MW / Accueil / Articles / MAYSON (22 FEVRIER 2018)

MAYSON (22 FEVRIER 2018)

INTERVIEW - AUTRES - CALGEPO - 08.03.2018
Rencontre avec Mayson qui mélange avec subtilité le rock et l'electro dans un album dynamique
  •  
  •  
  •  
    
Music Waves téléphone Mayson pour une interview sur un projet ambitieux et plutôt réussi mêlant rock brut et electro.



Quelle est la question que l’on vous a trop souvent posée ?


« Pourquoi le nom Mayson ?» C'est la question qu'on nous pose le plus souvent, c'est une bonne question cela dit. En espérant qu'elle ne soit pas un peu plus loin dans l'interview ahah !




Vous aviez fondé Spark Gap à trois, pourquoi avoir créé Mayson en duo ?


En réalité Mayson a été à trois avec notre bassiste Fred, mais nous nous sommes rendu compte après avoir écrit les premiers morceaux que Fred n'était pas en phase avec le projet. Il a donc quitté Mayson pendant la phase d’écriture de l’album. C'était une question de feeling mais ça ne change en rien notre amitié. Nous sommes donc 2 dans Mayson et nous trouvons ça plutôt intéressant au vu des possibilités que cela offre.


Est-ce que ça veut dire que Spark Gap est enterré ?


Spark Gap est arrêté pour un bon moment mais il n'est pas exclu qu'un jour on ait envie de reprendre, pour l'instant on en est loin.


C'est important pour un artiste d'évoluer et d'essayer de nouvelles choses.


Votre musique mêle assez habilement le rock et le synthé : l’organique et le digital, qu’est-ce qui vous a poussé à cette évolution ?


On a toujours écouté beaucoup d'électro tous les deux, il s'est avéré que nous voulions changer de style avec Mayson. Arrêter Spark Gap, c'était arrêter ce que l'on a toujours fait. C'est important pour un artiste d'évoluer et d'essayer de nouvelles choses.



Votre manière d’écrire a-t-elle évoluée ?

Oui fondamentalement avec l'arrivée des instruments numériques. Nous sommes passés de composition traditionnelle (en studio de répète chacun sur son instru) à écriture en Home Studio sur ordinateur et synthé. Et surtout nous faisons beaucoup plus attention aux arrangements et à respecter l'intégrité d'une chanson.


Les percussions sont à souligner dans cet album car elles sont très naturelles et apportent beaucoup de dynamisme, ont-elles nécessité un travail particulier ?

On a attaché beaucoup d'importance à la batterie et aux percussions en effet. Cela vient en partie du fait que nous avons toujours fait du rock et que nous adorons donner un côté percussif à nos productions. Nous imaginons toujours ce que cela pourrait donner en live, là où la dynamique des sons prend tout son sens.


C'est toujours intéressant de mélanger les styles. C'était valable à l'époque et ça l'est toujours aujourd'hui.



L’ambiance est très 80s dans vos titres, c’est une période qui apparemment vous inspire, pensez-vous qu’à cette époque tout était encore à inventer ?


Il y a toujours quelque chose à inventer, peu importe l'époque.  C'est toujours intéressant de mélanger les styles. C'était valable à l'époque et ça l'est toujours aujourd'hui. Les groupes qui sortent du lot sont ceux qui font preuve d'inventivité et d'audace peu importe que tu sois des 50s, 80s ou des années 2020.


Vos compositions épousent le nom de vos titres : ‘Elephant’ avec son passage pachydermique, ‘Got A Gun’ avec ses détonations, doit on y voir la volonté de coller la musique au thème des chansons ?

Oui complètement, nous avons envie de faire voyager les gens. On essaie de créer un univers propre à chaque chanson et que toutes ces chansons forment un ensemble cohérent dans un même album, ce qui est toujours un défi.



Peut-on dire que votre travail se rapproche un peu de celui de Daft Punk notamment sur leur dernier album où il modernisait le disco des années 70 ?

Nous avons eu une envie d'utiliser du « vieux » pour faire du moderne mais à la différence que Daft Punk utilisent sans doute des machines analogiques d'époque. On osera jamais se comparer à Daft Punk mais dans l'idée il y a des super hits d'artistes des années 70,80,90 qui nous ont inspirés comme Earth , Wind & Fire, Queen, Michael Jackson ou encore la dance des 90s.


Le début de l’album est beaucoup plus Rock avec ‘Animal’ et ‘Bodies’ pour ensuite évoluer vers des titres plus équilibrés (avec ‘interlude’ au milieu), comment s’est faite l’architecture de l’album ? est-ce que c’était conscient ?

A vrai dire ce n'était pas vraiment conscient. Les titres n'ont pas forcément de suite logique, ils ont été composés comme ils venaient et ça n'était qu'au moment de déterminer l'ordre des morceaux qu'on s'est penché sur la question.


Vous avez composé combien de titres pour cet album et comment se sont fait les choix ?


Au départ nous avions au moins une vingtaine d'idées de morceaux, il s'est avéré que certains ont été composés beaucoup plus rapidement et naturellement (en quelques jours) et d'autre ont été beaucoup plus compliqués à concevoir. 'Elephant' et 'Crocodil' ont été assez longs à écrire (plusieurs mois). Tout le reste a été mis de côté mais le choix a été facile car les morceaux sélectionnés étaient évidents et pertinents.

Il y a certes des tendances qui évoluent mais le rock est un style tellement large qu'il semble difficile de prédire l'avenir.

Est-ce que la fusion est pour vous l’avenir du rock ?

Non, tout est une affaires de goût. Il y a certes des tendances qui évoluent mais le rock est un style tellement large qu'il semble difficile de prédire l'avenir.  Le rock au sens large a un public fidèle contrairement à d'autres styles de musique qui subissent plus la tendance.


Votre album contient des tubes en puissance outre les titres déjà cités, on peut aussi retenir ‘Not A Hero’, et voué à un succès international, est-ce que vous visez cela ?


Oui absolument. Le fait que les textes soient en anglais est un choix volontaire. Nous avons une réelle volonté d'être écoutés et de jouer partout à travers le monde. Ça serait énorme pour nous d'avoir un public étranger. Partager avec le monde entier est tout ce que nous souhaitons.
Ce n'est qu'une histoire de vibrations ahah !



L’album est sorti en octobre dernier, quels ont été les retours ?


Pas mal de gens ont été surpris du tournant que nous avons pris par rapport à ce que nous faisions avant. Mayson est un tout nouveau projet avec un nouveau public à conquérir. Les gens sont assez enthousiastes et réceptifs - que ce soit le public ou les professionnels.  


Il s’accompagne de vidéos clips, comment ont-ils été réalisés et quels sont les moyens dont vous disposez ?


Nous faisons tout nous-mêmes dans Mayson, de l'album aux clips. Nous les avons produits et réalisés nous-mêmes. Premièrement parce que nous étions seuls, et deuxièmement par manque de moyens. Mais le défi a été relevé, on a réussi à sculpter l'image que nous voulions. En terme de moyens, 'Not your Hero' a été filmé par Brice, un ami caméraman avec un appareil photo et 'The Line' par nous-mêmes avec un smartphone et un stabilisateur, et le tout monté par nous-mêmes. C'était beaucoup de boulot .


Avez-vous pu faire vivre cet album sur scène ?


Oui, nous avons fait une première date qui s'est super bien passée. Beaucoup de personnes qui ne nous connaissaient pas sont venus et sont restés jusqu'au bout. C'est un de nos objectifs principaux de conquérir de nouvelles oreilles. Et d'autres dates sont déjà prévues comme une première partie avec General Elektriks le 14 avril à Cergy ou encore un passage aux 3 Baudets à Paris.

Nous mettons un point d'honneur à faire participer le public en préparant des modifications de structures sur les morceaux


Quelles sont les touches que vous rajoutez en live par rapport aux versions studio ?


Nous mettons un point d'honneur à faire participer le public en préparant des modifications de structures sur les morceaux par exemple, ou encore de la scéno avec des accessoires et des interactions avec les gens. Une partie des morceaux ont été réadaptés pour le Live et donc à redécouvrir.


On l’imagine joué en première partie de Muse, est ce que ça vous plairait ?


Mais oui grave ! On accepterait volontiers qu'ils ouvrent pour nous ahahah ! Non sans rire, ça serait vraiment une super aventure. Nous avons eu l'occasion dans notre carrière d'ouvrir pour des artistes que nous admirions beaucoup, c'est un sentiment de fierté et de réussite très grisant.


La production est très belle et équilibrée, où l’album a-t-il été enregistré et mixé ?

Eh bien merci beaucoup, car l'album a été enregistré mixé et masterisé par nous-mêmes dans notre Home Studio. Le fait qu'il y ait beaucoup d'electro a rendu les choses faciles et accessibles, même si nous n'avions que très peu d'expérience dans ce domaine . Nous avons appris énormément. C'était une expérience vraiment enrichissante.


Quels sont vos autres projets ?

Il n'y a que Max qui est également guitariste dans Full Throttle Baby.


Qu'est-ce que vous attendez de l'album avec le support de L.O Communication ?


Nous aimerions que l'album soit diffusé le plus largement possible pour qu'un maximum de gens puisse nous découvrir. Il a été le fruit d'un travail acharné et nous n'avons qu'une envie c'est de le partager maintenant.


On a commencé par la question que l’on vous a trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que vous  souhaiteriez que je te pose ?

Une question simple mais que nous n'avons jamais entendu « Pourquoi vous vous battez pour la musique ? » ou plus simple encore « Pourquoi êtes-vous musicien ? ».


Pour finir, un dernier mot pour les lecteurs de Music Waves ?

Merci de votre soutien et merci de faire vivre la musique quelqu'elle soit en continuant de sortir en concert et en étant toujours plus curieux.



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/maysonofficial/
EN RELATION AVEC MAYSON
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Live Fast Live Once (2017)
Habile mélange de rock et d'électro synthétique, "Live Fast Live Once" porte à moitié bien son nom. Ça va vite mais c'est à vivre et écouter plus d'une fois.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant MAYSON

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018