MW / Accueil / Articles / Operation Mindcrime + Guests - Hautrage Canal 10 - 09 Décembre 2018.

Operation Mindcrime + Guests - Hautrage Canal 10 - 09 Décembre 2018.


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
METAL PROGRESSIF
Music Waves est en Belgique pour une soirée en compagnie de Geoff Tate et du légendaire album "Operation Mindcrime".
NOISE - 02.01.2019
En ce dimanche 9 décembre nous sommes en Belgique pour une soirée exceptionnelle avec Geoff Tate et son groupe. Initialement prévu au Cercle de Chapelle Lez Herlaimont, le concert a été déplacé au Canal 10 de Hautrage suite à des soucis avec la mairie de la ville. La salle de Hautrage est bien plus petite et cela va donner à cette soirée des allures de concert privé organisé pour une poignée de fans. Avant la tête d’affiche trois groupes sont programmés. On retrouve Max Pie qui est à l’origine de la date grâce à Tony qui organise la soirée, nous rappelant la belle époque du P.P.M.F. de Mons.




Ce sont les Néerlandais de Powerized qui ouvrent la soirée. Le club est déjà correctement rempli et on peut savourer la proximité avec les musiciens, quelques centimètres les séparant du public. Le groupe a vu le jour à Breda en 2012 et œuvre dans un métal progressif et symphonique proche de Rhapsody et Avantasia. Il dispose d’une demi-heure et va parfaitement la mettre à profit auprès d’un public d’abord curieux puis sous le charme. Il faut dire que Nick a un charisme certain, il sait aller chercher le public et prend un plaisir certain à discuter et faire découvrir son groupe et sa musique. Les titres sont longs et seuls quatre sont proposés. C'est culotté mais va payer franchement. D’entrée avec ‘Where Worlds Meet The Eye’ est proposé un joli moment de metal symphonique et progressif. Le chant haut perché de Nick évoque celui d’un Tobias Sammet et le travail sur les ambiances est une réussite avec une alternance entre calme et furie. Puis‘Ire Of The Monster’ ravit le public. Plus court et direct, il est un parfait concentré de speed mélodique servi par un excellent refrain, le tout faisant taper du pied en rythme. Nick fait participer le public en lui faisant chanter le mot Evil et évoque avec fierté une future tournée japonaise. Le concert s’achève avec le single ‘For The Fallen’. Sur 10 minutes il achève de convaincre tout le monde avec encore une belle variété d’ambiances, une mélodicité parfaite et des soli de grande qualité, rapides et accrocheurs. Powerized est un groupe frais et sympathique. Il a proposé une prestation réjouissante et on lui souhaite de grimper les échelons de la notoriété car il dispose d’un gros potentiel.




Max Pie
est un habitué de nos pages et c’est toujours un plaisir de voir Tony et sa bande. Il continue de travailler d’arrache-pied sur son nouvel album et fait une petite pause pour ces concerts. Il va d’ailleurs axer son set sur ces nouvelles compositions et encore une fois ravir ses fans avec un metal progressif racé, à la fois technique et mélodique à la croisée de Symphony X et Vanden Plas. En ouverture ‘A Thousand& Lies’ est toujours aussi savoureux, Tony est en grande forme et pousse sa voix de belle manière. A ses côtés à la guitare Thibault ravit les amateurs de technique. Chacun admire le côté fluide et cette facilité qu’il dégage, tout en concentration et en décontraction. Le succès est immédiat et derrière ‘Ariadene’s Thread’ envoie du bois avec un aspect métallique renforcé, puis ‘Only The Silence Remains’ fait son effet avec une facette progressive en avant et un côté à fleur de peau plus posé très agréable. Avec ‘Grains Of Sand’ le groupe retrouve un côté technique pas si loin d’un Dream Theater pour le plus grand bonheur des amateurs. Le refrain est parfait chanté par un Tony souriant qui communique bien avec un public d’amis. Plus sombre, ‘Breath Of The World’ montre une facette intéressante. Fort en émotion brute il dispose d’un refrain idéalement amené et encore une fois Thibaut scotche son monde avec un solo ébouriffant. La fin de concert approche et les musiciens ne relâchent pas la pression. ‘Lucy’ est joué pour la deuxième fois seulement et fait son effet avec un ton purement metal prog et un refrain de grande qualité. Enfin ‘Drawing The Future’ achève en beauté cette prestation avec toujours cette virtuosité servie par des musiciens au top de leur forme. Max Pie est une valeur sure en matière de metal progressif qui sait mettre la technique au service de la mélodie. Son futur album est attendu avec impatience et on souhaite au groupe de rencontrer le  succès qu’il mérite.






Avant le plat principal il reste un hors d’œuvre avec Till Death Do Us Apart. Ce nom est assez inconnu mais pas sa chanteuse qui n’est autre qu'Emily Tate, la fille de Geoff Tate. Comme pas mal de ses collègues il met en avant sa fille qui a fondé sa formation en 2016. Certains se souviendront qu’elle avait chanté déjà en duo avec lui en 2010 sur un titre d’"American Soldier". Musicalement l’univers du groupe est lointain du ton de la soirée. La formation évolue dans un rock teinté de metal et de wave avec des aspects néo. Le tout est porté par la voix à fleur de peau d’Emily qui aime monter dans des tons hauts perchés. L’ensemble sonne comme une rencontre entre Depeche Mode, Lacuna Coil et Bring Me The Horizon, dans l’air du temps calibré pour les radios US. Cela étant il n’y a rien de désagréable si on se laisse prendre au jeu, Emily Tate a un look de baby doll gothique et folle et elle sait tenir une scène. Le groupe part d’abord dans des tons heavy avec un gros riff proposé par Kieran Robertson et bien contrebalancé par le chant angélique d’Emily. Dès le titre suivant le côté wave ressort pour un résultat sympathique. Avec ‘Watch Me Burn’ est balancé un titre teinté de néo qui dispose d’un potentiel certain porté par un bon refrain. Dans la suite on aura apprécié ici et là quelques aspects renvoyant vers Bjork avec également des samples électro dans un esprit wave années 80 et un peu de chant masculin comme aime le faire Evanescence. Dans cet esprit, ‘Blue Boy’, ‘Monster’ ou encore ‘Cannonball’ auront bien fonctionné. Till Death Do Us Apart est loin de l’esprit heavy old school d’un Queensrÿche et a pu décevoir certains spectateurs. Mais Emily Tate et ses compagnons possèdent un petit truc et il sera intéressant de voir comment le groupe évoluera avec le temps.








Le point d’orgue de la soirée c’est Geoff Tate et Operation Mindcrime qui a été formé en 2014 par le chanteur après la fin du conflit l’opposant à Queensrÿche. La décision de justice lui permet de jouer le fameux album de 1988 en entier et il ne s’en prive pas - même si il a proposé récemment en parallèle une nouvelle trilogie. Il célèbre les 30 ans de "Operation Mindcrime" avec un groupe à géométrie variable qui évolue en fonction des tournées. On retrouve notamment Kieran Robertson qui vient d’évoluer sur scène avec sa fille ou encore  Bruno Sa à la guitare et aux claviers. Retrouver un tel album interprété par son chanteur originel et dans un club est une chance, et chacun espère retrouver la magie d’un disque qui reste un monument en matière de metal progressif. De plus Tate a gardé sa voix malgré le temps qui passe et semble en mesure de se frotter à certains passages délicats à aborder. L’introduction fait d’emblée son effet, ‘I Remember Now’ met le public dans l’ambiance et le petit frisson est présent. Le groupe déboule et ‘Anarchy X’ fait monter l’ambiance d’un cran supplémentaire. Bruno Sa est parfait et ses collègues en rythmique sont tout aussi à l’aise et l’enchainement avec ‘Revolution Calling’ se fait sous les vivats. Tate est en forme et monte dans les aigus avec une certaine aisance, le refrain est repris en chœur avec force et tout le monde apprécie le moment.  ‘Operation Midncrime‘ et ‘Speak’ font le même effet et chacun apprécie le travail musical, cela même si Robertson semble un peu en retrait et pas vraiment à sa place sur un répertoire fin et technique. Avec ‘Spreading The Disease’ on retrouve un autre énorme moment, le titre reste un classique de heavy metal mélodique avec son refrain parfait et sa montée en puissance.






Le concert se passe idéalement, ‘The Mission’ confirme la belle forme d’un Tate notamment sur un énorme refrain. L’autre grand moment arrive ensuite avec le formidable ‘Suite Sister Mary’, le cœur d' "Operation Mindcrime". Sur plus de 10 minutes chacun va savourer le meilleur d’un metal progressif plein de classe et de grâce. Le duo formé par Tate et sa fille Emily est très fort, les deux vivant en harmonie le concept. Après ce moment fort, Tate parle enfin à un public qui lui mange dans la main. L’homme dégage un charisme certain avec un côté rock star assez inaccessible, d’ailleurs le meet&greet affiché à 40 € en dit long sur l’importance que le chanteur s’accorde. Mais il chante bien et finalement c’est le plus important. La deuxième partie de l’album débute avec un excellent ‘The Needle Lies’. Tout aussi prenant il confirme que le disque n’a pas pris une ride et reste une référence absolue de metal progressif. La suite va être tout aussi intense, ‘Breaking The Silence’ puis ‘I Don’t Believe In Love’ prennent aux tripes avec un côté émotionnel à fleur de peau et un feeling d’une rare force. Tate est poussé dans ses derniers retranchements mais pour un résultat remarquable. Le final est en marche et l’enchainement ‘Waiting For 22’, ‘MyEmpty Room’ et ‘Eyes Of A Stranger’ achève les spectateurs en beauté, la dernière chanson étant toujours aussi formidable d’intensité avec la force parfaite pour achever ce concept album brillant. Le groupe se retire mais il reste les rappels, Tate en profite pour présenter ses compères nous adresse une belle claque avec ‘Silent Lucidity’. Cette ballade reste un classique absolu avec un solo brillant et un chant l’étant tout autant. Enfin le concert se termine avec l’immense ‘Jet City Woman’. Lui aussi tiré de "Empire" il fait un carton avec son refrain référence et sa force tiré dans le meilleur du heavy metal mélodique.






Geoff Tate
vit pas mal sur son passé et semble assez déconnecté des réalités mais il dispose d’un trésor avec Operation Mindcrime et il sait parfaitement l’utiliser. Il a proposé un concert d’une belle qualité et a permis à chacun de se replonger dans un passé glorieux. Il nous reste à remercier chaleureusement Tony pour l’organisation de cette soirée et pour nous avoir permis d’y assister.



Plus d'informations sur http://www.operationmindcrime.com/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 15924
  • 15925
  • 15926
  • 15927
  • 15928
  • 15929
  • 15930
  • 15931
  • 15932
  • 15933
  • 15934
  • 15935
  • 15936
  • 15937
  • 15938
  • 15939
  • 15947
  • 15949
  • 15950
EN RELATION AVEC OPERATION: MINDCRIME
DERNIERE ACTUALITE
OPERATION: MINDCRIME : Nouvelle lyric video
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant OPERATION: MINDCRIME
 
DERNIER ARTICLE
Music Waves est en Belgique pour une soirée en compagnie de Geoff Tate et du légendaire album "Operation Mindcrime".

Lire l'article
Voir tous les articles concernant OPERATION: MINDCRIME
 
DERNIERE CHRONIQUE
Resurrection (2016)
«Resurrection» est un album ennuyeux, dénué d’inspiration et d’émotion et manquant cruellement de musicalité.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant OPERATION: MINDCRIME

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019