MW / Accueil / Articles / Vader + Entombed A.D. + Guests - Chapelle lez Herlaimont -Le Cercle - 27 Octobre 2018

Vader + Entombed A.D. + Guests - Chapelle lez Herlaimont -Le Cercle - 27 Octobre 2018


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
DEATH METAL
Le death metal est à l'honneur au Cercle avec notamment deux grands noms de la scène européenne venus pour en découdre férocement.
NOISE - 12.11.2018
Nous sommes en Belgique au Cercle chez nos partenaires du Hellzine à Chapelle Lez Herlaimont pour assister à une étape de la tournée organisée autour de deux légendes du death metal européen.

Nous retrouvons avec Pestifer, une formation belge qui se joint en invité spécial. Il y a déjà du monde, la qualité de l’affiche a attiré les fans mais on se dit qu’il y aurait pu avoir un peu plus de gens. Pestifer œuvre depuis 2004 dans un techno death dans la lignée de Death, Obscura ou Suffocation. D’entrée avec ‘Witness Of The Loss’ il va faire parler la poudre. Extrait de ‘Reaching The Void’ le titre pose de belles bases. La technique est à la fois fluide et impressionnante de maitrise. Le son est parfait et au chant Jérôme se fait une belle place avec un timbre d’outre-tombe parfait.  Puis  une nouveauté est au programme avec ‘The Remedy’. Le titre,prometteur, permet de savourer cette technique parfaite et au détour d’un break fait apprécier la finesse de la guitare. ‘Silent Sphere’, autre nouveauté, puis ‘Contagious’ extraite du premier album sont tout aussi remarquables. La puissance de feu est énorme et montre une schizophrénie musicale pas si loin d’un Cephalic Carnage. Cet esprit sera aussi présent avec une autre nouveauté, achevée  dans la semaine précédant le concert. Ce côté barré évoque aussi Atheist et fait un joli carton auprès d’un public attentif. Enfin ‘Positronic Symphony’ achève en beauté une prestation de haute volée en étant tout aussi impressionnante. Pestifer a proposé une excellente prestation, il a fait son effet auprès du public et à présent on attend impatiemment nouvel album.


Avec  The Modern Age Slavery nous retrouvons une formation italienne qui a la lourde tâche d’ouvrir les hostilités sur la première partie de cette tournée européenne. Elle œuvre dans le death metal avecun esprit plus moderne et une facette core prononcée mais en restant puissante. D’entrée  le groupe ne fait pas de quartier dans cet esprit death moderne. Giovanni s’arrache la voix avec conviction et tout cela fonctionne auprès du public, car au-delà de la facette core le groupe dégage aussi et surtout une puissance de feu très efficace. Ceci est confirmé avec ‘The Sient Death Of Cain’ qui envoie du lourd avec d’excellents soli puis avec ‘Vile Mother Earth. Court et nerveux il frappe lourdement dans un esprit death metal redoutable d’efficacité. La suite du concert va être tout aussi réussie, le groupe ne relâchant que rarement la pression, juste parfois au détour d’un break plus mélodique. Par ailleurs avec notamment ‘Obedience’ il se montre d’une sacrée brutalité et prouve aux sceptiques que le deathcore est tout aussi redoutable de force que son glorieux ainé. The Modern Age Slavery a su charmer le public avec une prestation de haute volée. Les Italiens ont prouvé avec classe que leur présence sur cette affiche n’était pas usurpée.





La première légende de la soirée c’est Entombed A.D. Certains esprits chagrins diront que ce n’est pas tout à fait Entombed en l’absence d’Alex Hellid depuis la séparation de 2014. Mais cette formation avec L.G. Petrov, le chanteur historique du groupe, est tout à fait pertinente. Elle a proposé deux bons albums taillés dans le meilleur de ce death groovy suédois dans la lignée de Grave et Dismember. Les fans sont au rendez-vous et les premiers rangs sont bien remplis. Après une intro classique mais parfaite pour faire monter l’ambiance, un premier extrait du dernier album en date "Dead Dawn" est balancé. ‘Midas In Reverse’ prouve que le groupe a retrouvé la formule magique des débuts d’Entombed. Le son est énorme, Petrov est en pleine forme, il harangue le public et sa voix caverneuse est toujours parfaite. Après cette claque le groupe va rechercher un premier classique du passé avec ‘Stranger Aeons’. On ne peut qu’apprécier sa force et ce petit côté gras typique. Derrière ‘Second To None’ ravit le public, ce titre récent extrait de l’album "Back To The Front" est une autre claque convaincante.



Ce parfait début ravit un public calme, comme sonné par la puissance de feu déployée. Le groupe prend ensuite son temps pour balancer ‘Eyemaster’ avec un peu de réverbération  mais c’est pour mieux donner la fessée. Le rythme est énorme et cela donne envie de secouer la tête furieusement. Après avoir chauffé le public Petrov lance un autre titre récent avec ‘Dead Dawn’ qui achève de convaincre de la force du répertoire d’Entombed A.D. La suite va remettre à l’honneur la riche carrière d’Entombed avec trois classiques. ‘Living Dead’ est une claque, le chant de Petrov est d’une puissance monstrueuse tout comme les riffs taillés dans le meilleur de ce son légendaire. ‘Out Of Hand’ puis ‘Revel In Flesh’ sont tout aussi efficaces avec ce même groove rock’n’roll qui déménage. Petrov apprécie l’accueil et lève sa bière à la santé du public pour un joli moment de communion. Ensuite le groupe nous propose son nouveau single, ‘Fit For A King’. Il est une pure baffe qui promet le meilleur pour l’album à venir. Le trio final va être royal. Il y a d’abord ‘Wolverine Blues’, plus heavy et toujours bien groovy ce titre lancinant rencontre un succès certain. Puis le classique des classiques, 'Left Hand Path’ reçoit un accueil énorme, il est un énorme moment death metal. Enfin ‘Supposed To Rot’ achève les hostilités en beauté, cet autre extrait du référentiel premier album d’Entombed étant toujours délicieux à savourer. Entombed A.D. a collé la raclée avec une force de frappe exceptionnelle, cette mouture du groupe a la classe et a ravit son monde de belle manière.


La Pologne est ensuite à l’honneur avec la très attendue tête d’affiche. Vader c’est 35 ans au service d’un death sans compromissions. Le groupe ne cesse de tourner. En début d’année il remettait à l’honneur son premier album, ‘The Ultimate Incantation’ et il est lancé à présent dans une tournée anniversaire. La bande de Piot Wiwczarek est attendue et chacun espère prendre une leçon. Pour cette tournée Vader prend plaisir à faire tourner les titres et revisite sa carrière. La tempête va s’annoncer avec une introduction dans la pénombre donnant une impression de fin du monde. Ce sentiment est assez bon pour mesurer l’ampleur de la claque donnée par  l’enchainement entre ‘Dark Age’ et ‘Vicious Circle’.  Le son est énorme tout comme le rythme et derrière son pied de micro toujours aussi impressionnant Piot donne la mesure avec férocité. Intense, méchant et féroce, ce début assomme l’auditoire sonné par cet océan de brutalité taillé dans le meilleur d’un pur death metal. Au milieu de la fureur Piot adresse un welcome à la foule et montre un charisme certain et une grande fierté d’être fidèle au poste après tant d’années.



Vader
tient le public à la gorge et ne va pas le lâcher. Il confirme ce début boulet de canon avec un ‘Sothis’ qui laissent pantois par sa rage. Cela ne va pas se calmer avec un ‘Silent Empire’ qui tabasse, Vader n’a aucune pitié et cela pour notre plus grand plaisir. Il n’est pas là pour s’amuser et le prouve avec force. Avec ‘Black To Blind’ il revient sur l’excellent album du même nom. Ce classique est un autre énorme moment de death metal, avec une violence maitrisée jouissive et montre une maitrise totale de la part de musiciens déchainés. Niveau baffe ‘Testimony’ issue du premier album en est une belle, ce titre restant plus de 25 ans après sa création un monument d’une force gigantesque. Piot semble satisfait de cet accueil royal et annonce un ‘Kingdom’ issu de l’EP du même nom avec majesté. Ce titre plus accrocheur est néanmoins puissant, doté d’un refrain dévastateur. Le public commence à bouger avec quelques slams. Après une introduction douce et inquiétante la folie est de retour avec ‘Fractal Light’. Derrière l’enchainement entre ‘Carnal’ et ‘Wings’ est tout aussi intense dans un esprit death metal pur et dur tout droit tiré de la fin des années 80.


La dernière ligne droite approche et Vader ne va pas relâcher la pression, il appuie sur l’accélérateur avec des titres plus récents et confirmant qu’à chaque époque il a su produire des pépites brutales. Il y a d’abord ‘Epitath’, tiré de "Revelations" de 2002 qui est un moment de bravoure qui chauffe les premiers rangs. Autres bijoux taillés dans une pureté death metal ‘Never Say My Name’ puis ‘Dark Transmission’ ne font pas de quartier et nous rappellent la force de "Necropolis" et "The Beast". ‘Prayer To The God Of War’ revient sur "The Empire" sorti en 2016 et est un autre sacré moment de death porté par un Piot inusable affichant une forme insolente. Après un dernier speach le concert va s’achever avec deux autres monstres des années 2000. ‘Triumph Of Death’ sort de "Tibi Et igni" et porte bien son nom tant il est une claque d’une sacrée intensité. Cela s’achever en beauté avec un classique issu de "Impressions In Blood", ‘Helleluyah !!! (God Is Dead)’, délicieusement blasphématoire. Mais ce n’est pas fini, nous avons la chance d’avoir un ultime titre en rappel. ‘Sword Of The Witcher’ arrive sous les vivats ; pas si fréquent en concert il confirme la volonté de Vader de retracer sa carrière de la meilleure des manières. Le retrouver est une bonne idée car il est un énorme moment de force brute. Les lumières se rallument, la traditionnelle ‘Marche Impériale’ retentit et chacun reprend ses esprits après cette claque monstrueuse. Vader a fait parler la poudre et a montré avec une classe énorme la force de son répertoire. En matière de death metal il reste clairement un des patrons du genre loin, devant la concurrence.


Il nous reste à remercier une fois de plus les équipes du Hellzine, Bart et Snorry notamment, pour leur accueil mais aussi et surtout pour leur passion au service de la cause métallique.



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/vader/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 15342
  • 15343
  • 15344
  • 15345
  • 15346
  • 15347
  • 15348
  • 15349
  • 15350
  • 15351
  • 15352
  • 15353
  • 15354
EN RELATION AVEC VADER
DERNIERE ACTUALITE
VADER: Les détails sur le nouvel EP
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant VADER
 
DERNIER ARTICLE
Le death metal est à l'honneur au Cercle avec notamment deux grands noms de la scène européenne venus pour en découdre férocement.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant VADER
 
DERNIERE CHRONIQUE
Thy Messenger (2019)
“Thy Messenger” est un album sans surprise, ni bon, ni mauvais. Vader semble dorénavant tourner en rond.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant VADER

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019