MW / Accueil / Articles / BREAKY BOXES (29 AVRIL 2019)

BREAKY BOXES (29 AVRIL 2019)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
AUTRES
Les EP live se multiplient avec récemment Allusinlove. Music Waves est parti à la rencontre du trio Breaky Boxes pour leur EP "Arcade Session" qui pour l'occasion a été filmé entier dans les conditions du live.
CALGEPO - 07.05.2019
Rencontre avec le Trio Breaky Boxes qui offre à ses fans un live complet via une vidéo de vingt minutes tournée en plan séquence.


Breaky Boxes signifie littéralement boites cassées… peut-on y voir votre volonté avec ce nom de casser les codes ou bien est-ce un délire de chroniqueur ?


Salut ! Non, non ce n’est pas un délire de chroniqueur, c’est en effet une petite et humble volonté de notre part d’essayer de mettre, de temps en temps, un pied en dehors d’un cercle parfois « standard » dans la musique.




    
A l’occasion de la sortie de votre EP, vous proposez une vidéo live mais sans public, pourquoi un tel choix ?

On avait cette volonté depuis longtemps de proposer un opus totalement live et authentique en une seule prise. Pour sa réalisation il nous semblait important de nous réunir uniquement à 3 dans une pièce (avec les techniciens, bien sûr). Cela nous a surtout servi à nous plonger totalement dans l’exercice sans nous soucier de ce qu’il pouvait y avoir autour. Non pas que le public nous gène, mais nous voulions que ce CD puisse se voir et aussi s’écouter indépendamment et qu’il retransmette une énergie intimiste et sincère. Pour ça, on a fait le choix de s’isoler.


Ne craignez-vous pas en dévoilant dans cette vidéo tout votre EP de ne pas peut être susciter plus de curiosité de la part du public plutôt que de laisser une part de surprise à l’auditeur si vous aviez sorti qu’un seul titre ?


Non, car justement tout le concept repose là-dessus. Nous voulions sortir un EP live sans aucun artifice, sans aucune coupure et en live total. Pour la cohérence du projet il nous semblait être un mauvais choix d’ajouter des coupures vidéo ou de proposer les titres indépendamment.
Ce projet est un peu à contre-courant de ce qui peut se faire habituellement dans la musique et on a voulu aller jusqu’au bout de ce concept.

    
La vidéo est d’une seule prise, avez-vous eu une petite appréhension et est-ce qu’il n’y a pas eu de pains au cours du tournage ?


Une pointe d’appréhension, oui, car nous n’avions jamais réalisé un projet comme celui-là. Mais une fois installés, une fois la tête vidée, ça n’a été que du plaisir. Pour répondre à la deuxième question, la vidéo et l’EP ont été enregistrés au bout de la deuxième prise. La première était surtout une prise de rodage pour les techniciens et nous.


La musique évolue continuellement et il est très important d’avoir une capacité d’adaptation importante dans ce milieu.


    
La manière dont on écoute la musique a évolué au cours de ces dernières années avec l’avènement du streaming et de YouTube. La vente physique d’albums est en décroissance. Est-ce que ça a joué dans ce projet et n’est-ce pas frustrant pour les artistes ?


C’est assez excitant pour être honnête. La musique évolue continuellement et il est très important d’avoir une grande capacité d’adaptation dans ce milieu. En ce qui concerne les ventes physiques, nous y restons tout de même attachés. De par notre nombre important de concerts dans l’année nous arrivons quand même à réaliser de bonnes ventes physiques et en sommes d’ailleurs très contents.



    
Pensez-vous à terme vivre de la musique ? Est-ce encore possible aujourd’hui pour un jeune groupe d’en vivre ?


Nous en vivons déjà, et en sommes plus que  reconnaissants. Il est possible d’en vivre, ou d’en « survivre ». Il faut s’en donner les moyens et surtout faire beaucoup de concerts. Pour notre part, nous avons tout abandonné depuis bientôt 3 ans pour nous consacrer uniquement à ce projet.
Le juste milieu est compliqué, il faut faire des choix.

  
Votre musique est très folk à la manière d’un Paul Simon, Bob Dylan ou plus récemment Justin Nozuka, font-ils partie de vos influences ?


On nous parle souvent de Bob Dylan ou autre car ce sont des monuments de la musique folk traditionnelle mais aucun des trois cités dans la question ne fait partie de nos influences.


Comme au cinéma il nous semble important d’essayer de proposer un rythme intéressant tout au long d’un album.


    
L’EP démarrre très fort avec deux titres enjoués (‘Broken Days’ et ‘Hey Chief’) pour évoluer vers des ambiances plus feutrées avec ‘Something Else’, ‘Hopeless song’ étant un peu la synthèse des trois titres précédents, l’architecture du disque est-elle quelque chose de pensé ou d’intuitif ?


C’est une bonne question car nous réfléchissons beaucoup à l’architecture des disques. Comme au cinéma il nous semble important d’essayer de proposer un rythme intéressant tout au long d’un album. De savoir varier les émotions au bon moment pour que le message soit entendu de la meilleure manière. On réfléchit toujours beaucoup aux constructions des set-lists pour les concerts par exemple.


Alors que l’avenir musical semble se tourner vers la fusion des styles et que beaucoup de groupes notamment rock s’orientent vers des musiques dites extrêmes du genre metal ou hip hop voir électro, vous avez fait le choix d’une certaine authenticité, mesurez-vous que ce choix va à l’encontre d’une telle orientation ?


Totalement. Nous n’avons jamais fonctionné en fonction d’un courant mais plutôt avec le cœur. On pense que la musique, peu importe le style, si elle est faite avec sincérité et honnêteté,  trouvera toujours son public. Se ranger dans une « mode » ne nous a jamais traversé l’esprit. La musique vaut mieux que ça.




    
Etre diffusés sur YouTube offre une vitrine géographique plus grande, quels ont été les retours de France et de l’étranger ?


On avait une petite appréhension concernant la sortie de cet EP. Nous avions peur qu’il soit surtout destiné aux musiciens et amateurs de musiques « confirmés » plus qu’au grand public de par son orientation live et son concept. Mais à notre très grande surprise il a été accueilli de la  meilleure des manières. On a été très touchés par les retours que nous avons reçus. De voir que notre message a été compris directement nous a fait beaucoup de bien.

    
Au cours d’interview de groupes français chantant en anglais, ils nous ont dit la difficulté d’écrire des lignes de chant en français qui puissent sonner avec la musique, confirmez-vous cette difficulté ?

A la base c’est surtout, je pense, une histoire d’influences. Nous écoutons très rarement, voire presque jamais, de la musique francophone. Ce n’est pas une question de savoir si elle est mieux ou moins bien qu’une autre mais nous avons tous été bercés dans la musique anglo-Saxone et américaine.
Naturellement nous avons donc plus d’inspiration en anglais lorsque nous écrivons nos textes. C’est vraiment une histoire d’influences en ce qui nous concerne.  


Cette communication est indispensable et mise au premier plan d’un groupe d’aujourd’hui donc il est important de savoir en tirer du positif.


    
Dans notre société, l’image tient une part importante, plus que le fond. Vous êtes accompagnés par Dooweet et présents sur les réseaux sociaux, quel est votre rapport avec ces techniques de com’ et vis-à-vis des réseaux sociaux ?

Nous aimons beaucoup ça pour être honnêtes. Nous sommes musiciens en auto production et nous adorons devoir composer avec d’autres éléments comme la communication, la vidéo etc … Ce n’est pas du tout effrayant pour nous mais plutôt excitant. Il y a beaucoup de choses à apprendre et de manière de se réinventer dans ses domaines-là également. Et quand tout est bien fait, cela sublime le travail musical accompli en amont donc ce n’est que bénéfique. Et de toute façon, cette communication est indispensable et mise au premier plan d’un groupe d’aujourd’hui donc il est important de savoir en tirer du positif.

    
Le choix de l’EP est un peu frustrant pour l’auditeur qui en veut plus, l’idée d’un album vous traverse-t-elle l’esprit ?


Il est sur les rails .

    
On sent que le live est important pour vous, avez-vous pu défendre vos titres sur scène et quelles sont vos prochaines dates ?


Depuis la création du groupe nous avons eu la chance de faire plus de 200 concerts. La scène représente un énorme pilier dans le groupe. C’est la raison pour laquelle nous faisons de la musique. Pour les prochaines dates, la saison des festivals va très bientôt s’ouvrir et nous avons la chance de faire une quinzaine de concerts cet été dont le Festival Rock R4, le festival Avoine Zone groove ou encore le festival Les Trolls en Folie. Toutes nos dates sont disponible sur notre site : www.breakyboxes.com


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/breakyboxes/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 16944
  • 16945
EN RELATION AVEC BREAKY BOXES
DERNIER ARTICLE
Les EP live se multiplient avec récemment Allusinlove. Music Waves est parti à la rencontre du trio Breaky Boxes pour leur EP "Arcade Session" qui pour l'occasion a été filmé entier dans les conditions du live.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant BREAKY BOXES

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019