MW / Accueil / Articles / EVERGREY - LE NOUVEAU CASINO (PARIS) - 01 OCTOBRE 2009
TITRE:

EVERGREY - LE NOUVEAU CASINO (PARIS) - 01 OCTOBRE 2009


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
METAL PROGRESSIF
En ce début d'automne, Evergrey investit le Nouveau Casino après trois ans d'absence sur la scène parisienne
08.10.2009 par HYPERUNKNOWN

C’est arrivés au milieu de leur longue tournée européenne que les Suédois d’Evergrey allaient miser au Nouveau Casino sur leur dernier « Torn » sorti pourtant en 2008. Les retours très favorables réservés à ce septième album lors de sa sortie pouvait laisser présager que la petite salle parisienne soit rapidement et largement remplie.

Vers 19h30, lorsque la lumière s’éteint pour accueillir la première partie venue d’Italie, seule la moitié de la fosse est présente. Avec deux albums à leur actif, le métal mélodique de Chaoswave semble être découvert par le public qui lui réserve un accueil plutôt timide. Pas impressionné pour un sou, le quintet de Cagliari débute son show avec une belle énergie, une envie de se faire plaisir et jette au public une déferlante de notes qu’il est d’emblée plutôt difficile à appréhender. Et pour cause, la musique technique du quintet de Cagliari aura du mal à exhaler toute sa complexité à cause d’un sous-mixage à la fois de la guitare qui ne rendra nettement que les aigues - et donc la plupart des soli – et du micro de Fabio Carta alors que Giorgia Fadda fait de son côté profiter de la force de ses cordes vocales. Car l’une des particularités du combo, c’est son duo de front(wo)man qui permit ce soir là de chauffer pleinement un public en mode diesel et qui finalement voit partir sous des applaudissements appuyés les Italiens au bout de 40 petites minutes tout de même bien agréables, les problèmes de son s’étant amenuisés au fil des titres.

De toute façon, ces considérations semblent à cette heure-là bien derrière nous, la balance des roadies sur scène laisse augurer un son monstrueux pour le prochain set des suédois.

Il est maintenant 20h45, les clameurs soudaines à l’extinction des lumières annoncent par avance que le public recouvrant désormais presque la totalité de la fosse est prêt à en découdre avec le métal des natifs de Göteborg. Sans trop de manifestation, rentrent cinq grands gaillards avec à leur tête l’impressionnant et charismatique Tom S. Englund. Et c’est sans plus attendre qu’Evergrey balance le premier riff de « Fear » de leur dernier bébé « Torn ». Couverts d’un son puissant, le finlandais Jari Kainulainen (ex-Stratovarius) en retrait, Henrik Danhage plus en mouvement derrière sa six cordes, Englund s’emploie à ses côtés à s’exprimer plus amplement à travers sa belle voix racée, le show démarre comme il faut.. en trombe. Au fil des titres, Englund se déride, rend le spectacle plus interactif entre les morceaux et laisse au final paraître l’enthousiasme d’être sur Paris après trois ans d’absence devant un parterre de fans dont certains maîtrisent parfaitement les paroles du groupe. D’autant que, outre un public très réceptif, tout semble se dérouler comme il faut, si on excepte ce pauvre roadie qui, avec des va-et-vients continuels entre les géants suédois, tentera tant bien que mal de trouver en vain à résoudre un problème technique – de pédale semble t-il.

[IMAGE1]

Le show bien entamé, trois des membres se dérobent laissant Danhage et Zander derrière son clavier qui entament un duo très envoûtant. Accompagné de nappes de clavier, Danhage s’engage dans une démonstration de shredding et de moments plus calmes avec un feeling et un sourire très avenant qui laissent d’ailleurs apprécier sa qualité de jeu. Cet intermède court mais réussi alors fini, les trois Ents de Scandinavie réapparaissent, ils n’ont pas encore fini d’expliquer au public qu’ils sont là pour en mettre plein les yeux.

[IMAGE2]

Alors que défilent les titres piochés dans leur large répertoire – « Torn » n’est pas sur-représenté – l’ambiance bat son plein sur les morceaux phares. Mais le rythme s’estompera le temps de « Words Mean Nothing », douce complainte sur laquelle Englund fait seul face au public accompagné seulement du piano de Zander.

Après un peu plus d’une heure, la scène se vide de ses occupants sous l’œil reconnaissant mais la mine pas encore repue de l’assistance. Heureusement, le Nouveau Casino reste dans la pénombre, signe d’un retour imminent pour un rappel. L’ambiance jamais retombée, s’attise lorsque le combo réapparaît et que les notes de « When The Walls Go Down » retentissent, alors que finiront la soirée l’éponyme « Recreation Day », « Broken Wings » de leur dernier « Torn », puis enfin « A Touch Of Blessing » qui débutait « The Inner Circle »

[IMAGE3]

Au total, le public parisien aura eu droit à une heure et demi d’un show très carré, à l’interprétation sans faille pour une setlist percutante. Reconnaissant la fosse remerciera chaleureusement Evergrey qu’elle retrouvera en partie pour une séance dédicace au niveau de la mezzanine de la salle.

Un grand merci à Roger de Replica Records et à Struck pour cette belle soirée, et à Fikmonskov pour ces photos.
Plus de moments du concert ici


Setlist d'Evergrey :

Fear
As I Lie Here Bleeding
Soaked
More Than Ever
She Speaks To The Dead
In Remembrance
Watching The Skies
Blinded
The End Of Your Days
The Masterplan
Still In The Water
Monday Morning Apocalypse
Words Mean Nothing
I'm Sorry

…………….

When The Walls Go Down
Recreation Day
Broken Wings
A Touch Of Blessing


Plus d'informations sur http://www.evergrey.net
Main Image

Item 1 of 0
 
EN RELATION AVEC EVERGREY
DERNIERE ACTUALITE
EVERGREY : Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant EVERGREY
 
DERNIER ARTICLE
En promo pour la sortie de "The Atlantic", Tom E. Englund et Jonas Ekdahl reviennent pour vous sur 20 ans d'une carrière exceptionnelle dans une entrevue bonne humeur.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant EVERGREY
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
The Atlantic (2019)
Un album comme on n’en écoute qu’une poignée par décennie.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant EVERGREY

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion

© Music Waves | 2003 - 2019