MW / Accueil / Articles / ABDUCTION (22 mai 2018)

ABDUCTION (22 mai 2018)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
BLACK METAL
C'est le groupe (presque) au complet qui a répondu aux questions de Music Waves alors qu'Abduction publie l'excellent "A l'heure du crépusucule".
CHILDERIC THOR - 07.06.2018

Nous vous avions interviewés il y a un an et demi dans le cadre de la sortie de "Une Ombre Régit les Ombres", votre premier album, que s’est-il passé pour vous depuis ?

Morgan : Beaucoup de choses ! La composition de "A l'heure Du Crépuscule" était déjà bien avancée lors de la sortie du premier album, ce qui nous a permis de nous atteler rapidement à sa réalisation et de peaufiner les détails nécessaires, forts de nos expériences précédentes.

Guillaume : Le travail sur ce second album a été très rapide en comparaison de son prédécesseur. Nous avons mis en place les compositions en l’espace de quelques mois avant d’investir l’été dernier le studio Opus Magnum de Bruxelles, alors fraîchement ouvert par Déhà (au point que nous avons inauguré sa cabine de chant !) dans lequel nous avons mis en boîte l’album en l’espace d’une semaine de travail intensif en sa compagnie (la batterie avait été enregistrée en amont par Morgan lui-même) et forts de ses nombreux conseils, notamment en ce qui concerne le chant. Si la création de "Une Ombre Régit Les Ombres" a représenté un long parcours éprouvant, "A L’Heure Du Crépuscule" a, à l’inverse, été mis en place rapidement et quasiment sans la moindre contrariété.


Quel a été l’accueil réservé à ce premier album ? Avec le recul en êtes-vous satisfaits ?

Morgan : L'accueil fut globalement très bon ! Au-delà de nos espérances en tout cas. Avec le recul, je pense que nous aurions pu d'avantage nous attarder sur les parties clean et mieux les intégrer au reste. Certains nous reprochent parfois nos transitions "brutes", je pense qu’elles sont intégrantes de notre identité, même si elles manquaient peut-être en effet de maturité. Mais il y avait un décalage avec les parties plus "Metal". Ces passages me semblent un peu timorés sur ce premier album. Le tir a été rectifié  pour "A l'Heure Du Crépuscule" !

Guillaume : J’ajouterai que même si j’aime beaucoup le son de ce premier album, certaines subtilités de guitare et de batterie passent un peu à l’as dans le mixage. C’est une chose que nous avons mis un point d’honneur à améliorer sur ce nouvel album, et Déhà s’en est sorti avec brio ! Mais je ne changerais pas grand-chose à "Une Ombre…" si j’en avais la possibilité, tout juste tâcherions-nous d’améliorer les transitions en rallongeant certains silences afin de rendre l’ensemble plus fluide, et remonterions-nous certains petits détails au niveau du mix.


Vous lui offrez déjà un successeur. Est-ce parce que le groupe est désormais parfaitement en place et parce que vous maîtrisez mieux les techniques d'enregistrement ?

Morgan : Oui tout à fait ! Et puis, nous avons vécu une certaine frustration vis-à-vis de la sortie du premier album. Avec cinq ans de soucis techniques, nous avons souffert de notre manque d’expérience, mais aussi des soucis d'organisation et de planning qui ont retardé encore et encore la finalisation de "Une Ombre Régit Les Ombres". 
Pour le second album, les choses ont été très différentes. Nous avons pu nous prouver à nous même que nous pouvions, en l’espace d’un an, parvenir à nos fins. Guillaume avait déjà énormément de matériel pour le second album avant même que "Une Ombre Régit Les Ombres" soit achevé. Les structures principales étaient prêtes à la fin 2016. J'ai ainsi rapidement été en mesure de m'atteler à l'écriture des partitions et la composition de la batterie, en janvier/février 2017. Surmotivés par la sortie du premier album, nous avons donc rapidement enchaîné en prenant soin de ne pas reproduire les mêmes erreurs... J'ai beaucoup bossé avec Déhà, notre producteur encore une fois, en amont pour que le mixage et le mastering soient les plus simples et fluides possibles. Ce dernier avait lui aussi une idée précise de la manière dont il voulait faire sonner l’ensemble, après avoir déjà bien cerné notre univers sur le premier album. Une symbiose s'est créée avec Déhà et c'est aussi pour ça qu'il nous aide encore aujourd'hui !


Lorsque vous faisiez la promotion de votre premier album, vous aviez déjà commencé à bosser sur "A l'heure du crépuscule". Ces deux opus sont pourtant très différents. Comment l'expliquez-vous ?

 Il s'est écoulé beaucoup de temps avant que "Une Ombre Régit Les Ombres" soit achevé et Guillaume a largement eu le temps de composer pour le second album entre temps. Je me rappelle avoir fini d'enregistrer la batterie du premier album mi-2012 ! Et les guitares avaient assez rapidement suivi. Cela a laissé tout le temps à Guillaume de mûrir et mettre en place les structures et guitares pour le second album. C'est une évolution logique je pense, en adéquation avec les thèmes développés tout au long de l'album, avec toujours ce lien au temps qui nous obsède.

Guillaume : L’expérience avec notre premier album nous a fait gagner en maturité, c’est bien là l’avantage de son interminable processus d’enregistrement : nous avons énormément appris, qu’il s’agisse de composition ou d’enregistrement. Et puis, nous avons également évolué entre temps en termes de maîtrise technique de nos instruments et François a lui-même considérablement progressé. Ainsi, je pense que "A L’Heure Du Crépuscule" est plus proche que jamais de l’univers que j’ai en tête depuis le départ et que j’essaie de retranscrire en musique. L’autre raison pour laquelle cet album est différent du premier est que je souhaitais cette fois proposer une musique davantage planante et mélancolique, plus lumineuse que celle de son prédécesseur, qui était très sombre et froid. 





Les textes sont-il toujours l'œuvre de Guillaume et de Mathieu ? François, votre chanteur, ne souhaite-t-il pas participer à leur écriture ?

Guillaume : Les textes sont effectivement l’œuvre de Mathieu, que je seconde en ce qui concerne les choix des thématiques et les tournures à choisir. François ne se sent pas forcément à l’aise avec la rédaction de textes en français, mais il suit attentivement l’écriture et nous soumet des suggestions de modifications lorsqu’il pense tenir quelque chose qui servirait davantage notre propos.


Les paroles sont en français et se parent d'une dimension poétique. La littérature est-elle une source d'inspiration ?

Mathieu : La littérature est une source d'inspiration indirecte, au sens où les lectures de grands auteurs français tendent à créer une affinité plus prononcée avec la langue, et poussent à travailler de manière minutieuse l'écheveau des mots, des sens, des rythmes et tournures, pour mettre en valeur justement cette langue qui nous plaît tant. C'est peut-être donc dans la façon d'exprimer les thématiques déterminées par Guillaume que la littérature joue son rôle, dans une volonté de se mettre au meilleur niveau. Trop littéraire, le style serait d'une lourdeur handicapante pour les morceaux, écueil que nous avons tenté d'éviter au mieux. La poésie est suffisamment multiforme pour que l'on parvienne à exprimer nos idées dans le cadre et sous la forme voulue, avec suffisamment de liberté dans les arrangements. Cependant je ne crois pas que nous ayons des références précises déterminantes, que ce soient d'œuvres ou d'auteurs particuliers, sur les textes de cet album. L'idée est de les formuler de la manière qui nous est la plus naturelle et personnelle possible, et qui soit la plus en adéquation avec la musique et la vision globale de Guillaume. De cette manière, sans contrainte de style ou volonté de pasticher de meilleurs auteurs que nous, le travail sur les textes est grandement facilité.


Après Van Gogh, une peinture de Anne-Louis Girodet-Trioson habille ce nouvel album. De quelle manière choisissez-vous ces peintures ?

Guillaume : J’ai découvert ce tableau intitulé « L’Automne » alors que je visitais le musée de Compiègne, il y a un peu plus de huit ans. Celui-ci m’a immédiatement profondément touché car j’y voyais une mise en image de ce que nous essayons d’exprimer en musique. J’ai ainsi immédiatement su que nous en ferions la pochette de notre second album. La pochette ayant été choisie avant que la musique ne soit mise en place, elle a pu en plusieurs occasions inspirer celle-ci.


Le nom de certains titres, 'Les visiteurs du soir', 'La grande illusion' semble faire référence à notre patrimoine cinématographique. Est-ce le cas ou bien "A l'heure du crépuscule" suit-il un récit plus personnel ?

Nous glissons quelques réflexions personnelles au sein de nos textes, mais ces titres sont effectivement des hommages à ces films que nous aimons tant, Mathieu et moi. Abduction se voulant très nostalgique et tourné vers le patrimoine historique, ce genre de choix faisait sens. Ce cinéma qui fait la part belle au lyrisme des dialogues me touche plus qu’aucun autre.


Lors de notre précédente interview, tu disais que le cinéma te passionnait. De quel film pourrait être la BO ce nouvel album ?

Voilà une excellente question ! Etant donné que nous utilisons des samples du film "Les Enfants Du Paradis" sur l’ensemble de l’album, je serais tenté de citer ce dernier. 





Certains évoquent Dissection ou Opeth à votre sujet. Que pensez-vous de cette comparaison ?

Morgan : Disons que pour nous ce sont des sources d'influences qui nous ont incités à jouer et composer de la musique. Mais si elles marquent forcément notre façon de jouer et notre vision de la musique, je ne pense pas que ces influences soient si flagrantes dans notre travail. 
 

De même, on accole parfois à votre musique l'étiquette progressive. Que vous inspire ce style ?

C'est vrai qu’il est difficile, même pour nous, de définir notre style musical. Je sais que sur la démo, il y avait pas mal d'influences plus death metal que l'on ne retrouve plus par la suite. Ou du moins, pas autant. Avec "A L'heure Du Crépuscule", je pense vraiment que le travail réalisé sur les structures, les transitions, le développement des thèmes, se prête mieux au terme « progressif ». Le fond reste black atmosphérique, mais clairement, nous avons développé un côté progressif sur ce nouvel album.


Un peu déçu par son prédécesseur, je trouve cet album bien plus maîtrisé. Les nombreuses idées sont mieux canalisées au service de compos dotées d'une architecture toujours bourgeonnante mais plus précise. Etes-vous d'accord ?

Complètement. Cet album est certainement plus maîtrisé, plus mature aussi. Un soin beaucoup plus important a été apporté aux transitions et aux passages plus calmes pour les intégrer de manière plus naturelle aux compositions.Ces passages fourmillent de détails, qui n’étaient pas toujours évidents sur le premier album. Cela a vraiment représenté l’un des points cruciaux de la finalisation de ce nouvel album. Pour ma part, les parties calmes ont été un vrai challenge et un terrain d'expression formidable qu'il a fallu tempérer pour ne pas se perdre et dénaturer les compositions. J'ose croire que nous y sommes arrivés.

Guillaume : Cet album est également plus richement arrangé que son prédécesseur. Là où je cherchais à rester assez froid avec notre premier album, le second est plus planant et ainsi plus ouvert à la mélodie. Nous avons également davantage eu recours au chant clair, et le chant est de manière générale plus souvent présent, là où "Une Ombre Régit Les Ombres" proposait davantage de longs passages instrumentaux. Cela a aussi aidé à apporter davantage de cohérence. Sans oublier la production bien plus précise offerte par Déha !


Pouvez-vous nous parler de votre activité scénique ? Votre musique est ambitieuse. Parvenez-vous, sur scène, à lui offrir l'expression et le cadre qu'elle mérite ?

Morgan : Pour le moment, le baptême de la scène n'a pas été réalisé pour Abduction. Nous y pensons énormément, mais nous souhaitons réellement développer un concept plus large que le simple fait de jouer nos morceaux devant un public. C'est encore embryonnaire mais l'idée fait son chemin. Nous aimerions proposer des représentations plus ponctuelles mais toujours uniques et personnelles. C'est encore beaucoup de travail mais nous y arriverons bientôt ! Chaque chose en son temps.


Un troisième album est-il déjà en cours de préparation et si oui, à quoi devons-nous nous attendre ?

En effet, un troisième album est en cours de préparation mais même moi, je ne pourrais pas en parler davantage. Mon intervention est pour très très prochainement mais pour le moment, Guillaume doit encore travailler sur les premières ébauches et aller au bout de ses idées. Nous allons travailler un peu différemment cette fois, mais c'est une autre histoire !

Guillaume : Je dispose d’énormément d’idées accumulées ces dernières années, que je suis en train d’assembler afin de servir au mieux le concept sur lequel nous travaillons actuellement avec Mathieu. Nous possédons déjà le thème principal de cet album, qui sera porté par un unique concept, et les choses avancent bien. Il y aura là plusieurs choses nouvelles pour Abduction je pense, une ambiance plus épique voire « médiévalisante » peut-être, en rapport avec le sujet porté par l’album, mais il est encore un peu tôt pour pouvoir en dire plus car notre musique évolue énormément, des premières démos au mixage complet ! 
 


Plus d'informations sur http://www.abduction.fr/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 13948
  • 13949
EN RELATION AVEC ABDUCTION
DERNIERE ACTUALITE
ABDUCTION: 1eres infos sur le nouvel album
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ABDUCTION
 
DERNIER ARTICLE
C'est le groupe (presque) au complet qui a répondu aux questions de Music Waves alors qu'Abduction publie l'excellent "A l'heure du crépusucule".

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ABDUCTION
 
DERNIERE CHRONIQUE
A L'heure Du Crépuscule (2018)
Avec "A l'Heure du Crépuscule", Abduction signe le grand disque que nous attendions, bijou d'écriture et d'ambiances savamment dosées en l'honneur d'un black metal atmosphérique et aiguisé, littéraire et ombrageux.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ABDUCTION

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019