MW / Accueil / Articles / THUNDERMOTHER (18 JANVIER 2018)

THUNDERMOTHER (18 JANVIER 2018)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HARD ROCK
A l'occasion de la sortie de son album éponyme qui marque le retour d'un Thundermother 2.0, nous avions rendez-vous avec son hypnotisante nouvelle frontwoman Guernica Mancini...
STRUCK - 23.02.2018
C'est dans un salon de tatouage que Guernica nous avait donné rendez-vous pour cette entrevue. Un lieu peu commun pour une entretien avec une jeune femme dont le talent n'a d'égale que l'ambition...


Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

Guernica Mancini : La question qu’on m’a trop souvent posée ? Oh, c’est une très bonne question (Rires)… Je dirais que de façon générale, les gens sont curieux et souhaitent avoir des réponses concernant les anciennes membres du groupe. Ce sont des questions qu’on nous pose énormément mais si je les comprends, j’ai envie de dire : "Parlons plutôt du futur !" (Sourire)





L’actualité de Thundermother est son premier album éponyme. Pourquoi avoir appelé cet album "Thundermother", est-ce une façon de montrer que cette sortie représente un nouveau départ dans la vie du groupe ?


D’une certaine façon, oui… Définitivement, c’est une façon de montrer que nous sommes inscrites sur le long terme et nous sommes plus fortes que jamais…


C’est assez rare qu’un groupe change son line-up au trois quarts comme c’est votre cas mais il semblerait que cela se soit passé assez sereinement. Comment l’expliques-tu ?

En fait, ce qui s’est passé, c’est que les personnes qui ont quitté le groupe voulaient le quitter, personne n’a été viré du groupe… Elles voulaient changer la direction de leur vie : par exemple, l’ancienne chanteuse souhaitait faire une carrière solo… Je ne les connaissais pas personnellement mais je pense qu’elle voulait connaître autre chose. C’est pourquoi cela s’est passé si naturellement et facilement. D’un autre côté, cela a été particulièrement stressant pour Filippa (NdStruck : Filippa Nässil) de trouver de nouvelles membres mais quand ça a été le cas, tout a été naturel.


Et justement comment expliques-tu que tout ce soit passé si naturellement entre les quatre nouvelles membres qui ne se connaissaient pas ?

Je dirais que nous nous sommes toutes les quatre retrouvées au bon moment, au bon endroit… Nous avons toutes la même ambition, la même faim que Filippa. Thundermother est son bébé et elle n’abandonnera jamais, ce qui est la bonne attitude selon moi. Aujourd’hui elle a trouvé des membres aussi passionnées qu’elle pour faire avancer son projet.


J’ai le sentiment que c’est une histoire de destinée : des portes se sont fermées à moi mais celle qui s’ouvreest beaucoup plus excitante


Peut-on parler de chance de façon générale pour évoquer cette situation à savoir avoir pu trouver non pas une mais trois nouvelles membres aussi passionnées qu’elle justement ?

Oui, je pense qu’il y a une part de chance, comme on peut dire que c’est le destin qui joue également… Honnêtement, dans ma vie personnelle à ce jour, j’ai le sentiment que c’est une histoire de destinée : des portes se sont fermées à moi mais celle qui s’ouvre est beaucoup plus excitante. Je parle pour moi mais je pense que c’est également le cas des deux autres nouvelles membres. Au moment où tu penses être au plus bas en te demandant quoi faire par la suite, tu te retrouves dans notre super situation actuelle : je dirais que c’est une question de bonne vibration, de bon Karma…





Malgré tout, avez-vous peur de la réaction des fans ?

Bien sûr ! Mon Dieu, je pensais que pour notre première tournée, j’allais être huée et recevoir divers projectiles… mais les fans de Thundermother nous ont toujours soutenus parce qu’ils aiment tout simplement le bon rock’n’roll, comment il est joué plus que par qui il est joué…


Et je suppose qu’ils continuent de vous soutenir parce que vous n’avez pas trahi l’esprit de Thundermother…

Oui du moins, je l’espère. A ce jour, nous n’avons eu que des expériences positives… Je ne suis pas dupe, je pense qu’il y aura toujours des gens qui vont nous détester mais tu ne peux pas éviter ça… et puis, de toute façon, aujourd’hui, je ne veux voir que le positif (Rires) !


Filippa Nässil semble être la leader du groupe. Après tous ces mouvements, peut-on dire que Thundermother est un groupe démocratique malgré tout ?

(Sourire) Hum, je dirais que Filippa est la fondatrice du groupe, c’est son bébé et elle aura toujours le dernier mot. Je dirais que notre fonctionnement est démocratique la majorité du temps mais si il y a un point qui ne fait pas l’unanimité, c’est elle qui aura le dernier mot et je respecte totalement ça.


Et comment avez-vous procédé pour composer ce nouvel album : avez-vous travaillé ensemble ou les titres étaient prêts ?

Quand nous avons rejoint le groupe, Filippa avait déjà la plupart du matériel prêt à être enregistré. Nous avons travaillé ensemble sur les arrangements et quand nous avons à jouer les titres, nous avons fait des remarques comme mettre plus de couplets que nous avons finalement ajoutés… En clair, Filippa est très ouverte aux suggestions, elle a la volonté de nous intégrer au processus d’écriture…


Je suis très fière de cet album parce que j’estime y avoir mis mon empreinte


Aujourd’hui, je suppose que les nouvelles membres sont impatientes de composer un nouvel album qui serait l’effort d’un groupe ?

En fait, cet album est l’effort d’un groupe parce que si Filippa a apporté le matériel brut, nous avons construit les chansons autour de ça. Je suis très fière de cet album parce que j’estime y avoir mis mon empreinte. Encore une fois, pour ce nouvel album, je considère avoir fait partie du processus dans son intégralité.
Filippa a eu confiance en moi, elle savait quel type de chanteuse je suis… Et pour les chansons des précédents albums, c’est différent mais assez intéressant parce que j’ai dû apprendre à les chanter même si j’ai essayé d’y mettre ma touche pour me les approprier.





Thundermother était un groupe à cinq membres, désormais vous être quatre. Avez-vous dû travailler pour adapter les anciens titres sur scène ?


Bien sûr, nous avons dû travailler et réarranger ces chansons. Nous n’avons pas perdu le son de guitare qui caractérisait Thundermother et à ce titre, Filippa a fait un travail extraordinaire. J’ai le sentiment que nous avons gardé l’essence des chansons, que rien ne manque et honnêtement, je préfère une bonne guitariste plutôt que deux qui ne seraient pas totalement en phase, ça n’en aurait pas valu la peine.


Crucified Barbara n’a jamais joué le genre de musique que nous jouons, après c’est un groupe de femmes comme nous mais ça s’arrête là.


Thundermother est un groupe de Suédoises. Je suppose que la comparaison avec Crucified Barbara revient souvent. En avez-vous assez ?

Pour être honnête, aujourd’hui, c’est la première fois qu’on l’a fait… Et en ce qui me concerne, cela ne m’a jamais traversé l’esprit, Crucified Barbara n’a jamais joué le genre de musique que nous jouons, après c’est un groupe de femmes comme nous mais ça s’arrête là.


Malgré tout, la séparation récente de Crucified Barbara est une opportunité ou trouves-tu cela triste ?

Je dirais que c’est triste parce que plus il y aura de groupes de femmes, mieux ce sera…. Mais encore une fois, vu que Thundermother et Crucified Barbara n’ont jamais joué dans la même catégorie, il n’y avait pas de compétition entre nous.


Même si sur ce troisième album, nous ouvrons un peu notre horizon nous restons fidèles à ces racines.



Parmi vos influences, on citera AC/DC, Motörhead et Airbourne. Ces groupes ont souvent été critiqués pour leur manque d’originalité. Ne craignez-vous pas ce type de critique ou être simplement considéré comme le Airbourne féminin ?

Je prends plutôt cela comme un compliment… Ce sont nos fondations : nous voulons jouer ce rock’n’roll direct et ils le font merveilleusement bien donc ça ne me dérange pas… Et de toute façon, c’est la nature même de la musique, le public comparera toujours les groupes et dans le cas présent, nous avons les mêmes racines musicales et même si sur ce troisième album, nous ouvrons un peu notre horizon, nous restons fidèles à ces racines.


Le riff de ‘Revival’ semble tout droit tiré d’un album d’Airbourne et plus particulièrement "Breakin’ Outta Hell" et le titre ‘Rivalvy’. Est-ce un hommage délibéré ou juste un clin d’œil ?

J’adore cette chanson et je n’avais fait ce rapprochement (Rires)…mais maintenant que tu me le dis, je dirais que certaines chansons sont des choix conscients et sur d’autres, je dirais que tu ne peux pas lutter contre tes influences sachant que dans le cas de ‘Revival’, nous n’avons jamais parlé d’Airbourne mais c’est vrai qu’avec le recul, ta remarque est pleine de sens : c’est vraiment intéressant (Sourire) !





‘Fire in the Rain’, ‘Follow your Heart’  sont des titres très mélodiques. Comment expliques-tu cette particularité des groupes scandinaves qui arrivent à sonner mélodique quoi qu’ils jouent ?


C’est une excellente question…C’est effectivement un truc très suédois effectivement… je dirais que ça vient peut-être de notre éducation musicale : dans notre fondation musicale, il y a toujours eu beaucoup de mélodies fortes. C’est quelque chose de très important parce que finalement, c’est ce que tu retiens et c’est ainsi que tu peux capturer l’attention du public : même si ils n’étaient pas Suédois, les Beatles l’avaient parfaitement compris…


On peut entendre plein d’influences dans cet album comme AC/DC comme on l’a dit mais également Deep Purple avec une tendance à sonner plus heavy et sombre. Etait-ce une volonté affichée au moment de composer cet album ?


Je pense que c’est quelque chose de naturel parce que nous avons toutes des influences différentes : par exemple, Emlee (NdStruck : Emlee Johansson à la batterie) est une énorme fan d’Iron Maiden dont elle arbore fièrement un tatouage dans le dos…
C’est amusant dans mon cas parce que plein de personnes me donneraient le bon Dieu sans confession avec nos looks plutôt sages mais quand je chante, j’ai une voix puissante et encore une fois, c’est une chose naturelle parce que notre son est plus mature, nous sommes bonnes sur nos instruments…


Tu parles de maturité mais on parle d’un line-up totalement nouveau… plus que de maturité, ne devrait-on pas parler de la touche de ce nouveau line-up ?

Je suis d’accord à 100%. Malgré tout, je ne dirais pas que nous voulions délibérément sonner de façon plus sombre et plus heavy, le son représente juste ce que nous sommes mais je pense que si cet album avait été enregistré comme le précédent il aurait certainement été plus lumineux et plus léger…
Mais c’est vrai qu’en ce qui me concerne, j’aime la couleur noire, je m’habille souvent en noir… et peut-être le fait d’être attiré par le blues apporte une certaine noirceur…





En gros, tu dis que l’impression que nous avons vient de ta personnalité sombre ?

(Sourire) Nous traversons tous des évènements plus ou moins compliqués. Je ne dirais pas que mon âme est sombre mais la musique est un bon moyen de pouvoir expulser tous les mauvais sentiments comme la haine ou je ne sais quoi d’autre… Donc pour ma part, c’est ainsi que je l’exprime : le rock’n’roll est un moyen contre toutes les mauvaises ondes, quand je suis sur scène, je suis le diable en personne mais quand tu me croises après le concert, je suis gaie (Rires)…
C’est comme Prince dont je suis une énorme fan. C’était extraordinaire de voir ce que pouvait faire sur scène cette toute petite personne, tu étais impressionné -c’était magique- alors qu’en interview, il était extrêmement timide ! C’est pareil pour moi…


Tu as parlé Prince, hier Dolores O’Riordan de The Cranberries nous a quitté… Comment vis-tu cette période où chaque jour une de nos idoles musicales disparait ?

C’est très triste de voir ces légendes nous quittaient une par une… C’est triste mais j’espère qu’un jour, je serai une de celles-là…


Tu as de l’ambition…

Bien sûr ! J’espère vraiment un jour inspirer d’autres musiciens qui voudront chanter comme moi…


Des titres comme ‘Racing in the Mainstream’, ‘Rip your Heart Out’ ou ‘Quitter’ ont une énergie très punk qui peut évoquer Danko Jones ?


Vraiment ? ‘Rip your Heart Out’ est notre ‘Burn’, ‘Rip your Heart Out’ s’inspire de ‘Burn’ de Deep Purple.
Et ‘Quitter’ est ma chanson préférée : j’adore son énergie, son groove et ce côté direct… Nous avons pas mal discuté de punk entre nous mais ce n’est pas un choix conscient…


De notre point de vue, la société suédoise semble calme et sereine. Dans ces conditions, d’où vous vient cet esprit rebelle ?

Je ne pense pas qu’il y ait un lien avec le fait que nous soyons Suédoises, je dirais plutôt que c’est une question de personnalité. Nous nous sommes mutuellement inspirées Filippa et moi : j’ai besoin de me sentir heureuse et suivre mes rêves peu importe les moyens…


Pour revenir à notre question du début, c’est vraiment une chance que vous vous soyez trouvées car vous semblez être sur la même longueur d’onde…

Je sais, c’est fou comme nos vies nous ont permis de nous rencontrer…





Penses-tu détenir un hymne rock’n’roll avec le titre ‘We Fight for Rock’n’Roll’ ?

(Silence)


Pas plus que ça apparemment…

(Rires) Pour être honnête, ce n’est pas ma chanson préférée. Je l’aime bien par son côté rock’n’roll classique et nous essayons de l’améliorer (Sourire)…


Mais encore une fois, c’est le genre de titre qui risque d’être repris en chœur par le public au moment des concerts…

… et c’est l’ambition clairement affichée de cette chanson. Nous espérons que ce sera un hymne rock mais encore hier, lorsque nous répétions, nous réfléchissions pour savoir comment faire pour rendre cette chanson plus intéressante pour nous-mêmes mais également pour le public… parce que j’ai le sentiment qu’il lui manque un petit quelque chose pour la transcender sur scène… Nous voulons impérativement éviter le relâchement lors de nos concerts, ce genre de moment où le public va au bar : je préfère qu’il y aille après le concert (Rires) !





De façon plus générale, quel est votre but quand vous composez : écrire des hymnes rock qui seraient repris par votre public lors des concerts ?

Non, non, c’est bel et bien notre objectif : avoir un public fourni qui reprendrait avec nous nos chansons, c’est effectivement le genre de réaction que nous recherchons… C’est un sentiment génial !


Que représentent pour toi des groupes comme Runaways, Girlschool, Rock Goddes ou Vixen : sont-ce des influences ?


En ce qui me concerne, pas du tout ! Personnellement, j’ai été comparée à la chanteuse de Halestorm (NdStruck : Lizzy Hale) et avant, j’ai été pas mal comparé à Janis Joplin, ça dépend pas mal quel genre de chansons, je chante…


Il y a pire comme comparaison…

C’est clair, je suis assez contente de ces comparaisons (Rires) ! Mais en ce qui concerne la musique comme tu l’as dit, c’est plus AC/DC, Airbourne…


Il semblerait que vous soyez attachés à la spontanéité des années 1970. Regrettes-tu la productivité de cette époque et penses-tu que 40 ans plus tard, un groupe pourrait sortir deux albums par an ?


Hum, je ne pense pas que nous pourrions faire de même parce que nous voulons tourner et nous n’aurions pas le temps de sortir deux albums en plus… Mais sortir un album par an, oui, nous pouvons clairement le faire.
De plus pourquoi sortir deux albums par an quand tu vois l’état actuel de l’industrie du disque ? Pourquoi perdre ton temps à le faire ? Il est plus stratégique de tourner. En revanche, sortir un album ou un EP par an c’est suffisant. Soyons clair, ce n’est pas que nous ne voulons pas écrire ou nous voulons être moins productives mais aujourd’hui, on ne fait plus d’argent de cette façon.


Tu as parlé de stratégie. La France est en train de sélectionner son représentant pour l’Eurovision, serais-tu intéressée pour représenter ton pays comme d'autres groupes de hard rock avant toi ?

C’est un marché énorme ! Il ne faut jamais dire jamais…
Je ne pense pas avoir envie de participer à ce genre de compétition et attendre les votes stressants et tout le blabla autour mais j’aimerais bien y jouer… et je sais que ma famille mourrait si jamais je devais participer à un tel évènement (Rires) !


J’aimerais réussir en prenant le vrai chemin…



A l’inverse, c’est un merveilleux tremplin et accélérateur de carrière…

Je ne crache pas sur les gens qui font le choix de ce chemin mais ce choix ne fait pas partie de mes rêves et croyances… J’aimerais réussir en prenant le vrai chemin…




Et quel est ce vrai chemin ?

(Rires) C’est de proposer de la bonne musique, tourner et avoir une vraie belle connexion avec les fans… et être en mesure de faire cela à plein temps !


Ce n’est pas le cas ?

C’est impossible aujourd’hui… Emlee est une étudiante, Sara (NdStruck : Sara Pettersson la bassiste) est ingénieur du son… Elles sont toutes occupées. Moi je viens d’emménager à Stockholm pour pouvoir être plus disponible vis-à-vis du groupe et être plus flexible…


Les fondations du groupe ont été établies avec les deux premiers albums qui étaient super, aujourd’hui, il est temps de passer au niveau supérieur.



Quels sont tes attentes pour cet album ?

J’espère que plein de nouvelles personnes vont nous découvrir et ainsi avoir une plus grande base de fans. Les fondations du groupe ont été établies avec les deux premiers albums qui étaient super, aujourd’hui, il est temps de passer au niveau supérieur.
J’espère que cet album va nous permettre de passer un cap afin que nous puissions vivre de notre musique à temps complets et pouvoir partir en tournée pendant un mois…


Ce qui n’est pas aujourd’hui ?

Non, malheureusement. Nous en avons parlé entre nous et lorsque nous allons faire la prochaine tournée, nous allons devoir trouver des remplaçants. Ce n’est pas un problème tant que Filippa et moi sommes présentes.


On a commencé par la question qu’on t’a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

C’est une question vraiment difficile… mais je dirais pour qui aimerais-je ouvrir ?





Et alors ?

Je me dis que ce serait extraordinaire d’ouvrir pour Guns N'Roses ou bien Ozzy Osbourne dont c’est la tournée d’adieu. Je suis une fan de lui et de son épouse : j’adore Sharon (Rires) !
Après ce serait également un excellent coup de projecteur d’être programmé dans n’importe quel festival parce que le public est varié et c’est une opportunité de s’ouvrir à un nouveau public… J’adore !


En attendant avez-vous des dates françaises prévues ?

La tournée en avril jusqu’à fin mai va nous faire passer par la France donc oui, restez connectés si vous voulez nous voir sur scène (Sourire)…


A bientôt… merci

Ce fut un vrai plaisir de vous rencontrer…


Merci à Loloceltic et Childeric Thor pour leur contribution...


Plus d'informations sur http://www.thundermother.com/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 12657
  • 12658
  • 12659
  • 12660
  • 12661
  • 12662
  • 12663
  • 12664
  • 12665
  • 12666
  • 12667
  • 12668
EN RELATION AVEC THUNDERMOTHER
DERNIERE ACTUALITE
THUNDERMOTHER FAIT PARLER LA POUDRE SUR MUSIC WAVES!
INTERVIEW

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant THUNDERMOTHER
 
DERNIER ARTICLE
A l'occasion de la sortie de son album éponyme qui marque le retour d'un Thundermother 2.0, nous avions rendez-vous avec son hypnotisante nouvelle frontwoman Guernica Mancini...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant THUNDERMOTHER
 
DERNIERE CHRONIQUE
Thundermother (2018)
Un opus de hard-rock énergique et rageur qui aurait mérité d’être plus condensé pour rester accrocheur de bout en bout.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant THUNDERMOTHER

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019