MW / Accueil / Articles / Hard Rock Fest VII - 06 Octobre 2017 - Avelgem (Belgique)

Hard Rock Fest VII - 06 Octobre 2017 - Avelgem (Belgique)


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
BLACK METAL
Pour sa 7ème édition le Hard Rock Fest propose une affiche purement black de grande qualité avec en point d'orgue Mayhem.
NOISE - 16.10.2017
Petit par la taille mais gigantesque par la richesse de sa vie métallique. Telle pourrait être la devise de la Belgique tant le pays regorge de festivals de toutes tailles. En ce vendredi 6 octobre nous avons rendez-vous à Avelgem, non loin de la frontière, pour une soirée placée sous le signe du black metal avec du très lourd avec en point d’orgue - rien de moins que Mayhem. Le Hard Rock Fest célèbre sa septième édition, il est sold-out et la salle sera vite remplie, de quoi laisser songeur pour nous Français qui voient passer moins de dates et le plus souvent avec une affluence décevante. On retrouve ainsi 5 formations dans le centre culturel de la ville, la salle Spikkerelle, parfaite à tous les points de vue et d’un grand confort.

Ce sont les Tchèques d’Inferno qui ouvrent ce bal de l’enfer. Avec un décor lugubre avec chandeliers l’ambiance est posée, de plus le maquillage d’Ardamelech lui donne un air malsain comme possédé et vivant son art à fond. Dernier membre d’origine d’un groupe formé en 1996 et auteur de 7 albums et de très nombreux EP, il est accompagné de musiciens de talent. Ils vont tisser un ensemble black occulte intense avec juste quelques respirations pour se remettre de ses émotions. Cette demi-heure va passer à toute vitesse et sembler bien courte - on en aurait bien repris une louche. La salle est comble et est très attentive à ce déferlement de violence brute et opaque, la quasi pénombre et l’impression de circuler dans un cimetière abandonné ajoutant à ce côté oppressant. Épique et sauvage, ce concert aura été une grande réussite, le groupe nous a fait nager en plein underground black et a rencontré un joli succès, son merchandising dévalisé le prouvant avec force.



Après cette bourrasque glacée, la soirée se poursuite avec les locaux de Lemuria. Le groupe écume les festivals belges et possède une belle cohorte de fans. Avec un black à la fois folk et symphonique il a fort à faire pour s’imposer entre deux monstres purement black. Mais il ne va pas se laisser impressionner et envoyer la sauce avec puissance, porté par un Wesley Beernaert impressionnant de charisme et au chant hargneux. Avec des extraits de "Chanson de la Croisade" il va cartonner d’entrée. ‘A Coming Storm’ et ‘The Cross And The Crusade’ sont un excellent mix entre un Turisas et un Dimmu Borgir, Lemuria montrant une belle capacité à créer une ambiance sombre et envoutante. Ensuite avec ‘The Slaughter Of Innocence’ ou ‘Vigilante’ il confirme qu’il excelle en matière de pagan black un peu crasseux. Enfin ‘Death & Submission’ et ‘Gerstenat’ achèvent parfaitement un concert très maitrisé et apprécié par un public de passionnés. Lemuria a su tirer son épingle du jeu et a permis à la soirée de continuer de la meilleure des manières.



Avec Carach Angren le festival réussit un premier joli coup avec ce formidable groupe néerlandais de symphonique black qui aime jouer avec l’horreur, les légendes occultes et une ambiance de film d’horreur vintage. Servi par un décor de vieux jardin abandonné et porté par un Seregor glacial et semblant complétement fou, le groupe va faire forte impression et nous balancer un formidable concert sombre, glacial et empreint d’une certaine schizophrénie. D’entrée ça pète sévèrement avec ‘Charlie’. Baroque, grandiose et délicieusement décadent en plus d’être violent ce black prend aux tripes et fascine, puis continue de plus belle tout le long d’un concert très maitrisé. Avec ‘The Carriage Wheel Murder’ puis ‘When Crows Tick On Windows’ le public a la sensation d’assister à la lecture d’une histoire au plus profond d’un asile, le travail aux claviers apportant la touche folle qui fait la différence. On ne peut que se réjouir de la variété de ce black à la fois symphonique, brutal et dont la folie rappelle ce que propose Avatar. Ce concert aura été énorme de bout en bout et le final ou des titres comme ‘Sir John’ ou ‘Bloodstains On The Captain’s Log auront achevé d’emmener le public dans cet univers si particulier. Carach Angren est venu et vaincu en beauté et chacun n’a qu’une hâte, les revoir très vite.



Il y a eu la face folk, la face symphonique, place avec Enthroned à la face brutale sans concessions. Malgré les changements de line-up, le groupe belge reste un incontournable en matière de black occulte. Il va prendre un long moment avant de débuter et cela va avoir un impact. Quand les hostilités commencent cela ne fait pas de quartier, pur et dur le black d’Enthroned laisse le public K.O. debout comme incapable de réagir. Et entre ‘Ha Shaitan’, ‘Baal Al Maut’ ou ‘Tellum Scorpionis’ il montre une bestialité est réelle mais d’une rare maitrise tant ces riffs joués à une vitesse folle sont techniquement sans failles. La pression ne se relâche jamais et on sent chez Nornagest et ses camarades une envie féroce de faire mal. Le concert s’achève avec ‘Of Feathers And Flames’ et même si ce titre est tout aussi couillu on ne peut qu’être surpris de le voir annoncer la fin du show. Avec 40 minutes seulement,  une certaine frustration règne, même si la claque donnée aura été impressionnante d’un bout à l’autre. Enthroned a quand même largement convaincu et parfaitement ouvert la voie à un des maîtres de l’art noir.



Ce maître c’est Mayhem. Malgré une carrière en dents de scie et des albums moins percutants, les Norvégiens gardent cet aura sulfureuse héritée d’un début de carrière qui a marqué les esprits. Conscient de cet effet, le groupe tourne pour mettre en avant son légendaire premier album, "De Mysteriis Dom Sathanas". Certes ce faisant Mayhem capitalise sur son passé, mais il permet, plus de 20 ans après, à pas mal d’amateurs de savourer ce disque en live et de retrouver des légendes comme Necrobutcher, Hellhammer et Attila. Pour faire monter l’ambiance ils vont prendre leur temps avec une longue intro, de la pénombre savamment distillée et une lumière rouge quasi aveuglante qui permet juste de deviner les musiciens derrière de longs manteaux à capuches. L’effet est garanti et instaure une ambiance glaciale. Et sans temps mort ni faiblesse ils vont tabasser l’audience d’entrée avec ‘Funeral Frog’ puis ‘Freezing Moon’ et passer en revue le disque avec une férocité incroyable. Attila montre un charisme certain et le public se retrouve plongé au début des années 90, quand le black metal faisait peur. Tout au long de cette prestation malsaine un certain mysticisme aura régné dans la salle. Cette prestation habitée et profonde restera longtemps dans les mémoires d’un public sous le charme vénéneux d’un
Mayhem au sommet de son art.



Cette soirée aura été une franche réussite et a parfaitement mis à l’honneur le meilleur du black metal. Il nous reste à remercier Bernard et ses équipes pour leur accueil et leur travail remarquable au service des amateurs de metal.



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/mayhemofficial/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 11613
  • 11614
  • 11615
  • 11616
  • 11617
  • 11618
  • 11619
  • 11620
  • 11621
  • 11622
  • 11623
  • 11624
EN RELATION AVEC MAYHEM
DERNIERE ACTUALITE
MAYHEM: Les détails sur 'Daemon'
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant MAYHEM
 
DERNIER ARTICLE
Pour sa 7ème édition le Hard Rock Fest propose une affiche purement black de grande qualité avec en point d'orgue Mayhem.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant MAYHEM
 
DERNIERE CHRONIQUE
De Mysteriis Dom Sathanas (1993)

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant MAYHEM

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019