MW / Accueil / Articles / SERIOUS BLACK (03 JUILLET 2017)

SERIOUS BLACK (03 JUILLET 2017)

INTERVIEW - METAL MELODIQUE - STRUCK - 04.09.2017
Rencontre magique avec Mr Nightmist qui nous présente le nouvel album de Serious Black..
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    
Et c'est donc Urban Breed dans le costume de Mr Nightmist qui nous a fait l'honneur de sa présence pour assurer la promotion de ce nouvel opus de Serious Black "Magic"...


Ma première question pour commencer est très simple. Pourquoi faisons-nous cette promo en ta présence et non plus celle de Mario Lochert ?

Urban Breed ; En fait, la raison principale est que Mario ne connaît pas très bien l’histoire contrairement à moi qui la connais un peu mieux (Rires).





Et rien qu’en te voyant habillé de la sorte, je t’avouerai que je connaissais la réponse à ma question…


Effectivement (Sourire)


Puisque c’est ta première interview en notre compagnie, nous allons pouvoir te poser notre question traditionnelle de début : quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Trop de fois ? En fait cela ne me dérange pas quand on me pose une question à laquelle j’ai déjà répondu : en effet, soit je donne une réponse habituelle soit je m’amuse en inventant une nouvelle réponse (Rires) !


J’espère que tu n’inventeras pas trop de choses pour cette interview…

Mais c’est également amusant (Rires) !





Une chose est certaine c’est que Serious Black ne perd pas de temps, 3 albums en deux ans et demi et deux en moins d’un an c’est quelque chose de rare de nos jours ! Pourquoi une telle rapidité, il y a une volonté d’asseoir le nom du groupe afin qu’il ne soit plus vu comme le super groupe qu’on a présenté à sa création fin 2014 ?

Non, même si il y a peut-être un peu de ça mais je pense que c’est surtout que nous sortons un album pour ensuite partir en tournée pour ensuite repartir en tournée… Nous voulons être sur la route mais nous ne souhaitons pas nécessairement jouer les mêmes chansons tous les ans, la réponse à cela :  nous sortons un album…
Une autre explication est également que nous avons plusieurs compositeurs dans ce groupe : la composition n’est pas seulement la responsabilité d’un seul ou deux membres si bien que nous avons toujours plein de matériels à proposer. Cela nous évite de nous dépêcher pour sortir un nouvel album et nous permet de tourner.


Tu dis qu’il y a plein de compositeurs dans le groupe mais comment avez-vous travaillé pour celui-ci ? Avez-vous changé quelque chose dans votre processus de composition sachant qu’en te voyant habillé de la sorte, le fait que tu fasses cette promo… il semblerait que tu sois le principal responsable de cet album plus que les précédents ?

Oui, c’est vrai… Malgré tout ma contribution sur les deux premiers albums était très importante aussi. Mais c’est vrai que pour celui-ci, j’ai monté un concept global qui a influencé aussi bien l’artwork et plein d’autres choses… et de ce point de vue oui, ma contribution est plus importante.
Mais c’est ainsi que ça se passe : chacun fait ce qu’il peut faire, peu importe qui le fait finalement. Le plus important est que ce soit fait et que ce soit bien fait ! Mon rôle est d’être Mr Nightmist aujourd’hui, c’est ainsi…


Le cœur du groupe n’est pas une individualité mais le consensus et c’est vraiment ce qui caractérise Serious Black



Vous avez traîné cette image d’all-star band assez longtemps au vu de la participation de Roland Grapow et de Thomen Stauch ainsi que par l’impressionnante liste de groupes par lesquels les membres sont passés ! Cela a-t-il été bénéfique ou au contraire a été plus un poids qu’autre chose tant ces super-formations se sont multipliées et avec leur lot de déceptions ?

Je dirais que c’est un sort à deux faces. D’un côté, en ayant des noms connus, les gens prêtent attention à ta musique et c’est déjà ça de gagné que tu n’as pas à gagner par ailleurs. D’un autre côté, un groupe comme le nôtre repose sur une ou deux personnes sachant que normalement, dans ce genre de groupes, un ou deux membres sont les membres clés, les autres étant des éléments souvent interchangeables, cela change un peu le contenu de la musique et c’est une bonne chose car le cœur du groupe n’est pas une individualité mais le consensus, et c’est vraiment ce qui caractérise Serious Black. Admettons que je ne fasse pas partie du prochain album, ça serait un cauchemar pour certains mais je suis quasi-certain que l’album sera aussi bien que les précédents : il sera différent mais il y aura toujours ce cœur. Je pense que la seule chose que tu ne pourrais pas changer dans ce groupe est probablement Mario parce qu’il est en charge du booking, il est en charge de toute la partie administrative du groupe… Sans lui, d’un seul coup, nous n’aurions plus autant de liberté pour composer et arranger toutes ces musiques.





Non seulement à l’écoute mais également au contact rien que du visuel de cet album, Serious Black a franchi un nouveau palier… Aujourd’hui, tu fais cette journée promotionnelle en tant que Mr Nightmist, il semblerait que plus que jamais tu représentes le groupe… A l’inverse de ce que tu viens de dire, ne penses-tu pas que certains vont de plus en plus résumer Serious Black à toi ?


Eh bien, aujourd’hui, je dirais que j’ai pris le costume de Mr Nightmist et je suis très content de cela. Cela ne signifie pas pour autant que j’ai plus de responsabilités, cela signifie uniquement que j’ai plus de travail et je le supporte très bien. Etre mis en avant de ce groupe est une chose géniale parce que tout le monde te soutient. Si bien que tout ce que je dois faire est rendu plus facile…
La seule chose qui change réellement est que je suis plus mis en avant mais c’est une coïncidence parce qu’à la base, je plaidais pour ne pas être mis en avant, histoire que tout le monde soit content. J’ai demandé à ce que le visuel soit fait mais sans moi et c’est Bob (ndStruck : Bob Katsionis) qui m’a dit : "Urban, on va te mettre sur le visuel de la pochette de l’album, tu vas t’approprier le rôle de Mr Nightmist parce que c’est une évidence !".  Et il avait raison et c’est ainsi que ça s’est passé !


Je pense que Orden Ogan et Serious Black peuvent tous les deux contribuer à apporter quelque chose que les autres groupes n’ont pas nécessairement


Comment vous situez-vous dans cette scène power metal mélodique ? Les grands anciens sont encore là mais patinent un peu, Hammerfall n’a plus l’aura des années 1990 et 2000, Primal Fear non plus et Helloween et Gamma Ray surfent sur la nostalgie en ce moment. Sentez-vous qu’il y a une place à prendre au soleil et qu’avec d’autres groupes - on pense à Orden Ogan - il y a moyen de se faire une place dans les leaders du genre pour les années à venir ? Ceci peut aussi expliquer cette volonté d’avancer vite et sans faiblir ?

Comme je l’ai dit par ailleurs, si nous n’écrivions pas autant de chansons, si nous n’avions pas autant pas envie de tourner, cela serait un argument.
Aujourd’hui, nous sortons notre troisième et le rang que nous pourrions atteindre ? Je n’en sais rien parce que nous pouvons encore nous améliorer. Je pense que notre cas doit encore être observé. Mais même si je pense que tu as probablement raison, il va falloir encore un peu attendre. Tu as cité Orden Ogan : je pense que Orden Ogan et Serious Black peuvent tous les deux contribuer à apporter quelque chose que les autres groupes n’ont pas nécessairement.
Nous ne nous soucions pas de savoir si le style dans lequel nous œuvrons va continuer ou non, nous regardons seulement ce que nous pouvons faire et surtout comment faire en sorte que le prochain album soit meilleur, plus intéressant que le précédent que ce soit pour le public mais également pour nous. C’est la seule question que nous nous posons ; la forme que prendra le prochain album a finalement peu d’importance.


Vous avez tous des activités dans nombre de groupes, est-ce que Serious Black est devenu votre groupe prioritaire ?


Bien sûr, il n’y aucun doute à ce sujet.


C’est le cas de tous les membres ?

Je le pense et même pour Bob (NdStruck : membre de Firewind). Cela dépend de comment les choses se déroulent, nous faisons ce que nous avons à faire (Sourire)… Plus nous pousserons avec le groupe, plus il y aura à faire…


Votre actualité est la sortie de ce nouvel album "Magic", si on en croit le communiqué de presse très soigné nous avons à faire à un disque concept autour de la magie, du mystère et d’un protagoniste principal, Mr Nightmist, le tout avec une grande part mystique et de spiritisme. Qu’est-ce qui vous amené à vous pencher sur ce sujet à la fois sombre, mystérieux et attirant, on a tous été un jour attirés par le spiritisme et le mystère qui l’entoure ?

Je dirais que plus que la magie ou l’occulte, je suis un passionné de science. Le thème est un sujet très coloré et il parle à plein de gens plus que n’importe quel autre sujet. Les gens ont besoin de croire à quelque chose, ils ont besoin de croire qu’il y a peut-être quelque chose d’autre, ils ont besoin de mystère. Et tout cela, tu l’as dans la science qui semble comme ça une sujet froid et pas du tout excitant mais ce n’est pas le cas : quand tu t’y plonges, tu te rends compte qu’il y a plein de barrières à casser et des choses à découvrir.
Dans cette histoire, la magie est un outil qui a changé la vie du personnage mais plus que cet évènement qui a lui permis d’accomplir des choses par ailleurs, cette histoire raconte surtout la vie personnelle, les sentiments personnels de ce personnage… des choses qui parlent à tout le monde. Nous avons tous traversé des moments difficiles, devons-nous les accepter ou fuir ? Plein de situations ne peuvent être changées parce qu’elles ont eu lieu dans le passé et dans le cas de cette histoire, cela s’est passé dans son passé et il essaie de résoudre cette situation grâce à la magie. Et alors qu’il est proche de le faire, il se rend compte qu’il ne peut pas le faire dans la réalité et ce serait vain de persister. Il fait ce sacrifice personnel de laisser le passé tel qu’il est en essayant de vivre sa vie. Quoi que tu fasses dans la vie, il arrivera quelque chose de difficile par la suite, la vie n’est pas facile et c’est pourquoi tu peux prendre des routes obscures comme il l’est indiqué dans le titre final 'One Final Song' même si dans les toutes dernières notes, tu peux entendre des choses positives (Sourire)…


On a parlé de la question qu’on t’a trop souvent posée, quand on écoute ta dernière réponse, je crois qu’on est en plein dedans ?


Pour être honnête, j’y ai beaucoup pensé parce que j’ai écrit cet album (Rires)…


Quel est l’intérêt de sortir un concept album si tu le sors comme un simple album qui ne contient pas tout le travail que réclame un concept album…






Vous vous lancez dans une ambitieuse aventure, avez-vous eu des doutes devant l’ampleur de la tâche qu’est un concept album ?


C’est effrayant et j’y ai souvent pensé comme tous les autres membres du groupe parce que nous savons pertinemment que si nous nous lancions dans une telle aventure, il fallait le faire bien. Tu ne peux pas faire les choses à moitié, tu dois être certain que tout va marcher et c’est énormément de responsabilités sur les épaules de la personne en charge des textes mais également des compositeurs, des personnes qui font l’artwork mais également les personnes qui vont s’occuper de la distribution, de la promotion… En effet, quel est l’intérêt de sortir un concept album si tu le sors comme un simple album qui ne contient pas tout le travail que réclame un concept album…


Et la raison pour laquelle tu fais cette promo habillé en Mr Nightmist ?


Oui, encore une fois, si on le fait, autant le faire à fond ! Honnêtement, je serais venu habillé normalement, ça n’aurait pas eu la même portée. C’est ainsi !


Je sais déjà ce qu’il faut faire pour le prochain album


Avec un tel album sous le bras, cela va-t-il changer l’avenir et donc davantage de pression sur vos épaules ?

Je sais déjà ce qu’il faut faire pour le prochain album


Vous suivrez le chemin pris par "Magic" ?

Je vais te dire, ça sera même encore plus gros, ce qui signifie plus de travail bien sûr !


Je pourrais exploiter le filon mais je dois me limiter à un certain niveau sinon si le rendu en souffrirait.


Avec le même personnage ?


Non. J’ai passé ma vie à faire ça : je suis un chanteur et quelqu’un qui écrit des chansons, je suis un artiste… je pourrais exploiter le filon mais je dois me limiter à un certain niveau sinon si le rendu en souffrirait.
Donc pour le prochain album, je sais exactement ce qu’il faut faire : ce sera une histoire différente. L’histoire de "Magic" est terminée, les textes sont derrière moi, je t’ai dit tout ce que vous deviez savoir au sujet de cette histoire. Si certains veulent en savoir plus, je leur recommande de faire fonctionner leur imagination et faire leur propre histoire.


Je n’ai jamais été seulement un chanteur…


Il semblerait que tu sois plus que jamais prolifique en portant ce projet et peut-être le prochain sur tes épaules, te sentais-tu enfermé dans un rôle trop restreint par le passé ?

Je n’ai jamais été seulement un chanteur…


Aujourd’hui, je sais exactement ce que je dois faire.


En revanche, tu n’as jamais porté un tel projet…

Non, je ne l’ai jamais fait mais tout simplement parce que je n’étais pas prêt à le faire. Au contraire, aujourd’hui, je sais exactement ce que je dois faire.
J’ai fait plein de choses dans la vie et j’ai toujours fonctionné ainsi : ça me prend juste plus de temps. Un jour, je me suis dit qu’il fallait que j’agrandisse ma maison, deux mois plus tard, je n’avais toujours pas commencé et un jour, je me suis levé et je me suis dit que ce serait LE jour et je m’y suis mis des fondations à la toiture en me référant à des manuels… C’est comme ça que je fonctionne, j’attends et un jour, je suis prêt et je présente le concept, nous travaillons tous ensemble car je sais que nous avons l’équipe pour le faire et c’est ainsi…





En se penchant sur les résumés des chansons on voit que vous avez créé une grande aventure, comme une saga, imagines-tu pousser ce concept plus loin encore ?

Pour cet album, pour la tournée à venir, nous allons apporter des éléments, plein d’éléments que vous verrez sur scène. Certains ne seront là que pour quelques chansons qui collent, nous construisons notre scène en pensant à cela : nous devrions nous amuser !
Mais à ce stade, je pense que nous ne jouerons pas l’album dans son intégralité parce que nous ne sommes tout simplement pas en mesure de le faire comme nous voudrions le faire. Nous souhaiterions avoir des actrices, des acteurs…


Je pense que c’est la meilleure chose que nous ayons faite à ce jour et le futur est prometteur


En tout cas votre label y croit, nous avons vu une photo de l’édition limitée avec un jeu de tarot, le livre et la planche est les accessoires pour communiquer avec l’au-delà, vous devez être satisfait de voir ce concept prendre vie de manière aussi réaliste et surtout contents de ce soutien ?


Bien sûr ! Mais nous évoquions déjà toutes ces choses au moment de commencer le concept. Donc quand est venu le temps de faire ce jeu de tarot, nous avions déjà parlé ensemble, avec AFM également qui est de la partie pour savoir comment faire notamment aux Etats-Unis parce que Hasbro a la licence là-bas (Rires)…
Nous sommes vraiment très fiers de tous ces supports et nous sommes très contents de constater que AFM est si enthousiaste de porter ce projet.
Je pense que c’est la meilleure chose que nous ayons faite à ce jour et le futur est prometteur (Sourire).


Musicalement, ce qui nous a le plus marqué c’est que malgré treize titres on ne ressent jamais de lassitude ou de ventre mou, on ressent une forte cohérence avec des chansons rapides, des mid-tempos, des choses plus progressives et d’autres plus accrocheuses, on ressent parfaitement l’histoire à chaque instant. Proposer un disque cohérent d’un bout à l’autre et surtout sans titres bouche-trous était fondamental pour vous je suppose ? Mais dans l’écriture et surtout en si peu de temps finalement comment avez-vous réussi à tout mettre en place ?

Ca t’aiderait si je pouvais te montrer l’état de mon studio avec des notes, des papiers, des photos partout… Au final, nous n’avons un peu changé que ‘Now You'll Never Know’ que nous avons reculé d’un cran dans la set-list….


Tu es le profiler du metal…

(Rires) Non mais c’est vraiment important non seulement d’avoir de bonnes chansons mais que leurs enchaînements rendent l’histoire fluide… Nous avons travaillé très dur pour arriver à ce résultat et j’étais super content de constater en écoutant le master final que cet album était fluide comme nous l’espérions.


Le gros travail mélodique est également marquant, on ressent tout le long de l’album la force des mélodies que ça soit aux guitares ou au chant, la finesse de l’ensemble est même remarquable. Vous avez soigné particulièrement cet aspect en évitant de tomber dans le piège d’un speed power metal qui néglige trop souvent cet aspect au profit de la vitesse et de la technique. Il était important pour vous de mettre ces aspects en avant ?


En tant que chanteur, je pense que nous avons une tendance à aimer les mélodies… mais il faut savoir que Bob est un grand contributeur à tout cela, il plaide souvent en faveur des mélodies, tout comme Jan (NdStruck : Jan Vacik) d’ailleurs… Bref, nous avons trois membres qui poussent pour avoir des mélodies. Sans mélodie, je pense que les chansons tomberaient à plat : tu peux faire des riffs cools à la guitare, aux claviers… mais sans mélodie, de quoi te souviendras-tu une fois la chanson terminée ?


Les refrains sont aussi très soignés, on pense en vrac à ‘Burn Witches Burn’, ‘I Can Do Magic’, ‘Serious Black Magic’ ou encore ‘Newfound Freedom’ et’ True Love Is Blind’…

(Il coupe)… J’ai oublié de te dire que certes nous avions plein de grands compositeurs dans le groupe mais il faut savoir que nous sommes allés à Minneapolis pour voir mon ami Jonah Weingarten, clavier de Pyramaze, et il a écrit six titres en une semaine dont trois qui figurent sur cet album : ‘I Can Do Magic’, ‘Just Kill Me’ et ‘Lone Gunman Rule’. Je savais que nous avions besoin d’une palette de couleurs supplémentaires et je savais pour avoir travaillé avec lui par le passé au sein de Pyramaze que nous pouvions Serious Blackiser ces chansons (Rires)…


On remarque que vous aviez privilégié de courtes durées de morceaux et de fait tout l’album est construit autour de courtes chansons, vous ne tombez pas ainsi dans le piège de la complexité qui caractérise certains disques concepts, rester dans ce format de chansons courtes et accrocheuses c’était aussi un objectif en écrivant ce disque ?


Je n’ai pas souvenir que nous nous sommes posés cette règle pour cet album mais un bon ingénieur du son est celui qui sait quand il faut s’arrêter et ne pas s’encombrer du superflu. Quand nous avons dit ce que nous avions à dire, il n’y a pas de raison de se répéter.


Nous n’aurions pas pu faire [cet album]  il y a dix ans. Nous avons évité l’écueil de la complexité...





Mais il faut avoir une certaine expérience pour savoir cela ?

Je n’aurais pas pu faire cela il y a dix ans. Nous n’aurions pas pu le faire il y a dix ans. Nous avons évité l’écueil de la complexité... Prends par exemple un titre comme ‘I Can Do Magic’, juste avant le refrain, je commence avec des backing vocals qui ne se remarquent pas trop mais si tu fais attention, elles ne devraient pas être là. C’est tout le truc, là où tout commence et nous fait passer à une autre note en respectant une différente tonalité et c’est parti… Mais si tu le mets trop en avant, ça peut faire bizarre. C’est un changement très simple mais il faut savoir comment et où le faire. Si tu ne sais pas, si tu ne sais pas quel effet tu peux obtenir, tu ne peux pas le faire…


Avec cet album, vous réussissez à mixer le meilleur de nombre de groupes, comme un melting pot absolu d’un Kamelot, d’un Angra, de Edguy et de Helloween et même de Vanden Plas, notamment ‘Now You’ll Never Now’ plus progressive. Réussir ce qui est pour un gros tour de force, cette synthèse de power, de speed, de heavy et de prog , était-ce un objectif à la base ?


Le but n’est pas de faire cela. Le but est d’introduire de la variation parce que si tu fais un album qui aurait le seul composant dans toutes les chansons, tu serais rapidement fatigué d’écouter un tel album. C’est comme ces groupes qui sortent de super chansons mais quand tu ne peux pas écouter l’album entier car tu te rends compte que l’espoir de changement n’est pas présent… Nous ne fonctionnions pas ainsi, nous torturons notre guitariste (Rires)…


‘True Love Is Blind’ est un titre marquant par son côté catchy, on y retrouve une inspiration hard FM années 80 entre Journey et le Blue Öyster Cult, notamment pour le chant proche de Buck Dharma…


Oh merci…


Nous ne serons jamais un pur groupe d'AOR mais nous aurons toujours cette volonté d’inclure des éléments AOR dans notre musique



Ce titre aux allures de tube en puissance possède un refrain impossible à oublier complètement dans cet esprit 80’s, vous vous imaginez en machines à faire des tubes radios AOR ?


Je pense que nous ne serons jamais un pur groupe d'AOR mais nous aurons toujours cette volonté d’inclure des éléments AOR dans notre musique. Tu l’as remarqué et je ne pense pas que nous cesserons de fonctionner ainsi. Nous le ferons de façon un peu différente sachant qu’à chaque fois, nous changeons notre approche. Mais c’est amusant que tu cites ‘True Love Is Blind’ juste après que nous parlions de complexité parce que je ne sais pas si tu as fait attention au refrain de cette chanson ? Tu penses que c’est le même refrain à chaque fois mais si tu écoutes les backing vocals, tu constateras qu’il y a trois voix séparées, il y a trois structures de refrains à chaque fois…


On parlait du chant et justement nous voulions enfin souligner ton travail sur ce point. Tu donnes corps à l’histoire à lui seul en alternant chant grave et profond, chant plus puissant, rapide et mélodique et chant voilé. En tout cas on ressent ta volonté de faire vivre son histoire à chaque moment de l’album, c’est une belle réussite… mais as-tu ressenti à un quelconque moment de la pression en chantant ces titres qui sont le top de carrière à ce jour ?


Non, j’ai ressenti la pression mais pas de l’extérieur quand notamment on te dit : "Oh mais tu peux le faire, ce ne doit pas être un problème pour toi"… mais non, ce n’est pas si facile. Chaque fois que je rentre en studio, j’ai envie de faire mieux que la fois précédente et ce fut le cas sur chaque ligne que j’ai pu faire sur cet album. Quelques fois, en me réveillant, certes hier c’était l’après-midi (Rires), j’ai un peu peur de rentrer en studio parce que personne ne peut mettre autant de pression que moi-même… C’est amusant, je déteste avoir quelqu’un à mes côtés quand j’enregistre, c’est pour ça que je fais tout seul probablement parce que je veux essayer des choses… C’est très important pour moi car si je veux que vous ressentiez ce que je ressens, il faut que je vérifie les notes, les mots… et si j’ai de la chance, je réussis cela !


Au final qu’attends-tu de la sortie de cet album ?

Oh, cela peut être interprété de différentes façons. Si nous touchons le bon public, le succès peut être énorme.


Je pense qu’un public plus large existe pour cet album, plus que les deux précédents


Qu’entends-tu par bon public, le public traditionnel de Serious Black ?


Je pense que ce public va adorer cet album mais quand je parle de bon public, je pense à un public en dehors de celui que nous avons déjà. Et honnêtement, je pense qu’un public plus large existe pour cet album, plus que les deux précédents. Et si nous pouvons les atteindre, attends-toi à en voir encore plus de notre part à l’avenir.


C’est tout ce que nous te souhaitons. Nous avons commencé cette interview par la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

… ou la question à laquelle tu adorerais que je réponde (Rires)…


Franchement, nous t’avons posé toutes les questions prévues… je ne sais pas quelque chose que nous aurions oublié de préciser selon toi ?

Je ne sais pas… Honnêtement, je me suis posé tellement de questions à travers ce voyage que c’est compliqué de savoir à quoi je vais devoir répondre et les questions auxquelles je n’ai pas encore répondu… Mais je pense que si je voulais que tu me poses une question particulière, c’est de savoir quel titre je pense que tu préfères…


Et alors ?


Malheureusement pour toi, tu m’as donné quelques indices mais je peux me tromper (Rires)… Rétrospectivement, je me vois me demander quel titre, je devais obligatoirement mettre dans l’album et donc si je devais ne citer qu’un titre, en tant que chanteur, je dirais ‘True Love Is Blind’ et je pense que ce doit être une des chansons préférées aussi si ce n’est ta chanson préférée… Je dirais que ‘True Love Is Blind’ fait partie de ton top 3 de cet album.





C’est difficile de te répondre aujourd’hui, je n’ai pas le recul nécessaire pour juger chaque titre…


C’est vrai mais ce qui te plait aujourd’hui est aussi important que ce que tu aimeras dans deux ans. Dans chaque album, tu as des chansons auxquelles tu accroches de suite et d’autres où tu te dis qu’il y a quelque chose qui te plait dans le titre et deux ou trois ans après, tu te dis qu’il faut que tu le réécoutes et tu n’arrêtes plus de l’écouter par la suite.
Ca me rappelle mon coup de cœur avec "Nursery Crime" de Genesis, j’ai acheté l’album, je l’ai écouté une fois et j’ai rangé l’album. Six mois plus tard, j’avais une mélodie qui trottait dans ma tête mais je ne me souvenais plus où je l’avais entendu, j’ai fait le tour de mes albums et j’ai retrouvé cet album de Genesis et je me suis dit qu’elle était peut-être dedans… Et c’était le cas, j’ai écouté cet album tout l’été et rien d’autre… C’est très important de ne pas avoir un album qui te cannibalise. Ca me rappelle également "On A Storyteller’s Night" de Magnum qui est également un de mes albums favoris. Bien sûr, quand il est sorti, je me suis dit "Ça c’est du metal !" même si ce n’est pas si metal que ça finalement mais la pochette y est pour beaucoup. Quand j’ai écouté l’album, je me suis dit que les gars étaient de bons musiciens mais Magnum ne fait pas de metal, j’ai donc jeté l’album (Rires) ! Mais quelques mois après, j’étais en train de chantonner un titre et je me demandais quel pouvait être ce titre, je devais l’avoir… Encore aujourd’hui, j’adore la voix de Bob Catley et cet album est génial…





Et c’est également le cas avec "Magic"…

Oh, merci beaucoup !


Merci

Ca fait très plaisir d’entendre cela.


Merci à Noise pour sa contribution...


Plus d'informations sur http://www.serious-black.com/
EN RELATION AVEC SERIOUS BLACK
DERNIERE ACTUALITE
SERIOUS BLACK ET MR NIGHTMIST ENSORCELENT MUSIC WAVES!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant SERIOUS BLACK
 
DERNIER ARTICLE
Rencontre magique avec Mr Nightmist qui nous présente le nouvel album de Serious Black..

Lire l'article
Voir tous les articles concernant SERIOUS BLACK
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Magic (2017)
Nous avons ici entre les mains vraisemblablement le meilleur album des Allemands à ce jour !

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant SERIOUS BLACK

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017