MW / Accueil / Articles / Alcatraz Festival 2017 - Courtrai- Jour 1 - 11 Aout 2017

Alcatraz Festival 2017 - Courtrai- Jour 1 - 11 Aout 2017

LIVE REPORT - HEAVY METAL - NOISE - 05.09.2017
Trois jours en cette année 2017, et pour sa 10ème édition l'Alcatraz a mis les petits plats dans les grands et démarre avec un vendredi déjà royal.
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    
La neuvième édition avait été royale, la dixième s’annonce somptueuse. Pour cet anniversaire, l’Alcatraz a mis les petits plats dans les grands avec l’arrivée d’une deuxième scène et une troisième journée. On retrouve 39 groupes en alternance devant un public record. Petit à petit le festival belge organisé à Courtrai prend de l’ampleur, au point de pouvoir bientôt penser à rivaliser avec les festivals de grande dimension. La seule crainte que l’on peut avoir est une perte d’âme. En attendant de voir si l’Alcatraz saura ne pas perdre son âme nous nous rendons en ce vendredi 11 Aout sur la plaine qui l’accueille à l’écart de la ville dans un vaste espace d’une taille raisonnable - il était aisé de se rendre de la scène principale à la scène couverte. De plus le confort des festivaliers a été étudié avec des zones de repos et autres commodités, cela même si le système d’entrée manquait de lisibilité. C’est donc sous le décor classique de prison que démarre le festival sur la scène principale, logiquement nommée la Prison.

Dyscordia est natif de Courtrai et est un habitué des scènes locales, il a une armada de fans et ses prestations ont toujours à la hauteur du metal progressif qu’il propose sur album. Il mérite ainsi ses 40 minutes et on ne peut que saluer la volonté des organisateurs de permettre aux formations belges de se produire devant un large public. Sous le soleil la sauce power prog du groupe va prendre. Entre Vanden Plas et Symphony X le groupe est très concentré et balance la sauce à fond. Bien servi par les deux chants, dont un growl bien costaud, et par un son de qualité, les titres techniques mais se mettant au service de la mélodie font leur effet. Au milieu d’un set équilibré et de qualité on fera ressortir l’excellent ‘From Sight To Black’ qui résume bien les qualités du groupe. Dyscordia a bien lancé la journée et continue de grandir, souhaitons lui un bel avenir : il a les qualités pour aller plus haut encore.

Evil Invaders est lui aussi natif de la région et il s’est fait un nom chez les fans de speed thrash, son petit dernier, "Feed Me Violence", ayant été salué par la critique. Et sous le chapiteau (la Swamp, bien agencée mais parfois étroite), il va mettre le feu à un public enthousiaste. Il faut dire que le groupe est très motivé, on sent que les musiciens ont envie de tout casser et avec leur musique droit sortie des années 80 faisant penser à Megadeth, Anthrax ou Death Angel, et ils y arrivent avec une sacrée patate. Le groupe a le sens du solo rapide qui tue avec une belle force speed et mélodique. Avec ‘Victim Of Sacrifice’ ou ‘Raising Hell’ il fait impression, notamment grâce à un Jöe au chant aigu très années 80. Evil Invaders est un grand espoir de la scène renouveau thrash et avec ce concert il a été convaincant.

Les choses sérieuses débutent ensuite sur la Prison avec Pretty Maids. Pour un tel calibre, 50 minutes c’est court mais personne ne va bouder son plaisir à l’écoute du son hard mélodique. Ils vont aussi montrer qu’ils savent être heavy, l’entrée avec ‘Mother Of All Lies’ va en scotcher plus d’un. Le son est énorme et le chant de Ronnie Atkins est remarquable, à la fois puissant et mélodique. La suite avec ‘Kingmaker’ et le tube ‘Back To Back’ fait l’unanimité auprès d’un public fourni. On apprécie vraiment la capacité de Pretty Maids à être à la fois costaud et accessible. Après quelques soucis techniques, au cours desquels le groupe en profitera pour combler avec des bouts de reprises, le concert va repartir en fanfare avec ‘Red, Hot And Heavy’ et le très beau ‘Rodeo’. La fin va être royale et en apothéose avec le tube absolu ‘Future World’, toujours aussi irrésistible. Le concert a été court mais il a été bon  et confirmé qu’en matière de hard mélodique Pretty Maids reste un sacré calibre.

Dans la Swamp l’ambiance est chaude avant l’arrivée de Hell. Le groupe a sa réputation et est attendu par les amateurs de heavy metal. Son côté théâtral, son incroyable chanteur et ses titres épiques lui ont permis de gagner le cœur des amateurs. Hell va faire honneur à sa réputation avec un concert flamboyant, haut en couleurs et fort en émotions grâce à un David Bower qui a le sens du show. Tantôt perché sur des échasses en faune, tantôt torse nu à se flageller ou encore grimé en ange noir il est le grand animateur avec sa voix suraigüe. Dans l’esprit d’un King Diamond les titres vont faire l’unanimité, les musiciens plus discrets font le taf dans un pur esprit old school et ‘Let Battle Commence’, ‘Plague And Fyre’ ou ‘Blasphemy And The Master’ sont très appréciés par les amateurs de heavy épique. Hell a pris du temps dans sa carrière mais son retour est brillant et ce concert aura marqué le week-end.

Restons dans les anciens avec Krokus : les Suisses sont depuis plus de 40 ans des fidèles soldats du hard rock et récemment ils ont rendu hommage à leurs racines avec un disque de reprises, et le concert va être l’occasion pour Mark Storace et sa bande d’en placer au milieu des classiques. La foule est dense et va apprécier un concert vintage mais fougueux. Storace a  un timbre éraillé typique et les titres vont s’enchainer dans un rythme à faire taper du pied. Niveau titres "perso" Krokus a fait plaisir avec ‘Fire, ‘Hellraiser’ ou ‘Easy Rocker’ et ‘Bedside Radio’, du pur hard rock à l’australienne. Avec ‘Rockin’ In A Free World’ de Young ou ‘American Woman’ des Guess Who ainsi qu’avec un passage de ‘Pinball Wizard’ il a fait plaisir aux fans de rock. Ce concert aura été une réussite, avec le côté simple et direct d’une musique qui semble éternelle.

On continue dans le old school avec Denner/Shermann. Les deux anciens guitaristes de Mercyful Fate ont fondé leur groupe en 2014 avec l’envie de faire du heavy metal old school. Aidés en cela par le chanteur de Cage, Sean Peck, ils ont sorti avec ‘Masters Of Evil’ un disque convaincant plus un EP et vont nous proposer un concert leur faisant honneur avec quelques reprises de Mercyful Fate. Tout cela va prendre, Peck avec ses allures de Rob Halford, à la fois par le look et la voix, fait le taf avec talent, et derrière nos deux camarades se font plaisir avec des riffs taillés dans le meilleur du genre. Ainsi les titres originaux vont faire un carton, ‘Angel’s Blood’, Pentagram And The Cross’ tout comme ‘Escape From Hell’. Et bien sûr le carton sera total sur les reprises comme ‘Black Funeral’, ‘Curse Of The Pharahos’ ou ‘Evil’. Denner et Shermann jouent bien sur l’équilibre entre l’hommage et la nouveauté et ce soir ils auront ravi les amateurs de heavy metal épique.

La tête d’affiche de la Prison c’est Ghost. Malgré les soucis de line-up et des tournées sans fin, Papa Emeritus et ses Nameless Gouls sont très attendus. Le groupe suédois a su rassembler avec son hard rock mélodique et ésotérique, pas loin d’un Blue Öyster Cült, et s’il a des détracteurs, ses fans sont nombreux devant la scène. Après une intro solennelle et sous des lumières rouges écarlates le groupe débarque et enchaine les titres marquants. De ‘Square Hammer’ à From The Pinnacle To The Pit’ en passant par ‘Body And Blood’ et Cirice’ il se fait séduisant. Certes Papa est un peu trop bavard et même un peu à la peine vocalement mais cela n’enlève rien au charme de cette prestation. La deuxième partie avec ‘Year Zero’, ‘He Is’, Absolution’ et l’enchainement ‘Zombie Queen’ ‘Ritual’ fait un tabac. Les Goules sont au point et cela fonctionne. Enfin après un dernier discours très sexuel le groupe se retire sur l’énorme ‘Monstrance Clock’. Même s'il faut signaler quelques bémols vocaux, le groupe reste taillé pour être une tête d’affiche et il nous tarde de le revoir avec du matériel neuf.

L’autre tête d’affiche dans la Swamp c’est Udo Dirkschneider. Depuis 2016 il s’est lancé dans une tournée d’adieu Accept. Mais le succès énorme l’a poussé à prolonger le plaisir et pas moins de 90 concerts ont déjà eu lieu. Le côté mercantile et nostalgique de l’histoire saute aux yeux mais la nostalgie a du bon et personne ne veut rater ça, le plaisir de retrouver ces chansons faisant oublier les à-côtés. La Swamp est pleine comme un œuf, un peu trop sans doute, et le concert va passer à la vitesse de l’éclair. Les hits vont s’enchainer, Udo est en grande forme vocale, statique mais impeccable, et derrière ses musiciens font le taf avec bonheur. Le fils d’Udo est impressionnant à la batterie et les autres font honneur aux riffs de Wolf Hoffmann. Les chansons les plus connues sont là, ‘Breaker’, ‘Princess Of The Dawn’, ‘Fast As A Shark’ et le duo magique ‘Metal Heart’, ‘Balls To The Wall’. Mais à côté Udo va rechercher ‘Starlight’, ‘Son Of A Bitch’ ou encore ‘Loosers & Winners’ et ‘Flash Rocking Man’. Tout ceci fait le bonheur d’un public qui chante avec une de ses icônes. Udo fait durer le plaisir de cette tournée et finalement il n’a pas tort tant on y prend du plaisir.

La journée a été courte mais très riche avec des grands anciens et des petits nouveaux prometteurs et le samedi s’annonce gargantuesque avec 15 formations au programme.



Plus d'informations sur http://ghost-official.com/
EN RELATION AVEC GHOST
DERNIERE ACTUALITE
GHOST : Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant GHOST
 
DERNIER ARTICLE
Trois jours en cette année 2017, et pour sa 10ème édition l'Alcatraz a mis les petits plats dans les grands et démarre avec un vendredi déjà royal.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant GHOST
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Popestar (2016)
Nouvel EP de Ghost, "Popestar" est un mini-album original d’un groupe pas comme les autres.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant GHOST

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017