MW / Accueil / Articles / EVERGREY (23 NOVEMBRE 2018)

EVERGREY (23 NOVEMBRE 2018)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL PROGRESSIF
En promo pour la sortie de "The Atlantic", Tom E. Englund et Jonas Ekdahl reviennent pour vous sur 20 ans d'une carrière exceptionnelle dans une entrevue bonne humeur.
PROGRACER - 11.01.2019
"The Atlantic" est un album majeur dans la discographie d'un groupe qui fête ses 20 ans ! Il sera question bien entendu de ce troisième album qui clôt (?) la trilogie ouverte avec "Hymns for the Broken" mais nous en profiterons pour un large tour d'horizon de la riche carrière d'Evergrey qui tel le Phoenix a su renaître de ses cendres pour revenir plus fort que jamais et nous proposer des albums XXL et ce n'est pas prêt d'être fini...





Jonas, où en est ton projet de devenir catcheur ?


Jonas Ekdahl : N'allons pas par là (rires). Ça aurait pu être amusant, au moins pour un combat. En fait je voulais débuter et nous avons parlé avec un ami batteur, Markus, qui a déjà fait du catch avant. Il m'a dit "bien sûr que tu devrais te lancer". Et puis il commencé à me parler des accidents des blessures de tous ces amateurs qui s'y sont essayé et qui ont vu leur carrière brisée pour s'être brisé le cou et ... non ! Mais il y a toujours une petite voix qui me dit ... tu devrais y aller. Un jour peut-être ...


L'info selon laquelle tu aurais contacté Chris Jericho pour intégrer Fozzy comme batteur pour pouvoir te lancer dans le catch n'est donc qu'une fausse rumeur alors ?

Jonas : Non, pas du tout. Qui a dit ça ? Je ne l'ai même jamais lu, mais c'est amusant.


Nous célébrons le fait d'être toujours capables de faire vivre notre musique aujourd'hui encore après toutes ces années


Tom, dans notre précédente interview tu me disais que vous envisagiez de célébrer le 20ème anniversaire de la sortie du premier album de Evergrey (Ndlr. "Solitude Dominance Tragedy" sorti en 2000), mais avec The Atlantic vous avez un an d'avance. Quel est le plan ?

Jonas : Il n'y en a pas. Avec le temps, nous célébrons le fait d'être toujours capables de faire vivre notre musique aujourd'hui encore après toutes ces années.





Quand nous nous sommes vus, nous ne savions pas que "Hymn For The Broken" était le début d'une trilogie. Était-ce une volonté de garder cela secret ?

Tom Englund  : Non, pas vraiment. Car le projet à évolué au fil du temps. Après l'écriture de quelques titres nous avions envie de faire ce grand projet, mais nous n'étions pas certains d'être capables de le mener à bien. Nous avons donc préféré ne rien dire au début et voir comment les choses évolueraient. Ce n'est peut-être même pas fini ... (Rires)


Vous ne vouliez donc pas décevoir vos fans.

Tom : Tout à fait. Et ne pas nous décevoir nous mêmes. 


Je sais que vous n'aimez pas les étiquettes mais les fans de progressif adorent tout savoir sur leurs groupes préférés.

Jonas : On n’est pas obligé de tout dire tout le temps. Une part de mystère parfois peut aussi servir la musique.


D'autant qu'en ne révélant cette trilogie qu'au dernier volet, vous incitez les fans à se replonger dans les précédents albums.

Tom : Je n'avais pas vu cela sous cet angle, mais c'est une bonne astuce, merci





"The Atlantic" est certainement le plus sombre et heavy des trois volets. Est-ce du à votre évolution personnelle qui fait qu'en viellissant un peu, le groupe se durcit ?

Tom : Non, je pense qu'avec le temps, nous sommes mieux équipés pour affronter les épreuves les plus dures de la vie. Avec le temps, vous avez aussi de meilleures stratégies pour prendre soin de vous. Les problèmes ne sont pas moindres mais vous êtes mieux préparés à y faire face. Cette trilogie traite des doutes et des relations difficiles entre les êtres.


Vos vies ont-elles influencé ce type de contenu ?

Tom : Bien sûr. Tout ce que vivons trouve un écho  dans ce que nous écrivons. Ça a toujours été comme ça. Nous sommes de très bons amis et nous avons grandi ensemble. Jonas est dans le groupe depuis, quoi ... 

Jonas : 14 ans. Même si j'ai fait un break, nous avons toujours été en contact.

Tom : Et nous sommes toujours restés amis. 

Jonas : Je connais Tom, Henrik et Rick depuis que j'ai 17 ans. 


Nous sommes vraiment reconnaissants envers nos fans de nous permettre de continuer à composer et produire notre musique


Vous sentez-vous comme le Phœnix de l'artwork, qui renait et continue d'exister après 20 ans alors que nombre d'autres groupes ont splitté ?

Tom : Non, nous sommes juste heureux et reconnaissants de pouvoir écrire et jouer une musique toujours contemporaine, qui signifie quelque chose sans être dépassée ou fatiguée. Et nous sommes fiers que les gens achètent notre musique et fassent que nous puissions écrire et produire la musique telle que nous le voulons. Evergrey n'est pas le plus grand groupe du monde mais un projet comme le nôtre coûte beaucoup d'argent à réaliser et nous sommes vraiment reconnaissants envers nos fans de nous permettre de continuer à le faire. Sinon, nous ferions de la musique avec un portable et je ne pense pas que les gens dépenseraient de l'argent pour cela. 

Jonas : Ils le feraient peut-être quand même.

Tom : On essayera peut-être sur le prochain album alors !

Jonas : Un iPhone-concept-album !!  (rires)





Après cette trilogie, avez-vous d'autres projets pour le futur ?

Tom : Peut-être n'est-ce pas qu'une trilogie ... Vous avez vu Star Wars ? Et si le prochain album était l'épisode 1 ? (Rires)


Des titres comme 'The Silent Arc' ou 'Weightless' comptent parmi les plus thrash de la carrière du groupe et ceux de 'A Secret Atlantis' sont proches du black metal. Est-ce toujours Jonas qui les a composés comme sur le précédent album ?

Jonas : J'avais composé une grande partie des riffs de "The Storm Within".

Tom :  Jonas et moi composons la majeure partie des morceaux mais les autres membres du groupes arrivent et apportent énormément au processus de composition. Henrik par exemple a créé le riff de 'All I Have' et Rick a écrit une partie et dit "Voilà ce que j'ai" et ça devient une chanson. Jonas et moi prenons ça, le produisons et en faisons des morceaux. Tout le monde y met ses ingrédients.

Jonas : Pour les riffs, ça vient comme ça et la base du morceau est née. Particulièrement pour Tom et moi, qui avons créé différents types de musique dans notre vie, et quand il s'agit de composer pour Evergrey, tout concorde à devenir heavy. Nous n'avons pas peur d'aller dans cette direction et nous poussons cela à l'extrême. Il y a même de très nombreux riffs que nous avons écrits mais sans les mettre dans l'album. 


97% de ce que nous écrivons est toujours nouveau


Vous avez du matos pour un prochain album alors ?

Jonas : Pas forcément, car ceux-là ne correspondront peut-être pas au prochain album. 

Tom : Et habituellement, 97% de ce que nous écrivons est toujours nouveau. Nous ne puisons pas dans les rushes des précédentes créations car s'ils ne nous ont pas suffisamment convaincu pour y figurer, il y a peu de chances qu'ils conviennent pour le suivant. Un bon exemple pour résumer, le riff du premier titre est de Jonas, celui du second est de moi et celui du troisième est de Henrik. Quant à Johan, il ne compose pas de musique mais il a ce fantastique savoir dans la théorie musicale et il arrondit les angles et nous fait nous sentir mieux dans ce que nous faisons. C'est ce mix qui fait Evergrey.





"The Atlantic" présente des phases très brutales avec des riffs effrénés et des rythmiques très saccadés. D'où vient cette évolution ?

Tom : Chaque mesure, chaque concept de ce que nous écrivons est un marqueur de ce que nous sommes dans la vie. Cette trilogie est, jusque là, parle d'une transition entre être une personne et le chemin pour devenir quelqu'un d'autre.


Et vous pensez être à un point de fermer un chapitre et prêts à en ouvrir un nouveau ?

Tom : Je ne dirais pas "fermer" car cela signifie qu'il n'est plus. Fermer un livre signifie "je l'ai lu". Je vois plus ça comme une continuité et une évolution que comme une fin. Ça pourrait être la fin d'une relation avec une femme par exemple mais pas la fin de l'être en tant que personne. 


La production de l'album est énorme, elle nous a bluffé par sa puissance. Aviez-vous en tête quelque chose d'aussi puissant lors de l'écriture ?

Jonas : Oui. Quand Jacob Hansen a mixé "Hymn For The Broken" nous savions qu'il serait celui qu'il nous fallait pour les trois albums. 


Diriez-vous que vous avez trouvé la parfaite alchimie de son pour vous dire "c'est comme ça que Evergrey doit sonner" ?

Jonas : Oui, tout à fait et nous en avons tenu compte dès l'écriture depuis "The Storm Within" puisque nous savions que Jacob serait aux manettes à nouveau. Cela a permis de repousser les limites car Jacob peut tout magnifier, nous ne nous sommes donc fixé aucune limite technique. Et le résultat est magnifique.

Tom : Nous considérons que Jacob est pratiquement un membre de Evergrey puisqu'il est pour beaucoup dans le son du groupe, une part de notre ADN.


Tout ce que nous faisons en dehors de Evergrey affecte le son de Evergrey et l'enrichit





Ça veut dire que pour le prochain album, ou le quatrième volet de cette non-trilogie, il sera au mixage également ?

Tom : Absolument. Sauf si nous décidons de faire de la musique folklorique turque, nous prendrons alors certainement un autre gars. (Rires)


Avec ce nouvel album impressionnant, diriez-vous que l'inspiration de Evergrey est sans limite ?

Tom : C'est vous qui le dites, mais on dirait bien (Rires). Il est bien rare que l'on s'auto congratule sur le travail réalisé. On ne regarde pas en arrière en se disant qu'on a bien bossé au risque da nous reposer artificiellement sur nos lauriers. Nous préférons nous replonger dans l'écriture pour composer à nouveau et trouver de nouvelles idées.


Est-ce également la raison pour laquelle tu multiplies les collaborations, avec DGM, Oceans Of Slumber, Redemption, etc ... par peur du vide ?

Tom : Non, je fais tout ça parc que j'aime ça. Et tous ceux que tu as mentionnés sont mes amis. Tous. Et c'est pour moi un moyen de payer en retour tous les fans qui achètent mes albums et qui apprécient ce que je fais. Et cela me permet de puiser de nouvelles influences et de devenir un meilleur musicien.


S’asseoir ensemble pour composer pour Evergrey ou entrer en pré-production est comme une renaissance


Jonas : Tout ce que nous faisons en dehors de Evergrey affecte le son de Evergrey et l'enrichit. Cela entretien notre appétit de composition quand nous travaillons sur un nouvel album. Nous pouvons extérioriser beaucoup de choses et nous recentrer ensuite sur exactement ce que nous avons à faire dans Evergrey. C'est très enrichissant et motivant à la fois.

Tom : Tout à fait. Nous avons tant de musique à l'intérieur de nous qu'il devient facile de projeter diverses influences à l'extérieur pour mieux nous concentrer et n'écrire pour Evergrey que du Evergrey.

Jonas : Du coup, s'asseoir ensemble pour composer pour Evergrey ou entrer en pré-production est comme une renaissance, et l'on se dit"Pu*** c'est tellement bon". C'est surement la raison pour laquelle nos compositions sont assez longues, car on n’en a jamais assez.





Parmi tous ces projets, il y a Redemption dans lequel tu es maintenant à part entière Tom, comment penses-tu pouvoir gérer les deux en même temps cette année ?

Tom : Nick (Ndlr. Van Dyk) est le président d'une grosse compagnie de cinéma aux États-Unis et il est très occupé. Nous allons tout de même faire plusieurs festivals cet été en Europe et une tournée en automne ...


En France ?

Tom : Je ne sais pas encore, désolé. Mais j'espère. Mais les agendas sont très compliqués à organiser. Nous verrons.


Tu as remplacé Ray Alder, ne craignais-tu pas ...

Tom : Non, c'est un ami ! ...


Non pas de le remplacer, mais de dénaturer le son Redemption en le faisant trop ressembler à Evergrey avec ton timbre si reconnaissable ?

Tom : Tu as raison, c'est pour ça qu'il était important que ce ne soit pas moi qui écrive les lignes vocales. C'est Nick qui écrit quasiment tout et qui reste le garant de l'identité de Redemtion. Et je crois que ça fonctionne plutôt bien non ? Nous avons fait ce DVD à Atlanta et Ray est venu chanter un titre avec nous et tout ce passe très bien.


"The Atlantic" est peut-être l'album le plus progressif - désolé pour l'étiquette - de Evergrey depuis longtemps, diriez-vous que Evergrey est un groupe de metal prog ou ...

Tom : Nous avons toujours été un groupe de metal progressif. Depuis toujours, les gens nous ont comparé à Dream Theater et il étaient et sont toujours un énorme groupe pour moi. Et je suis très ami avec James (Ndlr. LaBrie). Je veux dire, en effet, l'étiquette n'est pas importante pour nous mais elle l'est pour beaucoup de gens et nous le comprenons et nous l'acceptons malgré tout.





Qu'attendez-vous de la sortie de cet album ? N'est-il pas temps de faire une grande tournée en tête d'affiche, surtout l'année de vos 20 ans ?

Tom : Nos 20 ans c'est en 2018, la tournée aura lieu en 2019, le timing n'est pas génial. Mais la tournée prévue avec Kamelott  est un super projet. Ensuite nous tournerons pendant encore cinq semaines sans eux principalement pour la promo de cet album plus que tout autre chose, donc nous verrons comment il sera accueilli.


Eh bien nous espérons vous voir rapidement en France avec Evergrey et Redemption.

Jonas : Merci à vous.

Tom : Merci




Plus d'informations sur http://www.evergrey.net
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 15876
  • 15877
  • 15878
  • 15879
  • 15880
  • 15881
  • 15882
  • 15883
  • 15884
  • 15885
  • 15886
  • 15887
  • 15888
  • 15889
EN RELATION AVEC EVERGREY
DERNIERE ACTUALITE
EVERGREY : Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant EVERGREY
 
DERNIER ARTICLE
En promo pour la sortie de "The Atlantic", Tom E. Englund et Jonas Ekdahl reviennent pour vous sur 20 ans d'une carrière exceptionnelle dans une entrevue bonne humeur.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant EVERGREY
 
DERNIERE CHRONIQUE
The Atlantic (2019)
Un album comme on n’en écoute qu’une poignée par décennie.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant EVERGREY

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019