MW / Accueil / Articles / HRB Festival - Givenchy En Gohelle - 27 Avril 2019

HRB Festival - Givenchy En Gohelle - 27 Avril 2019


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
HARD ROCK
Pour sa nouvelle édition le HRB Festival a réuni une superbe et riche affiche faisant la part belle au hard rock et le tout au profit d'une noble cause.
NOISE - 16.05.2019
En ce dernier week-end d’avril nous avons rendez-vous à Givenchy en Gohelle pour assister au HRB Festival organisé par l’association Handi-rock-Bike. Cette dernière met en place de nombreux événements dans la région de Lens, à Angres le plus souvent, pour venir en aide aux enfants malades. Pour cette édition de printemps il faut souligner que la mairie de la commune a mis gracieusement son superbe centre socio-culturel à disposition des organisateurs et que son service technique a aidé à l’installation. Tout ce petit monde se met en quatre pour une belle cause et nous propose en plus une superbe affiche avec trois formations françaises et trois formations étrangères qui œuvrent dans le meilleur du hard rock. C’est sur le coup de 17h30 que les festivités commencent. La salle est parfaitement agencée et confortable et on saluera le travail parfait des bénévoles pour la tenue de la journée.

Ce sont les français de Slayde qui lancent la journée. Comme leur nom le laisse facilement supposer ils proposent de revenir sur la riche carrière de Slade. A la présentation nous retrouvons  Bertrand Roussel qui œuvre au Raismes Fest et qui va nous régaler avec son humour. Slayde, c’est quatre potes emmené par Vince Roc, également chanteur dans le tribute de Scorpions, Tokyo Tapes, qui se sont donnés pour mission de remettre au gout du jour les meilleurs titres de Slade, légende du glam hard rock parfois un peu oubliée. Cette grosse demi-heure de concert va être délicieuse. Ce plongeon permettant aux plus anciens de retrouver le son de leur jeunesse et aux jeunes de se rendre compte de la force de ce répertoire. ‘Rock’n’Roll Preacher’ est un parfait début, très typé hard rock avec des chœurs sympas et un chant éraillé maitrisé. ‘Gotta Go Home’ fait taper du pied avec un bon ton glam rock, un bon petit solo et un rythme certain. Entre glam et hard ‘Good Bye To Jane’ possède le charme 70’s avec un refrain irrésistible. ‘Banging Man’ est tout aussi succulente puis le tube ‘Cum On Feel The Noize’ fait un carton. Repris par Quiet Riot, le titre est un tube avec un refrain énorme et une mélodie parfaite. La fin du concert va être tout aussi brillante, ‘Mama Weer All Crasy Now’, ‘Take Me Back Home’ ou ‘Get Down Get Within’ sont succulentes. Les musiciens sont au top et le public chavire plus d’une fois en retrouvant le son glam rock. Slayde a proposé un retour très sympathique dans le passé et a donné envie à pas mal de gens de se replonger dans la discographie de Slade.

Place au présent avec Fear Mother Rage. Cette formation française a vu le jour en 2016 par la réunion de Small Players et Nasty. Depuis elle enchaine les dates et dispose d’un premier EP. Le groupe évolue dans un metal qui tire ses influences dans les années 90, quelque part à la croisée de Pantera, Slayer ou Down et Metallica. Ce mélange va donner une prestation carrée et puissante avec des musiciens au point. D’entrée Fabien remue le public et avec ‘Come On Get Off’ les hostilités sont parfaitement lancées. Le son est au top et ce néo thrash fonctionne, faisant apprécier une belle pêche musicale et un timbre vocal voilé dans l’esprit d’Alice In Chains. Battle Snow’ convainc tout autant avec un ton néo thrash que ne renierait pas Soulfly. Il y a un côté jump efficace et un bon solo dans l’esprit de Pantera. Après un speech sympa en forme d’hommage à Slayde, ‘Die To Survive’ est une belle petite claque de plus. Elle mélange la puissance d’un Pantera au groove d’un Black Label Society avec un chant rocailleux remarquable. Avant ‘Angry Monkey’ Julien enfile un masque de singe puis le titre démonte tout dans un esprit proche de Slipknot avec un solo aérien maitrisé. ‘Innocent’ est précédé d’une intro sombre sympa instaurant une ambiance feutrée puis le titre déboite dans  l’esprit du Metallica des années 90. Le public est réceptif et prend plaisir à suivre cette prestation. En fin de concert ‘Eaters Of Mud’ puis ‘Red Eye’ font leur effet avec ce même groove et une puissance d’une belle intensité. Les musiciens font même un petit tour au milieu du public ! Fear Mother Rage a été à la hauteur de l’évènement et a proposé un concert efficace. Le groupe est prometteur, il dispose d’un capital sympathie certain et a les armes pour faire une carrière intéressante, il sera à suivre de près.

Headblaster enchaine, le groupe a le vent en poupe et s’est déjà fait un nom depuis ses débuts en 2014. Son stoner rock brûlant est taillé pour la scène et chacun de ses passages a été un carton. Depuis fin 2017 il dispose d’un nouveau line-up et il a consacré une bonne partie de 2018 à travailler sur son premier album. Il se nomme "Mad Circus" et ce soir le groupe va nous en proposer quelques tranches. Emmené de main de maître par le duo formé par John et Anthony, le groupe va proposer une prestation de haute volée. A leurs côtés la nouvelle section rythmique formée par Sébastien et Anthony semble là depuis longtemps tant la cohérence est parfaite. D’entrée avec ‘American Rodeo’ le groupe balance un extrait de son album. Grasse et groovy, la chanson est un excellent moment qui fait taper du pied. Le chant rocailleux mâtiné de bourbon de John fait son effet, chacun est entrainé dans cet univers teinté de sludge et de sudiste. Avec ‘Hellbaster’ le groupe confirme avec un titre plein d'un feeling stoner qui fait remuer. Autre nouveauté, ‘Mad Circus’ est tout aussi efficace avec son chant gras comme on aime et son rythme remuant. Le succès est au rendez-vous auprès d’un public attentif massé devant la scène. Dans la suite on fera ressortir un excellent ‘Cowboys Are Not Dead doté d’un riff bien lourd puisé dans le meilleur d’un heavy proche de Black Sabbath. Chaque titre fait mouche et les amateurs se régalent de cette leçon. ‘You’re Blind’ ou ‘Breaking The Law Of Silence’ sont tout aussi efficaces avec une facette stoner et des refrains de qualité balancés par un John au top. Headblaster a donné une déclaration d’amour au stoner dans ce qu’il a de meilleur. Cette superbe prestation a ravi tout le monde et donne envie d’écouter vite le nouvel album.

Après ce joli trio français, place aux Allemands de Crossplane. Depuis 2009 le quatuor œuvre dans un pur hard rock’n’roll dans un esprit biker pas loin de leurs camarades de Nitrogods avec comme influence principale Motörhead. Le groupe a déjà roulé sa bosse et s’il est peu connu chez nous il fait un joli carton chez lui et à même foulé les planches de Wacken en 2015. Le quatuor sait tenir une scène et va faire un carton auprès d’un public qui va être de plus en plus chaud de titre en titre. D’entrée Celli va le chercher avec charisme puis avec ‘Bring The Fire’ le concert est lancé sur les chapeaux de roue. L’esprit de Lemmy va planer tout le long de la prestation. On savoure un pur hard rock qui fait taper du pied, simple et efficace avec en point d’orgue la voix rocailleuse de Celli. ‘Brave New World’ puis ‘In My Veins’ sont toutes aussi savoureuses. Elles ont l'esprit rock’n’roll qui déboite, avec cette voix travaillée au whisky, des refrains évidents à reprendre en chœur et un côté nerveux qui fait du bien. Ce concentré d’énergie fait du bien aux oreilles, les titres s’enchainent comme des balles, ‘Take It Or Leave It, ‘I Will Be King’ ou ‘Battle In Me’ sont taillées dans le meilleur du genre. Bien sur le groupe est très proche de Motörhead mais retrouver ce son fait un bien fou et on prend plaisir à voir l’héritage de la légende anglaise si bien transmis. L’ambiance est excellente, le public est chaud et répond avec plaisir quand Celli l’invite à participer. Dans les premiers rangs quelques têtes bougent avec ferveur et la chaleur se fait sentir. Le concert passe à toute allure et avec ‘Real Life’, ‘Easy Lay’ et un final brulant sur ‘Rollin’ le groupe achève son public avec force. Crossplane a donné un concert de grande qualité, frais et immédiat et a ravi son monde. Il a été une belle découverte, l’affluence à son stand en témoignant, et on espère le revoir rapidement dans nos contrées pour une autre leçon de hard rock.

La chaleur va également être au rendez-vous avec Gorilla Riot. Originaire de Manchester il suit une trajectoire ascendante depuis sa création en 2013 avec deux EPs et un album.  Le quintet œuvre dans un hard teinté de blues et de stoner  et avec ses trois guitaristes il aime proposer de longues parties instrumentales. Il va le démontrer avec un concert dans l’esprit des Black Crowes avec un côté rock sudiste attachant. D’entrée avec ‘Kerosene Clown’ il donne une claque. Le public découvre avec plaisir des musiciens incroyablement doués.  Arjun possède un timbre rocailleux digne d’un vieux briscard. Le riff d’entrée est brûlant et la suite va l’être tout autant avec un solo teinté de blues de grande classe. Le public est entrainé dans un univers chaleureux, comme dans un vieux bar de quartier enfumé et la suite va être délicieuse, montrant un feeling fort entre blues et sudiste, et porté par un trio de guitaristes brillants qui épate son monde avec une classe incroyable. Dans cet esprit ‘Most Wanted’ est une claque d’une chaleur intense, les parties instrumentales ont des allures de jam et entrainent le public dans une autre dimension.  Dans la suite du concert ‘Ain't No Use Being Good’ ou encore ‘Judgement Day’ sont brillantes. La leçon est remarquable, tout cela fait taper du pied et évoque la classe d’un ZZ Top. Le public est chaud et même si le groupe communique peu on sent qu’une complicité s’installe. Le temps semble suspendu et la fin approche bien trop vite. Mais celle-ci va être d’une force incroyable. Après un speech court mais sincère remerciant les organisateurs ‘Bad Son’ est une perle de plus avec une superbe montée en puissance et un feeling bien blues. Enfin ‘Dirty’ achève en beauté cette formidable prestation avec son côté rock brulant qui touche à l’âme. Pour une première en France Gorilla Riot, a frappé un joli coup. On ne peut que remercier les organisateurs d’être allé chercher ce groupe brillant. Il a fait un sacré carton et lui aussi a vu son stand pris d’assaut rapidement. On espère en tout cas le revoir bien vite dans un festival régional.

Après cette claque nous retrouvons avec Bad Touch un habitué des scènes régionales. En deux prestations, à Bully et à Raismes, la formation britannique nous a enchantés avec un hard rock à l’ancienne dans l’esprit des grands anciens avec un feeling 70’s qui prend aux tripes. Son troisième album, "Shake A Leg", vient de sortir et chacun se régale d’avance. Après l’excellente présentation de Bertrand, dont l’enthousiasme met le feu au public avant même les premières notes, le groupe balance un excellent ‘Lift Your Head Up’.  Direct et énergique, cet extrait du dernier album lance le concert idéalement avec ce chant toujours aussi chaleureux et une partie musicale savoureuse avec un solo de feu. Enchainé rapidement ‘Movin’ On Up’ est une superbe chanson de hard rock à l’ancienne avec un refrain énorme porté par ce chant qui fait dresser les poils sur les bras. Juste après ‘Show Me What It Means’ est tout aussi parfaite. Au chant Stevie montre un feeling parfait avec un ton un peu cassé chaleureux. Le côté sudiste de la chanson est succulent et le succès est total avec un public sous le charme. Après ce début sur les chapeaux de roues,  le groupe ne relâche pas la pression et enfonce joliment le clou. ‘Too Many Times’ puis ‘Good On Me’ sont deux belles claques dignes d’un Led Zeppelin ou de Deep Purple. Il y a un groove typique qui entraine l’auditeur dans un joli voyage dans le passé.

Le concert est une réussite et la suite va confirmer la forme de la formation. ‘Wise Water’ est un formidable moment de hard rock accrocheur et lui aussi doté d’un solo brûlant.  Les titres s’enchainent rapidement, Bad Touch fait dans l’urgence et électrise la salle. ‘Heartbreaker’ puis ‘Hammer Falls’ sont pleines d'un groove intense avec des parties de guitares de grande classe. Notre duo se fait plaisir et montre une parfaite complémentarité avec un énorme feeling.  Avec ‘Skyman’ le groupe dégaine un autre extrait de son nouvel album, lui aussi taillé dans le meilleur du hard rock vintage. ‘Believe In Me’ fait ensuite son effet. Cette perle chargée de blues au refrain intense évoque le meilleur d’un Aerosmith avec un solo de grande classe. Dans cette idée blues ‘Outlaw’ est une pure merveille qui monte en puissance avec élégance avec un chant parfait, chaleureux et prenant. Le concert touche à sa fin et personne n’a envie d’en finir rapidement. ‘Down’ est un grand moment de hard rock avec une intensité remarquable. Le public est heureux, les applaudissements sont nourris et le groupe se retire mais pour vite revenir. Les rappels vont achever le concert en beauté. Il y a d’abord ‘Dressed To Kill’. Le chant pur et a capella est très fort puis la suite dans cette veine hard sudiste teintée de blues fait son effet sur un public aux anges. Enfin ‘99%’ est une fin idéale avec un côté plus accrocheur délicieux. La soirée a été parfaite et ce concert a été une apothéose. Avec un tel talent Bad Touch mériterait un large succès à l’image de ses confrères de Rival Soul. En attendant qu’il décroche le Graal chacun aura pu savourer sa prestation dans un cadre chaleureux unique.

Il nous reste à remercier tout le monde pour l’accueil si sympathique et l’organisation parfaite et au service d’une belle et noble cause.



Plus d'informations sur http://www.crossplane.net/
Main Image

Item 1 of 0
 
EN RELATION AVEC CROSSPLANE
DERNIERE ACTUALITE
CROSSPLANE: Class Of Hellhound High
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant CROSSPLANE
 
DERNIER ARTICLE
Pour sa nouvelle édition le HRB Festival a réuni une superbe et riche affiche faisant la part belle au hard rock et le tout au profit d'une noble cause.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant CROSSPLANE

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019