathieu Romarin, chanteur) et il a écrit les textes. Arnaud est arrivé assez tard mais s’est également beaucoup investi. Steeves a pu s’y mettre également.


Steeves est l’auteur du générique-jingle de Music Waves. Est-ce que son arrivée en tant que troisième guitariste ne va pas te soulager de façon à ce que nous attendions moins de temps pour le prochain album ?

Je connais Steeves depuis une dizaine d’années. Son arrivée va effectivement donner un gros coup de boost au groupe. Il est très énergique.


Si la réalisation de "La Partition" a pris autant de temps, c’est parce que nous voulions un album riche et éclectique.





D’autant plus qu’il fourmille d’idées et que son expérience avec Beyond The Dust va peut-être permettre d’accélérer le processus créatif d’Uneven Structure.

Oui, son arrivée a donné du fuel pour les compos. Mais si la réalisation de "La Partition" a pris autant de temps, c’est parce que nous voulions un album riche et éclectique.


"Februus" était un album de djent ambient qui n’ouvrait pas de portes vers d’autres styles.


Il est clair que l’album part dans d’autres directions que "Februus", qui était très djent. On vous a vu jouer en première partie de Textures avec des titres issus de ce nouvel album et le fait est que le public ne connaissait pas les titres et vous n’avez pas fait l’unanimité. N’était-ce pas une erreur ?

Nous avons voulu présenter quelque chose à un public qui ne nous connaissait pas forcément. Et nous voulions commencer à dire que nous ne faisions pas que du djent. Car "Februus" était un album de djent ambient qui n’ouvrait pas de portes vers d’autres styles.


Le style [djent] était marrant, nous nous sommes bien amusés avec mais nous n’en voulions plus.


Vous êtes quand même à l’origine de ce mouvement djent ambient dérivé de Meshuggah. Etait-ce une volonté de vous détacher du phénomène djent ?

On ne s’y retrouvait pas au niveau des compos. Le style était marrant, nous nous sommes bien amusés avec mais nous n’en voulions plus.


On avait fait le tour du style.


C’est votre point commun avec Steeves justement qui, avant de vous rejoindre, avait déjà cette volonté de s’affranchir du style djent. Comment l’expliques-tu ? La maturité ?

Un titre comme ‘Funambule’ est encore bien djent. Mais l’idée était de s’ouvrir le plus de portes possibles pour ne pas se retrouver bloqués comme nous l’avions été après "Februus". On avait fait le tour du style. On s’est même retrouvé avec le chanteur dans un groupe de reprises des années quatre-vingt-dix pour pouvoir respirer.


J’ai réécouté tous les albums de Soundgarden, Alice In Chains, Audioslave [qui] ont été une vraie source d’inspiration.





Est-ce que cela explique ce côté Alice In Chains que l’on retrouve dans "La Partition" ?

Complètement. En fait Matthieu est arrivé à la fin du processus de création de "Februus" et n’avait pas trop donné son avis car les morceaux étaient terminés. Sur "La Partition", il a été là dès le début et nous avons pu parler de ses vraies influences : Chris Cornell, Soundgarden, Alice In Chains. En fait des groupes qui m’avaient moi-même inspiré indirectement. Il m’a fait réécouter ‘Black Hole Sun’, qui en fait est le premier morceau rock qui m’a marqué quand j’avais dix ans. Et du coup j’ai réécouté tous les albums de Soundgarden, Alice In Chains, Audioslave. Et ils ont été une vraie source d’inspiration.


Vous allez creuser cette voie pour le prochain album ?

Peut-être. Ou faire du black metal, on ne sait pas encore.


Uneven Structure a certes des influences comme Devin Townsend (‘Groomed And Resting’) et Textures (‘Succube’) mais a aussi une identité propre, notamment grâce à la voix de Mathieu que nous suivons depuis Ananta. Votre style a beaucoup évolué avec cet album. N’avez-vous pas peur de dérouter les fans de la première heure ?

C’est une question que nous nous sommes posé mais qui a été un frein pour avancer. En fait nous nous sommes libérés quand nous nous sommes dit qu’il fallait faire ce que nous aimions sans forcément donner aux fans ce qu’ils attendaient.


Et comment juges-tu l’évolution de la musique d’Uneven Structure ?

L’idée était de digérer nos influences et d’être musicalement libres sans trop réfléchir à ce que pensent les gens.


Mais est-ce que le fait d’être principalement programmés en première partie de groupes plus marqués djent ne vous limite pas ?

C’est effectivement toute la difficulté. Mais pour l’instant nous ramenons un public djent donc nous sommes sur ces scènes-là.


Vous allez bientôt participer au Heart Sound Metal Fest, sorte d’Euroblast français mais pour une cause humanitaire : est-ce important de vous engager ?

Bien sûr, d’autant plus que c’est pour la leucémie. C’est bien que le metal s’intéresse à cette cause et qu’un festival soit créé.


Revenons à l’album, "La Partition" est un concept album. Peux-tu nous parler de l’histoire et des thèmes abordés ?

Le concept est directement lié à l’univers de "Februus". Le thème en est l’addiction, au sens large, par rapport à une personne, la nourriture, la dépendance à un évènement extérieur qui nous met à genoux et fait perdre toute dignité jusqu’à devenir spectateur de sa propre vie.


C’est un sentiment vécu ?

Oui, comme beaucoup de gens.


L’album est conçu en trois parties de trois morceaux séparés par de courts instrumentaux. Comment s’articule l’histoire entre ces différentes parties ?

La première partie est l’accroche, la prise de conscience que quelque chose ne va pas. La deuxième partie est la présentation des personnages-clés de l’album. Et la troisième partie, c’est la descente.





Le dernier titre de l’album (‘Your Scent’) se termine par un bruitage pouvant évoquer une noyade et renvoie donc à l’artwork. Que signifie ce message ?

En fait tout est imagé dans l’album, par des sirènes qui ont perdu leur voix et qui demandent à un marin de leur rapporter la partition de leurs contes. Mais ce marin s’enfonce dans cette forme de quête qui n’a pas de sens pour lui mais dont il devient dépendant jusqu’à se noyer.


"La Partition" est donc une tragédie en trois actes.

C’est ça.


L’alternance entre chant clair et chant growl est-elle au service de l’histoire ?

La mise en place n’est pas vraiment rigide entre les différents types de chant. Tout dépend en fait du morceau.


"La Partition" est plus ouvert, moins limité par ces influences.



"Februus" était un double album composé d’un disque djent et d’un disque atmosphérique. Dans "La Partition" les passages atmosphériques sont devenus encore plus partie intégrante de votre musique. Un titre comme ‘The Bait’ peut même être qualifié de post rock ou post metal. Es-tu d’accord ?

Oui tout à fait. En fait un groupe comme Cult of Luna a été une grosse influence depuis le début et a beaucoup inspiré "Februus" et dans une moindre mesure "8". Mais "La Partition" est plus ouvert, moins limité par ces influences. Nous nous sommes permis d’intégrer ces éléments plus post rock et post metal.


"La Partition" est un album massif, complexe et très dense. Est-ce que l’arrivée d’Arnaud à la batterie et de Steeves à la guitare a contribué à alourdir la musique d’Uneven Structure ?

En fait la démarche est exactement inverse. L’idée est vraiment d’apporter un plus sur scène car l’album a été pensé pour trois guitares pour que ce soit plus clair pour la scène et que chacun puisse apporter son toucher. Avec Steeves et Arnaud, nous sommes plus efficaces dans le développement de nos idées.

En fait pour "Februus", nous avons vraiment appris à nous connaitre sur scène et nous nous sommes rendu compte que les titres étaient plus clairs et fonctionnaient mieux que sur CD. Cette expérience nous a servi pour l’enregistrement de "La Partition" où nous avons enlevé tout ce qui ne servait à rien et gardé l’essentiel.


Donc avoir trois guitaristes sur scène est une volonté d’être plus vrai sans avoir recours à des pistes enregistrées.

Oui d’autant plus que l’album est plus ouvert à l’improvisation et limiter les pistes d’ambiance nous permet de développer cette improvisation et laisser s’exprimer notre dynamique en live.





La complexité de l’album lui donne une dimension progressive. Peut-on qualifier Uneven Structure de groupe progressif ?

Oui, je pense. D’autant plus que, comme je l’ai dit, on ne se retrouvait plus dans le djent. Le djent est très intéressant mais est basé sur un seul élément et tu ne fais pas un album de 55 minutes avec un seul élément.


Et l’arrivée de Steeves signifie-t-elle l’arrêt de mort de Beyond the Dust ?

Pose-lui la question, mais normalement non, je ne crois pas. En ce moment ils ne font pas trop de dates donc je ne pense pas que ça lui pose trop de problème de planning. En tout cas, nous ne sommes pas en train de le phagocyter complètement.


Même si les polyrythmies restent de rigueur, le travail sur la batterie de Arnaud a considérablement changé la musique du groupe en s’éloignant souvent du djent et en incorporant des blast beats plus proches du death metal, comme sur le titre ‘Our Embrace’. Es-tu d’accord et comment avez-vous travaillé les parties de batterie sur l’album ?

C’est un élément que nous n’avions pas du tout exploré sur "Februus". En fait j’étais un peu réfractaire aux styles extrêmes mais je trouve qu’il y a un renouveau du black metal qui est plus lumineux, plus harmonique. Cela m’a fait mieux comprendre cette musique et on a pu incorporer quelques éléments dans l’album.


Tu as dit au début de l’interview que les autres membres du groupe s’étaient impliqués dans la composition de l’album. N’as-tu pas eu trop de difficultés pour déléguer ?

Si, ça a été dur. J’ai dû apprendre à accepter et à me nourrir des idées des autres. Cela nous a permis de faire un vrai travail de groupe. Le gros avantage que nous avions est que nous étions tous d’accord sur la direction que nous voulions prendre. Dans ces conditions, il est plus facile de déléguer parce que nous avons un but commun. Et même si ce n’est pas exactement ce que j’ai en tête, c’est encore plus intéressant car il y a des surprises.


Et qu’attendez-vous de cet album ?

De faire des tournées et d’avoir les moyens de mettre le feu sur scène. Nous avons vraiment envie d’apporter un aspect visuel à nos shows et bien sûr, il faut du budget pour cela. Mais c’est quelque chose que nous aimerions vraiment développer.





Question traditionnelle de Music Waves : quel est ton meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Notre concert à Moscou. Je partageais une chambre d’hôtel avec Matthieu. Il trouvait que je sentais des pieds. Il m’a demandé de mettre mes chaussures sur le rebord de la fenêtre. Le lendemain, il ne restait plus qu’une chaussure. Il y avait 30 centimètres de neige. Sur le moment, ce n’était pas drôle. Mais quand j’y repense aujourd’hui, c’était vraiment très bête.


En fait tu réponds à ma question suivante : quel est ton pire souvenir en tant qu’artiste ?

Oui en fait, c’est celui-ci aussi (Rires).





On a commencé l’interview par la question qu’on t’a trop souvent posée. Quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

Là, tu me poses une colle.


Et bien, comme vous allez vous dépêcher de sortir le prochain album, on se donne rendez-vous dans deux ans et on commencera l’interview par cette question.

Ok, on fait comme ça !


Merci beaucoup

Merci



Plus d'informations sur http://www.unevenstructure.net/
EN RELATION AVEC UNEVEN STRUCTURE
DERNIERE ACTUALITE
UNEVEN STRUCTURE DONNE LA PARTITION A MUSIC WAVES!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant UNEVEN STRUCTURE
 
DERNIER ARTICLE
Après presque six ans d’attente, Uneven Structure revient avec son nouvel album "La Partition". Pour l’occasion Music Waves a rencontré Igor Omodei, guitariste et leader du groupe, pour évoquer le chant des sirènes.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant UNEVEN STRUCTURE
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
La Partition (2017)
Uneven Structure invente le post djent et nous livre, avec "La Partition", un album qui fera date dans l’histoire du metal progressif moderne.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant UNEVEN STRUCTURE

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017