MW / Accueil / Articles / DRAGONFORCE (4 AVRIL 2017)

DRAGONFORCE (4 AVRIL 2017)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL MELODIQUE
Fred nous a accordé quelques minutes dans son agenda surchargé pour nous parler de la compo de "Reaching Into Infinity", la dernière démonstration de force de... Dragonforce !
PHILX - 24.05.2017
Fred est une de ces valeurs sûres que nous rencontrons maintenant régulièrement, avec toujours autant de plaisir car lors de nos conversations, impossible de rester focalisés sur le projet du moment...


Salut Fred, nous nous étions vu pour ton projet Sinsaenum avec Joey Jordisson il y a moins d'un an, et nous sommes ravis de te revoir aussi tôt.

Mais moi aussi, ça me fait plaisir de te revoir, entre les différents projets et les sorties j'espère continuer ces rotations ! D'ailleurs, pour Sinsaenum, on prépare un EP pour la rentrée prochaine, j'étais d'ailleurs chez Steph hier... on se verra donc à nouveau prochainement...


Dans le cadre de Dragonforce, notre dernière rencontre remonte à juin 2014 pour la sortie de "Maximum Overload". Herman nous avait annoncé que ce serait Patrick Bruel qui produirait le prochain... Qu'en est-il ?

Nan, il a dit Patrick Bruel ? (rires). En fait, Herman a un peu vécu en France quand il était jeune et il a surement voulu ressortir une référence, parce que personne ne cite Bruel de nos jours, donc t'en déduis qu'il était en France dans les années 90 (rires) ! Mais c'est bien essayé de sa part, de continuer à s'intégrer ! Non, pour celui-ci on a fait appel à Alan Théo (fou rire général, ndlr).


Arrête, il a fait un album rock avec Steph Buriez justement !

Ouais, je sais, je ne l'ai pas écouté, j'ai pas osé demander à Steph en fait...





Depuis "Maximum Overload", votre line-up n’a pas bougé et Gee le petit dernier est toujours là ! Même si les changements font partie de la vie vous devez être satisfaits de travailler avec un line-up stable ?


Oui, c'est clair et c'est même le premier album que Gee enregistrait avec nous.
Après, malheureusement, pour la tournée qui vient, Vadim ne sera pas là car il reste auprès de sa famille pour le moment. Il reste bien sûr dans le groupe, mais il ne peut pas nous suivre sur la tournée, simplement.


Comment allez-vous pallier son absence du coup ?


En fait on joue au clic, donc on va ajouter des bandes avec ses synthés comme on le fait déjà pour les chœurs. Vraiment, c'est pas utile de le remplacer. Pour ce qui est des soli de claviers, on évitera de jouer les morceaux où il y en a, ou alors on les fera à la guitare.


Cela étant vous avez eu quelques frayeurs avec Mark qui a été malade et remplacé le temps de quelques dates par deux chanteurs, Per Asly et Alessio Garavello. Comment avez-vous appréhendé ces concerts ? Les annuler, vu la taille des évènements était impossible mais le stress engendré doit être assez considérable ? Avez-vous craint que Mark ne puisse vous rejoindre pour une longue durée ?

Ouais, on s'est posé la question car il souffrait d'acouphènes, donc ça lui provoquait des paniques parce qu'il n'arrivait même plus à dormir ! Mais aussi surtout qu'il fallait que les autres soient informés rapidement, donc tu vois Per a été prévenu 2 jours avant pour jouer au Masters Of Rock notamment en République Tchèque. Donc oui, c'est stressant même si on essayait de le cacher pour que lui ne stresse pas trop, il avait les paroles écrites, posées par terre, c'était pas évident pour lui, et tout s'est bien passé. Puis pour Alessio c'était très différent, parfois il se plantait dans les paroles, mais il s'en branlait complètement, mais c'est un très bon frontman, très bon chanteur donc ça s'est quand même super bien passé aussi. Stressant, oui, mais il fallait prendre les choses comme elles venaient en palliant son absence dans un premier temps, on s'est battu, puis Mark est revenu, on a fait les Etats-Unis, puis il s'est reposé, et là, c'est reparti, on vient de jouer en Autriche !


Vous tournez de manière intensive, Fred tu as été de plus été pris dans d’autres projets, on pense à Sinsaenum mais aussi à une intense tournée en cours avec Loudblast... Comment avez-vous trouvé le temps de vous poser pour écrire et enregistrer ? L’intensité de l’ensemble a du être très forte, Fred, tu nous parlais d’une volonté de sortir d’une zone de confort, vous aviez à ce point besoin de casser la routine d’une carrière déjà longue et bien remplie ? Il t’arrive de dormir la nuit en fait ?

(rires) C'est compliqué, c'est sûr. L'été dernier, j'ai fait le Massacra Tribute, on a joué au Fall Of Summer avec plein d'invités, donc c'était quelque chose à bosser. En parallèle, comme on disait, je sortais tout juste du rush avec Sinsaenum, Dragonforce était en cours, puis j'ai dû bosser les morceaux de Loudblast pour leur tournée, et on bosse aussi avec Stéphane sur les conférences "Metal, mode d'emploi", puis la compo de Sinsaenum avait repris... Ouais, j'étais arrivé à un stade où j'avais le cerveau qui était frit. J'étais claqué. Mais bon, il faut en profiter maintenant. Si j'ai toutes ces opportunités, ce serait dommage de devoir en refuser parce que "Attends, faut que je me repose !"


Comment fais-tu pour ne pas mélanger les compos de tes différents projets ?

Ça va, pour Dragonforce, j'ai composé les 3/4 de l'album, et c'est très différent de Sinsaenum, j'arrive à les mettre dans des boites différentes, et chronologiquement, ça ne s'est pas chevauché parce qu'on a commencé à le composer en 2015 alors que je fignolais avec Sinsaenum. Et comme on le disait, les compo de Sinsaenum dataient de bien longtemps. J'ai pas mélangé les deux, pour le moment je suis inspiré, j'en profite. Par exemple, Sam n'a fait "que" 'Jugement Day' et 'Midnight Madness' sur cet album parce que c'est plus dur en ce moment pour lui, et pourtant ça fait super longtemps qu'il est dans le groupe. Il y a des phases comme ça. Et paradoxalement, ces deux morceaux sont une bouffée d'air parce qu'ils sonnent comme du bon vieux Dragonforce ! Car pour tout le reste, c'est moi qui l'ai fait avec mon style, plus noir.


Avec Mark vous proposez votre 3ème album ensemble, la tâche a été rude pour lui de se faire une place dans le groupe mais à présent l’alchimie est parfaite et il est clairement complètement intégré à la formation comme un membre de la famille. Comment jugez-vous son parcours avec vous depuis 6 ans ? Son processus d’intégration a-t-il été parfois difficile et compliqué du fait qu’il avait à intégrer un groupe mondialement reconnu ?

Mark, en arrivant était tout neuf, il a fallu l'aider à trouver sa place sur scène, à se bouger, à devenir un vrai frontman. Pour nous, c'était plus simple car on est cachés derrière nos instruments. Puis il arrivait après ZP qui était excellent, la preuve il est maintenant avec Skid Row, qui est un de ses groupes préférés, je suis super content pour lui. Donc Mark a dû prendre ses marques (rires), d'autant qu'il y a toujours de la place pour l'amélioration. On continue de le conseiller en voyant les autres groupes, en s'inspirant, on reste très critique envers nous-mêmes.
L'arrivée de Mark nous a tous rapproché parce qu'avec ZP qui ne s'entendait plus avec les gratteux, et le groupe qui montait en puissance, on avait besoin de ça.






Le fait d’avoir achevé un processus et d’être de nouveau une bande d’amis a-t-il influencé sur l’écriture de ce nouvel album ? Tu nous dis avoir composé les 3/4 de l'album, mais lui as-tu donné un peu de place ?


C'est vrai que musicalement, j'aime faire les choses seul. Pour les paroles, je lui ai demandé de s'exprimer sur certains morceaux, parce que je voulais qu'il les interprète vraiment, qu'il les vive...


Justement, on peut le trouver encore plus à l’aise sur cet album. Il est hyper rapide dans son chant mais à la fois fluide et naturel. Il apporte une force énorme aux chansons. Sur 'Curse Of Darkness' par exemple, il est le pilier du titre et le porte d’un bout à l’autre, la musique se met à son service et le résultat est parfait. Si on dit qu’il est un des grands vainqueurs de cet album on a raison ?

Ouais, c'est exactement ça. C'était l'interprétation qui m'importait. Je lui ai fait écouter des chansons où je trouvais que le chanteur vivait son titre. Il a une très bonne voix, mais on a travaillé sur le sentiment. Les morceaux que j'ai composés, contrairement à ceux de Sam qui sont beaucoup plus rapides, sont plus posés, il y a la place pour ça. Je suis super content du résultat, il en a fait quelque chose de génial.


Musicalement la virtuosité est au rendez-vous et d’entrée de jeu vous frappez fort. Avec 'Ashes of the Dawn', 'Judgement Day', 'Astral Empire' c’est une déferlante de power heavy de haute volée. Cela reste important pour vous de proposer des titres offrant des riffs ultra rapides et des soli de la même trempe ? C'est pour vous la définition de ce que doit être le power heavy ?

Avant de trouver le titre de 'Ashes of the Dawn', c'était 'First Song', parce que je voulais travailler sur l'approche de l'album. C'est un des rares trucs que j'ai pu prendre de l'expérience Sinsaenum, il y avait 'Intro', 'First Song'... pour amener les gens dans une histoire, donner plus de substance, comparativement à avant. 'Ashes of the Dawn' a effectivement ce côté power metal fin 90's avec ce côté enjoué et un riff à la Megadeth. J'ai voulu me faire plaisir en retrouvant les émotions que j'avais ressenties en découvrant tel ou tel groupe. Au milieu de la chanson 'Final Stand', il y a un côté de l'album "Fear Of The Dark". Les morceaux rapides n'avaient pas leur place au début. Il y a la balade, 'Silence' qui parle du suicide, 'Edge Of The world' qui est long et lent... Il y a plusieurs définitions du power dans cet album, ouais. 'Ashes of the Dawn' est évident d'efficacité pour commencer l'album, il se peut que ce soit la première vidéo...


Dans cette optique de variété on remarque que vous aérez pas mal vos chansons. La fin de 'Judgement Day' propose une fin très mélodique et sur laquelle Mark fait un très bon travail vocal dans le côté accrocheur. De même le break d’Astral Empire calme le jeu dans un esprit très progressif avec un beau passage à la basse d’ailleurs, alterner les ambiances c’est important ? Le tout avant de repartir dans des soli furieux mais vraiment avec ce souci de la mélodie comme on le faisait dans les années 80 avec Helloween ou Gamma Ray ou dans les années 90 avec Hammerfall. Garder la mélodie au cœur du propos me semble être votre leitmotiv avec ce disque ?

Oui, tu vois, j'aime la musique, je vis avec, c'est omniprésent. Dragonforce fait du mélodique, clairement, c'est l'expression de ce côté très mélodique. Avec Sinsaenum, je recherche la mélodie dérangeante, c'est une gamme de mélodies différente. Dragonforce est plus accessible, même si j'essaye de compliquer les choses. Dans les aérations, j'irais même plus loin dans les citations parce que j'adore Deep Purple, Scorpions des 70's, là où il y avait de la dynamique, ce qu'on a rarement dans les groupes maintenant. J'aime ces moments où il n'y a plus de guitare, un solo de basse, puis quand ça revient, ça double l'effet dans ta gueule ! Ralentir pour mieux partir, plutôt que fond de balle comme avant. J'attache beaucoup d'importance à ça.


En parlant mélodie accrocheuse, on a trouvé avec 'Silence' une belle power ballade et là encore Mark effectue un travail remarquable, ce genre de titre plus facile d’approche est un passage obligé dans un album pour vous, un besoin d'aérer l'album avec un tempo plus modéré ?

Sur le précédent, on en avait une aussi, qui était positionnée en bonus, je n'en étais pas fan particulièrement. Pour 'Silence', j'ai trouvé le riff un jour à l'appart, et ma copine m'a direct dit "ah, ça, c'est bien !" Je ne savais pas comment le prendre parce qu'elle n'écoute pas de metal, mais en creusant dans cette direction, au moins il y a une chanson qu'elle aimera dans cet album (rires). Pour les paroles, j'ai voulu mettre des paroles sérieuses et non de guerrier sur une montagne. J'ai une amie qui s'est suicidée il y a quelques temps, et j'ai voulu en parler, ça me tenait à cœur d'aborder un vrai sujet poignant. Pourtant pour l’anecdote, j'ai décidé d'écrire ce morceau quand on était en Thaïlande avec Mark, alors qu'on s’apprêtait à aller dans un bar à striptease voir un show avec des balles de ping-pong, c'est dire (rires). Ni l'endroit ni le contexte ne s'y prêtait mais j'en ai eu besoin. Pour le reste, ce n'était pas calculé d'aérer l'album particulièrement. Parmi mes idées de titres, il y était.





Vous pondez avec 'The Edge of The World' un pavé de 11 minutes... Probablement le plus long que Dragonforce ait écrit depuis ses débuts. Pourquoi avoir eu envie à votre tour de proposer un aussi long titre ? Doit-on y voir une volonté de montrer que vous pouvez être bons dans l’exercice du titre à tiroirs teinté de progressif et qui regroupe toutes vos influences et qualités ?

Merci pour le compliment ! J'ai composé ce morceau après une discussion que j'ai eue avec un journaliste qui me parlait d'un titre épique de Bathory sur l'album "Hammerheart". J'ai pas été transcendé par le morceau particulièrement, mais avec le recul, sur 'The Edge of The World', je me rends compte que je me suis fait mon "Seventh Son" de Maiden avec intro et outro acoustiques, toute proportion gardée évidemment ! Puis j'ai toujours aimé des groupes comme Cradle ou My Dying Bride avec plein de changements. Je me suis lancé dans ce morceau. A la base il faisait même 13 minutes, avec une partie plus rapide qui sonnait davantage Dragonforce et Jens m'a dit "Quitte à prendre des risques, virons cette partie et gardons cet aspect lent tout le long." J'ai toujours fait ça plus jeune, et c'est sur "Maximum Overload" où j'ai commencé à le faire sur Dragonforce avec 'The Sun Is Dead'.


On a quand même été surpris par le growl, l’idée de faire sonner Dragonforce de cette manière était un défi, on a l’impression d’entendre un bon groupe de death !

Sur le passage de ce morceau, j'étais inspiré par My Dying Bride avec les harmonies. Encore une fois, j'ai cherché à me faire plaisir sur cet album, en étant le plus honnête sur ces émotions du début. Aujourd'hui, je les ressens moins quand j'écoute des albums récents aujourd'hui. Donc je me suis replongé dans My Dying Bride, Dio, Annihilator, Megadeth.. Pour ce passage, je ne savais pas à qui demander de le faire. Avec Jens, on évoquait Ihsanh, Sakis Tolis de Rotting Christ, et en fait, pourquoi pas Mark et ça sonne super bien ! C'est d'autant plus impressionnant de voir sa palette qui s'élargit, notamment auprès des fans qui savent ce qu'il fait. C'est lui aussi sur 'Evil Dead'...






Justement, parlons de ce bonus 'Evil Dead' qui nous a encore une fois collé au mur, pour cette reprise de Death. Le mettre en bonus c’est pour montrer que c’est un bon délire et que vous pouvez encore vous amuser à aller très très vite ? ? La façon de vous l'approprier nous fait penser au Helloween des débuts ce titre avec Hansen au chant !


Pour ce titre, on ne pouvait pas le mettre au milieu des autres qui ont une certaine couleur, une cohérence. 'Evil Dead' n'avait sa place qu'en bonus. C'est le nom de mon film d'horreur préféré, c'est le premier morceau de Death que j'ai découvert en vinyl, c'est le tee-shirt que j'ai porté sur une tournée, il y avait plein de raisons pour que je le fasse. Sam et Herman et moi adorons ce groupe. Sur l'interprétation, on pouvait la faire fidèlement, puis Sam a proposé de mettre du synthé. Le jeu de Vadim rafraichit le morceau je trouve.


Merci Fred !

Merci à toi !


Merci à Noise pour sa contribution !


Plus d'informations sur http://www.dragonforce.com/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 10387
  • 10388
  • 10389
  • 10390
EN RELATION AVEC DRAGONFORCE
DERNIERE ACTUALITE
DRAGONFORCE : Départ du bassiste Frédéric Leclercq
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant DRAGONFORCE
 
DERNIER ARTICLE
Fred nous a accordé quelques minutes dans son agenda surchargé pour nous parler de la compo de "Reaching Into Infinity", la dernière démonstration de force de... Dragonforce !

Lire l'article
Voir tous les articles concernant DRAGONFORCE
 
DERNIERE CHRONIQUE
Extreme Power Metal (2019)
Après une bonne période, Dragonforce retombe dans ses travers de surenchère technique et de course à la vitesse... et déçoit fortement.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant DRAGONFORCE

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019