MW / Accueil / Articles / HOGJAW (14 NOVEMBRE 2017)

HOGJAW (14 NOVEMBRE 2017)

INTERVIEW - ROCK - STRUCK - 06.12.2017
De passage éclair sur Paris, les membres de Hogjaw nous donnent une leçon de rock... sudiste !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    
L'interview aurait parfaitement pu se dérouler autour d'un feu de camp arrosé de whisky mais nous avons dû nous contenter des certes classieux mais plus communs locaux de Gibson pour ce cours de rock made in Arizona...


Quelle est la question qu’on vous a trop souvent posée ?

Jonboat Jones : La question qu’on nous aurait trop souvent posée ? Wahou, en tous cas, je n’avais pas pensé à celle-ci…

Jimmy Rose : La question qui revient le plus souvent est de savoir quand nous reviendrons jouer.


Votre actualité est la sortie de votre sixième album "Way Down Yonder". Il semblerait que chaque album de Hogjaw soit une sorte de voyage dans différents paysages : le désert pour "Sons of the Western Sky", les montagnes sur "Rise to the Mountains". Quel paysage décrivez-vous dans ce nouvel album : les marécages comme le suggère la pochette ?

Jonboat : Nous avons effectivement sorti des albums avec différents paysages et pour cet album, les marécages sont la première image qui nous est venue à l’esprit, c’est une image qui est particulièrement appropriée cette fois-ci.





Est-ce que ces images arrivent avant même la composition au l’inverse ?


Jonboat : L’idée de la pochette, du visuel vient après coup…


Et comment arrivez-vous à faire en sorte que votre musique soit finalement proche du visuel ? En d’autres termes, quel est le sujet abordé dans cet album ?

Jonboat : Eh bien, la pochette fait référence au titre ‘Way Down Yonder’. Cette chanson évoque clairement les marécages et toute l’imagerie fantastique, les légendes qui tournent autour de ces marécages...

Jimmy : Et c’est de là qu’est née la pochette…


Certaines personnes essaient de conceptualiser ce que nous faisons autour de ces marécages sachant que nos titres ont plus ou moins toujours cette même atmosphère… marécageuse !





Malgré tout, y-a-t-il un fil conducteur dans cet album ?

Jonboat : Je ne dirais pas qu’il y a une sorte de fil conducteur, je dirais que nous prenons les images qui nous viennent à l’esprit… Je vois cet album comme un navire qui nous fait naviguer entre diverses chansons. Nous ne planifions rien, nous ne faisons qu’utiliser les compositions que nous avons en main…

Jimmy : Nous savons pertinemment que certaines personnes essaient de conceptualiser ce que nous faisons autour de ces marécages sachant que nos titres ont plus ou moins toujours cette même atmosphère… marécageuse (Rires) !


Cette pochette illustrant des marécages avec une cabane fort peu accueillante : est-ce l’image que vous avez des Etats-Unis ?

Jonboat : D’une certaine façon, oui. ‘Way Down Yonder’ est un endroit où le soleil ne brille jamais, nous y étions pour faire des choses que personne ne saura jamais (Sourire) et cette image vient de là !


Dans ces conditions, peut-on dire que Hogjaw est une sorte de peintre d’endroits des Etats-Unis que personne ne connait ?

Jonboat : Peut-être, c’est une belle analogie que j’aime beaucoup !

Jimmy : Ce sont des endroits dans lesquels nous vivons, que nous aimons aussi… mais c’est quelque chose de totalement inconscient !

Jonboat : Rien n’est vraiment planifié dans ce que nous faisons (Rires) ! Nous ne faisons pas de plans sur ce que nous devrions faire, ce que nous aimerions faire… nous ne passons pas de temps sur cette partie : c’est juste que nous venons de là, il ne faut pas voir de plan disproportionné, c’est juste du rock’n’roll (Sourire) !

Jimmy : Encore une fois, le visuel de la pochette est directement lié au titre ‘Way Down Yonder’ qui évoque la magie mystérieuse des marécages. Là où les rêves deviennent réalité (Rires) !


Vous arrivez à soutenir le rythme d’une sortie d’album tous les deux ans. Comment arrivez-vous à maintenir une telle créativité ?

Jonboat : Hum, je trouve que plus nous vieillissons, plus nous prenons du plaisir, les choses deviennent chaque jour plus intéressantes…

Jimmy : En fait, tout le monde dans le groupe est sans cesse en train de réfléchir, essaie d’apporter de nouvelles choses sur la table comme des mélodies vocales et c’est difficile de ne pas en tenir compte…


Et quand vous tournez ici en Europe, avez-vous des mélodies qui vous viennent en tête influencées par les lieux ?

Jimmy : (Rires) Bien sûr parce que nous écrivons constamment !

Jonboat : L’inspiration vient de différentes façons et le fait de tourner en est clairement une, une très grosse même…


Le prochain album sera donc inspiré par l’Europe et peut-être la France ?

Jonboat : Pourquoi pas, qui sait mais il y en aura sûrement quelque part…

Jimmy : … dans des harmonies de guitares, de riffs…


Depuis que j’ai rejoint Hogjaw et commencé le processus d’écriture, je me suis dit que j’étais là pour le restant de ma vie…





Jimmy, tu as rejoint le groupe juste avant la sortie de "Rise to the Mountains". Considérez-vous que l’arrivée de nouveaux membres dans un groupe est une façon de maintenir la créativité dont on a parlé précédemment ?

Jimmy : Je ne peux pas répondre pour eux mais pour ma part, ça a été un vrai rafraichissement. Nous nous connaissons depuis plusieurs années mais ça a été vraiment rafraîchissement de rejoindre ce groupe où je me sens comme chez moi. J’ai joué dans d’autres groupes par le passé dans lesquels je me suis amusé mais depuis que j’ai rejoint Hogjaw et commencé le processus d’écriture, je me suis dit que j’étais là pour le restant de ma vie…

Jonboat : C’est vrai, nous avons eu ce sentiment avant qu’il ne le ressente (Rires) !


Sur cet album, vous avez réussi à créer une alchimie particulière entre vous deux, particulièrement visible sur le titre ‘North Carolina Way’. Etes-vous d’accord avec cette analyse ?

Jonboat : C’était au tour de Jimmy de chanter sur ce titre et ce qui est amusant c’est que nous essayons de faire des choses nouvelles.

Jimmy : Je pense que cela ajoute une sorte d’idée de chaos quand je chante, ou quand nous faisons plus d’harmonies vocales ou des parties vocales. C’est la partie naturelle du processus d’un groupe : être ensemble en tant que groupe. Pour ma part, c’est un honneur et une bénédiction de pouvoir apporter ma patte que ce soit quand je chante ou quand je participe à la composition…


Le son de ce nouvel album est plus rugueux. Est-ce une évolution consciente ?

Jonboat : Oui, nous voulions avoir ce son plus rugueux. Nous voulions avoir un son plus brut…


Mais pourquoi ?

Jonboat : Tout simplement parce que nous voulions tenter ce coup. Nous voulions expérimenter le son de nos guitares. Nous voulions avoir un son plus brut sans trop d’effets ou de distorsion, nous voulions jouer de façon plus claire. Nous avons travaillé chaque note. Et nous voulions également avoir plus de lignes vocales, nous voulions avoir de la place pour étendre nos voix… Nous avons expérimenté, nous voulions juste essayer de faire quelque chose de différent et c’est le cas à chaque fois qu’on enregistre un nouvel album.


C’est important sachant que pour nous, il est difficile de faire évoluer le style rock sudiste…

Jonboat : Je vois ce que tu veux dire : notre genre est très marqué et il est difficile d’évoluer à l’intérieur.

Jimmy : Il est important de faire sa propre interprétation et changer et c’est vrai défi : comme intégrer plus d’harmonies vocales…

Jonboat : Personne ne sait à l’avance ce qui va sortir…

Jimmy : Et parfois, on se dit que ce qui est sort est cool (Rires) !


A l’écoute de cet album, on a l’impression d’un groupe d’amis réunis autour d’un feu de camp à boire du whisky et manger des fayots…

Jonboat : Tu n’as pas idée à quel point tu es proche de la réalité (Rires) !

Jimmy : C’est vrai, ça se passe plus ou moins comme ça ! J’ai évoqué le lien qui me lie désormais à Hogjaw depuis que j’ai rejoint le groupe, mais Hogjaw c’est non seulement ces quatre musiciens qui sont des frères mais c’est aussi toutes les personnes qui nous accompagnent sur la route : nous sommes une grande famille qui s’agrandit chaque jour : c’est incroyable !

Jonboat : Sur la route, nous croisons des personnes qui nous aident ou nous soutiennent : nous ne pouvons pas oublier cela ! Nous avons prévu de faire des choses spéciales pour la prochaine tournée : faire des barbecues sur la plage… On peut toujours trouver des pistes d’amélioration (Rires) !

Jimmy : … surtout quand il y a de l’alcool !


Justement est-ce que l’alcool est source d’inspiration ?

Jimmy : Définitivement, nous n’étions pas totalement sobres au moment de composer « Way Down Yonder » (Rires) !


Par exemple, Airbourne nous disait que l’inspiration était particulièrement fertile quand il était saoul…

Jimmy : C’est sa façon de faire…

Jonboat : Etre un peu grisé, être totalement saoul en est une autre… Je dirais que la boisson sociale est la meilleure des choses !


Vos plus beaux titres sont les chansons émotionnelles dans la tradition du genre comme ‘Redemption’. Etes-vous d’accord avec cela ?

Jonboat : Nous n’avions pas cela à l’esprit…

Jimmy : Tu sais, nous savions que nous aimions cette chanson et comme on l’a dit tout à l’heure nous avons fait quelque chose de nouveau quand nous chantons tous les trois sur un même titre. Quand nous avons enregistré ce titre, nous avons ressenti quelque chose et après coup, même si cette chanson sonne très naturelle, ce n’est pas un titre typique de Hogjaw... Malgré tout, toutes les personnes qui l’écoutent que ce soit sur album ou en concert l’adorent.

Jonboat : Ça m’a vraiment beaucoup surpris parce que je voyais ce titre comme une sorte de face B parce que ce n’est pas un titre rock que tu prends dans la gueule mais à l’inverse, il a une signification profonde… Mais encore une fois, nous n’avions fait de plan sur la comète, c’était juste un titre sur lequel il y a trois voix et à ce titre, il fallait juste faire attention (Rires) !


Pour cet album, vous êtes désormais signés par Snakefarm Records une division de Spinefarm / Universal Music. Peut-on parler de récompense de vos travaux ?

Jimmy : Nous l’espérons !

Jonboat : Nous l’espérons et nous le pensons aussi… C’est un honneur ! Pendant dix ans, nous avons tourné dans des structures indépendantes et aujourd’hui, nous sommes signés sur un label : c’est très excitant mais en même temps, c’est un mystère (Rires) !


Je suis comme un vieux cabot à qui tu ne m’apprendras plus de nouveau tours !






Aujourd’hui que vous avez atteint une certaine exposition médiatique, ne craignez-vous pas de perdre en authenticité ?

Jonboat : Ça peut jouer mais je ne suis pas trop inquiet à ce sujet parce que je suis comme un vieux cabot à qui tu ne m’apprendras plus de nouveau tours (Rires) ! Ce que je veux dire, c’est qu’une telle signature ne me changera pas, en revanche cela m’apportera plus de travail (Rires) ! Nous savons qui nous sommes et nous aurons toujours ça à l’esprit !

Jimmy : Nous avons toujours été ouverts pour recevoir des conseils. De tout temps, nous avons toujours croisé des personnes qui nous disaient de suivre telle ou telle direction. Aujourd’hui, nous avons été signés par une maison de disques pour ce que nous sommes car ils savaient déjà bien qui nous étions et je ne pense qu’ils chercheront à nous faire changer d’orientation…


Nous avons été signés par une maison de disques pour ce que nous sommes !



De ce que vous avez pu constater lors de cette tournée européenne, est-ce que votre musique typiquement américaine plaît au public européen ?

Jonboat : Enormément !


Quelle était leur réaction ?

Jonboat : Les gens nous disaient simplement qu’ils étaient contents de voir que cette musique débarque chez eux…

Jimmy : Il y a une vraie différence entre écouter un album et aller à un concert… En ce qui nous concerne, nous sommes honorés de pouvoir venir jouer ici mais je pense que c’est également un honneur pour notre musique. Je pense que le public européen aime les concerts de rock’n’roll avec des amplis poussés à fond, il aime le rock brut et les groupes américains peuvent leur donner ce qu’ils veulent ! Je suis assez envieux parce que de l’extérieur, quand je vois les affiches de groupes de rock qui tournent ici avec des tourneurs différents : je suis fier de voir tous ces groupes américains, européens… sur ces affiches ! On a vraiment l’impression que les gens désirent ces groupes, qu’ils jouent du rock sudiste, du rock heavy… ils réclament cette musique énergique !


Considérez-vous que votre musique est si authentique qu’elle est finalement universelle ?

Jonboat : C’est clair que l’authenticité aide beaucoup… et c’est naturel finalement !

Jimmy : Oui, parce que quand tu regardes nos vidéos, c’est plus ou moins ce que nous reproduisons sur scène. Nous aimons la vie, nous travaillons dur mais quand ce n’est pas le cas, nous pêchons, nous sommes autour d’un barbecue…


… et buvez du whisky…

Jonboat : … (Rires) Mais nous ne faisons pas que boire (Rires) !    

Jimmy : (Rires)… nous buvons du whisky et de la bière et tout cela parle aux gens ! Mais cette authenticité de nos vies nous la déversons dans notre musique !

Jonboat : Et il n’y a aucune raison de changer cela et si nous le faisions, cela serait autre chose ! Nous ne faisons pas pour être authentiques, nous faisons juste ce que nous avons à faire parce que c’est la seule façon dont nous savons le faire…


Vous considérez-vous d’une certaine façon, comme les héritiers de Lynyrd Skynyrd, Allman Brothers ou ZZ Top ?

Jimmy : C’est une question trop dure !

Jonboat : Je dirais que nous sommes heureux de suivre les pas de ces aînés…

Jimmy : Je vais parler pour ma part mais j’ai grandi avec cette musique et je l’ai tournée à ma façon, avec mes émotions… j’en ai fait ma propre interprétation ! Et être capable de faire ça nous ouvre des portes et ensuite, les gens creusent…


Personne ne va réinventer la roue, nous ne faisons que rouler !






C’est une très bonne réponse car finalement aujourd’hui qui peut se vanter de créer quelque chose ? La force d’un groupe d’intégrer ses émotions dans ses influences, les interpréter à sa façon pour finalement créer sa propre identité…

Jonboat : C’est exactement ça ! Personne ne va réinventer la roue, nous ne faisons que rouler (Sourire) !

Jimmy : La musique est déjà écrite, personne ne va écrire quelque chose de nouveau, la seule chose que tu peux faire est d’en faire ta propre interprétation et d’y mettre tes émotions… Je pense que c’est vrai pour tous ceux qui écrivent de la bonne musique, personne ne réécrit la musique, tout a déjà été écrit… Combien de fois nous nous sommes dit que ce que nous étions en train de composer un riff qu’il avait déjà été créé ?

Jonboat : Je ne les compte plus (Rires)…

Jimmy : Et personnellement, je serais fier si les gens me disent que les titres du prochain album leur rappellent Molly Hatchet !


Et vous vous êtes déjà dit que vous ne pouviez pas enregistrer un riff parce que trop proche d’un déjà connu ?

Jonboat : C’est arrivé plein de fois !


N’avez-vous pas le sentiment d’être arrivés trop tard finalement et vous dire que vous auriez mieux été dans les années 1970 ?


Jimmy : Bien sûr ! Je me souviens de ces supers années quand gamin, j’écoutais cette musique…


Justement si vous deviez inviter un musicien prestigieux lequel choisiriez-vous ?

Jimmy : Qui qui ne serait pas dans cette pièce (Rires) ?

Jonboat : Je me souviens plutôt de groupe qui faisait des choses spéciales mais je n’ai personne en particulier qui me vient à l’esprit. Je sais que n’importe qui te répondrait que ce serait super de jouer avec Steve Gaines (NdStruck : guitariste de Lynyrd Skynyrd) qui a une super technique ou encore Toy Caldwell de The Marshall Tucker Band qui nous a malheureusement quittés mais c’était un génie à mes yeux…

Jimmy : Oui, j’aurais voulu voler ses plans, j’aurais aimé le voir faire en coulisse et lui voler ses plans c’est ce que font tous les guitaristes (Rires) !


Nous n’avons pas prévu de changer [...] Mais je souhaiterais toujours essayer des choses et voir ce qu’il se passe sans chercher à le refaire par la suite, c’est aussi simple que cela…



Au final, qu’attendez-vous de cet album ?

Jimmy : Je parlerais plus de souhait que d’attente : je souhaiterais que les gens creusent vraiment notre album et qu’ils passent le mot à d’autres personnes…

Jonboat : On nous a déjà dit que la façon dont nous avons travaillé avec nos voix pourrait nous permettre d’être appréciés à une plus grande échelle. Mais certaines personnes ne souhaitent pas que nous changions. Nous n’avons pas prévu de changer -certains titres sont des expérimentations et peuvent sonner un peu différemment- mais peut-être que nous aurions dû les bousiller et ne pas les enregistrer… Mais je souhaiterais toujours essayer des choses et voir ce qu’il se passe sans chercher à le refaire par la suite, c’est aussi simple que cela…


Et vous arrive-t-il d’expérimenter sur scène ?

Jonboat : C’est souvent dans cette configuration qu’arrivent de nouvelles choses !

Jimmy : Et c’est super amusant !


Et c’est là que le public attend de voir les groupes essayer de nouvelles choses finalement et se lâcher…

Jonboat : C’est très important de souligner que nous prenons la musique très au sérieux mais dans le même temps, nous mettons le niveau de sérieux que nous pouvons mettre. Si ça ne paraît pas : nous prenons énormément de plaisir, nous sommes heureux et essayons de le partager avec le public…

Jimmy : Nous aimons être ensemble…


Je doute [qu'on puisse nous considérer comme un groupe de rock sudiste], je nous vois plus comme un groupe de rock avant tout effectivement peut-être influencé par du rock sudiste.





Nous avons commencé cette interview par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?

Jonboat : Je dirais "Vous considérez-vous comme un groupe de rock sudiste ?"… J’en doute, je nous vois plus comme un groupe de rock avant tout effectivement peut-être influencé par du rock sudiste.

Jimmy : Nous jouons un genre de musique que je ne peux classer qu’en rock ! On a évoqué Molly Hatchet, pour moi, c’est un groupe de rock avant tout !

Jonboat : C’est effectivement plus approprié…

Jimmy : Pour autant, je ne me compare pas à eux (Rires) !

Jonboat : Même si je prends la comparaison qui nous honore… mais ce n’est pas quelque chose que nous essayons nécessairement de faire, nous voulons juste être nous-mêmes, jouer ce que nous voulons jouer, jouer de la façon que nous voulons jouer…

Jimmy : Mais pour répondre à la question que j’aimerais qu’on me pose est de savoir quand nous allons jouer à Paris ?

Jonboat : Nous adorerions mais nous ne pouvons pas répondre à cette question…


Peut-être que cette série d’interviews ici à Paris justement est une première étape ?

Jonboat : Nous pensons aussi que cela peut nous aider à ouvrir des portes…

Jimmy : Sans compter que nous sommes bénis de pouvoir faire cette journée promo ici… Nous sommes super heureux (Sourire)

Jonboat : Je n’ai jamais fait ça de ma vie !





Et vous en êtes super bien sortis…

Jonboat : Oh je vais surtout bien dormir ce soir (Rires)


Merci

Jonboat : Merci les mecs

Jimmy : Merci, ce fut vraiment un honneur de répondre à votre super interview…


Merci à Childeric Thor pour sa contribution...


Plus d'informations sur http://www.hogjawmusic.com/
EN RELATION AVEC HOGJAW
DERNIERE ACTUALITE
MUSIC WAVES VOUS TRAINE DANS LES MARECAGES DE HOGJAW!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant HOGJAW
 
DERNIER ARTICLE
De passage éclair sur Paris, les membres de Hogjaw nous donnent une leçon de rock... sudiste !

Lire l'article
Voir tous les articles concernant HOGJAW
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Way Down Yonder (2017)
Fort de ce voyage sonore où rien n'est à jeter, Hogjaw, véritable peintre de l'Amérique, confirme sa place sur le trône d'un rock sudiste aussi trapu qu'émotionnel.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant HOGJAW

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017