MW / Accueil / Articles / INTERVIEW STEVEN WILSON (1er juin 2017)

INTERVIEW STEVEN WILSON (1er juin 2017)

INTERVIEW - ROCK PROGRESSIF - CALGEPO - 30.06.2017
A l'occasion de la sortie de son tant attendu nouvel album, Steven Wilson a reçu Music Waves en toute décontraction pour évoquer bien sûr "To The Bone", ses envies mais aussi lever en partie le voile sur sa vie...
  •  
  •  
    
"To The Bone" va faire couler beaucoup d'encre et en premier lieu celle de cette interview que Steven Wilson nous a accordée pour évoquer ce nouvel album et se livrer sur sa vie d'artiste.

Steven, après "Hand.Cannot.Erase" et une longue tournée qui a connu un grand succès, tu t'es remis rapidement au travail pour composer "To The Bone", tu as participé aussi à "Blackfied V", comment expliques tu cette boulimie de travail, cela signifie-t-il que seuls la mort ou l'amour t'arrêteront ?

L'amour probablement,  la mort certainement. C'est comme une course, je ne peux m'arrêter. J'aimerais pourtant pouvoir faire une pause et prendre quelques jours de vacances, mais je ne peux pas m'empêcher d'écrire, de prendre une feuille et d'y coucher des paroles. Je tiens ça de mon père, il était toujours occupé à faire quelque chose. Toutefois, les gens ont une vue un peu distordue par rapport à cela. Tu as mentionné "Blackfield V", pourtant je n'ai écrit qu'une chanson. Je n'ai pas été aussi impliqué que l'on pense.



C'est surprenant car quand nous écoutons ce disque il a semblé être le meilleur album de Blackfield , et lorsque nous avons interviewé Aviv il nous a dit que l'album marquait ton retour dans le groupe, tu es d'ailleurs mentionné dans les crédits, peut-être pas autant que prévu alors ?

Oui, en réalité j'ai beaucoup été impliqué dans la fabrication, en qualité de producteur. Pour être tout à fait honnête, il est plus facile d'être assis derrière que lorsque quelqu'un écrit une chanson. Tu n'as simplement qu'à dire : "Tu devrais faire ça, comme ça, non pas comme ça, fais ça..." (Rires). La chose la plus difficile est de commencer à noircir une page blanche.


Lorsque Ninet s'empare d'une chanson, on ne sait pas à quoi s'attendre tellement elle est talentueuse.



Sur cet album tu as à nouveau travaillé avec Ninet Tayeb. Lors de notre dernière rencontre, tu nous as dit qu'elle t'avait apporté beaucoup d'idées, est-ce le cas à nouveau ?

Lorsque Ninet s'empare d'une chanson, on ne sait pas à quoi s'attendre tellement elle est talentueuse. Elle est surprenante. Je crois que ce qui a changé dans le processus c'est que pour cet album j'ai écrit pour sa voix. Pour "Hand.Cannot.Erase" et 'Routine' en particulier je n'avais pas encore trouvé celle qui allait chanter. Elle a réalisé un travail incroyable sur cette chanson.


Peut-être qu'elle t'a aidé à être encore plus créatif sur ce nouvel album ?

Définitivement. Lorsque vous connaissez les possibilités d'une personne, en l'occurrence NInet, vous assimilez tout son potentiel pour votre création et parfois vous pousse à aller au-delà. Il y a 3 chansons en duo avec elle et chaque interprétation a été incroyable.


Tu as donc à nouveau fait appel à elle, mais à l'inverse, pourrait on voir un jour Steven Wilson avec Ninet Tayeb sur un de ses albums, pourquoi pas en qualité de producteur ou comme tu le fais avec Aviv Geffen ?


Participer à un de ses albums ? J'aimerais bien, elle est fantastique.


Vous en avez parlé ?

Non pas encore.


Pour quelles raisons ? Ce pourrait être une belle opportunité, comme pour Aviv, d'avoir une belle exposition en Europe, pour sa popularité ?


Il faudrait le lui demander mais nous n'avons jamais évoqué cela ensemble.


Elle est trop timide pour le faire ?

Peut-être, vous savez, son mari est aussi son producteur, un excellent producteur et je ne voudrais pas me mettre au milieu de ce ménage.


Tu imagines déjà être la cause d'une séparation, avec les gros titres des journaux : "Ninet divorce à cause de Steven WIlson" ?

(Rires) Je ne voudrais absolument pas en être la cause.


"Hand.Cannot.Erase" a eu un très bon accueil auprès de la presse et du public encore plus nombreux, as-tu ressenti une certaine pression à l'entame de la composition de "To The Bone" ?

Pas de la manière dont tu abordes le terme pression. Je ressens toujours une certaine pression, celle de continuer à être créatif. Là où elle se situe réellement c'est sur ma volonté de ne pas refaire deux fois la même chose. La pression comme tu l'entends serait de faire aussi bien que "Hand.Cannot.Erase" et d'obtenir quelque chose de similaire. Or, pour moi elle est différente, il s'agit d'arriver à faire tout autre chose.


La seule chose consciente lorsque que je me lance dans l'écriture d'un nouvel album est celle de ne pas faire quelque chose de similaire au précédent.


Cela rejoint la question suivante, durant ta carrière solo tu as toujours sorti des albums différents avec toujours cette touche Steven Wilson : la cold et dark wave sur "Insurgentes", le freejazz avec "Grace For Drowning", le rock progressif des années 70 dans "The Raven That Refuse To SIng", l'urbain et le rock dans "Hand.Cannot.Erase", quand tu te lances dans un projet, es tu conscient de faire presque un exercice de style ?

(Hésitant) Un exercice de style. Je ne sais pas si c'est quelque chose de conscient. La seule chose consciente lorsque je me lance dans l'écriture d'un nouvel album est celle de ne pas faire quelque chose de similaire au précédent. Le reste se manifeste naturellement. Lorsque que je me suis lancé dans la conception de "To The Bone" je ne savais pas à l'origine qu'il serait aussi influencé par les années 80. Ce n'est qu'après que je m'en suis rendu compte.


Cette influence n'était donc pas celle d'origine et tu ne l'as réalisé qu'après ?

Pas au début en effet. Si tu regardes le processus d'écriture ainsi (Ndlr : il tend les bras devant lui), au tout début l'ensemble n'est pas très clair, à partir du milieu cela le devient de plus en plus, ça se dessine. Je complète le projet au fur et à mesure que les idées me viennent. Elles s'imbriquent alors qu'au départ la direction n'est pas figée. C'est ainsi que je fonctionne, c'est une procédure organique qui évolue en fonction de ce que j'écoute, de ce que je lis, de ce que je regarde aux actualités notamment.


Pour cet album, quel a été le point de départ ?


Certainement ce qui se passe dans le monde actuel et je me suis concentré sur l'aspect songwriting de l'album. Cet aspect était là avant mais pour "To The Bone" il a été accentué. Cela a été la décision la plus consciente.



Parlons des inspirations justement, 'Pariah' semble être un hommage à 'Don't give up' réunissant Peter Gabriel et Kate Bush, 'Permanating' avec son refrain que n'aurait pas renié Tears For Fears et son interlude Beatles mais surtout qui sonne très Electric Light Orchestra, 'Song Of I' et sa rythmique qui fait penser à Prince, est ce que tu as voulu rendre un hommage à ces albums qui t'ont bercé ?


Je suis entièrement d'accord lorsque tu cites Electric Light Orchestra, idem pour 'Song Of I' qui fait aussi penser à Depeche Mode et pour tout le reste. Je pense qu'il il y a 2 manières d'analyser le jeu de ces influences. La première est l'inconscience. Tu as eu raison de mentionner tous ces artistes car c'est avec eux que j'ai grandi. J'ai beaucoup écouté plus jeune E.L.O, Kate Bush... tout cela fait partie de mon ADN. D'ailleurs, après l'écoute de chaque album, beaucoup me font remarquer que je suis influencé par un tel ou un tel ce à quoi je n'avais pas pensé mais au fond ... c'est exact, ces influences sont bien présentes. Et la seconde façon, c'est l'intention de les utiliser et de s'en servir. Comme quand tu cites 'Don't Give Up' qui est une référence pour 'Pariah' sur comment écrire sur les relations entre un homme et une femme sur le point de rompre.


Tu es fier de cela : que ces chanteurs soient cités pour cet album ?


Je n'ai pas à rougir de ces comparaisons car ce sont des artistes qui ont sorti de très grands albums de pop music.


Mon objectif est de transcender ces inspirations.


Sans doute mais lorsque nous citons par exemple 'Don't Give Up', arriver à écrire une chanson presque aussi forte, c'est gratifiant ?

Pour moi l'essentiel est de trouver la ligne extrêmement fine entre être dans l'imitation de ces influences et les transcender. J'aimerais que l'on retienne de mon travail que j'ai apporté quelque chose de frais à celles-ci, de nouveau. Voilà mon objectif : essayer de transcender ces inspirations, je ne suis pas sûr d'y arriver. Souvent on me dit ça sonne ainsi, je dis oui bien sûr mais pour d'autres ça sonne autrement... Toutefois je ne veux pas être un simple pastiche, l'ombre de quelqu'un. Mais, comme tout le monde, ma musique a une référence au passé.


J'aimerais penser qu'à l'écoute de mes chansons on ressente les influences mais qu'à la fin de la journée on dise "ça sonne comme du Steven Wilson".

Ce sont les fondations de ce que tu es ?

C'est exact, mais si tu es un grand artiste, un bon, tu dois les améliorer et en tirer quelque chose de neuf. Toute musique relativement récente a une source : Led Zeppelin - Chicago blues ; les Beatles - America rock'n roll records. L'idée reçue que Led Zeppelin ou les Beatles ont créé quelque chose sorti de nulle part et ont changé l'histoire de la pop ou du rock n'est pas totalement vraie, dans un sens c'est exact ils ont transcendé en empruntant au passé ce qui a déjà été inventé. Je crois que Bob Dylan a dit : "un artiste amateur est influencé, un grand artiste vole" parce qu'un grand artiste sait qu'il peut "voler" et que ça sonnera autrement. Un autre musicien restera dans l'influence et n'apportera rien. J'aimerais penser qu'à l'écoute de mes chansons on ressente les influences mais qu'à la fin de la journée on dise "ça sonne comme du Steven Wilson".


Quand tu vois les personnes ici à t'interviewer qui font aussi partie de tes fans, tu dois sentir que tu es un grand musicien et que tu as du succès dans ce que tu fais ?

Je voudrais penser que lorsque les gens écoutent mes albums puissent dire c'est Steven Wilson, peu importent les influences distinctes.


Sur ce nouvel album tu gardes une ossature progressive surtout sur les derniers titres qui sonnent comme sur Hand.Cannot.Erase, ces titres sont-ils issus de démos de cette époque ?

Non.


Quand nous les écoutons, nous avons cette impression...

Je pense peut-être que 'Song Of Unborn' pourrait sonner comme 'Routine', comme une chanson traditionnelle telle que 'Raven' avec le piano, probablement oui.


Cet album sur sa structure est également progressif, avec des chansons placées au début qui semblent être plus immédiates jusqu'au deux tiers où les titres deviennent plus complexes comme si tu invitais les gens qui ne connaissent pas forcément ton univers à y rentrer progressivement ?

Oui, je pense que beaucoup de grands albums sont construits ainsi.


Une chose bonne à faire pour moi est de créer des séquences dans un album.


Était-ce une volonté de l'agencer ainsi ?

Pas consciemment, encore une fois. Je suis une sorte d'étudiant de la musique, je suis fan, j'en écoute souvent et ce que j'ai déduit de ces écoutes c'est que la chose qui est bonne  à faire pour moi est de créer des séquences dans un album. Il s'agit d'un parcours. Je l'ai appris en écoutant les albums de Pink Floyd, d'ABBA... des albums que j'avais enfant.


Tu nous donnes un indice pour ton prochain album ?

(Rires) ABBA a été une influence pour 'Permanating', sur le chorus qui sonne très Mama Mia (Ndlr : il se met à chanter sa chanson sur l'air de Mama Mia), on me l'a fait remarquer mais c'est normal, ça fait partie de mon ADN. Pour en revenir à la question, oui c'est une invitation à rentrer dans l'album et ça me semble naturel et sur des classic albums, tu trouves une construction similaire, les chansons les plus accessibles au début et les plus ambitieuses et expérimentales à la fin.


Beaucoup de monde compose de bonnes chansons pop mais peu les conçoivent comme un concept.


Cet album a une forte connotation pop comme tu en as pu faire auparavant en incluant Porcupine Tree, tu as toujours eu une appétence pour ce style, mais pourquoi sortir un album entier aujourd'hui ?

Je ne sais pas, c'était peut être un truc que je voulais faire depuis longtemps. Je n'ai pas de réponse, je suis fier de cet album, qui je pense est un excellent album pop... Ok j'ai une réponse finalement ! Ma pensée est la suivante, beaucoup de monde compose de bonnes chansons pop mais peu les conçoivent comme un concept. J'espère l'avoir fait pour "To The Bone". C'est un peu le même cas pour la musique électronique, il y a énormément de compositeurs qui font ça bien, mais conceptuellement ils sont rares. Sur scène j'ai beaucoup observé le monde et la musique populaire d'aujourd'hui. Il n'y a plus d'albums tels qu'ils étaient composés par Peter Gabriel, Kate Bush, Depeche Mode, Prince ou Mickael Jackson, plus personne n'en fait, c'est une honte. C'est ce que j'ai essayé de faire avec "To The Bone" un album pop sophistiqué, ambitieux, épique. Peu de monde en fait à notre époque.



Cet album est probablement le plus accessible de ta carrière pour les auditeurs qui ne te connaissent pas et pour les autres, cela demandera un effort pour comprendre cette orientation prise, as tu peur de ça, en es tu conscient ?
 
Nous avons une expression en anglais pour cela : "It's a nice problem to have" (en français : un problème pour riche). Il y a deux ans j'ai sorti une compilation axée sur mes titres les plus accessibles, il y a toujours eu de telles chansons dans mon catalogue passé même sur les albums les plus conceptuels. Ce n'est pas la même chose de composer un titre de 25 minutes et une chanson pop de 3 minutes mais ça demande autant d'efforts.


Depuis que je suis enfant, je souhaite être une pop star.


Depuis le début de ta carrière solo, tu as gagné de plus en plus de public, tes albums se vendent bien, que ressens-tu vis à vis de cette reconnaissance ?

Bien sûr c'est super. Tu sais, depuis que je suis enfant, je souhaite être une pop star, je voulais être comme Prince.


Penses tu y arriver avec ce nouvel album ?

Je ne sais pas, je tends vers cela, ça commence à venir mais en fait, je ne suis pas certain d'aimer cela. Une super star, probablement pas.


Mais tu as dit dans une question précédente vouloir faire des albums comme il s'en faisait avant par les grandes stars de la pop et tu viens de dire ne pas vouloir être une super star ?

J'aimerais l'être dans le sens où j'aimerais être capable de changer l'idée de ce que la pop musique peut être aujourd'hui. Elle est tellement rabaissée. Peut-être sur une chanson pour un artiste ça passe, mais sur un album entier...


C'est ce que tu proposes ?

Mon but est de faire un bon album et d'en être fier. J'aimerais qu'une des chansons puisse avoir un certain retentissement et qu'on me dise : "voilà ce que la musique doit apporter de plus".


Quelle chanson pourrait avoir ce résultat ?

'Permanating' est certainement le titre le plus commercial que j'ai composé si tu le compares à tous les autres titres qui sonnent comme une musique d'avant-garde (rires). J'aimerais que ce titre se démarque mais c'est peut être un rêve un peu fou.


A propos de reconnaissance, penses tu mériter mieux ?

Je pense.... ma réponse risque de renvoyer l'image d'un égomaniaque mais tant pis, tu dois en avoir, de l'égo. Quand j'aurai terminé ma carrière dans 20 ans, j'espère que tout le monde se souviendra de mon nom. Si j'avais commencé ma carrière dans les années 70 ou 80 ça aurait été le cas.


Es-tu certain de cela car dans ces années-là il y avait déjà de grands artistes et ce n'est plus le cas aujourd'hui ?

Lorsque tu regardes ce que j'ai accompli, tous mes albums, je ne parle pas de mes 4 nominations aux Grammys, pour les gens je suis invisible. Dans les années 70 et 80 je pense sincèrement que j'aurais eu plus d'exposition, je serais passé à la radio, à la télé. Aujourd'hui je ne passe pas à la radio ni à la télé. Je n'existe que dans un monde underground.


Es tu déçu par ça ?

Oui je suis un peu frustré par cela.


Tu es en photo sur la pochette du nouvel album et  "Pariah", le premier extrait, est accompagné d'un clip dans lequel tu apparais pour la première fois alors qu'auparavant tu te 'cachais', peut être parce que tu estimais que ta musique suffisait ou par pudeur, peux-tu nous expliquer se revirement ?

C'est probablement que les précédents albums reposaient plus sur un concept, "Hand.Cannot Erase" sur un fait divers et sur des personnages qui n'étaient pas moi. Sur cet album, il y a des choses plus personnelles, comme 'Pariah' que tu as comparé à 'Dont Give Up' et dont le clip s'apparente à une video de Sinead O'Connor  : c'est une chanson émotionnelle, un face-à-face et il était naturel que nous apparaissions Ninet et moi. Je ne me suis pas posé la question de "la première fois", c'est juste moi dans cet album.


Nous pouvons ainsi creuser tes racines musicales ?

Mes amis et mes collègues me parlent toujours de savoir pourquoi je me cache toujours derrière un artwork conceptuel, peut-être que cette fois le temps était venu de me montrer.


Cela signifie que tu es plus confiant ?

Sans doute, oui


Retour à la première question, qu'est ce qui peut te stopper, l'amour ou la mort, tu as plus été radical sur la mort, peut être pourrais tu nous parler de l'amour qui pourrait suspendre ta créativité ?

Heeeu, peut-être que l'amour pourrait décupler ce processus.


Non, tu es si productif aujourd'hui c'est impossible !

Ça aura sans doute une influence sur ma musique, il y aurait du changement mais stopper... Peut-être.



Désolé pour la question mais c'est la troisième fois que nous nous rencontrons et tu nous laisses l'idée que tu n'es pas entièrement satisfait de ta vie privée ?

Vraiment.


Comme s'il te manquait quelque chose pour être entièrement heureux, c'est pour cela que je te parle d'amour ?

J'essaye de deviner, pour avoir une vie entièrement accomplie, il faut tout avoir, probablement oui.


La dernière personne qui peut comprendre ce que ressent un créatif c'est le créatif lui-même. Souvent les artistes créent des œuvres magnifiques et puis tout s'arrête sans que l'on sache pourquoi.

Et pour toi, que pouvons nous te souhaiter de trouver pour te sentir enfin entièrement heureux ou encore plus créatif musicalement ?

Si seulement j'avais la réponse, je ne sais pas. Parfois, la dernière personne qui peut comprendre ce que ressent un créatif c'est le créatif lui-même. Souvent les artistes créent des œuvres magnifiques et puis tout s'arrête sans que l'on sache pourquoi. Qu'est-ce qui fait que d'un coup tout stoppe ? Peut-être qu'ils ont trouvé quelque chose dans leur vie personnelle qui les satisfait complètement et que la créativité s'estompe et se délite. Peut-être est ce mon dernier album (rires).


Dans les deux cas nous te souhaitons le meilleur, Steven. Merci beaucoup.

Ça été un plaisir.

Merci à Newf pour sa contribution


Plus d'informations sur http://www.swhq.co.uk/
EN RELATION AVEC STEVEN WILSON
DERNIERE ACTUALITE
STEVEN WILSON dans Taratata ce vendredi 24 novembre
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant STEVEN WILSON
 
DERNIER ARTICLE
Dans le cadre de la journée spéciale dédiée au nouvel album de Steven Wilson, Photographiste faute de pouvoir prendre des photos nous a livré son petit billet d'humeur...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant STEVEN WILSON
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
To The Bone (2017)
Succédant à "Hand.Cannot.Erase", "To The Bone" rend un hommage appuyé à la pop avec une touche progressive, un exercice de style dont Steven Wilson, l'alchimiste de la musique, se sort haut la main. Un incontournable.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant STEVEN WILSON

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017