MW / Accueil / Articles / ARCH ENEMY (30 JUIN 2017)

ARCH ENEMY (30 JUIN 2017)

INTERVIEW - DEATH METAL - PHILX - 08.09.2017
Entre excitation de vous livrer ce nouveau disque et sérénité quant à sa réussite, Michael et Alissa reviennent sur leur soif de pouvoir!
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    
Notre dernière rencontre remonte à 2014 et tellement de choses se sont passées depuis dans le groupe. D'ailleurs, nous sommes ravis de te rencontrer Alissa, ton intégration dans le groupe et l'accueil des fans est remarquable ! Avec le recul, êtes-vous surpris d'une telle réception triomphale ?

Michael : Tu sais quoi ? Avec la France, il y a comme une histoire d'amour passionnée entre nous. C'est d'ailleurs elle qui a le mieux accueilli "War Eternal" ainsi que le nouveau line-up du groupe. Nous avons joué 23 concerts sur le sol français lors de cette tournée, et cette relation s'est intensifiée depuis !


Vous devez dire ça dans tous les pays !

Alissa : (Rires) Non, non, c'est vrai !





Le fait que tu parles aussi bien français doit aider, non ?

Michael : Je ne sais pas à quel point elle parle bien vu que je ne la comprends pas (rires), mais ils ont l'air d'adorer, surtout qu'il parait qu'elle a un gros accent québécois ! Pour nous, c'est pareil, ça ressemble à du français !

Alissa : Je fais aussi très attention à bien énoncer le nom des titres que j'annonce parce qu'ils n'ont pas la moindre idée de ce que je suis en train de dire ! (rires)


Nick Cordle a également intégré le groupe, mais son départ a été précipité après la tournée. Est-ce le rythme qui a été trop élevé pour lui ?

Michael : Disons que ça n'a pas marché pour des raisons personnelles. C'est de l'alchimie pour beaucoup...


Justement, c'est Jeff Loomis qui l'a remplacé et en parlant d'alchimie, il semble qu'elle soit parfaite avec lui, une sorte d'évidence car son style correspond parfaitement avec ton jeu, Michael. Est-ce que cela faisait longtemps que vous vouliez travailler avec lui ?

Michael : Oui, c'est un guitariste fantastique. Pour Arch Enemy, il fallait un guitariste vraiment accompli pour assurer et il s'en est parfaitement sorti. J'ai toujours été fan de son travail donc je suis content.


Ces trois dernières années ont vu le succès du groupe grandir très vite. Vous attendiez-vous à ce que l'album "War Eternal" vous permette cela ? Vous avez joué dans des festivals à travers le monde, y compris le Hellfest, ou le Wacken, en tant que tête d'affiche, vous avez tourné avec Nightwish également, pensez-vous que Arch Enemy devient un groupe phare de Metal, et non seulement de death metal mélodique ?

Alissa : Pour "War Eternal", on s'était dit qu'il fallait qu'on sorte le meilleur album possible du groupe. On n'attendait vraiment rien en particulier, il a fallu faire les choses dans l'ordre et sortir un album dont on soit super fiers. On est ravis que nos fans aiment cet album autant que nous...





Il fallait rassurer les gens...


Certes, mais finalement, aussi bon soit cet album, le changement de line-up et forcément ton arrivée dans le groupe, vous auriez pu être boudés par des fans qui ne voulaient pas tous ces changements...

Michael : C'est vrai, et c'est pour cela que nous sommes partis longtemps sur les routes à ce moment-là pour jouer beaucoup. Il fallait rassurer les gens, et c'est la meilleure façon pour prouver ton travail et ta qualité de live performer. Ce n'est plus comme dans le temps où seuls les plus grands groupes pouvaient avoir le son d'une superproduction. "War Eternal" est un album fantastique avec des chansons très fortes. Pour avoir été là depuis le début, je peux te dire qu'il est très taillé Arch Enemy tout en étant frais et différent, donc je savais au plus profond de moi qu'il allait être bien reçu. Mais tu as raison, je redoutais quand même la réaction immédiate des fans, je pensais qu'il aurait fallu plus de temps pour qu'il fasse sa place.


Ce n'est pas qu'une question d'argent, Angela veut que ça marche, [Arch Enemy] c'est aussi son bébé.



Peut-être que la façon dont le flambeau a été transmis avec une Angela toujours présente dans la vie du groupe a rassuré...

Michael : C'est vrai que cette transition est très unique. Il n'y a pas eu de petite phrase, de guéguerre au sein du groupe, tout s'est fait très naturellement.

Alissa : Et ça s'est vraiment passé aussi simplement que ça ! A aucun moment je n'ai senti que c'était bizarre ou anormal. Ça avait du sens et Angela est extrêmement investie encore dans le groupe - on lui parle tous les jours - c'est très confortable, car c'est très difficile de trouver un manager avec qui tu partages l'intérêt du groupe, et l'envie que ça fonctionne autant que nous. Ce n'est pas qu'une question d'argent, Angela veut que ça marche, c'est aussi son bébé.


Michael tu nous disais accélérer le rythme des concerts avec Arch Enemy, mais tu as également tourné avec Spiritual Beggars l'an dernier. Comment te sors-tu d'un tel agenda ?

Michael : Hé bien j'ai été célibataire pendant un moment (Rires) ! Du coup, j'avais du temps pour faire des trucs, il faut que je sois très occupé donc ça s'est bien présenté. J'ai plein d'idées et des albums déjà écrits dans ma tête, mais c'est juste une question de temps. Aujourd'hui, la priorité c'est évidemment Arch Enemy qui grossit et pour lequel il faut être là et donner tout son temps. Ce qui est bien c'est qu'on est tous impliqués et qu'on a conscience que c'est notre principal projet, ce qui pourrait être un problème sinon. D'ailleurs, c'est à l'arrivée d'Angela dans le groupe que nous avons pris la décision que nous devions démissionner de nos boulots pour se concentrer sur ce projet. Ça ne s'est pas fait d'un coup, ça a pris du temps.


Alissa de ton côté, tu as fait un immense pas en quittant Agonist. Tu n'as pas hésité à rejoindre le groupe sachant qu'il allait être très difficile de remplacer Angela ? Avec le recul, considères-tu cette opportunité comme la chance de ta vie, sachant que c'est Angela elle-même qui t'a contactée ?

Alissa : Quand Michael et Angela m'ont appelé pour me demander si je voulais rejoindre Arch Enemy, il n'était pas question de passer d'audition ou d'autres processus du genre qu'on peut imaginer dans ces cas-là. Je n'ai pas eu à leur envoyer d'enregistrement, ni de démo ! C'était plutôt : "Viens en Suède, on va jammer et faire un album !" C'est très drôle parce que tout s'est passé très naturellement. Si ça avait été un autre groupe, je ne pense pas que j'aurais été aussi enjouée. Je veux dire, ils ne pouvaient pas tomber sur une fan plus hardcore que moi ! Je connaissais déjà toutes leurs chansons par cœur, le groupe, son histoire ainsi que celle des membres, donc ma réponse a été "Ouais, allons-y maintenant !" C'était le bon moment pour moi, pour tout le monde, je pense.

Michael : On a eu beaucoup de chance aussi. Je me souviens quand on s'est réuni avec Daniel et Sharlee pour parler de l'après Angela. On était dans un parc, on buvait un coup, on se disait que si on voulait continuer, qui pourrait la remplacer ? On avait chacun notre papier et le soir quand je suis rentré chez moi, je n'avais qu'un seul nom marqué sur mon papier, celui d'Alissa. Du coup, à quoi bon chercher davantage, on l'a appelée...





Vous nous disiez avoir énormément tourné, là, vous sortez votre dixième album, 6 mois après enregistré le live "As the Stages burn !" et continué de tourner pour "War Eternal" en avril. Pourquoi avoir sorti cet album si vite ? Est-ce que c'était pour affirmer votre place dans la scène metal ?

Alissa : Pour nous, ça ne nous parait pas si rapide.

Michael : C'est clair, on a l'impression que c'était il y a beaucoup plus longtemps que ça. "War Eternal" est sorti il y a bientôt 3 ans et demi, donc ça a été très intense au départ, avec les labels et maisons de disques qui nous veulent partout en même temps, et ils ont tendance à nous coller des tournées en Europe et au USA en même temps, tout en faisant de la promo au Japon (Rires) ! Mais au bout d'un an, il arrive qu'on ait un mois tranquille avant la tournée des festivals et c'est là que j'ai eu du temps pour l'écriture, à sortir des démos !


L'artwork de "Will to Power" est mystique et fascinant. Quel est le sens de mettre en scène ces animaux : un loup qui tient un serpent dans la gueule, la chèvre... Et enfin, ce titre "Will to Power" qui est une idée développée par Nietzche, est-ce lié ?

Michael : Je le pense, oui. Déjà, on a trouvé cet artiste sur Internet, dont le style nous a rapidement accrochés. On voulait quelque chose d'original plutôt qu'acheter une œuvre déjà faite, donc on l'a contacté et il nous a dit "c'est étrange car j'ai ressorti un vieil album d'Arch Enemy il y a peu !" Déjà, super point, c'est quelqu'un qui aime notre musique (rires) ! On avait peur des délais mais il nous assuré qu'en bossant jour et nuit, ça pouvait être fait en une dizaine de jours. On lui a tout fourni, musique, titre de l'album et on a parlé longuement de l'album pour qu'il s'en imprègne. Il était extrêmement confiant, et j'aime beaucoup ce trait de caractère chez quelqu'un. Il m'a rapidement envoyé un premier coup de crayon, et j'ai trouvé ça parfait. Cet artwork est rempli de symboles mais comme je ne suis pas l'artiste qui l'ai peint, je n'aime pas trop détailler une œuvre d'art, ça enlève une partie de la magie, je trouve. A chacun de faire son interprétation.


Ce qui est impressionnant dans cet album est qu'on reconnait tout de suite le son d'Arch Enemy mais auquel s'ajoutent de nouveaux détails. C'est pour cela qu'on parlait d'alchimie car ce sont des titres classiques d'Arch Enemy mais plus aventureux ; parfois se dégage une puissance énorme, parfois de l'épique... Comment expliquez-vous ces ingrédients supplémentaires : la vie sur la route, le fait d'être plus unifiés que jamais, ce qui s'entend d'ailleurs dans cet album ?

Michael : Quand j'écoute cet album, je suis très confiant, c'est ce qui s'en dégage le plus. J'aime beaucoup "War Eternal" qui est un album terrible, et dans lequel on crie, on défonce tout comme si on devait régner sur le monde, plus forts que jamais ! Avec celui-ci, j'ai une confiance aveugle.


Par exemple, le début de la chanson "The Race" est excellent; Vous vous rapprochez d'un death metal classique que d'un death mélodique qui vous caractérise. Qu'est-ce qui vous a donné envie de débuter l'album avec un titre si violent ?

Michael : C'est un truc que j'adore faire : "Vous pensiez connaître Arch Enemy ? Ok, alors écoutez ça !"





Sur cet album, nous avons été un peu plus aventuriers



Et c'est un peu ce qui se dégage de cet album. C'est du Arch Enemy, mais amélioré ! Alissa, tu alternes ta voix dans une gamme très large avec un death très profond dans 'First Day In Hell' et elle parait sans limite. Ça doit être facile de composer quand on sait les capacités énormes d'Alissa, non ?

Michael : Oui, c'est certain ! Ça ouvre tellement de portes en tant que compositeur. En fait, on se retrouve avec tellement de possibilités qu'il est dur de garder le cap qu'on s'est donné au départ, comment ne pas s'éparpiller ? Il y a beaucoup de jeunes groupes dont les musiciens sont très bons techniquement et qui ont tendance à en faire tellement qu'on se perd dans l'écoute. Nous avons également un très bon niveau technique dans Arch Enemy, mais on veille à rester sur notre ligne directrice, même si sur cet album, nous avons été un peu plus aventuriers (rires).


Sur le titre 'Reasons to Believe', Alissa, tu chantes en voix claire. Est-ce que c'était prévu d'incorporer ce style de voix dans votre répertoire avec l'arrivée d'Alissa ou est-ce quelque chose que vous avez développé petit à petit ?

Alissa : Ce n'est pas parce que tu peux faire quelque chose que tu es obligé de le faire. Notre volonté est de proposer les meilleures chansons et le meilleur album possible. Ce qui parfois veut dire de simplifier le pattern à la batterie, parfois de simplifier le chant, parfois autre chose... Et ces simplifications vont parfois rendre la chanson plus agressive, ou l'orienter dans ce qu'on veut. Vraiment, notre plus grand intérêt est celui de la chanson. C'est pour ça qu'on a aussi cette identité sonore, parce que Arch Enemy est unique et ça s'entend quand c'est un solo de Jeff, ou de Mike, pareil pour les autres instruments ! Dans ce cas-là, il fallait une voix clean car c'est dans ce cas que les paroles sont les plus intelligibles, et ça sonne toujours comme du Arch Enemy, ce qui est incroyable avec la voix claire. C'est peut-être différent de ce qu'on a fait jusqu'ici, mais c'est toujours aussi authentique. C'est un pas dans une nouvelle direction, mais c'est toujours généralement le même son.





La dernière chanson 'A fight I must win' possède cette orchestration qui lui donne une impression de "plus grand que nature", les touches épiques et néoclassiques dans les guitares et la voix death metal. Est-ce que vous cherchiez à terminer l'album avec une telle chanson, autant épique que différente ?

Michael : C'est une de mes chansons préférées de l'album. En fait, quand on l'a écrite avec l'ensemble des partitions de l'orchestre, on avait dans l'idée de la mettre en intro, plutôt. Une fois enregistrée, quand on l'a écoutée, la chute nous a poussé à la mettre à la fin (rires), ça semble boucler un ensemble complet.

Alissa : Et ce qui est intéressant c'est que toute la fin du morceau sonne la fin de l'album, avec comme deux grandes portes qui se ferment doucement, mais la toute dernière note ralentit la fermeture et rouvre même un peu ces portes !


Quel est l'apport de Jeff dans cette évolution qui semble porter sa marque de fabrique dans les touches néoclassiques avec l'orchestration et l'aspect cinématographique dans 'Dreams of Retributions' par exemple ?

Michael : Alors il n'a pas participé à l'écriture de l'album, donc ce que tu entends est certainement ma compo. Il y a toujours eu un peu de néoclassique dans nos mélodies donc il y en a toujours plus ou moins selon les titres.





On a adoré les titres 'The World is Yours', 'The Eagles Flies Alone', 'My Shadow and I' et 'Murder Scene' qui sont excellents, ils ont tous un potentiel de hit énorme et sont de bons candidats pour vos futures setlists... Mais après 10 albums, est-ce que ça ne devient pas un casse-tête de les constituer ?

Michael : C'est un putain de cauchemar (rires)... C'est vrai que ça commence à devenir très difficile. T'imagines les festivals où on n'a que 60 ou 70 minutes ? Non vraiment, c'est très compliqué. Il nous faut au moins 1h30 pour estimer qu'on a à peu près couvert notre répertoire.

Alissa : Mais c'est un problème qu'il est bon d'avoir ! Ce qu'il faudrait c'est noter systématiquement les villes dans lesquelles on joue, et proposer 2 sets. Mais tu vois, qu'est-ce qu'on va privilégier et surtout au détriment de quoi ?

Michael : Avant "War Eternal", le problème ne se posait pas encore, mais là... D'autres groupes, à notre niveau, ne jouent plus que 2 ou 3 chansons de chaque dernier album et continuent de jouer tous les classiques. Mais à la sortie du suivant, il n'y a plus de places pour celles du précédent, parce qu'il faut jouer les classiques. Au final, ce ne sont que ces classiques qui forment la setlist avec 2/3 du dernier. Et je sens que certaines chansons peuvent prendre leur retraite.

Alissa : De toute façon, on n'a pas le choix, il le faut !


Et c'est bon également pour vous, non ?

Alissa : Oui, c'est sûr, pour certaines, il est impossible de compter le nombre de fois où on les a joué live, le groupe les joue depuis toujours et même moi, avant d'être dans le groupe, je les ai tellement chantées !


Vous avez tourné avec Nightwish, est-ce que cela vous a aidé à accentuer davantage cet aspect épique ? Les duo de guitares nous rappellent Malmsteen... Pensez-vous que vos fans soient prêts pour une telle évolution ?

Michael : Je ne sais pas, je pense que oui. Je suis sûr qu'ils vont adorer cet album et ce voyage. Il est bourré d'énergie, de puissance, il est divers et possède plein de variations. Je n'ai pas d'inquiétude parce que c'est pour moi notre meilleur travail qui est là, il est juste. J'ai tellement hâte de voir maintenant comment il va se comporter sur scène, quelles chansons vont se démarquer et trouver leur public...





Qu'attendez-vous d'un tel album ?

Michael : Je n'y pense pas trop. Déjà, on va commencer une tournée mondiale, à un plus haut niveau que précédemment, qui va commencer par les États-Unis et l'Europe de l'Est, puis l'année prochaine ce sera une tournée européenne. Je ne me veux pas me mettre de pression particulière, je sais qu'il y aura plus de dates et que les lieux seront très variés. La tournée est en train d'être montée donc je n'ai pas tous les détails, on n'a pas de business plan ou ce genre de planification.

Alissa : Par contre, on est prêt à tout. On a tellement travaillé dur sur cet album, et on en est super fier, on l'adore. Notre plus grand plaisir en tant que groupe, c'est de lui donner vie en live.

Michael : Non, en fait, je me retiens de te répondre vraiment : "Ça va être énorme !" (rires)


Merci beaucoup !

Alissa : Merci à vous !

Michael : Merci les gars !





Merci à Noise pour sa contribution...


Plus d'informations sur http://www.archenemy.net/
EN RELATION AVEC ARCH ENEMY
DERNIERE ACTUALITE
ARCH ENEMY : Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ARCH ENEMY
 
DERNIER ARTICLE
Entre excitation de vous livrer ce nouveau disque et sérénité quant à sa réussite, Michael et Alissa reviennent sur leur soif de pouvoir!

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ARCH ENEMY
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Will To Power (2017)
Emmené par une Alissa White-Gluz au top de sa forme et tout en gardant sa forte personnalité, Arch Enemy se réinvente avec un "Will To Power" surpuissant et orgasmique…

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ARCH ENEMY

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017