MW / Accueil / Articles / Lordi + Silver Dust + Egokills - Courtrai De Kreun - 10 Octobre 2018.

Lordi + Silver Dust + Egokills - Courtrai De Kreun - 10 Octobre 2018.


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
HARD ROCK MELODIQUE
Lordi est de retour à Courtrai pour nous présenter "Sexorcism" avec un nouveau show toujours aussi horrifique.
NOISE - 25.10.2018
La saison continue à Courtrai avec le retour de Lordi à  De Kreun. Les monstres finlandais reviennent dans la salle belge pour la troisième fois en 4 ans. En 2015 et 2016 elle affichait quasi complet. Cette année la deuxième date de la tournée "Sexorcism" ne rencontre pas le même succès. Le balcon est fermé et les espaces existent. La multiplication des événements, une date organisée en semaine et dans une période économique ardue pouvant expliquer cette baisse de fréquentation.

Pour ce début de tournée, les Finlandais sont accompagnés de deux premières parties. Premier en scène, Egokills vient aussi de Finlande. Il a vu le jour en 2011 et se revendique d’un nouveau style, le Hippie Metal.  Du look des musiciens à un merchandising mettant en avant les produits de la culture hippie, cette idée a été bien développée. Musicalement le coté hippie n’est pourtant pas la principale caractéristique du groupe. Il évolue dans un métal alternatif groovy proche du son des années 90 entre Alice In Chains et Ugly Kid Joe. Il dispose de 40 minutes et va proposer un plongeon dans le passé. Avec ‘Mellowhead’ celui-ci est total,  le chant de Janne est bien dans cette idée alternative et le résultat est sympathique. Il en impose avec son look et son côté barré. La suite va rester dans cet univers, il n’y a rien de follement original mais cela se laisse écouter sans déplaisir. ‘Polarize’ est plus barré et porté par un chant bien aigu. ‘Hollow Promises’ est dans cette idée avec un groove certain, une facette émo qui évoque Coheed & Cambria et un petit passage death surprenant. Les titres vont s’enchainer et le public reste calme et attentif. Il n’y a pas de temps faible mais une certaine redondance s’installe. Le groupe a sa recette et s’en éloigne trop peu. Cela étant quelques passages ont su faire leur effet. Le côté plus brutal de ‘Follow The Sun’ était intéressant tout comme le groove accrocheur d’un ‘Evolve’. Egokills a été une mise en bouche sympathique mais n’a pas déchainé les passions. Le groupe finlandais a du potentiel mais encore du travail devant lui pour convaincre totalement sur la durée d’un concert.


Avec Silver Dust nous retrouvons la même première partie de Lordi lors de sa tournée 2016. Les Suisses avaient fait forte impression. Nous les retrouvons avec un metal théâtral avec des aspects gothiques et martiaux. Un esprit steampunk règne aussi sur scène et c’est un véritable spectacle que le groupe va nous proposer en soutien de son nouvel album, "House 21". Cette histoire débute sur l’écran scène avec la présentation des personnages dans une idée victorienne. Quand les musiciens débarquent ils ne font pas de quartier avec une force martiale impressionnante portée par le chant grave et profond d’un Lord Campbell maître de cérémonie. Il chante et hurle et va chercher le public avec charisme. Les vidéos sont un parfait complément à cette musique un peu folle. Il y a du Rammstein couplé à la folie d’un System Of A Down. L’ambiance va monter tout le long du show, le public adhère à ce côté cinglé. ‘Forever’ calme le jeu grâce à une mélodie accrocheuse et un refrain parfait. Le concert redémarre de plus belle ensuite avec ‘House 21’. Il résume toutes les qualités du groupe avec un chant teinté d’atmosphérique, un gros riff et un côté métal gothique accrocheur. La fin du concert va être royale avec une facette visuel et cinématographique. Au détour d’un titre, le public se met à genoux et mange dans la main de Lord Campbell. Musicalement le travail est aussi fort, claviers et guitares sont à l’unisson  et tissent cet univers schizophrénique. Ce côté plein de surprises rappelle l’univers un Devin Townsend. Lord savoure l’accueil parfait et présente ses musiciens comme au théâtre. Sur ce point le duo entre Lord et vidéo par téléphone interposé est ingénieux. La reprise ‘Bette Davis Eyes’ est remarquable de feeling, pas dénaturée elle est parfaitement interprétée avec un côté hard rock mélodique. Sur la toute fin le groupe sort les percussions et se montre épatant. Ce concert a été un très grand moment et l’ouverture parfaite pour Lordi. Silver Dust est un groupe frais et dingue qui mérite de rencontrer un succès à très large échelle.





Même si la salle n’est pas pleine, l’ambiance est là pour accueillir Lordi. Chaque tournée des Finlandais est l’occasion d’une nouvelle mise en scène et de changements de titres. Le décor est superbe avec au centre une porte d’entrée semblant mener aux enfers. Le côté horrifique est mis en avant et cela donne l’eau à la bouche. L’introduction se fait sur le ‘God Of Thunder’ de Kiss toujours idéale pour faire grimper l’ambiance. La porte s’allume, le personnage de pochette de "Sexorcism" apparait puis Mr Lordi déboule avec ses musiciens. ‘Sexorcism’ est un excellent début, ce titre de pur hard rock mélodique fait son effet avec un bon solo bien rock et un refrain typique du genre. La suite confirme avec un premier tube : ‘Would You Love A Monsterman ?’ reste un classique, le chant éraillé de Mr Lordi est toujours aussi bon et le travail aux claviers est plaisant. Le chanteur est en forme et bavarde avec le public, il se le met dans la poche en évoquant le lendemain à oublier pour profiter du concert. Puis le groupe ressort ‘Missing Miss Charlene’ pas joué depuis 10 ans. Il a fort bien fait tant il est entrainant avec un refrain parfait dans un esprit hard rock mélodique. Issu du nouvel album, ‘Your Tongue’s Got The Cat’ voit un fantôme apparaitre dans la porte. Ce titre fait son effet comme une histoire contée dans le noir, l’apparition d’un exorciste ajoutant un joli côté théâtral. Mr Lordi reprend la parole et enflamme le public puis présente un extrait jamais joué issu de "Monstereophonic": ‘Heaven Sent Hell On Earth’ est un excellent moment, il oscille entre passages bien hard sur lesquels Mr Lordi s’arrache la voix et passages plus calmes. Proposer ce titre aura été une excellente idée. Le solo de batterie habituel enchaine, il n’y a rien de neuf dedans mais ça permet de souffler un peu.





La deuxième partie du concert s’engage sur les chapeaux de roue avec un tonitruant ‘Rock The Hell Outta You’ puis avec ‘Blood Red Sandman’. Mélodique et accrocheur, le titre est entrainant et fait un carton avec un nouveau joli travail au clavier. Ce dernier est à l’honneur avec un bon solo, digne d’une d’un film de la Hammer. Il joue sur l’horreur avec des vocalises semblant sorties d’un asile et une tête de cerf en décor. Cela amène vers un autre titre jamais joué : ‘She’s A Demon’ est issu de ‘Scare Force One’ et on ne peut que saluer l’excellente idée de Lordi de le proposer - c'est une pépite de hard rock mélodique. Il est aussi l’occasion d’un petit spectacle avec un solo de feu avec scie égoïne. Une nouveauté enchaîne, présenté par un Mr Lordi bavard ‘Naked In Me Cellar’ est un excellent moment. Il dispose d’un joli refrain et d’une mélodie parfaite avec clavier et basse mise en avant. Le spectacle sera d’ailleurs au rendez-vous avec le solo de basse, très funky il est l’occasion d’un combat avec une nonne. ‘Hug You Hardcore’ fait son effet ensuite avec un gros riff et un côté heavy bien en évidence.





Après l’interlude ‘SCG9 : The Documented Phenomenon’ qui voit le personnage de la pochette de "Sexorcism" faire son retour le groupe balance un excellent ‘Evilyn’ très émotionnel. Mr Lordi plaisante ensuite sur L‘Eurovision qui colle à la peau du groupe et lance ‘The Riff’ dans un ton hard mélodique typique. Le solo de guitare enchaine, l’exercice est classique mais reste efficace.  La dernière ligne droite est engagée et finir avec ‘Who’s Your Daddy ?’ est une excellente idée. Le titre reste un classique, délicieusement éructé. Le groupe se retire mais pour mieux revenir dans le même esprit théâtral et horrifique. Ce petit show nous amène vers ‘Devil Is A Loser’ qui est toujours enthousiasmant. Puis en final royal le groupe propose ‘Hard Rock Hallelujah’. La chanson gagnante de l’Eurovision 2006 est un incontournable et son refrain fédérateur fait son effet auprès du public. Lordi a balancé un sacré bon concert, à la fois professionnel et rock’n’roll sans prise de tête. Il demeure une valeur sûre en live et il fait passer une superbe soirée de fête rock.


Il nous reste à remercier Filip et l’Alcatraz pour leur accueil et leur travail au service de la musique.



Plus d'informations sur http://www.lordi.fi/
Main Image

Item 1 of 0
 
EN RELATION AVEC LORDI
DERNIERE ACTUALITE
LORDI : Nouvelle vidéo live
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant LORDI
 
DERNIER ARTICLE
Lordi est de retour à Courtrai pour nous présenter "Sexorcism" avec un nouveau show toujours aussi horrifique.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant LORDI
 
DERNIERE CHRONIQUE
Sexorcism (2018)
En s’enfonçant dans une provocation au goût douteux et en laissant son efficacité s’étioler sur quelques titres dispensables, le combo des monstres finlandais perd clairement en efficacité.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant LORDI

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019