MW / Accueil / Articles / REPUBLICA (27 SEPTEMBRE 2017)

REPUBLICA (27 SEPTEMBRE 2017)

INTERVIEW - ROCK ALTERNATIF - STRUCK - 29.09.2017
A l'occasion de la sortie de son quatrième album évènement "Brutal & Beautiful", Music Waves a rencontré le chanteur de Republica -Leo Beling- pour une interview découverte d'un groupe également à découvrir à Paris en ouverture d'Alice Cooper...
Question traditionnelle, quelle est la question qu’on t'a trop posée ?

Leo Beling : C’est une bonne question ! Ça ne me dérange pas de répondre aux questions parce que je ne sais pas si le lecteur nous connaît. Donc à chaque fois c’est une super opportunité de repartir de zéro en particulier aujourd’hui avec cette sortie mondiale et la chance d’être présent dans plein d’endroits qui n’ont jamais entendu parler de nous auparavant.


Tout a changé quand Odyssey Music Network nous a signés pour la sortie de "Brutal & Beautiful"


A ce propos, votre actualité est la sortie de ce quatrième album "Brutal & Beautiful". Si le groupe n’est pas un nouveau venu (vous avez notamment ouvert en Amérique du Sud pour The Cult, Deep Purple, Kiss, Slayer, Stone Sour, Deftones, Marilyn Manson, Cavalera Conspiracy…) comment expliques-tu que vous soyez assez méconnus en Europe et notamment ici en France ?


Sans aucun doute, les facteurs économiques et financiers sont les principales raisons. De plus, nous sommes très éloignés géographiquement parlant, c’est donc compliqué d’être présent dans les gros marchés rock comme l’Europe, les USA, le Japon… Cela rend les tournées très difficiles à monter et très chères. C’est également compliqué d’avoir un agent de presse décent qui travaillerait sur place quand tu es groupe indépendant.
Mais tout a changé quand Odyssey Music Network nous a signés pour la sortie de "Brutal & Beautiful". Mais la chose la plus fondamentale est que tu dois être prêt à t’investir dans le processus et mettre ton cœur et ton âme.  Je ne parle pas seulement d’argent mais également de passion et de croyance dans ce que tu fais. Nous croyons que notre travail, notre musique, nos performances live collent aux goûts du reste du monde et en particulier dans les principaux marchés européens.
C’est notre objectif comme un rêve et nous le vivons. Etre un groupe brésilien et commencer une carrière internationale réclame un sacré planning et un bon timing… et notre moment est venu…


Notre moment est venu…



Il semblerait que vous vouliez vraiment franchir un cap avec cet album à commencer par sa production, vous l’avez enregistré à Los Angeles avec Matt Wallace qui a notamment travaillé avec Faith No More, Maroon 5, Deftones, REM, 3 Doors Down...  L’avez-vous choisi pour vous ouvrir de nouveaux horizons ?


Nous l’avons choisi pour grandir en tant que musiciens et faire en sorte que notre musique monte d’un cran d’un point de vue production.
Et cela pour deux raisons. La première est que nous pensons qu’il est primordial de travailler avec un producteur reconnu et populaire comme Matt parce que nous croyons que nos chansons avaient besoin de la vision expérimentée d’une super personne professionnelle comme lui. La seconde est que nous voulions également évoluer et rendre plus mature notre processus créatif et moderniser et sophistiquer la façon que nous produisons notre musique. Nous étions certains que Matt était la bonne personne et il nous a montré la bonne direction…
Nous l’avons choisi pour sa capacité à produire un son unique. C’est un producteur très complet dans tous les domaines… en tant que musicien, ingénieur du son, producteur et surtout en tant que personne. Il est capable de travailler avec des artistes très différents comme Faith No More, Maroon 5, Deftones et créer avec ces groupes des chefs-d’œuvre artistique éternels. C’est un génie de la musique et ce fut un privilège énorme de travailler avec lui sur ce nouvel album.





Mais concrètement quel a été son apport ?

Matt est le sixième membre du groupe. Cet album n’aurait pas été le "Brutal & Beautiful" actuel sans lui. Nous avons vraiment travaillé ensemble de façon étroite sur tout le processus de création de l’album. La pré-production a été très intense. Il dit une chose très vraie : "La chose la plus importante est ce que vous enregistrez et non pas comment vous l’enregistrez". Et aujourd’hui, nous sommes 100% d’accord avec lui sur ce point.
La profondeur et l’intensité qu’il réclame pendant le travail fait la différence dans le résultat final. Il étudie tout, depuis les aspects des mots dans les textes à ce que nous voulions exprimer dans le dernier son de cymbales ou de guitare à la fin d’un titre en passant par quel type d’émotion nous voulons que les gens ressentent quand ils écoutent nos chansons.
Des 11 titres que nous avons enregistré, certains n’ont quasiment pas changé mais sur d’autres, nous avons changé plein de choses d’un point de vue arrangement avec toujours l’objectif de faire en sorte que chaque titre soit une pièce unique de musique, d’art.


Avec la sortie de notre troisième album "Point of no Return" en 2013, les choses ont commencé à tourner en notre faveur


Beaucoup de personnes vont découvrir Republica avec cet album. Avez-vous également composé cet album dans cette optique afin qu’il représente au mieux le groupe ?

C’est un sentiment génial de savoir que les gens vont avoir cette chance aujourd’hui, après avoir lu cette interview qu’ils vont écouter Republica pour la première fois…
Nous écrivons de la musique parce que nous croyons en elle à 100% : c’est la seule raison !
En 2012, nous avons commencé une nouvelle phase, une nouvelle histoire parce que nous considérions que nous avions le potentiel d’aller plus loin et passer les frontières de notre pays et délivrer notre musique à travers le monde. Avec la sortie de notre troisième album "Point of no Return" en 2013, les choses ont commencé à tourner en notre faveur. Nous avons été programmés dans les plus grands festivals mondiaux Lollapalooza et Rock in Rio. Nous avons fait plus de 70 dates dans notre pays et d’autres pays frontaliers comme le Chili, l’Argentine. Nous avons fait l’ouverture de groupes comme Deep Purple, Megadeth, Sepultura et avons joué dans des festivals en compagnie de Kiss, Metallica, Slayer, Pearl Jam, Faith no More… Nous avons réalisé nos rêves les plus fous et cela nous a conforté dans le fait que nous étions sur le bon chemin… mais nous avons également réalisé que nous avions besoin de quelque chose en plus. Nous avions besoin d’investir encore plus dans l’internationalisation de notre travail, nous avons donc décidé de rencontrer un producteur iconique comme Matt Wallace pour notre album suivant. Nous avons passé chaque jour des deux dernières années à écrire, arranger, répéter, travailler dur sur nos nouvelles chansons avec l’appui de Matt Wallace et nous voici avec « Brutal & Beautiful ». Nous nous sentons enfin assez forts et prêts pour affronter le reste du monde… donc oui, nous avons fait tout cela dans cette optique pour représenter ce que Republica aujourd’hui : un groupe de rock’n’roll brésilien qui va conquérir le monde (Rires) !


Votre musique sonne comme du big rock avec des éléments puissants de grunge presque stoner… Es-tu d’accord ?

Oui, nous sommes d’accord et je te remercie… Nous avons grandi en écoutant des groupes de rock classique et avons vécu tous les changements et mouvements du heavy metal, punk, hard rock, grunge, stoner, néo metal et d’autres encore… Je présume que notre musique représente cela : toutes ces influences s’entendent dans notre musique.


Peux-tu nous en dire plus sur ces influences ?

Nous sommes influencés par la musique en général mais récemment nous avons fait une playlist de nos influences principales que vous pouvons consulter sur Spotify.
Mais je peux dire qu’en tant que chanteur, les groupes qui m’ont le plus influencé sont Iron Maiden, AC/DC, Black Sabbath, Led Zeppelin, Deep Purple, Guns’n’Roses, Soundgarden, Faith no More et plus récemment Stone Sour, Alter Bridge…





A ce propos, un titre comme ‘Everything’ sonne très Led Zeppelin, en as-tu conscience ?

Oh, quel honneur ! Ai-je besoin de te répondre ? Si une seule de nos notes pouvait ressembler à Led Zeppelin, nous aurions rempli notre contrat ! Nous adorons ce groupe et son son coule dans nos veines !


Notre secret est que nous travaillons chaque chanson ensemble, en tant que groupe…



Republica a plein d’atouts. Le premier est la grande chaleur de ta voix qui donne l’identité de votre musique. Un autre est la qualité de votre musique qui fait la différence aussi. Vous maîtrisez parfaitement la science des mélodies qui restent gravées dans la mémoire. Quel est votre secret de composition ?


Merci pour ce compliment. C’est très important pour nous d’avoir la chance de comprendre un peu mieux comment notre album sonne pour des gens comme toi.
Il n’y a pas de secret, juste beaucoup de travail et d’attention aux détails. Nous avons travaillé nos lignes mélodiques et les arrangements. Nous commençons généralement avec une idée cela peut être une un riff de guitare, une mélodie ou même un groove de batterie. Puis, nous nous rendons tous en studio et commençons à jouer jusqu’à ce que quelque chose d’autre sorte…  nous les travaillons plusieurs heures, laissons reposer, puis revisitons et ensuite, nous commençons à travailler les détails, à écrire les paroles…
La chose la plus importante et c’est peut-être notre secret est que nous travaillons chaque chanson ensemble, en tant que groupe… Chaque membre a son apport, peu importe qui a apporté l’idée initiale, chaque titre est signée par nous cinq parce que chacun d’entre nous travaille dur sur chaque idée qui peut potentiellement devenir une chanson puissante.


Les titres de "Brutal & Beautiful" sont tantôt épais (‘Black Wings’), sombres ('Stand Your Ground') ou tendres (‘Tears Will Shine'). Cet album rappelle le meilleur des années 1990. Comment avez-vous réussi à mélanger toutes vos influences d’horizons différents du rock des années 1970 au grunge des années 1990 par exemple ?


Cela arrive naturellement. Toutes nos influences sont imprimées dans nos cerveaux, nos cœurs… c’est donc logique que ça se ressente dans le résultat final. Ce n’est pas intentionnel pour autant, c’est juste que ça sort ainsi. Nous aimons le rock puissant et le heavy metal des années 1970, le hard rock des années 1980 et le grunge des années 1990… Tant de super musiques ont été faites et nous influencent, j’espère aujourd’hui que nous pourrons influencer une nouvelle génération de fans de rock à travers le monde avec ce nouvel album.


Le titre "Brutal & Beautiful" est paradoxal comme la pochette dérangeante. Avez-vous eu la volonté de bousculer votre public ?

Nous voulons pousser notre public mais dans la bonne direction… afin de les faire réfléchir et de ressentir des émotions nouvelles et différentes quand il écoute nos chansons ou regarde notre pochette. C’est un package total… La pochette, les chansons, le livret, les photos, les performances live… tout cela contribue à représenter un message unifié.


Y-a-t-il un lien entre votre musique et cette pochette ? Quelles sont les thèmes abordés dans cet album ?

Le visuel reflète la musique et le concept global derrière « Brutal & Beautiful ». C’est une invitation au voyage. Les principaux sujets de cet album sont les mauvaises décisions, la colère mais toujours avec un message d’espoir pour nous sortir de nos ennuis personnels… C’est un voyage à travers la vie…


Qu’attends-tu de cet album ?

Notre principal but est de présenter "Brutal & Beautiful" au monde et au plus grand public possible. "Brutal & Beautiful" est intense, profond et mélodique, subtil et entêtant dans le même temps.


Comme tu l’as dit, vous avez joué au Rock in Rio. Quelle est la signification de ce festival pour vous ?

Rock In Rio est un des plus grands festivals dans le monde et nous avons adoré faire partie d’un festival aussi incroyable et pouvoir jouer devant tant de personnes. Nous sommes reconnaissants aux organisateurs parce qu’ils ont cru en nous. Nous ne pouvons que dire merci au staff de Rock in Rio mais aussi au public qui nous a toujours soutenus.


Comme nous l’avons dit, vous êtes assez méconnus en Europe et en France, comptez-vous y remédier avec des dates européennes ?

Vous nous verrez bientôt… Nous allons commencer début en novembre puisque nous sommes programmés en ouverture de Scorpions mais également dans les derniers concerts de la tournée d’Alice Cooper. Quelle chance d’ouvrir pour ces légendes vivantes du rock pour notre première tournée européenne.
Et notamment deux dates en France le 3 décembre en ouverture d’Alice Cooper à la Salle Pleyel et le 7 décembre à l’Olympia toujours en ouverture d’Alice Cooper. Et de nouvelles dates européennes vont arriver… pour citer notre album, je dirais « I Think It’s Time For The Show!!! »





Traditionnelles questions du site, quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?

Mon meilleur souvenir est toujours le dernier concert et pour nous, c’était Rock in Rio 2017, dimanche dernier devant 50.000 personnes. C’était incroyable.


Au contraire le pire ?

Je dirais personnellement en 2012 quand je suis tombé de scène dans un grand festival à Santiago du Chili. C’était notre dernier titre et je suis tombé d’une scène de 3 mètres et demi. Je suis tombé à terre et je me suis fracturé le poignet gauche. Je me suis également cogné la tête et le torse mais finalement je ne me suis cassé qu’un poignet et aujourd’hui tout va bien mais j’aurais pu me tuer…


On a commencé cette interview par la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

Quand allez-vous sortir le prochain album et faire cette prochaine tournée mondiale ?


Un dernier mot aux lecteurs de Music Waves ?

Premièrement, merci pour l’opportunité de parler librement de notre nouvel album et nous laisser un espace d’expression. C’est un honneur et un privilège d’être sur Music Waves !
Mes derniers mots sont : Ecoutez cet album. Je vous promets qu’il sera difficile de ne pas l’écouter encore et encore. Nous vous promettons un album solide et intéressant… une vraie expérience "Brutal & Beautiful". Et rendez-vous bientôt en tournée…
Obrigado ! (en français) Merci à vous tous de France pour l'occasion de présenter notre nouvel album. A bientôt à Paris!
Désolé pour ce pauvre français et je vous souhaite le meilleur à tous…


Merci à Childeric Thor pour sa contribution..


Plus d'informations sur http://republicarock.com.br/
EN RELATION AVEC REPUBLICA
DERNIERE ACTUALITE
REPUBLICA lance le 3ème clip vidéo pour le prochain album "Brutal & Beautiful"
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant REPUBLICA
 
DERNIER ARTICLE
A l'occasion de la sortie de son quatrième album évènement "Brutal & Beautiful", Music Waves a rencontré le chanteur de Republica -Leo Beling- pour une interview découverte d'un groupe également à découvrir à Paris en ouverture d'Alice Cooper...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant REPUBLICA
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Brutal & Beautiful (2017)
Fort de cet opus dynamique et grungy dont le contenu est capable de fédérer un large public, il est permis de considérer Republica comme une des révélations de l'année 2017.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant REPUBLICA

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017