MW / Accueil / Articles / HEY LIFE (07 DECEMBRE 2018)

HEY LIFE (07 DECEMBRE 2018)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
ROCK INDÉ
Music Waves a pris rendez vous en ce mois de décembre avec le groupe Hey Life pour la sortie de l'EP "Masquerade"
CALGEPO - 20.12.2018
Hey Life tombe le masque à l'occasion de la sortie de "Masquerade" où la rencontre du rock avec quelques touches funky est terriblement groovy.


On a pour coutume de commencer nos interviews en demandant quelle est la question qu’on vous a trop posée, quelle est cette question ?

Ce qu’on nous demande souvent, c’est ce que le nom du groupe évoque selon nous !





Heylife, votre nom est-il une interpellation à la vie ?


Nous y voilà ! Disons que oui, on voulait un nom simple à retenir avec une connotation positive et réjouissante.


Si cette question était posé à chaque membre du groupe séparément, les réponses seraient différentes



Votre pochette intrigue avec cette femme qui ouvre la bouche et de laquelle sort de la poussière ou du vent. Avec le titre « Masquerade », est-ce une symbolique sur le fait de beaucoup parler et brasser de l’air ?


On ne voulait pas jouer la facilité et mettre une photo du groupe en artwork pour notre premier EP. Si cette question était posé à chaque membre du groupe séparément, les réponses seraient différentes. Le truc cool avec ce genre d’artwork c’est que chacun peut en faire sa propre interprétation ! Par exemple, pour Julien le chanteur, c’est parce que cette image reflète bien l’apparence du masque avec cet écran de fumée qui cache l’expression de la femme et semble empêcher la lumière d'accéder à son vrai visage.





Pourtant, à son souffle, le ciel bleu apparait, est-ce trompeur ?


Il y a en effet une vrai dimension de tromperie. L’écran de fumée agit comme un masque qui sépare la personne de la réalité (le ciel bleu).


La sortie d’un EP semble être devenu la norme pour les jeunes groupes pour se faire connaître, est-ce que l’EP est devenu un passage obligé, un laboratoire dans lequel vous tentez des expériences afin de trouver votre style pour ensuite franchir le pas d’un album ?


Disons que c’est l’occasion de se tester. Un EP c’est comme un premier essai. Cela permet d’avoir les premières réactions des auditeurs, de commencer à pouvoir défendre notre univers et de nous tester. On voit aujourd’hui de plus en plus d’artistes confirmés qui sortent des EPs, car le mode de consommation de la musique a changé. Les gens semblent vouloir consommer de plus petits formats sur de plus petites durées : on s’adapte donc au format en sélectionnant les chansons les plus efficaces.


On aime l’idée de mêler des riffs assez lourds à des basses funky, et le cocktail à l’air de plutôt bien fonctionner de ce qu’on a pu retenir de nos récents concerts.



Il semblerait que les lignes de basse soient le point de départ et la ligne directrice de chaque chanson, est-ce bien cela (‘Love Riddle’ ou ‘Here’s The Thing About Lilith’) ?


Il n’y a pas de vraie recette de composition pour Hey Life, on peut aussi bien partir d’une ligne de basse que d’un mémo vocal de Flo (le guitariste) qui chante une partie de guitare enregistrée dans les toilettes du boulot. La basse est importante car l’idée du groupe est de toujours garder cet esprit groovy. On aime l’idée de mêler des riffs assez lourds à des basses funky, et le cocktail à l’air de plutôt bien fonctionner de ce qu’on a pu retenir de nos récents concerts.


Est-ce votre style un peu funky rock qui veut ça ?


Carrément ! Le mélange de ces styles est un point qui nous est cher.



Vous intégrez quelques éléments djent dans vos titres (‘Weird Day’), le fait d’ajouter quelques passages un peu plus bruts est totalement conscient ?


Au sein du groupe, et même pour une seule et même personne, nos influences de genres sont nombreuses. Ajouter du brutal est totalement conscient car on écoute aussi beaucoup de metalcore (et ses dérivés). En France, on a un peu l’impression qu’entre le groupe de metal et le groupe de pop, il y a une place à se faire. On prend donc plaisir à mélanger les genres pour apporter de la nouveauté entre ces deux mondes.


Vous tourner vers des musiques plus extrêmes est une direction que vous pourriez adopter par la suite ?

On ne fait jamais de plan en se disant “la prochaine sera dans tel ou tel style”. Tout est fait de manière plutôt instinctive, donc si à un moment l’envie nous vient de composer des morceaux plus extrêmes, c’est une direction que l’on pourra tout à fait envisager.


Le heavy dont on s’inspire est plus celui de la scène alternative anglaise.



Justement, à propos d’Extreme, le groupe a toujours essayé d’insuffler à son heavy une touche funk, est-ce que ce groupe vous parle, et au-delà, quels sont les groupes qui ont nourri votre culture musicale ?

On ne connait que très peu Extreme, mais le heavy dont on s’inspire est plus celui de la scène alternative anglaise. Des groupes tels que Bring Me The Horizon, Don Broco ou encore You Me At Six font partie de nos principales influences. Cependant, on aime aussi piocher des sonorités dans d’autres genres, comme dans les mouvances synth-pop et funk des années 80/90.


Il y a un côté très organique dans votre EP avec un son très moderne, c’est quelque chose que vous souhaitez conserver ?

Tout à fait, toujours dans cet esprit de mélange le côté organique est important. On est très attaché à certains sons authentiques de guitares, batteries, etc. mais on aime les compléter avec des éléments plus “actuels” : des lignes chants très pop, aériennes et des prods synthétiques.






Malgré votre relative jeunesse, cet EP possède déjà une belle cohérence, est-ce le fruit d’un travail collectif de composition ?


En effet, on part en général d’une idée de base proposée par un des membres du groupe pour étoffer ensuite l’ensemble. Chaque membre participe et peut revenir sur un aspect ou un autre de la composition.


Votre thématique semble faire le constat que nous portons tous des masques et que nous cachons nos émotions, c’est votre vision de la société que vous souhaitez partager ?

Vivre en société implique forcément de cacher une partie de ses émotions. Pour certaines personnes, cette dissimulation est plus exacerbée que pour d’autres.


Nous sommes dans une société qui accorde plus d’importance à l’image qu’au fond, sommes-nous condamnés à jouer un rôle dans le monde actuel ?


A une certaine échelle, on est tous obligés à un moment ou un autre de jouer un rôle. Mais cela n’a pas forcément à avoir une connotation négative !


['Here's The Think About Lilith'] décrit ce stéréotype de la personne superficielle qui cache ses défauts derrière son apparence pour arriver à ses fins.



Justement à propos d’image, la promotion exige aujourd’hui la diffusion de clip que vous avez tourné d’ailleurs (‘Here’s The Thing About Lilith) dans lequel une femme attire tous les regards s’inspire d’une Nuit en Enfer. De quels moyens avez-vous disposé et quel est le message dans ce clip : la femme domine le monde ?


C’est drôle parce qu’on est plusieurs à aimer ce film mais on n’y a pas pensé malgré les similarités évidentes ! On a travaillé avec notre ami et réalisateur Mathieu Spadaro et son équipe pour la réal’ du clip. C’était la première fois que l’on tournait de nuit et sur un timing si serré, c’était une belle expérience.  La chanson et son clip délivrent plus une description qu’un message. Elle décrit ce stéréotype de la personne superficielle qui cache ses défauts derrière son apparence pour arriver à ses fins.


Le studio c’est bien, mais le live c’est mieux, avez-vous quelques concerts prévus ?


Après une année plutôt riche en concerts en région parisienne et province, on est en train de préparer le terrain pour revenir sur scène en 2019.





Que préférez-vous, la création et l’écriture ou bien faire vivre sur scène vos morceaux ?

C’est dur de choisir… La phase d’écriture est vraiment cool car c’est là qu’on peut se faire plaisir et laisser libre cours à la créativité. En revanche, être sur scène et partager avec le public, c’est la partie gratifiante où on a l’occasion de se défouler et de vivre des émotions intenses !


Vous avez un peu d’expérience, quel est le meilleur souvenir de votre jeune carrière ?


Le samedi 8 décembre, on a célébré la sortie de “Masquerade” au Bus Palladium à Paris, et on est tous les cinq d’accord pour dire que c’était une soirée de ouf. Ce soir là, le public ne cessait de sauter et de chanter en chœur les refrains de nos morceaux, c'était dingue !


Dans 10 ans, lorsque vous remplirez le Zénith voire l'Accor Hotel Arena, lorsqu’on vous dira vous pouvez choisir le groupe qui fera votre première partie, quel serait ce groupe ?


Difficile de savoir quel groupe il y aura dans 10 ans mais si on a l’occasion de jouer dans ces salles-là, je pense qu’on choisira un groupe qui en veut, qui fait du bon son et qui bosse dur pour les aider comme on aimerait tous être aidés !


Qu’attendez-vous de cet EP ?


On espère que cet EP nous permettra de jouer sur de belles scènes, que les gens vont de plus en plus s’attacher à notre musique. On espère aussi qu’il va nous ouvrir quelques portes et pourquoi pas attirer l’attention de potentiels labels ou bookers.


Travaillez-vous déjà à un nouveau projet ?


L’EP est sorti, on va faire ce qu’il faut pour le promouvoir et le faire vivre sur scène, mais on prépare bien entendu la suite en parallèle.


On a commencé l’interview par la question qu’on vous a trop posée, à l’inverse quelle est la question à laquelle vous auriez aimé répondre ?

On aurait aimé répondre à la question “On a commencé l’interview par la question qu’on vous a trop posée, à l’inverse quelle est la question à laquelle vous auriez aimé répondre ?”.
Nous voilà donc comblés !


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/heylifeofficial/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 15749
  • 15750
  • 15751
EN RELATION AVEC HEY LIFE
DERNIERE ACTUALITE
HEY LIFE : Nouvel EP en décembre
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant HEY LIFE
 
DERNIER ARTICLE
Music Waves a pris rendez vous en ce mois de décembre avec le groupe Hey Life pour la sortie de l'EP "Masquerade"

Lire l'article
Voir tous les articles concernant HEY LIFE
 
DERNIERE CHRONIQUE
Masquerade (2018)
"Masquerade" est un EP mené tambour battant, mêlant heavy et funk dans une atmosphère redoutablement groovy.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant HEY LIFE

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019