MW / Accueil / Articles / PARAD1GM (13 MAI 2019)

PARAD1GM (13 MAI 2019)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
-
Parad1gm signe un premier album d'une variété remarquable qui oscille avec grâce entre pop, new wave et metal. L'occasion pour Music Waves pour faire le point avec le groupe...
STRUCK - 03.06.2019
Nous aimons commencer nos interviews par cette question : quelle est la question qu’on vous a trop posée ?

“Pourquoi ?”


Parad1gm est à la base le projet de trois d’entre vous issus à la base de Spirited, qu’est-ce qui vous a poussé à monter une nouvelle formation ? Vous étiez trop à l’étroit dans votre ancien groupe ? D’ailleurs on trouve peu d’info sur celui-ci, c’était quelque chose de sérieux ou un projet qui n’a pas eu le temps de grandir ?

“Spirited” a surtout été un groupe live pendant plusieurs années (principalement de compos) mais malheureusement très peu d’enregistrements existent. La raison du split est l’orientation musicale, qui était principalement heavy à l’époque, et qu’on voulait plus moderne, électronique et progressive.





A vos côtés on trouve Betov qui troque la guitare et ADX pour la basse et qui vous a rejoint en 2018. Qu’est-ce qui l’a poussé à tout plaquer avec ADX avec qui il était depuis 1982 et en plus pour changer radicalement de style musical ? Vu l’écart générationnel avez-vous douté que cela puisse fonctionner entre vous, quel a été le déclic entre vous ?

Alors déjà on va démystifier : Betov n’a pas quitté ADX pour rejoindre Parad1gm, il nous a rejoint par envie à la base, puis a décidé de mettre fin à sa longue aventure dans ADX pour des raisons personnelles, et reste en excellents termes avec ses anciens camarades. Cela faisait déjà quelques années que Betov suivait l’évolution de notre formation, et il était frustré par nos galères de bassistes et a finalement décidé d’apporter son aide encore plus concrètement. La génération c’est très relatif, c’est l’ouverture d’esprit qui compte (cliché, mais vrai).


Cela donne donc naissance à Parad1gm, vous avez pris le temps pour proposer ce premier album, il était important de peaufiner vos compositions ? On a l’impression aussi que l’arrivée de Matthieu a été décisive dans la composition et l’enregistrement ? Il a permis de créer l’alchimie parfaite pour créer ces chansons ?

Certaines compositions dataient de l’époque Spirited, et ne pouvaient pas être utilisées par ce groupe, on a donc eu le temps en effet de peaufiner celles-ci pendant que nous écrivions les suivantes. Il a ensuite fallu penser aux concerts et voir comment rendre au mieux nos morceaux, et pour ça l’aide d’Alexandre Beucler notre ingé son a été précieuse. L’arrivée de Matthieu a encore renforcé le virage électronique et progressive des compos, n’hésitant par exemple pas à proposer des morceaux plus longs (15 minutes étant une base saine de travail).


Le thème de la déshumanisation est récurrent dans l’art, que ça soit en littérature, dans la musique ou au cinéma et j’en passe, qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer à votre tour dans ce concept ? Vous avez des influences littéraires, je pense à "1984", "Brazil" ou encore Asimov, tout cela vous a influencé ? En musique Voivod, SUP ou Fear Factory sont proches de ces thèmes, ils vous ont influencés que ça soit artistiquement ou musicalement ?

On va commencer par le plus rapide : la musique. Je ne pense pas que l’un d’entre nous ait déjà écouté Voivod ou SUP, en tout cas pas assez pour que ça soit une source d’inspiration. Fear Factory par contre Julien ne pourrait pas la renier, même si musicalement on reste éloigné. Notre univers mélange cinéma, littérature et bande dessinée : Blade Runner, Alien, (2 films de R. Scott), Bradbury, Moebius et Jorodoswky, Bilal… Nous espérons que notre musique et notre pochette reflètent ce que ces artistes nous ont transmis, et que nous souhaitons partager à notre tour avec un art et un support différent. On est fans de concept albums et de musique sombre et théâtralisée (Black Metal), on retrouve donc ces idées nihilistes ou au moins pessimistes concernant notre vision de l’avenir de l’humanité dans nos paroles.


Ce qui frappe le plus après l’écoute c’est la cohésion de l’ensemble, faire cohabiter électro et rock metal n’est pas chose aisée et peut être très casse-gueule, vous avez eu parfois des doutes sur ce que vous écriviez et enregistriez, une certaine pression quant au résultat final?

C’est surtout Alexandre (notre ingé son) qui a eu la pression ! Certaines compos ont vraiment vu le jour rapidement et sans trop de débats, au contraire pour d’autres (je pense à 'Trip' qui fait 15 minutes), ça a été plus houleux avec des vrais décisions de direction artistique à prendre (on a jeté des plans entiers parce que ça ressemblait trop à tel ou tel groupe, à dessein ou non), ou au contraire on s’est dit qu’on allait faire un plan qui sonne comme tel ou tel autre groupe. On s’est vu passer des nuits entières sur une suite d’accords. Rien de bien original au final dans le phénomène de composition, si ce n’est que c’est particulièrement collégial : si ça ne fait pas  consensus : poubelle, et tant pis pour notre égo, au pire on replacera le plan dans un de nos autres projets !


Là tout coule de source finalement, on a vraiment le sentiment d’écouter une histoire complète avec des actes comme dans un livre avec des passages calmes, plus violents et intenses et une certaine mélancolie, c’était votre idée forte, faire passer le sentiment à l’auditeur qu’il écoute la bande son d’un film ?


On en revient à notre approche cinématographique de la composition. Quand j’écoute de la musique je vois des images de cinéma, donc quand je compose je pense à des films ou des scènes qui m’ont marquées et que je souhaite retranscrire en musique (ce qui est très différent de l’écriture de musique de film). Ça plus notre amour des concept albums, nous sommes contents que cette cohésion et la génération de ces sentiments ait un impact sur l’auditeur.


Musicalement c’est très riche et nombres d’influences ressortent. Avec 'Scars Of Life', 'Buried' et 'Burden' j’ai pensé au Paradise Lost époque Host et donc aussi à Depeche Mode pour ce mélange de wave, de pop électro et de rock voire Tiamat sur le côté gothique. Le pari fou de Paradise Lost à cette époque est un modèle pour vous, pour prouver qu’on peut évoluer ?

Concernant les influences (conscientes ou non), Paradise Lost en est une, mais très loin d’être la principale, même si nombre d’auditeurs font ce parallèle également. Idem pour Depeche Mode, on a grandi plus ou moins avec leurs morceaux, mais sans que leurs albums ne soient sur notre table de chevet ou avec nous lors des séances de composition. Nos influences principales sont l’électro des années 80 (Jarre, Vangelis), du rock (Queen, Pink Floyd), du heavy (Iron Maiden), du prog (Vanden Plas, Dream Theater), du black metal (Dimmu Borgir, Cradle) et des musiques de film (Danny Elfman, Eric Serra). Et pas mal de goth/électro des années fin 90-début 2000.


L’échec de l’essai de Paradise Lost ne vous fait pas peur, les gens veulent souvent que les groupes fassent du neuf mais n’aiment pas le changement paradoxalement, Paradise Lost est rapidement reparti à ses racines, vous pensez pouvoir réussir à gagner là où ils ont échoués ?

Ce sont nos racines, on ne peut pas comparer cet album avec notre précédent, c’est le premier ! On a tous notre lot de groupes avec qui “c’était mieux avant”, qu’ils aient évolué et expérimenté ou non. Après si on échoue comme Paradise Lost, on appellera ça un succès je pense !





Vous allez encore plus loin avec 'Reason' ou 'Haven' et quelques passages de 'Haunted', là j’ai retrouvé un pur son wave qui m’a évoqué Joy Division pour son côté mélancolique à fleur de peau... Toute cette scène, ça vous parle comme influence ?

Alors si on va par là, oui ça me parle, mais pas sûr que ça parle à tous les membres du groupe ! Joy D, The Cure, Siouxsie, Cocteau Twins… La scène goth/new wave/cold wave des années 80 a aussi apporté sa sauce à notre musique, même si ça reste indirect (génération des années 80, bonjour !)


Dans cette idée de Pop synthétique 'From the Other Side' nous a épaté, on dirait du Type O Negative qui aurait eu envie de faire autre chose que du metal, ça vous parle cette comparaison ?


On va t’envoyer la liste de nos discographies personnelles ça ira plus vite (Rires). Oui, Type O est aussi une influence, des morceaux longs, sombres, avec beaucoup de changements de rythme et l’utilisation de samples, sur des tempos souvent lents (même si on ne fait pas du doom non plus). On retrouve tout ça dans Parad1gm, Peter Steele en moins, RIP.


Le chant nous a vraiment scotché, il est un élément de base on trouve de ce son éthéré. Sur 'Reason' j’ai pensé à Brendan Perry de Dead Can Dance et donc aussi à Nick Holmes ou Ian Curtis pour le côté nonchalant à fleur de peau, quasi gothique et empreint de désespoir, ça fait partie des influences de Farès ces noms ?


Les influences de Farès sont plutôt à chercher du côté heavy, Bruce Dickinson étant son idole ultime en chant. Par contre ta remarque explique je pense en quoi son chant est aussi teinté et unique, ce sont des belles références !


On parle de mélancolie car on trouve que l’on retrouve cette facette très souvent dans vos morceaux. Là où certains choisissent la violence pure pour exprimer des sentiments vous faites dans la tristesse avec un côté glacial, ça rend votre message encore plus fort vis-à-vis de cette idée de déshumanisation, vous suivez les traces de SUP et bien sûr de Voivod quelque part ?

Alors pas que je sache (en tout cas pas moi, je n’ai même jamais écouté ces 2 groupes de ma vie), c’est plutôt mon côté goth/black metal qui s’exprime à ces moments-là.


Je ferais aussi ressortir Qabik qui est un énorme OVNI, il est chanté en arabe et évoque par sa force martiale implacable Rammstein ou Fear Factory, pourquoi l’avoir chanté dans cette langue et quel est le message derrière ce titre bien plus puissant que les autres ?

Pour le message des paroles, il faut demander à Farès, il est le seul à les connaître ! Le côté OVNI est complètement voulu et assumé par contre, ainsi que l’approche rammsteinienne de la composition et du mixage pour ce morceau. On voulait un morceau plus court, plus efficace et plus dynamique, ça a donné Qalbik ! Le choix des paroles en arabe s’est fait très rapidement, quand on a été satisfait de la musique, on s’est vite aperçu que l’anglais n’allait nous donner assez de puissance syllabique, l’allemand était déjà pris et on ne voulait pas faire du plagiat non plus, Farès a proposé l’arabe. Essayé et validé au premier jet.


'Haunted' et 'Host' ne forment qu’un seul et même titre et forment le cœur de l’album : sur 10 minutes on retrouve la synthèse parfaite de votre son avec de la wave, du rock metal, de l’aérien et du martial, ce titre c’est l’aboutissement parfait de ce que vous êtes artistiquement ?

Tu peux rajouter 'Haven' à la liste, ça fait un titre de pas loin de 15 minutes, le plus long, progressif -donc chiant pour certains (Rires)- que nous proposons sur cet album. C’est pour moi l’aboutissement de cet album, même si ce n’est pas forcément celui qui attire le plus l’attention lors des premières écoutes. Disons que c’est en effet une (longue) synthèse de ce qu’on retrouve dans les autres compos de l’album, avec en plus des prises de risque impossibles à faire sur des titres plus courts.





Il y a aussi et enfin du progressif dans votre son, j’ai retrouvé dans le début de 'Black Feather' un son qui m’a rappelé certains passages de Dream Theater et souvent dans les soli et les changements de rythme on retrouve un côté progressif, vous vous retrouvez dans cette scène et cette idée d’évolution et de refus de stagner ?

Alors le prog clairement on en a tous mangé dans Parad1gm, que ce soit Dream Theater (soli guitare/clavier, mesures composées, harmonies alambiquées), Vanden Plas, Symphony X, Rush, Tool… Ca fait partie de notre ADN à tous dans le groupe. Pour moi ça a été le meilleur moyen de progresser sur mon instrument, et ça le restera encore, donc l’influence restera je pense.

Comment avez-vous envisagez la partie live ? Ce n’est pas trop délicat de rendre sur scène toutes les subtilités de votre musique, c’est un grand défi ?

Pour les concerts il y a eu plusieurs challenges :
-    La musique et les samples, qui nous obligent à jouer au clic en permanence
-    Les instruments : quitte à jouer au clic, on s’est dit qu’on pouvait arrêter de s’embêter avec des contrôleurs à pied ou à main, et tout gérer depuis un ordi (les gars de Dark Tranquility m’ont donné l’idée, j’ai trouvé ça génial de pouvoir jouer un solo depuis l’autre bout de la scène et enchaîner avec un son clair sans avoir besoin de revenir à son pédalier entre temps)
-    Les lumières et vidéos : il y a encore du travail de ce côté-là, mais l’idée est de se rapprocher de cette expérience cinématographique, et nous travaillons pour proposer un show son et lumière aussi immersif que possible.


Nous avons commencé par la question qu'on vous pose trop souvent, quelle serait celle que vous aimeriez que l'on vous pose ?

“Qu’est-ce que l’univers ?”


Merci à Noise pour sa contribution...


Plus d'informations sur https://www.facebook.com/parad1gm.official/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 17082
EN RELATION AVEC PARAD1GM
DERNIERE ACTUALITE
PARAD1GM: Nouveau clip en ligne
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PARAD1GM
 
DERNIER ARTICLE
Parad1gm signe un premier album d'une variété remarquable qui oscille avec grâce entre pop, new wave et metal. L'occasion pour Music Waves pour faire le point avec le groupe...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant PARAD1GM
 
DERNIERE CHRONIQUE
Parad1gm (2019)
Parad1gm signe un premier album d'une variété remarquable qui oscille avec grâce entre pop, new wave et metal.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PARAD1GM

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019