MW / Accueil / Articles / ANTAGONISM (19 JUIN 2018)

ANTAGONISM (19 JUIN 2018)

INTERVIEW - THRASH - STRUCK - 25.06.2018
C'est Raphaël -cogneur en chef du groupe Antagonism- qui a répondu à nos questions pour parler de ce premier EP apologie du thrash "Thrashocalypse"...

Quelle est question qu’on vous a trop souvent posée ?

Je pense que la question la plus posée a été « Présentez-nous Antagonism ? ».

 

Votre formation est tout jeune, pourtant en moins de deux ans vous avez proposé pas mal de concerts et déjà un EP 6 titres, là où les groupes prennent du temps pour se lancer vous avez décidé de foncer droit devant. Comment expliquez-vous cela, vous avez tant que ça confiance en vous pour griller pas mal d’étapes de la sorte ?

Comme tu le sais, Antagonism est né de la fusion de deux projets, par conséquent nous avions déjà des compositions prêtes et cela nous a fait gagner du temps pour sortir  "Thrashocalypse". Néanmoins je pense que nous sommes tous assez productifs et avons beaucoup d’inspiration à revendre car nous nous entraînons de nombreuses heures individuellement, pour le moment je n’ai pas l’impression d’avoir brûlé des étapes, seulement oui, nous avons acquis une certaine confiance grâce aux nombreux avis encourageants que nous avons reçu jusqu’à maintenant, ajoute ça à la fougue du thrash metal et nous voici. Notre but c’est clairement de faire bouger les foules comme beaucoup de groupes l’ont fait avant nous et c’est comme ça qu’on fait chez Antagonism : on fonce droit devant sans pour autant confondre vitesse et précipitation !


Vos expériences avec vos précédents groupes vous ont bien aidés je suppose ? Comment Antagonism est-il né ? Visiblement tu t’es associé à Felix et Dylan, et de deux groupes est né Antagonism ? Qu’est ce qui a provoqué l’étincelle entre vous pour lancer une nouvelle formation ?


Exact, en tout cas pour ma part, j’ai pu avant de former Antagonism partir tourner au Japon avec ENTOMBED AD en 2014, une des meilleures expériences de ma vie à l’heure actuelle ! Kévin pour sa part joue dans Your Pants depuis quelques années il a donc une solide expérience scénique, il n’y a que Dylan et Félix qui étaient étrangers à la scène jusqu’il y a 2 ans !

Pour replacer le contexte, la formation de Dylan et Félix n’était pas stable car leur batteur partait pour ses études et le bassiste manquait de motivation, de mon côté j’avais un bassiste (Renan de mon ancien groupe Unrest Fatalist) mais pas de guitariste fixe. On s’était croisé plusieurs fois en concert avec Dylan et Félix, un jour j’ai contacté Dylan pour savoir s’il voulait intégrer mon groupe, il m’a dit qu’il voulait bien mais qu’il avait son projet à côté et qu’il serait peut-être pas beaucoup disponible, suite à ça on a fait un test j’ai senti immédiatement que ça collait nous deux et à la fin de la répétition je lui ai demandé s’il voulait fusionner les projets, peu après Kévin remplaçait Renan, la suite on la connaît...





C’est classique comme question et même bateau sans doute, mais vous placez-vous dans ce renouveau thrash que l’on voit fleurir depuis quelques années ? Vous êtes jeunes et vous avez cet esprit old school années 80, comment expliquez-vous cela, quels ont été vos parcours qui vous ont amené vers ce bon vieux thrash ?

Alors ce qui est bien c’est qu’aucun membre du groupe n’aurait la même réponse à cette question (Rires). C’est sûr que nous faisons partie de la vague de « revival thrash » qui sévit depuis quelques années, mais on se démarque peut être grâce à notre esprit old-school pour reprendre tes mots. Dans le groupe le plus vieux est Kévin, et pourtant c’est lui qui a les influences les moins thrash et les plus modernes (vers les années 2000), Félix et moi on est un peu entre deux courants, le thrash et le death, personnellement j’adore les premiers Gojira (Godzilla rpz (Rires)) ou Death bien évidemment (les 90’s) et c’est Dylan qui décroche la palme du fan de Thrash Old-School dans le groupe (fan inconditionnel des 80’s), à nous quatre on essaie de voguer entre le New et le Old, et ce qui est bien avec le thrash c’est que tu ne peux pas tricher, t’es obligé d’envoyer toutes tes tripes dans les compos sinon ça se ressent que c’est pas sincère !


Vous êtes fans de Havok - la reprise le prouve - et hormis eux vous sentez vous proches de jeunes pousses comme Evil Invaders ou des pionniers de ce renouveau comme Angelus Apatrida, Municipal Waste ou Gama Bomb, Avez-vous le sentiment d’appartenir à une scène comme cela existait dans le temps ?

Bien sûr que nous nous sentons proches d’eux, après tout le thrash c’est une grande famille ! Oui, ou en tout cas on veut se faire notre place dans cette scène, qu’on puisse nous citer dans des interviews comme nous citons Angelus Apatrida ou Havok ce serait le pied !


Clairement entre le logo et la pochette on nage dans les années 80, d’ailleurs votre pochette est frappante, elle est l’œuvre de Roberto Toderico, un stakanoviste de la pochette qui a bossé pour pleins de groupes. Comment on arrive comme jeune groupe à bosser avec un mec comme ça surchargé et très demandé ? Il s’est inspiré d’un de vos titres pour la concevoir ?


Alors ça va paraître bateau, mais on lui a juste demandé, le projet lui a plu et tadam ! Pour la pochette c’est l’imagination de Dylan qui a travaillé, il imaginait quelque chose dans le genre « une explosion nucléaire et de la corruption » on est parti de ça et en discutant à nous 4 on a pu amener l’idée précise de ce qu’on voulait à Roberto qui a fait un travail monstrueux (if you read this, thanks again bro) !


Cette pochette évoque pas mal ce qu’a proposé Megadeth dans les années 90 avec une vision peu optimiste pour notre société, comment expliquer que tant d’années après, la situation soit encore plus merdique ? L’être humain est condamné selon vous à commettre toujours les mêmes erreurs ?

Parce qu’on a fait que conforter le système établi après la seconde guerre mondiale, nos aînés du Big 4 l’avaient compris et même si leurs morceaux en parlaient, rien n’a changé, les 1 % les plus riches contrôlent le reste de la population, l’argent permet de tout faire, un homme n’est pas mesuré à sa valeur en tant qu’humain mais au poids de son portefeuille. Toutes les conditions sont réunis pour que le monde finisse par exploser, de mon point de vue on a deux solutions, soit on va provoquer notre extinction, soit on va devoir changer du tout au tout notre manière de voir et de traiter le monde qui nous entoure. Donc pour répondre à ta question, pas toujours les mêmes erreurs, mais une succession d’erreurs semblables qui mènent à la même conclusion.


Je parle de l’homme et de la société car au détour de ‘Burning In Syria’, ’49.3’ ou ‘Surgical Strike’ vous n’hésitez pas à vous engager franchement. Aborder des sujets politiques ou d’actualité brulante est courageux mais un peu glissant et sujet à controverse, vous n’avez pas peur des réactions ? Comme la pochette le laisse deviner, vous pensez qu’un reset total serait la meilleure solution tant tout parait noir et sans espoir ?


Honnêtement la politique c’est vraiment pas mon truc, en fait je suis le genre de personne qui prendrait bien toutes les bonnes idées de chaque parti pour en former un autre (comme pour Antagonism quoi!), après oui on s’engage clairement, en France on se fait prendre pour des cons et pour le peu de personnes qui réagissent, la moitié décrédibilise totalement les tentatives de réactions.

Justement, il faut qu’il y ait des réactions ! Posez des questions, informez-vous, réfléchissez, le thrash est là pour ça (et pour péter des nuques un peu quand même, oui !) et puis avec un nom comme Antagonism avoir peur des réactions serait un comble, non ? L’actualité nourrit nos compositions !

Non pas vraiment, même si la pochette est certes apocalyptique rien n’est jamais sans espoir, enfin, pour le moment le monde actuel n’est pas sans espoir, mais si rien ne change d’ici une dizaine d’années, faire table rase sera probablement la meilleure option.


Musicalement à présent, l’EP commence par un uppercut, ‘LOT’, commencer fort c’est dans l’idée d’envoyer un message aux auditeurs avec un côté "pas de quartier" digne de Slayer ?

Carrément ! Histoire de mettre tout le monde d’accord dès le premier riff !


Derrière je retrouve une influence Megadeth aux guitares. Sur ‘Burning’ entre le riff et le solo je vois un bel hommage à la patte Mustaine avec cette rapidité et cette fluidité. Mustaine est une influence principale pour Dylan et Félix ?


Surtout pour Dylan, et même ça va encore plus loin, Dylan ressemble à Mustaine au même âge, et même nous ça nous choque !


En général niveau guitares on retrouve ce côté duo très complice entre les deux comme les grands duos des années 80 dans Maiden ou Priest, au-delà du thrash vous avez été influencés par les grands anciens du heavy ?


Qui ne l’a pas été ? Dylan et Félix adorent se faire passer les solos durant les morceaux, leur but je pense c’est de dépasser les gratteux d’Exmortus !


Vous reprenez en dernière piste un titre de Havok, ce n’est pas banal comme choix, généralement on va chercher des titres plus anciens, pourquoi ce choix ? Qui plus ce titre sort d’un EP, il n’est pas forcément le plus connu, il vous a marqué particulièrement ?


Alors Havok nous a mis une claque monumentale quand on est allés les voir à Puget-sur-argens avec Dylan et Félix. Mais ‘Point Of No Return’ était déjà prévu sur l’EP à ce moment-là, le truc c’est que ce morceau (et Havok en général) est hyper technique tout en étant puissant, les couplet et refrain sont incisifs et le break est juste monumental, c’est impossible de pas se déchaîner dessus ! En plus de ça Pete Webber est un monstre derrière les fûts, et puis le titre ‘Point Of No Return’ allait bien pour clôturer un EP nommé « Thrashocalypse » donc pour nous c’était un peu une évidence.





Qu’attendez-vous de la sortie de cet EP avec le soutien d’Ellie Prom ?

Eh bien exactement ce qu’il se passe maintenant ! Des interviews, des chroniques, des passages radios… Il ne manque plus que des live report pour nous forger une solide réputation !


A présent la suite, peut-on compter sur un album assez rapidement, histoire de ne pas perdre de temps et d’enfoncer le clou ?


Exactement ! C’est prévu pour fin 2019 / début 2020, bientôt vous aurez des news sur la nouvelle tête nucléaire d’Antagonism ! Et on compte bien enfoncer le clou jusqu’à lui faire traverser la planche !


On a commencé par la question qu’on vous a trop souvent posée, au contraire quelle est celle que vous souhaiteriez que je vous pose ?


Tu me poses une colle (Rires) ! Alors je dirai « Pensez-vous que ça vaut le coup d’essayer de vivre de la musique alors que c’est un monde de putes et que seulement quelques groupes sur des millions y arrivent ? 

Question à laquelle je répondrais "oui", sans aucune hésitation, car pouvoir faire vibrer des milliers de personnes au seul son d’une grosse caisse, ça n’a pas de prix, c’est le meilleur sentiment au monde !

Merci pour l’interview, comme on dit dans la Bay Area : "See you in the pit mother fuckers !!"



Plus d'informations sur https://antagonismthrashof.wixsite.com/antagonism
EN RELATION AVEC ANTAGONISM
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Thrashocalypse (2018)
Antagonism lance sa carrière sur les chapeaux de roue en proposant un thrash incisif qui ne fait pas de quartier.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ANTAGONISM

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018