MW / Accueil / Articles / ULTRA VOMIT (11 MAI 2017)

ULTRA VOMIT (11 MAI 2017)

INTERVIEW - AUTRES - STRUCK - 02.06.2017
Music Waves a rencontré Le roi Fetus et le farfadet Bausson pour une interview.... surprise car sérieusement intéressante !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    

On s’était rencontré en février 2009 dans le cadre de la promo mais non rôdé à l’époque, je n’avais pas posé mes questions désormais traditionnelles : quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

Fetus : Ah tu veux dire la question qui pourrait éventuellement nous casser les rouleaux ? Et bien il y en a deux que je ne peux pas dissocier à savoir "Objectif : Thunes, objectif atteint ?" et "collectionnez-vous toujours les canards ?". Après il peut y en avoir d’autres.

Matthieu Bausson : Et ce sont tes prochaines questions ?





Et bien non, justement, on va essayer de faire sérieux. Votre actualité est la sortie de votre 3e album, quels sont les premiers retours ?


Fetus : Et bien écoute, on a eu des bons retours des ventes d’albums apparemment et les avis sont positifs, c’est cool. J’avais un peu peur évidemment : est-ce que ça va faire marrer les gens ?


[Concernant les 8 ans de silence entre "Objectif : Thunes" et "Panzer : Surprise"] la vérité vraie c’est que pas d’idée, pas de vanne.





Justement, neuf ans depuis l’album précédent "Objectif : Thunes", où étiez-vous passés ? Dans le ventre d’un chien géant ou explication plus plausible, vous étiez dans le train fantôme en retard de 8 ans  ou plus sérieusement, as-tu eu la pression de faire aussi bien que l’album précédent qui avait marqué à l’époque ?

Fetus : Tu as répondu à la question, effectivement. Généralement, on répond des conneries du style : on est tombé dans un trou noir, on a attendu que le petit passe son brevet … Mais la vérité vraie c’est que pas d’idée, pas de vanne.


Il y en avait déjà une, c’était ‘Calojira’ que vous rodez depuis quasiment la promo de "Objectif : Thunes".

Fetus : C’est vrai. Mais à cette époque, pour nous il était certain que le prochain album serait dans longtemps.


Le plus marquant sur scène, ce sont les vocaux et la qualité musicale. Est-ce qu’il n’y a pas une frustration à ne pas être reconnus en tant que musiciens ?

Fetus : Non pas trop parce que, dans mon cas, si j’avais vraiment envie qu’on me reconnaisse en tant que musicien, je ne ferais pas ça. Le fait de bien jouer est au service de la vanne et de ce qu’on dégage. Ce serait moins marrant sinon.


Je me considère moins comme guitariste que comme imitateur





L’objectif est donc de faire rire avant tout ?

Fetus : Oui, tout à fait ! Je me considère moins comme guitariste que comme imitateur. Je sais jouer mais je ne me sens pas guitariste. Je ne pourrais pas jouer un vrai solo de guitare. J’ai une bonne main droite mais je n’ai pas appris la guitare dans les règles de l’art. Je suis plutôt autodidacte et je ne me sens pas vraiment guitariste. D’ailleurs j’ai commencé par la batterie et à la limite, je me sens autant batteur que guitariste.


Certes mais malgré l’impression de facilité qui se dégage de l’album, il est clair qu’il y a beaucoup de travail. Comment travaillez-vous ?

Fetus : Par exemple, quand on a sorti "Objectif : Thunes", nous pensions déjà faire un morceau avec la voix de Lemmy depuis au moins cinq ans. Mais on n’avait pas trouvé le contexte. Et puis un jour l’idée arrive et tout va vite. Certaines idées ont besoin de maturation. A l’inverse, l’idée de ‘Kammthaar’ est venue dans les derniers mois de composition.

Matthieu : En fait ‘Kammthaar’, ‘Takayoki’ et ‘Evier Metal’ ont été composés dans les derniers mois.

Fetus : ‘Evier Metal’ a une histoire particulière...


Pourquoi, à cause de la quéquette ?

Fetus : ??

Matthieu : (Rires) Les paroles sont tellement affligeantes qu’il les a oubliées.

Fetus : (Rires) C’est le principe d’Ultra Vomit. On fait chanter aux gens des choses horribles et ils oublient qu’elles sont horribles grâce à la puissance de la musique et des mélodies.


Comme j’aime beaucoup le côté pop sucrée, j’arrive à écouter les titres d’Andreas et Nicolas en oubliant le côté parodique.


Justement, en ce qui me concerne, je n’ai pas adhéré au principe de Andréas et Nicolas (Ndlr : duo acoustique de Fetus et Greg, ex-Ultra Vomit) parce que justement il manque la puissance de la musique. As-tu eu des retours dans ce sens ?

Fetus : En fait je ne suis pas loin de penser comme toi. Mais quelqu’un m’a demandé si je ne pourrais pas monter un groupe de metal plus sérieux. Mais si j’étais sérieux, je ne ferais pas de metal, je pense que je jouerais de la musique acoustique ou classique. Je ne me sens pas viscéralement metalleux. Mais par contre il n’y a rien de mieux pour exprimer la bêtise et la gaminerie. Ça fonctionne parfaitement et c’est ce qui fait que le metal a son sens. Du coup je suis plutôt d’accord avec toi sur Andreas et Nicolas. Mais comme j’aime beaucoup le côté pop sucrée, j’arrive à écouter les titres d’Andreas et Nicolas en oubliant le côté parodique.


Finalement le soin que vous mettez à plagier les groupes et à les détourner relève plus de l’hommage que de la parodie ?

Fetus : Oui, c’est le cas. Même si je ne considère pas le terme parodie comme péjoratif. Nous aimons un minimum les groupes que nous parodions.


Justement Gojira l’a pris comme un hommage et a relayé ‘Calojira’ sur sa page Facebook. Tous les groupes que vous parodiez ont-ils autant d’humour ?

Fetus : Il y en a plein qui sont morts donc ça va être compliqué (Rires). Mais nous savons aussi que c’est le cas de Tagada Jones qui a relayé ‘Un Chien Géant’


Pourquoi ‘Un Chien Géant’ d’ailleurs ?


Fetus : C’est un néginia, un mot qu’on a inventé pour décrire une situation absurde et incompréhensible. En fait c’est une vieille idée. A l’époque de Myspace, un mec avait mis sa photo de profil avec une citation : "Nous vivons tous dans le ventre d’un chien géant". J’ai trouvé ça tellement absurde que je l’ai notée.


"Panzer : Surprises" contient des parodies de Gojira, Pantera, Rammstein. Comment allez-vous expliquer à Rammstein que vous avez composé un morceau meilleur que les leurs ?

Fetus : (Rires) Je prends ça comme un compliment mais dans le cas présent plus que Rammstein, c’est le projet solo de Lindemann qui m’a inspiré.





La production de l’album par Fred Duquesne est vraiment énorme. Est-ce que l’idée était de faire un album accessible à tout le monde, même à ceux qui ne comprennent pas les vannes ou qui ne sont pas particulièrement attachés au metal ?

Fetus : Oui. Ce qu’on veut, c’est surtout un gros son d’enc…., avec "Objectif : Thunes" on avait un gros son de bâtard, pour celui-ci on voulait passer un cap ! Et quand une chanson est enregistrée, je me demande toujours si je pourrais l’aimer quand même si j’étais un Chinois ou un enfant de quatre ans.


‘Pipi vs Caca’ et ‘E-tron’ démontrent que votre humour est beaucoup plus soft qu’avant. "Panzer : Surprise !" est l’album de la maturité ?

Fetus : (Rires) Carrément, il n’y a aucun doute. Après j’avoue que s’il n’y avait que ça, ça m’ennuierait un peu. D’ailleurs Manard (Ndlr : batteur d’Ultra Vomit) n’en est pas très client. Il nous suit parce que ça nous fait rire et qu'il est bon public. Mais ces titres sont plus le délire de Fabien Le Floch (Ndlr : dit le Nain Flockos, guitariste lead), il n’y est d’ailleurs pas étranger. Les paroles de ‘Pipi vs Caca’, c’est lui !


Le titre ‘Noël’ sent le vécu, notamment sur les cadeaux de merde. Est-ce un message au vrai Père Noël ?

Fetus : (Rires) C’est la première fois qu’on nous pose cette question. Mais bien sûr, le Père Noël est ma passion


Entre les parodies de Darryl Cowl, Carlos sur le précédent album, aujourd’hui, Ken le Survivant, La chenille, Marc Lavoine dans Kammthaar, Images dans Evier Metal… vos références parlent à la tranche d’âge 40/30 ans… ne craignez-vous pas de vous couper d’un certain public plus jeune ?

Fetus : C’est pour ça qu’il y a aussi ‘Pipi vs Caca’ et ‘E-tron’ ! En fait, on essaye surtout de se faire marrer nous-mêmes et si ça fait rire des gens tant mieux. Mais exclure certaines personnes, non ! Par exemple, Ken Le survivant va parler à certains mais les autres peuvent la trouver cool quand même, même sans connaitre le dessin animé.

Matthieur : D’ailleurs, moi-même je ne connaissais pas ‘La Bouillie’ (Rires).


Quand on s’était rencontré en 2009, tu refusais de répondre à la question de savoir si tu te projetais dans dix ans. Donc dix ans plus tard, si je te repose la question : est-ce que tu te vois dans dix ans ?

Fetus : Je suis quasiment sûr que je ferai encore de la musique. Je ne sais pas si ce sera toujours du metal, c’est difficile à dire. En fait, dix ans c’est rien.
Et puis, comme tu me disais en aparté que tes enfants aimaient notamment 'Pipi vs Caca' qui leur faisait penser à Sébastien Patoche, on peut se dire qu'on a déjà notre public de dans 10 ans (Rires)!


J’ai toujours l’obsession du contrôle et on s’est bien pris la tête pour réaliser cet album





Flokos disait de toi que tu étais quelqu’un qui a une passion évidente pour la remise en question et le doute permanent : est-ce toujours le cas ?


Fetus : Oui, mais un peu moins. Je suis moins pénible qu’avant. J’ai toujours l’obsession du contrôle et on s’est bien pris la tête pour réaliser cet album. Mais si tu es trop perfectionniste musicalement, ça peut être au détriment de ce que tu veux dire. Je me suis un peu détendu avec le temps. Le mieux est l’ennemi du bien.


On s’était rencontrés en février 2009 dans le cadre de la promo de "Objectif Thunes" signé par Listenable au Kata Bar, ce nouvel album est signé sous Verycords, promo au Hard Rock Café : peut-on enfin dire que vous vous faites des couilles en or avec Ultra Vomit (sachant qu’apparemment tu fais 50/50 avec toi-même si on lit entre les lignes de ‘Anthracte’) ?

Fetus : D’ailleurs, tu as compris la référence du morceau ‘Anthracte’ ? En fait c’est la fameuse engueulade entre Thierry Roland et Jean-Michel Larqué en finale de coupe du monde où ils se sont engueulés pour une histoire de places. C’est énorme, c’est ultra drôle. Tu vois, même si tu n’as pas la référence, ça te fait rire.


Est-ce que ta vie a changé depuis "Objectif Thunes" parce qu’à l’époque tu étais obligé de vivre chez tes parents. Est-ce que tu vis maintenant de ta musique ?

Fetus : En fait j’ai mis de l’argent de côté et j’ai pu garder l’intermittence en enchainant Ultra Vomit et Andréas et Nicolas, donc ça va. Ce n’est pas la richesse éternelle mais je ne suis vraiment pas à la rue.


Vous avez mis l’album en intégralité sur youtube. Avez-vous renoncé à vendre des albums ? L’objectif thunes est-il devenu aujourd’hui uniquement le live ?

Matthieu : Personnellement, j’achète encore des albums !

Fetus : Moi, je n’achète plus d’albums depuis très longtemps. En fait pour Youtube, on s’est dit que de toute façon il y serait très vite. Donc autant qu’on l’y mette nous pour avoir un contrôle sur les vues.


Une autre alternative pour se faire du blé : lancer votre propre marque de bière, la keken ?

(Rires) Oui pourquoi pas, ce serait cool !


Qu’attendez-vous de cet album ?

Matthieur : D’être encensé !


Quel est votre meilleur souvenir d’artiste ?

Fetus : Le premier Hellfest

Matthieu : Le prochain Hellfest





Le pire souvenir ?


Fetus : Un retour de concert de Valenciennes. On est tombé dans une tempête de neige. L’embrayage a lâché. Obligé de se faire dépanner puis de prendre le train. On a fait Valenciennes-Nantes en 35 heures.


On a commencé par la question qu’on a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?

Fetus : Qu’est-ce que tu fais ce soir ? Et je répondrai : un bon karaoké à Pigalle.





Rendez-vous à Pigalle alors. Merci beaucoup


Merci à vous !


Merci à Newf responsable des questions et de la retranscription...



Plus d'informations sur http://www.ultravomit.fr.st/
EN RELATION AVEC ULTRA VOMIT
DERNIERE ACTUALITE
HELLFEST WARM UP TOUR 2K18 au Ninkasi Kao de Lyon
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ULTRA VOMIT
 
DERNIER ARTICLE
Pour sa seconde journée le Betiz Fest a mis les petits plats dans les grands avec une affiche métallique très riche.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ULTRA VOMIT
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Panzer : Surprise ! (2017)
Ultra Vomit nous propose tout simplement le meilleur album d’"Evier Metal" de l’année. "Panzer Surprise !" est un antidépresseur musical, à écouter en buvant de la Keken et en dégustant du Takoyaki, entre deux fous rires.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ULTRA VOMIT

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018