MW / Accueil / Articles / MALKAVIAN (15 MAI 2017)

MALKAVIAN (15 MAI 2017)

INTERVIEW - THRASH - STRUCK - 16.05.2017
A l'occasion de la sortie de son deuxième album, Music Waves a rencontré Malkavian, groupe prometteur de la scène thrash hexagonale.

Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?

Romaric Lamare (chant) : Je dirais "pouvez-vous nous présenter Malkavian" … mais bon c’est le jeu !  A l’inverse, pour d’autres raisons, c’est assez plaisant qu’on ne nous la pose plus trop (Rires).


Votre actualité est la sortie de  "Annihilating the Shades" qui fait suite au très remarqué "The Worshipping Mass" - notamment par Music Waves. Vous avez mis à profit 2016 pour tourner notamment avec Dagoba, avez-vous ressenti une certaine pression au moment de vous lancer dans le successeur de "The Worshipping Mass" afin de faire au moins aussi bien ?

Romaric : Eh bien, oui et non. Oui car nous avions comme objectif de ne pas laisser trop de temps s’écouler entre le premier et le second album. Et bien sûr, nous souhaitions faire mieux que le précédent. Mais d’un autre côté, lorsqu’on est rentré dans la phase de composition, on s’est plongé dedans, et finalement on ne s’est pas trop pris la tête avec ça, on était trop occupés par la création ! 





Vous avez joué au Hellfest en 2015 dans le metal corner, vous avez été invité à une Dose 2 Metal, est-ce que ces évènements ont contribué à booster votre carrière ?

Nicolas Bel (guitares) : Forcément, c'est le genre d'opportunité qui te donne une super exposition (En plus d'être une expérience formidable). C'est toujours un gros point positif sur  le "CV" du groupe. Maintenant de là à dire que ça a boosté notre carrière, je ne pense pas. Par contre il est clair que notre nom a beaucoup circulé depuis ces épisodes.  Maintenant c'est à nous d'essayer de pousser encore plus loin avec le nouvel album. 

Romaric : De putain de souvenirs en tout cas, on espère que c'est un avant-goût de ce qui va suivre !


Quelle est la part de Finisterian Dead End dans votre montée en puissance ?

Romaric : Indéniablement importante. Nous avons signé avec le label juste avant de sortir notre premier album, et le travail que Laurent a accompli nous a vraiment aidés. Que ce soit dans la promotion, les contacts, la distribution, il nous a permis de diffuser le nom du groupe à une échelle nationale, voire internationale, ce que l’on aurait surement pas pu faire seuls. De plus, on a construit ce partenariat en travaillant ensemble, pas l’un pour l’autre. Cela crée donc des liens et une bonne dynamique.  Avec ce second album on espère que cette collaboration sera encore plus fructueuse, et que nous irons encore plus loin.


Il y a une certaine prise de risque dans le nouvel album


Quel était ensuite votre état d’esprit au moment de composer le nouvel album ? "The Worshipping Mass" a été un succès et vous a permis de vous affirmer au sein de la scène metal française et vous avez réussi votre objectif de franchir un palier supplémentaire, quel est votre objectif suivant : vous faire connaitre encore plus à l’international et continuer d’avancer ? Le tout sachant que vous arrivez à un carrefour délicat, le deuxième album c’est souvent un quitte ou double et ce palier n’est pas facile à franchir et peu y sont arrivés au final.

Romaric : L’état d’esprit était justement de ne pas trop se prendre la tête avec ça. On sait qu’on a progressé et acquis de l’expérience avec le premier album, donc on s’est contenté d’avancer. Ça n’a bien sûr pas toujours été simple, mais on n’a pas trop pensé à ça à vrai dire. L’objectif suivant, c’est en effet de se faire connaître via de nombreux concerts, en France et à l’étranger, et de profiter à fond des expériences à venir !  On ne pense pas à cette histoire de palier, on se donne à fond, et on va au bout des choses. Le but est de ne pas avoir de regrets quand on regardera derrière nous !

Nicolas : Je pense qu'il y a une certaine prise de risque dans le nouvel album. Nous n'avons clairement pas choisi la voie de la facilité e et tenté de refaire un "The Worshipping Mass" bis pour être sûrs de ne pas déstabiliser les fans du premier album. Il a été composé avec les tripes, avec notre état d'esprit du moment et surtout pas dans une démarche de plaire au plus grand nombre ou de suivre la mode actuelle, c'est pourquoi il est plus agressif, plus torturé que le premier. Maintenant en effet, on espère pouvoir avancer tout en gardant notre ligne directrice.



The Arrs, malgré un talent certain le groupe a décidé de jeter l’éponge après une dernière tournée. Comment voyez-vous cette situation où des groupes talentueux doivent arrêter leur carrière ? Qui est responsable au final, les fans qui n’achètent plus ou ont du mal à venir aux concerts, les médias qui parfois ne soutiennent pas les groupes de forte manière ou une conjoncture difficile pour les groupes qui doivent à côté de la musique subvenir à leurs familles et leurs besoins ?

Nicolas : Le marché de la musique en règle générale subit d'énormes mutations depuis des années. On connait tous la baisse des ventes de CD, l'apogée du streaming etc.
Le metal est une niche, et comme on le sait, divisée en une multitude  de sous-genres et, de base, tu ne touches qu'une partie plus ou moins grande de ce public et, comme partout, tu as les phénomènes de mode, les cycles etc. il n'y a pas de responsable particulier. C'est un ensemble je pense.



L’important est le présent, les moyens qu’on se donne pour réussir.



Même si le groupe est jeune, craignez-vous déjà de devoir aussi un jour tout arrêter si vous n’arrivez pas à dépasser le cap du plafond de verre ?

Romaric : Comme je te disais plus haut, on ne pense pas à ça. On fait les choses pleinement, et même si on a de l’ambition, c’est important, on ne se prend pas plus la tête que ça. L’important est le présent, les moyens qu’on se donne pour réussir. Bien sûr on a une vision à plus long terme, mais rien ne sert de se mettre la pression avec ce genre de choses.


Pour revenir à la musique, on constate que vous enfoncez le clou avec ce nouvel essai encore plus puissant que son devancier : c’était une des conditions du cahier des charges au moment de vous lancer dans sa composition ?

Romaric : Clairement oui, on avait vraiment envie d’aller plus loin.

Nicolas: Comme expliqué plus haut,  on ne voulait pas refaire le même album deux fois. On a besoin d'explorer d'autres univers, d'autres ambiances.  S'il est plus puissant,  ce n'est pas vraiment une volonté, mais un besoin, un défouloir.


Cet album reste dans une mouvance thrash moderne avec un esprit proche de Slayer et Death Angel : était-ce une volonté ?


Nicolas : Le coté moderne vient du fait qu'on sort un peu des sentiers battus du thrash traditionnel mais la plupart des riffs ont une base oldschool. Encore une fois, il s'agit juste du besoin d'explorer autre chose.


"Annihilating the Shades" est fait d'un bloc et possède une identité propre du début à la fin.


Soli ébouriffants, chant maîtrisé, 'Altar Of The Damned’, ‘KBA’ et ‘Encryption Process’ marquent le disque de leur empreinte et témoignent que vous avez franchi un palier : en avez-vous conscience ?

Nicolas: "Annihilating" est différent  de "Worship", c'est sûr, mais ce sont deux albums nourris par des sentiments et des influences différentes. 'Wolfpack', la dernière piste de "The Worshipping Mass" est un morceau qu'on affectionne particulièrement par exemple. Il est vraiment unique et n'est  comparable avec aucune autre compo.
"Annihilating the Shades" est cependant plus homogène, l'album est fait d'un bloc et possède une identité propre du début à la fin. C'est surtout sur ce point que nous avons évolué.

Romaric : Les morceaux que tu cites sont en effet les titres les plus directs et accrocheurs et ils possèdent chacun une identité qui peut tout de même se rattacher à un noyau commun. On sait, comme je le disais plus tôt, qu'on a évolué, qu'on a plus d'expérience, de maturité peut être et donc on est heureux d'avoir su retranscrire ça dans notre album. 


Avec cette entame, la chronique de Music Waves annonce que vous êtes d’une "force digne des grandes formations thrash que sont Overkill, Slayer ou Testament". Est-ce qu’on s’enflamme ?

Romaric : Ce n'est pas à nous de le dire dans tous les cas, mais même si ça fait plaisir, on préfère éviter de se comparer à des groupes de cette envergure et ayant eu un tel impact sur le monde musical. On fera tout pour perpétuer ce sentiment, et on préfère démontrer les choses que d'en parler. Si on a cette force on espère qu'elle restera longtemps en nous !


Tel Slayer sur "South of Heaven" vous abordez une face plus sombre (Ruins, the Great Overset, Spit Away) qui glace le sang par des atmosphères savamment orchestrées. Est-ce que la mise en place de telles atmosphères a été compliquée ?

Nicolas : Les riffs en eux-mêmes, les ambiances, sont venus naturellement.  C'est plutôt sur les structures, la manière d'amener ces parties qu'on a un peu plus réfléchi. Il fallait que ces passages opèrent comme des coups de marteau et qu'ils se mélangent parfaitement avec les passages plus cliniques et froids.


En clair, avec "Annihilating The Shades" à la croisée du thrash moderne et old-school qui surpasse son prédécesseur vous frappez un grand coup. Pensez-vous qu’un tel album puisse propulser Malkavian en tant que le chef de file de la nouvelle scène thrash qui ne trahirait pas l’héritage de ces glorieux aînés ?

Nicolas: Ça sera avant tout au public d'en décider. Il serait vraiment présomptueux de notre part de dire qu'on peut devenir les leaders d'une scène. Pour commencer il est déjà important pour nous de montrer que le thrash n'est pas figé, que c'est un style qui a encore beaucoup à donner sans pour autant le trahir.






Avec une telle bombe dans les mains, qu’attendez-vous de cet album ?

Nicolas: Qu'il nous ouvre les portes de plus grandes scènes, d'autres pays, en découdre toujours plus auprès du public.

Romaric : On espère également que le groupe se développe encore d'avantage dans son organisation. (booking, réseau etc)


Quelle peut être la prochaine étape ? 

Romaric : Si les attentes qu'on a de cet album se réalisent (et bien sûr si on fait ce qu'il faut pour) alors nous serons à la prochaine étape.


Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Nicolas : Ça restera le fait de voir un public entier acquis à ta cause; cette sensation de se nourrir de cette énergie qui converge vers toi et qui te pousse toujours à te donner encore plus sur scène.  

Romaric : Effectivement, la scène et le public c'est vraiment quelque chose d'extraordinaire... Je crois qu'on aurait du mal à s'en passer. Ce n'est pas original de dire ça mais je crois que celui qui n'a jamais été sur scène ne peut pas imaginer ce que c'est.


Au contraire le pire ?

Nicolas : Le grand classique: taper des centaines de bornes pour finir par jouer devant une dizaine de personnes au milieu de nulle part.


Quelle est la question que vous aimeriez que l’on vous pose ?

Romaric : Ben tiens, justement c'est cella là (Rires) !


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Nicolas : Ce que je dis souvent: bougez-vous pour vos assos locales, bougez-vous aux orgas en dehors des grosses pointures et des gros festivals. La scène française regorge de groupes et de personnes qui ont la volonté de faire vivre la scène mais c'est avant tout grâce à vous que la musique underground vit.



Plus d'informations sur http://malkavian.bandcamp.com/
EN RELATION AVEC MALKAVIAN
DERNIER ARTICLE
A l'occasion de la sortie de son deuxième album, Music Waves a rencontré Malkavian, groupe prometteur de la scène thrash hexagonale.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant MALKAVIAN
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Annihilating The Shades (2017)
Malkavian transforme l'essai de son premier album en proposant un thrash incisif dégageant une puissance redoutable.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant MALKAVIAN

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017