MW / Accueil / Articles / OPETH (15 JUILLET 2019)

OPETH (15 JUILLET 2019)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL PROGRESSIF
Opeth, figure incontournable du metal progressif suédois, sort son treizième album, "In Cauda Venenum". A cette occasion, nous sommes partis à la rencontre du leader charismatique Mikael Akerfeldt !
DARIALYS - 06.09.2019
Avec plus de 25 ans de carrière, Opeth fait partie des géants du metal progressif. La bande de Mikael Akerfeldt sortira en septembre son treizième album, "In Cauda Venenum", avec une petite particularité puisque l'album sortira en version suédoise et en version anglaise. Retour avec le chanteur et guitariste charismatique de la formation sur l'origine de ce choix, sur ses qualités de musiciens, et aussi sur l'avenir du groupe.


Mikael, la dernière fois que nous nous sommes vus, c'était en 2007, pour la promo de "Watershed" ! C'était une excellente journée car je t'ai rencontré et c'était l'anniversaire de mon enfant. Je ne t'ai pas posé la question traditionnelle que nous aimons poser : quelle est la question que l'on t'a trop souvent posée ?

Mikael : Pour ce nouvel album, "que veut dire le nom de l'album ?".

Et d'une manière générale, à l'échelle de ta carrière ?

"Que veut dire le nom de cet album ?"





Vraiment ?

Je trouve ça assez ennuyant car souvent, je ne sais pas répondre ! Ça sonne juste bien !


Ce nouvel album, "In Cauda Venenum", est sûrement votre album le plus progressif. Est-ce un album concept ? Si oui, quel en est le thème ?

Ce n'est pas un album concept à proprement parler. J'ai grandi avec des albums comme ceux de King Diamond, avec une histoire qui évolue d'une chanson à l'autre. C'est le cas aussi de "The Dark Side Of The Moon" et de "The Wall". On ne voit pas exactement quel est le lien entre les morceaux, c'est un peu les histoires d'une vie. Dans ce sens-là, notre album est un album concept. Les paroles sont beaucoup plus contemporaines. Cela vient du fait qu'elles aient été écrites en suédois en premier. Mais à la base, je n'avais pas particulièrement prévu d'écrire un album concept.


L'expression "In Cauda Venenum" ("le venin est dans la queue", en Français, ndlr) semble indiquer que le ton s'apprête à se durcir sur la fin. Est-ce bien ça, la signification de ce titre ?

Question ennuyante, on enchaîne ! (Rires). Le mieux est de se pencher sur les paroles. Comme je les ai d'abord écrites en suédois, elles sont plus contemporaines comme je le disais. Cela traite notamment d'hypocrisie, de ce que les gens disent et de ce qu'ils font. Cela parle d'un constat que l'on peut faire dans le monde entier. Je n'ai jamais été inspiré par la politique jusqu'à présent, mais la situation est vraiment chaotique en Suède. Les gens disent leur opinion mais n'agissent pas.

 

Je traite chaque album comme étant potentiellement le dernier, car on ne sait jamais si l'on va continuer

 

C'est pareil partout dans le monde. C'est la raison pour laquelle nous allons disparaître rapidement sur cette planète.

Oui ! Je me place en tant qu'observateur. En Suède, nous avons Greta Thunberg, une adolescente qui a arrêté d'aller à l'école pour le climat. Très bonne idée ! En Suède, tout le monde la soutient. Moi aussi ! Avec mon travail, je suis amené à prendre l'avion. Je n'ai pas le choix. Mais s'il pleut en été, les gens se disent : "Tant pis, je vais en Espagne !". Les aéroports sont blindés ! Les médias, en Suède, disent que tout le monde se soucie de l'environnement, mais tout le monde s'en fout ! Si ça leur permet d'avoir une semaine de soleil pendant leurs vacances, alors tant pis pour le climat ! C'est de ça que je parle, de ce type d'hypocrisie. On peut trouver des références au nom de l'album dans différentes parties des paroles. J'ai utilisé ce titre grâce à une heureuse coïncidence. On avait déjà un scorpion sur la pochette. "In Cauda Venenum" fait souvent référence à un scorpion. Le groupe est présenté comme un scorpion à cinq têtes. L'artwork était fini avant d'avoir un titre. Sur la pochette, on voit une belle maison qui se fait avaler par un démon. Je traite chaque album comme étant potentiellement le dernier, car on ne sait jamais si l'on va continuer, et je veux m'assurer que l'on s'arrête sur une bonne note. C'est donc l'idée de ce poison final : finir sur un très bon album, et une fois que c'est terminé, c'est terminé. Ce n'est pas ce que j'espère, mais on ne sait jamais.



C'est surprenant ce que tu nous annonces, que ce sera peut-être votre dernier album !

On ne sait jamais ! Je ne dis pas que c'est le cas ! Mais je le prépare comme si c'était potentiellement le dernier.

 

Je ne considère pas le groupe comme étant un business

 

Ce n'est pas une déclaration habituelle chez un artiste, à moins d'avoir 60 ou 70 ans, mais ce n'est pas ton cas !

Oui, mais il faut comprendre que je ne considère pas le groupe comme étant un business. Je ne peux pas. La musique est bien plus importante que ça. Si je ne peux plus proposer les meilleures musiques que je peux écrire, alors c'est terminé. C'est une menace qui plane au-dessus de moi tout le temps. C'est une menace que je m'inflige à moi-même.


Ça signifie qu'il est difficile pour toi de composer ?

Oui. Je veux ne faire qu'un avec la musique. Je veux aimer ce que j'écris. Je ne veux pas être tourné vers le futur ou vers le succès. Je me concentre sur l'instant présent.

 

Je ne cherche pas à faire plaisir aux fans

 

Tu dis ne pas vouloir te tourner vers le futur, mais tu ne veux pas non plus regarder vers le passé. C'est la raison pour laquelle il n'y a plus de growl dans vos chansons ? Quand bien même certains fans regrettent cette recette-là ?

Je ne cherche pas à faire plaisir aux fans. C'est nous qui sentons ce que l'on doit faire. Pour les growls, bien sûr, c'est l'une des raisons pour lesquelles il n'y en a plus depuis l'album "Heritage". Si j'y avais recours à de nouveaux, je me mentirais à moi-même. Je n'écoute plus ce style de musique maintenant.


Es-tu conscient que certains fans de la première heure sont déçus par ce changement de style ?

Oui, oui ! On joue toujours ces morceaux en concert ! Quand on joue des concerts, on a envie que tout le monde soit content. En termes de création, je fais ce que j'ai envie de faire.

 

J'ai toujours écrit pour moi-même et pas pour les fans

 

Opeth, dans les années 90, a créé un style. Aujourd'hui, ce n'est plus le cas. Vous jouez du très bon rock progressif des années 70, c'est très bien fait, mais vous n'êtes pas les précurseurs de ce style comme vous l'étiez dans le style qui vous a fait connaître.

Ça n'a pas d'importance pour moi. Je sais que les albums précédents ont été très importants pour les gens, et ils adoreraient qu'on se remette à écrire des chansons comme celles-ci. Mais j'ai toujours écrit pour moi-même et pas pour les fans. C'est juste une coïncidence si ça a plu aux gens ! Je veux garder ce raisonnement, comme quand j'écrivais notre premier album à 19 ans. Sur chaque album, j'ai su ce que je voulais. A un moment donné, je suis arrivé à un point où je n'ai plus eu envie de faire ce que nous avions fait jusqu'alors.





Mais peut-on dire "ne jamais dire jamais" ?

Bien sûr que l'on peut ! (Rires). Mais il faut que je fasse ce que j'ai envie de faire. Cela doit être pertinent.


Sur l'album "Sorceress", tu as dit avoir été inspiré par le groupe italien Il Paese Dei Balocchi qui a sorti son premier album éponyme en 1972. On ressent toujours cette influence sur le nouvel album. Pourquoi es-tu si inspiré par ce groupe ?

Car le fait d'arriver à sortir un tel album en Italie en 1972 avec zéro budget, avec des musiciens inconnus qui, je crois, n'ont rien fait après ça, arriver à avoir de tels arrangements, ces dynamiques… Ça m'a subjugué. Je me suis demandé comment ils avaient pu écrire un petit chef-d'œuvre comme celui-ci et puis disparaître. Comment les gens ont-ils fait pour les laisser disparaître ? Comment est-ce possible ? Et qu'est-ce qui fait qu'Eros Ramazzotti, lui, soit devenu une superstar ? Tu vois ce que je veux dire ?


Est-ce un hommage de ta part ?

Tous nos albums sont un hommage à des albums qui figurent dans ma collection, grosso modo. Je n'aurais pas écrit cet album si je n'avais pas été un adorateur de musique et un grand consommateur de musique. Je préfère chercher des groupes dans ce genre plutôt que d'écouter la radio. Ça, ça me tuerait ! (Rires).


Cet album est le plus symphonique de ceux que tu as composés. Il est très cinématographique, avec ces voix de femmes, sur 'Garden Of Earthly Delights' et 'Charlatan'. Avais-tu certains films en tête durant l'écriture de l'album ?

Pas vraiment, non. J'avais envie de créer quelque chose qui soit plus que de la simple musique. Je voulais que ce soit un voyage, ce qui renvoie à ta question sur l'album concept. J'avais envie que l'on se dise dès le début que ce n'était pas un album de rock habituel.


Si tu n'avais pas de film en tête, peut-être avais-tu des images ?

J'ai des images en tête quand j'écris des chansons, pour une raison que j'ignore, mais cela se retrouve dans les paroles. Chaque chanson a des paroles spécifiques, avec ses propres images et ses propres références. L'une des phrases a toutefois été inspirée par la série "The Handmaid's Tale". Elle m'a été inspirée par une scène qui représente un mariage forcé entre une jeune fille et un homme. L'une des chansons a été inspirée par cette scène. Ce n'est pas quelque chose de fictif, c'est quelque chose qui se produit dans la vraie vie.


Les solos de Fredrik (Akesson, le guitariste soliste, ndlr) sont impressionnants. Est-ce que tu lui donnes carte blanche ou les écrire ? Ou est-ce qu'il y a des solos que tu écris pour lui ?

Je ne le force pas, mais je lui dis ce que je veux comme résultat. Je lui dis le type de solo dont la chanson a besoin, mais il écrit ses solos lui-même. C'est un guitariste tourné vers l'improvisation. En général, j'enregistre cinq, six, ou sept de ses prises où il improvise, puis je lui dis quelles sont les bonnes parties qui en ressortent et il en tient compte pour le solo final. Une fois, je lui ai dit de jouer comme Ritchie Blackmore sur le morceau 'Slither', paru sur "Heritage". Je lui ai dit que j'avais besoin d'un solo à la Blackmore, et il m'a dit qu'il pouvait le faire. Des fois, je lui demande de jouer façon jazz, blues, Gary Moore. Il peut faire tout ça.

 

Je veux essayer des choses. Ce groupe est basé sur l'expérimentation !

 

Sur 'The Garroter', il y a une influence flamenco jazz, ce qui fait qu'il s'agit sûrement de votre album le plus éclectique. Est-ce que tu cherches toujours à surprendre l'auditeur, même si tu composes avant tout pour toi-même ?

Oui, tout de même ! Même si beaucoup de surprises ne sont pas très bien acceptées par certains qui ne comprennent pas bien ce qui se passe. Je veux développer mon écriture. Je veux essayer des choses. Ce groupe est basé sur l'expérimentation ! Il ne faut pas avoir peur du fait que certains n'aimeront pas.


Plus le temps passe en écoutant l'album, et plus ta voix semble contrôlée, ce qui donne un résultat probant notamment sur 'Dignity' ou 'Heart In Hand'. Toi qui ne te considères pas comme un chanteur à proprement parler, cet album prouve le contraire ! Est-ce par fausse modestie que tu dis ça, ou est-ce que tu as travaillé en ce sens ?

Bonne question ! Mais ce n'est pas de la fausse modestie, je suis très modeste. Les chanteurs et chanteuses qui me font rêver sont d'excellents chanteurs : Paul Rodgers, Freddy Mercury, Joni Mitchell, Ronnie James Dio… Je ne suis pas comme eux. Certes, je suis le chanteur d'Opeth. Si on faisait une photo avec Ronnie James Dio, David Coverdale et Ian Gillan, je m'assiérais à côté d'eux et je les regarderais poser pour la photo car ce ne serait pas ma place. C'est pareil pour la guitare. Je ne chercherais pas à être sur la photo.

 

Je suis un musicien, mais je ne suis pas un grand instrumentiste ou un grand chanteur

 

Il semblerait que tu ne sois pas pleinement satisfait par ta situation de musicien.

J'aime écrire de la musique et je pense pouvoir dire que je suis un musicien, mais je ne suis pas un grand instrumentiste ou un grand chanteur. Par exemple, j'essaye de gommer les choses que je n'aime pas dans ma voix. J'ai envie de passer pour quelqu'un d'autre. Je ne veux pas m'entendre sur l'album, un peu comme quand tu entends ta voix sur un répondeur et que tu dis : "Mon Dieu, j'ai vraiment cette voix-là ?". C'est ce sur quoi je travaille en tant que chanteur. J'essaye de me détacher de ça.


C'est la première fois qu'un chanteur me dit ça ! Dans ce cas, pourquoi chantes-tu si tu ne te considères pas comme un bon chanteur ?

Car c'est moi le chanteur ! Même si je demandais à Ronnie James Dio de chanter sur nos chansons, je serais capable de lui dire : "Hey Ronnie ! Ce n'est pas ce que je recherche !". Le bon côté avec moi est que je sais ce que je recherche, et je vais y arriver ! Ma voix sonne bien, mais je n'ai pas l'impression qu'elle me ressemble. Je suis un meilleur chanteur maintenant que par le passé. Dans tous les cas, je parviendrai à mon but. Ça sonnera comme j'en aurai envie.


Les morceaux 'Lovelorn Crime' et 'Dignity' rappellent Steven Wilson. Est-ce que cela pourrait annoncer une nouvelle collaboration entre vous deux, avec la sortie d'un nouvel album de Storm Corrosion par exemple ?

Oui, ce serait possible bien sûr ! On en parle beaucoup. Je vais peut-être le voir ce soir car je vais à Londres. On parle d'un nouvel album de Storm Corrosion. Le problème, bien sûr, c'est de trouver le temps. Et aussi, maintenant, les gens ont un point de référence avec le premier album, ce qui n'était pas le cas quand on a sorti ce premier album. Les gens qui vont acheter cet album auront des attentes. Nous-mêmes, nous aurions des attentes, alors que quand nous avons sorti notre premier album, on ne savait pas si cela marcherait, si ce serait de la merde ou si ce serait bien ! En tout cas, on ne s'attendait pas à ce que les gens achètent cet album. Il y a eu plein de ventes à la sortie. On va peut-être essayer ! Les labels ne nous forcent pas, on ne se sent pas obligés de faire cet album.


Tu as d'abord écrit cet album en suédois, et il faut dire que les paroles vont très bien sur la musique, alors pourquoi avoir sorti une version anglaise ?

Tu n'imagines pas combien de fois on m'a posé cette question ! Mais ce n'est pas une question ennuyante, c'est une question très intéressante ! J'ai fait une version anglaise car je me suis dit que cela mettrait une barrière linguistique chez certains, qui ferait qu'ils n'écouteraient pas l'album.


J'ai eu peur que les gens zappent carrément cet album à cause de la langue


Mais si tu ne te préoccupes pas de la réaction des fans, pourquoi ne pas t'être contenté d'avoir sorti cet album en anglais en disant que c'était ton choix ?

Car si les gens n'écoutaient pas cet album, il n'y aurait même pas de réaction de leur part. Je ne me préoccupe pas de ce qu'ils pensent, mais je veux qu'ils écoutent l'album. C'est peut-être contradictoire. Au milieu du processus d'écriture, je me suis dit que j'aimais ça et que j'avais envie que les gens l'entendent, et moi-même, ça m'a posé problème quand j'écoutais du rock progressif italien par exemple. Quand j'étais plus jeune, je ne voulais écouter que des groupes dont je pouvais comprendre les paroles. J'ai eu peur que les gens zappent carrément cet album à cause de la langue. Ce qu'ils pensent m'importe peu, mais je veux qu'ils l'entendent.



Mais toi, ta version préférée, c'est la suédoise ?

Oui. Je n'écoute que celle-là. Peut-être car cela a demandé de refaire la même chose deux fois. J'ai fait le premier enregistrement en suédois, puis j'ai refait la même chose en anglais, avec des paroles différentes. Le deuxième coup, c'est comme si j'avais perdu mon innocence. C'est comme si je repeignais par-dessus ma propre peinture. La première version a quelque chose de particulier, la deuxième en est une copie, mais elle est utile pour les gens qui n'arriveraient pas à dépasser la barrière de la langue.


Est-ce que cela veut dire que maintenant que votre public va s'habituer à t'entendre chanter en suédois, le prochain album pourrait être uniquement en suédois ?

Je ne sais pas, mais maintenant qu'on a procédé comme ça, cette possibilité existe. Et ça a marché !


Quelles sont les premières réactions que tu as eues à ce sujet ?

Ce que tu as dit : "Pourquoi as-tu fait une version anglaise ?".
 

Et c'est la meilleure preuve que tu n'étais pas obligé d'en faire une !

Oui, mais d'un côté je ne fais que parler à 50 ou 100 journalistes, alors que des milliers de fans me remercieront peut-être pour la version anglaise. SI tu écoutes la version anglaise en premier, la version suédoise va te paraître bizarre. Donc les gens auront ce choix.


Tous les ingrédients de la musique d'Opeth sont réunis sur cet album : des guitaristes acoustiques, de la dissonance sur 'Heart In Hand', des chromatismes sur 'Dignity', des riffs complexes comme sur 'Charlatan', mais assez peu de metal à proprement parler, sauf sur le 'Dignity' qui rappelle Black Sabbath et l'introduction de 'Next Of Kin'. Est-ce que vous n'avez pas peur de jouer cet album sur scène étant donné que vous aimez vous éclater sur scène ?

J'ai peur de jouer ces chansons sur scène, mais surtout à cause du chant. Ces chansons sont difficiles à chanter pour moi. Elles sont plus dures à chanter qu'à jouer. Quand on est en tournée, on peut faire cinq concerts à la suite, de 2h ou d'1h30. Quand on tourne, il faut s'économiser, autrement, tu fais un concert et tu ne peux plus chanter le lendemain. C'est de ça dont j'ai peur.


Tu dois te donner à 100% sur ces chansons.

Oui, toujours. Il faut que l'on voit quelles chansons jouer en tournée. Il y a des chansons que j'aimerais vraiment jouer. Les autres aimeraient que l'on joue tout ! Je suis préoccupé par la manière dont cela va se passer. Peut-être qu'il n'y aura pas de problème, peut-être qu'il y en aura. Il se peut qu'un jour, je puisse chanter quelque chose mais que je n'y arrive plus le lendemain et que l'on doive changer la setlist. Il faut que l'on voie ça ensemble. Ça me préoccupe.


Sais-tu quel sera le prochain concert en France de la tournée ?

Le concert à l'Olympia ! En novembre.


Nous avons commencé cette interview en te demandant quelle était la question que l'on t'avait posée trop souvent. Au contraire, quelle serait celle que tu voudrais que je te pose ?

J'aime toujours les questions sur la collection d'albums ! Je sais que je suis là pour faire la promotion de notre nouvel album, mais j'aime parler de vinyles ! J'aime quand on me demande quelle a été ma dernière découverte, ou mon dernier achat.





Et quelle est ta réponse ?

A Varsovie, j'ai trouvé un disquaire. Il y avait un vinyle assez cher, c'était le pressage original de BO de Rosemary's Baby, et je l'avais pas. Elle est signée Krzysztof Komeda. J'ai aussi trouvé "Slaves And Masters" de Deep Purple en vinyle.


Est-ce que tu as acheté le dernier album d'Opeth en Suédois en vinyle ?

Non, je ne paierais jamais pour ça !
 

Parce que tu n'aimes pas la voix de leur chanteur ?

Non, il est nul ! Ce n'est pas un vrai chanteur ! (Rires).


Merci beaucoup !

Merci ! (en Français)



Plus d'informations sur http://www.opeth.com
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 17833
  • 17834
  • 17835
EN RELATION AVEC OPETH
DERNIERE ACTUALITE
OPETH: nouvel extrait de "In Cauda Venenum"
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant OPETH
 
DERNIER ARTICLE
Opeth, figure incontournable du metal progressif suédois, sort son treizième album, "In Cauda Venenum". A cette occasion, nous sommes partis à la rencontre du leader charismatique Mikael Akerfeldt !

Lire l'article
Voir tous les articles concernant OPETH
 
DERNIERE CHRONIQUE
In Cauda Venenum (2019)
Sans surprise, "In Cauda Venenum" propose un rock progressif 70 teinté de metal riche et intéressant malgré quelques pêchés d'orgueil. Une sortie attendue et convaincante, encore.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant OPETH

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019