MW / Accueil / Articles / ONLAP (08 DECEMBRE 2017)

ONLAP (08 DECEMBRE 2017)

INTERVIEW - ROCK ALTERNATIF - NEWF - 18.12.2017
Le groupe parisien Onlap s'est confié à Music Waves pour la sortie de son nouvel EP "Running".
  •  
  •  
  •  
    

Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?

« Dans quel style exactement se situe votre musique ? ». On dit rock alternatif aujourd’hui, mais je pense que ca n’a pas trop d’importance sur le fond, tu vois ?

L’EP contient 5 titres électriques et 4 reprises acoustiques. Pourquoi avoir choisi d’enregistrer certains titres de votre répertoire en acoustique et d’après vous, qu’apportent-ils de différent des versions électriques ?

Cela faisait super longtemps qu’on en avait envie. Quand nous avons rencontré notre chanteur Guillaume, on passait des soirées entières à jouer en acoustique. Ca lui va très bien. C’était la bonne occasion pour faire un Deluxe de l’EP "Running". Pour ce qu’elles apportent selon nous, je dirais une autre façon de nous percevoir, c’est comme nous découvrir ou redécouvrir de manière plus intimiste, plus directe : beaucoup de nos fans ont déjà dit qu’ils redécouvraient le groupe. Et certains nouveaux arrivés nous ont découvert grâce aux acoustiques.





Votre musique est très influencée par Nickelback et Linkin Park. Pensez-vous qu’il y a un public en France pour cette scène rock alternatif et quel est-il ?

On en parle très souvent, et encore récemment en interview : on dit souvent qu’en France il n’y pas vraiment de potentiel pour cette musique. C’est le même raisonnement qui a toujours motivé les majors à ne jamais signer de groupes de rock alternatif typé américains. En vérité, c’est tout faux : les salles de concerts sont pleines depuis 20 ans pour des Deftones, Linkin Park ou Papa Roach en France, sans parler de Metallica ou Iron Maiden. Il y une énorme communauté rock en France, et encore plus forte dans le metal. Ceux qui côtoient un minimum ce monde le savent très bien. Après certes on peut nuancer en disant que ce n’est pas le style prépondérant français, qui est à mon sens plutôt partagé entre variété française et R'n'B/rap. J’ajouterai une dernière chose, c’est qu’on pense souvent, d’un point de vue marketing, qu’il y a tel public pour tel style. Or on découvre en s’intéressant à chacun de nos fans et en dialoguant avec eux que beaucoup, via nos partenariats, n’aiment pas du tout le rock à la base. Pourtant, ils nous playlistent directement, achètent nos EP, et nous suivent au quotidien. Cela veut dire qu’on ne peut pas généraliser via le prétendu faible nombre de fans de rock en France : il faut raisonner projet par projet, selon l’émotion qu’il procure aux gens, peu importe le style.

Gros son et refrains efficaces caractérisent votre musique. Est-ce pour vous la recette indispensable pour un bon titre ?

On ne peut pas dire ça, car ce serait prétentieux et loin de la réalité de toute façon. Disons simplement que c’est notre recette à nous ONLAP, c’est comme ça que l’on conçoit notre format de titre car ça nous correspond. Beaucoup détestent le « trop mainstream », mais nous, on ne s’en cache absolument pas, on se situe dans ce courant (naturellement : ce n’est pas une direction forcée).

Le morceau ‘Everywhere I Go’ est un tube en puissance qui pourrait passer sans problème sur les ondes US. Pensez-vous que ce soit possible en France ?

On aimerait ! Cela rejoint un peu la réponse faite juste avant sur le public rock français. C'est tout à fait possible : il suffirait d’une réelle volonté des majors / radio françaises. Mais la volonté n’est pas là, et ne le sera probablement pas pour un très long moment encore. Ce qui est dommage car nous ne savons de source sûre, en suivant notamment les chiffres des réseaux etc, que les majors et radio s’y retrouveraient en terme de marché. Mais c’est un autre débat, de mentalités. Et puis ce sont finalement de vieux médias : aujourd’hui ce qui compte ce sont les réseaux, et nous nous y implantons jour après jour.





Un des objectifs de votre collaboration avec Dooweet est-il justement un export vers les Etats-Unis ?

A la base absolument pas. Je connais Chris depuis un bon moment, de loin, on échangeait de temps en temps. Et puis nous avons décidé de prendre un attaché presse, et nous voilà avec Dooweet. On aime bosser avec eux, c’est une atmosphère et une mentalité qui nous correspondent.


Vous utilisez beaucoup les réseaux sociaux et les chiffres vous donnent raison : 24 000 fans pour votre page Facebook, 29 000 abonnés à votre chaine Youtube et 1 million de vues du clip « The Awakening » de votre précédent EP. Pour un groupe qui n’a sorti que deux EP en dix ans, c’est énorme. Etait-ce une stratégie marketing réfléchie dès le départ et comment avez-vous bâti cette stratégie ?

Absolument. Jusqu’en début d’année, on en riait souvent car notre EP "The Awakening" datait de 2012, et on faisait presque du 15.000/20.000 streams par jour, worldwid. C’est une vraie chance. C’est absolument notre stratégie et nous travaillons d’arrache-pied et de façon très ordonnée sur cet axe précis car c’est çà l’avenir. Nous avons nos plannings, nos to do lists, etc… C’est essentiellement Franck qui est en charge de la partie community management et stratégie réseaux. Sans ventes, pas de budget, pas de projets. Sans fans non plus. Par conséquent on a d’abord travaillé à l’influence et la visibilité, puis on a sorti les deux EP cette année dans ce contexte. Et 2018 commencera par un gros coup marketing sur les réseaux mais on en reparlera la prochaine avec plaisir.


Vous avez été bien aidé par le Youtubeur culturiste Tibo InShape qui a utilisé votre musique pour ses vidéos. Cette utilisation a-t-elle été dès le départ pleinement consentie par tous les membres du groupe ?


Absolument, c’était un gros coup et un gros projet. Une super journée également ! Oui, totalement. C’est moi (Flo) qui suis en charge des partenariats et relations publiques au sens large. Beaucoup utilisent nos titres sur le net un peu partout, et globalement j’ai discuté avec chacun d’eux car ils sont très respectueux et nous écrivent au préalable à 90%. C’est l’avantage de la culture américaine/étrangère, très respectueuse des droits d’auteur. Concernant Tibo, notre musique colle parfaitement à ce qu’il fait, c’est tout naturel. Enormément de sportifs s’intéressent à notre musique.





Malgré l’aspect fun que renvoie le fameux Tibo de votre musique qui correspond bien à votre style et les jeunes auditeurs qu’il a pu vous ramener, ne craignez-vous pas de rester cantonnés à cette image par la suite ?


Absolument pas. Nous sommes indépendants justement pour pouvoir aller là où on le souhaite. Nous sommes écoutés chaque mois 500.000 fois dans 80 pays. L’image "France" de la collaboration avec Tibo, qui elle-même n’atteint qu’une partie de notre public français, n’est qu’une petite partie du puzzle. Nous sommes totalement décomplexés, car nous préparons bien nos projets en amont et maîtrisons toute la visibilité du groupe sur le net. C’est aussi l’avantage que ce soit notre deuxième vie (nous avons des jobs à côté) : nous n’avons aucune pression. Et le projet avec Tibo nous a rapporté tant de gens à qui on écrit et répond tous les jours, que rien que ce bonheur-là écarte tout le reste. Et pour finir, cela ne nous dérange pas du tout d’être associé au sport/muscu : nous sommes très redevables des nombreux sportifs qui ont largement contribué à faire exploser nos écoutes depuis 2 ans. Donc nous sommes très en paix avec cela, nous les respectons et apprécions tous profondément, Tibo le premier.





Vous avez tous les cinq fait des études supérieures et certains d’entre vous sont enseignants. Est-ce que vivre de votre musique serait un objectif commun à tous les membres d’Onlap ? Ou souhaitez-vous simplement maintenir un équilibre entre une vie professionnelle « classique » et une vie de musicien pour le plaisir ?

C’était probablement notre rêve quand on était ados, le groupe a dix ans maintenant. Ça l’est toujours probablement aujourd’hui pour une bonne part. La différence c’est qu’on touche déjà du doigt un bonne partie de notre rêve initial : aujourd’hui, on a un budget issu des ventes, on monte des projets, on peut quasiment faire tout ce qu’on veut, et tout ça en ayant le pouvoir à 100% et en ayant conservé nos droits à 100%, sans aucun label, sans personne. L’indépendance, organisationnelle et financière, c’est déjà une partie du rêve. On se voit très souvent. C’est la famille, c’est çà notre truc. Donc je pense oui que l’équilibre actuel est top.


Que peut-on attendre pour la suite ? Envisagez-vous l’enregistrement d’un LP ?


Ce n’est pas certain ! En cohérence avec notre stratégie et nos contraintes de temps (même en bossant dur, ce n’est pas comme si on faisait de la musique à temps plein, loin de là), l’EP voire les sorties par singles restent privilégiés. Pour nous le LP est également un vieux média : 95% des albums de 12 titres contiennent deux tubes, quelques titres sympas, et le reste totalement sans intérêt. Disons que nous essayons de faire des 5 titres, mais d’égale qualité. Cela crée l’effet de sortie, et sans déception. C’est pour l’instant l’accueil qu’on en a eu chaque fois donc à suivre !


Quel est votre meilleur souvenir en tant qu’artiste ?


Avec ONLAP nous avons fait le Trabendo, il y a fort longtemps. Je crois que c’est l’un de nos meilleurs souvenirs communs.


Au contraire le pire ?


Pas mal de dates que l’on fait quand on est jeune et à l’organisation déplorable.


Quelle est la question que vous aimeriez que l’on vous pose ?


« Tu veux que je te branche avec Metallica ? C’est des potes, ça va le faire, c’est sûr ».


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Keep on rockin’ !!!!!!!



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/onlap.official/
EN RELATION AVEC ONLAP
DERNIER ARTICLE
Le groupe parisien Onlap s'est confié à Music Waves pour la sortie de son nouvel EP "Running".

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ONLAP
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
Running (2017)
"Running" de Onlap est un EP de rock alternatif accessible, énergique et fun, bien que très formaté.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ONLAP

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018