MW / Accueil / Articles / BLINDING SPARKS (04 DECEMBRE 2017)

BLINDING SPARKS (04 DECEMBRE 2017)

INTERVIEW - METAL MELODIQUE - CALGEPO - 04.01.2018
Rencontre avec Jérémy Conrad à l'occasion de la sortie de "Brutal Awakening" le nouvel album de Blinding Sparks.
  •  
  •  
  •  
    
Réveil Brutal pour Music Waves pour la rencontre avec Jérémy Conrad, chanteur et guitariste du groupe Blinding Sparks qui avec son nouvel album franchit un cap


Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?


« ah… tu fais de la musique, mais c’est quoi ton VRAI travail ? »



Vous sortez votre 4ème album depuis 2012, d'où vous vient cette frénésie de sortie ?

La conception et l’enregistrement d’un album est pour moi un apprentissage. Quelques mois après chaque fin de réalisation d’album, je repère les défauts de celui-ci et décide d’en faire un nouveau pour apaiser mes déceptions.


Sortir un album tous les 2 ans semble être le meilleur moyen de maintenir l'attention dans l'industrie du disque, mais à contrario, ça ne permet peut être pas d'avoir de recul sur les compositions qui pourraient mériter plus de temps pour mûrir, comment trouvez-vous le juste équilibre ?

Avec ce nouvel album je pense l’avoir enfin trouvé. En effet, je suis très satisfait du résultat final et je vais prendre de la distance afin de mûrir et de perfectionner mon travail. De plus, lors de la réalisation de l’album « Brutal Awakening », plusieurs collaborations ont eu lieu. Chacune d’entre elles m’a permis de prendre du recul et d’améliorer les enregistrements. Enfin, je précise que lorsque j’enregistre un titre, celui-ci peut parfois dater de plusieurs années en arrière par exemple, la chanson « In Front Of My Mirrors » a été composée en 2012. Je travaille actuellement sur des compositions datant de 2009 et je pense que certaines d’entre elles figureront sur le prochain album.


Aujourd’hui nous composons davantage en groupe et nous prenons le temps de parfaire notre travail.


Quel est votre processus de composition, il semble aller très vite ?


Jusqu’à cet album, je composais seul et ce de manière effrénée. Ceci a permis d’aboutir à de nombreux titres, ce qui n’empêche pas de laisser mûrir certains d’entre eux pendant plusieurs années. Aujourd’hui nous composons davantage en groupe et nous prenons le temps de parfaire notre travail.



Nous nous rencontrons pour la première fois après notre rendez-vous manqué après "Renaissance Insipide" où nous avions écrit que l'album tenait la route mais était plombé par un chant faillible et un second degré perfectible, avez- vous lu cette (ou d'autres) chronique(s) et en avez-vous tenu compte ?

Oui, nous lisons toutes les chroniques, critiques ou avis et nous les assimilons afin de ne pas reproduire les mêmes erreurs. En effet, le manque d’objectivité est très présent lorsqu’il s’agit de ses propres réalisations.


Je me suis entouré de différents professionnels de la musique tels que Laurent Bàn. Sur cet album, plus que la technique, j’ai tenté de personnaliser mon propre son de voix. 


Nous disons ça parce qu'il nous semble que le chant a progressé, comment as-tu travaillé ton chant pour cet album ?

J’ai continué à prendre des cours de chant, je me suis entouré de différents professionnels de la musique tels que Laurent Bàn. Sur cet album, plus que la technique, j’ai tenté de personnaliser mon propre son de voix.  


Tu travailles (ou as travaillé) dans le domaine du Droit, tu es l'auteur de plusieurs thèses notamment sur l'étude comparée de la législation sur le cannabis, pour toi la musique est-elle le moyen de sortir de l'austérité du droit ?

Durant mon parcours universitaire, j’ai dû réaliser plusieurs mémoires dont un sur la législation du cannabis en France et en Europe. Actuellement, je réalise une thèse sur la répression de la contrefaçon et notamment sur le plagiat musical. J’aime étudier le droit et la matière ne me semble pas austère mais je peux comprendre qu’elle paraisse l’être de l’extérieur.


Pourquoi persister dans un chant hurlé qui mine de rien demande une grande technique et qui est très risqué s'il est perfectible ?

Le chant hurlé permet d’élargir la palette émotionnelle. Il est donc indispensable à la réalisation d’un album de ce genre. La plus grande difficulté réside dans le fait d’être original. De plus, j’espère que mon travail sera toujours perfectible car la priorité reste de s’améliorer et de continuer à apprendre et de se renouveler.



"Brutal Awakening" comporte encore des chansons qui peuvent paraitre second degré ('My Dog Will Piss On You', 'I Fuck It') pourquoi cette volonté de proposer ce genre de chansons alors que certaines paraissent beaucoup plus sérieuses ('For An Eternal Rest') ?

J’apprécie ce côté hétéroclite, en effet nous pouvons faire les choses sérieusement sans pour autant se prendre au sérieux.  Malgré le caractère second degré de ces titres, ils ont tous une origine sérieuse. 'I Fuck It' est notamment, un cri poussé contre les mœurs et la morale qui sont des éléments réducteurs de la liberté. ' My Dog Will Piss On You' est dirigé contre un ancien ami du monde de la musique qui m’a beaucoup déçu.


C’est intéressant de provoquer la curiosité chez l’auditeur, quitte à se mettre en danger.


D'ailleurs, la version Deluxe du précédent album comportait un CD2 qui comportait uniquement des titres délirants notamment 'Un Jour je Signerai' qui pouvait être regardés comme une blague mais presque au 1er degré, au risque d'être sur la tangente, en êtes-vous conscients ?

Oui, c’est intéressant de provoquer la curiosité chez l’auditeur, quitte à se mettre en danger. Ce CD2 comporte des chutes et prototypes d’enregistrements. Tout comme la réalisation d’un film, la conception d’un album comporte toujours un « bétisier » et un making off.


La musique sonne metal dans la lignée d'Audioslave mais en étant assez accessible, est-ce que ça fait partie de vos influences ?

Oui, Audioslave fait partie de nos références et plus particulièrement à celles de Claude Hilpert (Guitariste/bassiste). En effet, Claude est un fan des groupes Soundgarden et de Rage Against The Machine. En ce qui me concerne, je suis très fan de Linkin Park et c’est eux qui m’ont poussé à faire de la musique.


Les morts de Chris Cornell et de Chester Bennington vous ont elles inspirées pour cet album ?

En effet, ces personnes nous ont inspirés mais leurs décès nous ont surtout attristés. Il est certain que Chester Bennington m’a énormément influencé durant mon apprentissage  musical et cela se ressent forcément.


D'une manière générale, est ce que l'actualité sombre vous inspire dans vos textes ?

Je parle principalement des ressentiments humains et de ce que je ne sais exprimer autrement que par la musique. De manière générale, l’actualité ne m’inspire pas mais ce n’est pas impossible que cela change à l’avenir.


Nous resterons toujours entre deux chaises afin de ne pas lasser sans pour autant devenir une caricature de nous-mêmes.


'A trois', outre son texte qui parait à double sens, lorgne vers la pop rock à la KYO, est ce que c'est une piste vers laquelle vous allez vous diriger plus à l'avenir, qui pourrait vous permettre une reconnaissance plus importante du grand public ?

A l’instar de Linkin Park, j’aime construire des albums variés ce qui a pour conséquence la présence d’un ou deux titres pop rock voire pop. Néanmoins, le ratio ne devrait pas changer à l’avenir. Nous resterons toujours entre deux chaises afin de ne pas lasser sans pour autant devenir une caricature de nous-mêmes.



Vous disposez d'une belle exposition avec un site web, avez réalisez des clips vidéo... qui gère toute la logistique autour du groupe ?

Frédéric Kempf s’occupe de l’esthétique du groupe. Il est notamment notre webmaster et le réalisateur de l’ensemble de nos lyrics vidéos. Pour l’instant, je suis le seul à gérer le reste de la logistique autour du groupe.


Qu’attendez-vous pour cet album avec le soutien de Dooweet ?

Évidemment, j’aimerais que l’album rencontre un certain succès et que nous puissions par la suite prévoir une tournée. Je remercie Dooweet Agency et plus particulièrement Christophe Sousa pour leur travail et leur confiance.


Quelle est la question que vous aimeriez que l’on vous pose ?

« Comment vous imaginez-vous dans 10 ans ? » ce à quoi je dirai peut-être : en prison ou en hôpital psychiatrique.


Un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?


Je vais vous raconter un petit secret de conception de l’album. En ce qui concerne la mélodie des couplets du titre « Don’t Need A Name », je me suis inspiré du thème de Tapion de Dragon Ball Z.


Plus d'informations sur http://blindingsparks.com/
EN RELATION AVEC BLINDING SPARKS
DERNIERE ACTUALITE
BLINDING SPARKS : Nouvelle lyric video
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant BLINDING SPARKS
 
DERNIER ARTICLE
Rencontre avec Jérémy Conrad à l'occasion de la sortie de "Brutal Awakening" le nouvel album de Blinding Sparks.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant BLINDING SPARKS
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
Brutal Awakening (2017)
Le nouvel album de Blinding Sparks est toujours musicalement honnête et marque une progression notamment au niveau du chant bien qu’il reste malgré tout perfectible.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant BLINDING SPARKS

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018