MW / Accueil / Articles / LORD SHADES (29 NOVEMBRE 2017)

LORD SHADES (29 NOVEMBRE 2017)

INTERVIEW - DEATH METAL - THIBAUTK - 05.12.2017
A l'occasion de la sortie de leur dernier album ("The Uprising Of Namwell"), Lord Shades nous a accordé une longue interview, fantastique, héroïque et onirique, qui dévoile l'univers particulier de cette formation hors norme.
  •  
  •  
  •  
  •  
    
Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?

Alex : Sous quelle étiquette nous classons nous ? Réponse : Aucune !

Cyril : Pouvez-vous nous citer quelques groupes qui vous influencent ?  
Réponse : Il y en a trop ! Et pas un seul des membres du groupe n'écoute la même chose. Nos influences sont très variées, cela va du rock prog' des années 70 au black metal en passant par le bon vieux heavy des années 80/90.


Votre actualité est la sortie de “The Uprising Of Namwell”, comment vous sentez-vous quelques mois après ?

Alex : "Uprising" est le troisième et le dernier de la trilogie que composent les trois albums, et il ne sortira que le 8 décembre prochain. Quelques jours avant cette sortie : excités, impatients, et une grande curiosité de savoir comment il sera accueilli. Il fallait mettre la barre plus haute que pour le précédent ! Nous attendons donc avec impatience les retours de la presse et du public.

Cyril : Les mois avant la sortie passent extrêmement vite car il y a beaucoup de travail à fournir pour la sortie de cet album, entre la promo, les différentes news, la préparation de notre concert de sortie d'album, les démarches auprès des associations, des festivals... Puis il y a aussi l'excitation de la sortie, comment va être accueilli "Uprising", va t-il surpasser son prédécesseur, l’auditeur va-t-il comprendre notre concept ?


Cet album fait suite à un album très bien accueilli ("The Rise of Meldral-Nok"). Est-ce que cet accueil vous a donné des forces pour composer ce nouvel album ?

Alex : En tout cas beaucoup d'encouragements qui ne peuvent que donner envie d'aller plus loin. Il fallait de toute façon terminer notre trilogie de la plus belle des manières.

Cyril : "The Rise of Meldral-nok" nous a permis de passer un cap. Grâce à lui, nous avons pu vivre certaines expériences bien sympas comme jouer au Wacken Open Air ou encore au Metal Days en Slovénie. Bien entendu, tout ça nous a donné une motivation supplémentaire pour réaliser ce troisième opus. Nous recherchons toujours à créer quelque chose de différent de ce que nous avons pu réaliser par le passé, tout en collant au concept original et nous essayons à chaque projet de garder à l'esprit qu'il doit nous ramener quelque chose de plus que le précédent. Pour résumer, oui il nous a donné de la force pour créer "The Uprising of Namwell" et il nous a même donné l'envie d'aller encore plus loin.


Toutefois vous avez mis pas loin de six ans pour livrer ce nouvel album, pourquoi cela ?

Alex : Je pense qu'il y a plusieurs raisons à cela : il y a une grosse différence entre les albums sortis à peu d'intervalle et les albums qui ont pris au contraire du temps pour se construire. Cela permet d'évoluer dans nos écoutes, nos goûts, nos envies et faire quelque chose de plus abouti et surtout différent de l'album précédent. Je trouve qu'il sort énormément de disques en ce moment où tout se ressemble un peu.

Mais aussi, un album de Lord Shades, c'est une longue et grande aventure. Ce ne sont pas moins de 2 mois et demi de prises de son pour ce troisième album et bien plus en écriture et préparation ! Il faut un sacré moment pour s'en remettre et nous préférons nous concentrer maintenant sur les différents spectacles que nous pourrons proposer grâce à ce dernier et ses prédécesseurs.

Cyril : Je rajouterai qu'il faut aussi prendre le temps de "digérer" les albums afin de ne pas refaire les mêmes erreurs (même si on en fait toujours quoi qu'il arrive). Ce temps est nécessaire à la réflexion. La composition et l'arrangement des morceaux demandent du temps. Comme tu peux le remarquer, il y a encore beaucoup de monde qui est intervenu sur cet album et il faut prendre le temps de bien analyser qui va faire quoi et pourquoi il va le faire. Nous ne nous amusons pas à « bourrer » nos albums d'invités en tout genre juste pour le fun, mais bel et bien pour donner un sens à nos morceaux.  





Vos albums sont marqués au fer rouge par une même thématique, est-ce que vous pouvez nous en dire plus ?

Alex : C'est plus qu'une même thématique puisqu'il s'agit d'une trilogie ! Nous y suivons l'épopée de Lord Shades. Il s'agit d'une longue histoire imaginée par Laurent Barbarit (notre parolier) et nous tous. Je conseille les gens d'aller voir l'histoire et ses traductions sur le site : https://www.lordshades.com/concept

Cyril : Effectivement, la thématique de nos trois albums reste la même. Ils se suivent pour former une trilogie.  Nous avons voulu créer quelque chose qui nous ressemblait, étant tous fans d'heroic fantasy, il était évident que nous prendrions ce chemin. L'heroic fantasy nous permet beaucoup de choses, comme par exemple d'exprimer plusieurs sentiments au travers de plusieurs styles de musique que tu peux retrouver sur cet album. Cela nous permet d'élargir nos envies au gré de notre imagination. Quand c'est la guerre, le morceau va envoyer du bois dans un style plus death metal, quand la peur et le désespoir arrivent, tu retrouveras des morceaux plus typés black metal. Le thème de l'heroic fantasy nous permet ainsi d'exploiter plusieurs facettes, nous ne restons pas cloisonnés dans un style bien particulier.  


Est-ce que vous pouvez nous décrire sur quel concept se base votre nouvel album ?

Cyril : Comme nous venons de l'expliquer, nos trois albums forment une trilogie, c'est donc logiquement que tu retrouveras le même concept dans ce dernier album que sur les deux d'avant. C'est une suite qui reprend les aventures de son personnage principal, Lord Shades, qui depuis le début est en quête de son enveloppe charnelle qui lui a été violemment retirée suite à un châtiment de son maître.

"The Uprising of Namwell" est donc le dernier volet de la trilogie où se mêlent guerre, violence, trahison, désespoir. Nous voulons vraiment garder ce concept pour créer une histoire, une histoire mêlée de rebondissements, de sentiments différents qui permettent à l'auditeur dans un premier temps de voyager au fur et à mesure des actes , puis dans un deuxième temps d'entendre ce que nous faisons de nos différentes influences musicales et comment nous les utilisons pour créer notre concept.    


On peut noter que le visuel de votre album est assez époustouflant, comme l’était le précédent. Est-ce important pour vous d’avoir un visuel à la fois beau, qui colle avec l’album ?

Alex : Les visuels représentent un certain nombre de détails de l'histoire étalés sur les deux faces du livret/digipack. D'ailleurs un grand merci à Stan W-Decker pour tout ça ! Nous lui envoyons toujours le récit de Lord Shades et il s'en imprègne pour créer l'artwork. Tout comme vous, on le trouve magnifique !

Cyril : Si tu trouves le visuel de l'album assez époustouflant, c'est que Stan W-Decker a fait du bon boulot et nous le remercions beaucoup pour cela ! 
Bien entendu, chaque visuel de nos albums doit retranscrire ce que l'album décrit, nous ne pensons pas qu'un album doit juste être une galette que tu insères dans ton lecteur. L'artwork doit être tout aussi soigné que le reste et bien sûr correspondre à l'album. La première chose que tu fais quand tu reçois un album, c'est de regarder sa pochette, ouvrir le livret. Nous voulions que dès les premiers instants, avec le digipack dans les mains, l'auditeur entre dans le sujet.  


On sent dans cet album que vous avez atteint une maturité. Est-ce votre impression, car les compositions sont carrées, léchées et puissantes ? Est-ce pour cela que vous avez mis du temps pour le sortir ?

Alex : Et bien merci. Pour ma part j’attends encore un certain nombre de critiques pour en être convaincu, je ne sais pas vraiment encore comment cet album va être perçu par nos fans.

Mais, de toute évidence, la volonté était de faire quelque chose de plus mature et plus poussé sur tous les extrêmes... J’entends par « extrême » le côté metal, mais aussi un désir depuis le début d'ajouter des instruments traditionnels multiculturels et symphoniques. La grande nouveauté de ce nouvel album réside dans la mise en place de notre propre chorale.
Cyril : Des impressions nous en avons beaucoup, des bonnes et des moins bonnes. Seuls le retour des critiques des fans et des médias nous diront si nous avons fait du bon travail ou pas. 

Évidement, à chaque fois que nous sortons un album, nous voulons avancer d'un ou plusieurs pas, éviter les erreurs du passé, comme tu le soulignes gagner en maturité... Gagner en maturité demande du temps, mais demande surtout de vivre des expériences. Et puis à quoi bon sortir des albums à plus savoir quoi en foutre si ils sont tous les mêmes ? Nous vivons dans un monde où tout doit aller vite, et bien nous, nous prenons notre temps et faisons les choses à notre façon sans nous soucier du reste.





Ce nouvel album mélange à la fois des orchestrations symphoniques, des passages épiques et des instants puissants héritiers du death old school. Est-ce tout cela votre identité ? Si je dis que vous me faites penser à un mélange de Septicflesh, Insomnium et Omnium Gatherum, est-ce que cela vous convient ?

Alex : Oui, et plein d'autres influences qu'elles soient metal ou non. Nous ne nous posons pas de limites, nous mélangeons tout ce qui nous fait envie et nous moquons des codes.

Cyril : C'est ici que notre concept est avantageux pour nous, nous faisons vivre tout et n'importe quoi à notre personnage. Les différentes scènes décrites dans notre album nous permettent de créer cette musique riche en influences. La musique doit vraiment coller à nos paroles et l'ambiance de chaque morceau, que ce soit dans le black, le death, le sympho ou autre. Que nous fassions intervenir des instruments trad ou même quelques sons electro, tout doit être le plus fidèle possible à ce que l'histoire raconte. 

Nous n'avons aucune limite (hormis celle de la technique !). Aujourd'hui, tout doit être codifié et rangé dans des cases. Nous on s'en balance de tout ça. Ce qui est intéressant de voir, c'est que chaque personne écoutant Lord Shades arrive à trouver des influences différentes dans nos albums et parfois même nous identifie à des groupes dont nous n'avons jamais entendu parlé ou que nous n'avons jamais écouté. Chaque auditeur réagit différemment en écoutant notre musique car il va juger, critiquer notre musique avec ses propres influences. Si il en ressort qu'il a aimé, alors c'est que notre pari a été gagné et que l’alchimie est juste.  


D'ailleurs le titre 'A New Dawn' est assez impressionnant, car il propose une mélodie poignante, des passages hargneux et du chant lyrique, on se croirait presque chez Ayreon. Est-ce la composition dont vous êtes le plus fier ? Comment est née cette idée de faire une composition aussi longue et touffue ?

Alex : Ce titre est non seulement le final de l'album, mais il est surtout le final de la trilogie. Il a été composé dans ce sens là, il fallait donc ne surtout pas le prendre à la légère. 
En tout cas oui, pour ma part, j'en suis plutôt fier, non pas réellement pour sa longueur, mais pour ce que j'ai réussi à en sortir malgré les risques d'un titre aussi long justement.

Cyril : Comme tu le dis, le morceau est long. Le risque est de perdre l'auditeur sur la longueur, nous avons donc dû faire extrêmement attention à ne pas tomber dans le piège de la longueur et de l'ennui. Forcément, si le morceau est long, nous devons le justifier. Ce morceau marque la fin de la trilogie, il doit donc être composé de rebondissements aussi bien à travers les paroles que par la musique. Il doit révéler des choses sur l'histoire de Lord Shades. Avec ce morceau, nous touchons au but final de l'épopée. Dans ce morceau, tu retrouves l'essentiel de la musique de Lord Shades et vu que notre musique regorge de styles, 15 minutes 47 secondes n’étaient pas de trop ! Il est difficile de critiquer sa propre musique, alors de dire que c'est le morceau dont nous sommes les plus fiers est compliqué. En attendant, il nous a donné du fil à retordre ! 


On sent que vous avez eu des milliards d’idées sur ce disque mais qu’il est également plein d’unité et de cohérence. Est-ce que vous avez dû mettre certaines idées de côté pour garder les meilleurs et avoir cette cohérence ?

Alex : L'idée était dès le départ de faire un album un peu moins destructuré et un peu plus simple que "The Rise of Meldral-Nok". Au sein d'un même titre, tout en gardant la plus grande variété possible entre chaque morceau.

Cyril : Des idées, il y en a plein et effectivement certaines que nous pensions moins judicieuses que d'autres ont été mises de coté, le but étant d'avoir une cohérence au fil de l'album et même au fil DES albums. Sur ce point, nous devons remercier Laurent Barbarit pour son travail sur les paroles, Lord Shades ne serait pas ce qu'il est sans lui !  


Comment avez-vous décidé de mettre une voix de soprano sur cette dernière composition ? Comment avez-vous choisi cette chanteuse, qu’est-ce que sa voix a de si particulier ?

Alex : Natacha a déjà participé à l'album précédent et il était évident que nous voulions réitérer l'expérience avec elle, tout comme un bon nombre d'autres personnes sans qui Lord Shades ne serait pas ce qu'il est ! Nous comptons un peu plus d'une trentaine de participants invités sur cet album.

Maintenant pourquoi ce choix sur ce titre ? Parce qu'il suffisait de fermer les yeux, d'écouter le titre et de se dire : "C'est elle qu'il faut ici !"


Beaucoup de compositions sont longues sur cet album, est-ce un album de death progressif ? 

Alex : Les structures sont progressives en effet, même si nous avons essayé de moins en abuser sur cet album, mais nous ne pouvons pas nous limiter au format radio non plus. Je n'ai rien contre, mais cela n'a jamais été notre but. Certains parleront de death, d'autres de black, et puis finalement, est-ce que cela a vraiment une importance ? C'est un concept album de metal (sourires).

Cyril : Tout dépend aussi de quel côté tu te trouves. Si tu aimes les morceaux qui s’enchaînent à une vitesse folle en gardant la même lignée avec de la vitesse, de la brutalité et de la boucherie pure et dure, alors oui tu trouveras les morceaux longs. Maintenant, si tu te trouves du côté où tu aimes te poser dans un fauteuil, fermer les yeux et te laisser embarquer dans une histoire pleine de rebondissements, où tes oreilles seront la porte vers des mondes fantastiques et épiques et ton fauteuil ta monture fidèle et loyale pour voyager au gré de nos morceaux, alors tu ne les trouveras pas longs.   


Comment avez-vous réussi à faire la part des choses entre le côté épique et l’aspect direct et violent ? Quelle est au final la facette qui vous plaît le plus ?

Alex : La facette la plus importante est justement l'utilisation de tous ces côtés à la fois, le fait de jouer avec les contrastes, ambiances, émotions, tempos. Nous cherchons à faire voyager l'auditeur à travers l'épopée de Lord Shades.

Cyril : Il n'y a pas de facette qui nous plaise plus qu'une autre sinon elles n’apparaîtraient pas dans nos morceaux. Disons que tout a une cohérence vis-à-vis de notre histoire, nous ne voyons pas l’intérêt de faire du violent pour du violent si derrière l'histoire ne suit pas. Chaque style utilisé doit coller à ce qui se passe dans le morceau. 





Comment allez-vous retranscrire votre musique sur scène ? Est-ce que vous allez proposer un spectacle total avec costumes, cascadeurs et projections vidéo ?

Alex : Il est possible que quelque chose de ce genre soit en cours de construction, mais nous ne pouvons pas en dire plus pour le moment !


Qu’attendez-vous pour cet album avec le soutien de Dooweet ?

Alex : On peut commencer par dire que Dooweet est une agence très sérieuse, réactive et vraiment sympa ! Qu'est ce qu'on en attend ? D'aller conter cette épopée le plus loin possible.

Cyril : Dooweet pour le moment fait du très bon travail, ce soutien est important pour nous car ils nous déchargent de pas mal de tâches. Cela nous permet de travailler plus sur l'aspect artistique du groupe comme la préparation des concerts et autres événements.


Qu’est-ce que nous pouvons attendre après ce nouvel album ?

Alex : Une tournée, des concerts 2018-2019 et un spectacle en pleine préparation !


Quelle est la question que vous aimeriez que l’on vous pose ?

Alex : on ne parle jamais assez de nos participants/invités, ceux qui ne sont pas sur scène avec nous. J'en ai cité quelques-uns ci-dessus, mais ils sont nombreux. Je veux parler en particulier d'Olive qui nous suit comme ingénieur du son, mais qui, surtout, travaille sur la quasi totalité de nos arrangements orchestraux ainsi que sur ce qu'on appelle le "sound design" (les scènes sonores). Olive nous suit depuis le début et apporte énormément à l'aspect épique et fantasy de notre musique. Les ambiances, bruitages, interludes, et autres détails qu'il met en place permettent à l'auditeur de réellement se plonger dans notre monde. Les orchestrations et ambiances présentes dans chacun de nos albums ont demandé des heures de travail et sont essentielles à l'identité du groupe. Olive et Laurent font vraiment partie intégrante du concept. Sans eux, Lord Shades ne serait pas Lord Shades !

Cyril : Idem 


Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’artiste ?

Alex : Wacken, à moins que ce ne soit le Metal-Days ? Bref, deux grand moments inoubliables pour moi !

Cyril : Idem. Et j'ajouterai les très bons souvenirs des différents accueils de petites assos qui se bougent pour faire vivre nos groupes, avec bien souvent trop peu de moyens... 


Au contraire le pire ?

Alex : En règle générale, cette impression de compétition entre les groupes qui partagent la même scène. On pourrait aussi avancer tous ensemble et passer un bon moment, plutôt que de se tirer la tronche.

Cyril : La compétition, aujourd'hui, on dirait que c'est la course à celui qui fera le plus de bruit, qui jouera le plus vite, qui aura la plus grosse ! A mon goût, on oublie trop souvent que celui qui partage la scène avec toi est passé par les mêmes moments de galère que toi et que tout le monde est là pour la même chose, passer un bon moment et essayer de s'évader tous ensemble. On s’enrichit des expériences des autres, donc mieux vaut les partager autour d'une bonne soirée que de rester chacun de son côté le dos tourné. Et y'en a marre des groupes qui te regardent de haut !   


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Alex : Un grand merci d'avoir lu cette interview et un grand merci à toi aussi !

Cyril : En espérant ne pas avoir raconté trop de conneries et que cette interview aura éclairé un peu les lecteurs sur notre concept et leur donnera envie d'aller découvrir Lord Shades.

Un grand merci à vous de nous offrir l'opportunité de nous exprimer sur notre groupe .




Plus d'informations sur http://www.lordshades.com/
EN RELATION AVEC LORD SHADES
DERNIERE ACTUALITE
LORD SHADES : Nouvel album en décembre
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant LORD SHADES
 
DERNIER ARTICLE
A l'occasion de la sortie de leur dernier album ("The Uprising Of Namwell"), Lord Shades nous a accordé une longue interview, fantastique, héroïque et onirique, qui dévoile l'univers particulier de cette formation hors norme.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant LORD SHADES
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
The Uprising Of Namwell (2017)
Lord Shades enfonce le clou, livre une fresque barbare d'anthologie, mélodique, ambitieuse et alambiquée, à écouter absolument.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant LORD SHADES

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017