MW / Accueil / Articles / Golden Age Rock Festival 2019 - Liège - Jour 1 - 23 Aout 2019

Golden Age Rock Festival 2019 - Liège - Jour 1 - 23 Aout 2019


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
HEAVY METAL
Tout nouveau festival belge, le Golden Age Rock propose pour sa première journée un programme parfait pour ravir les amateurs de heavy metal.
NOISE - 01.10.2019
Le Golden Age Rock Festival est un nouvel évènement né de la volonté de passionnés d’offrir à la ville de Liège son festival et aussi de mettre à l’honneur le rock et le hard rock. Les organisateurs ont vu les choses en grand avec trois jours de concerts au cœur de la cité ardente avec pas mal de noms prestigieux dont certains rarement vus en Belgique et dans les alentours. Tout commence le vendredi 23 août. Le lieu choisi, le Manège Fonck, est idéal pour accueillir les festivités : la salle est grande et dispose d’un large espace extérieur parfait pour se relaxer, et placée au cœur de la ville elle est facile d’accès. Elle propose aussi un bel espace de merchandising et propose un confort certain. De plus en espaçant les concerts le festival évite le côté enchainement intensif, gros écueil de pas mal de ses confrères.

Le heavy metal est à l’honneur en ce début de journée, d’ailleurs ce vendredi sera la journée la plus metal. Avec Tygers Of Pan Tang nous retrouvons un des héros de la NWOBHM. La salle est correctement remplie et dès l’intro avec le célèbre ‘Eyes Of The Tiger’ l’ambiance monte d’un cran. Puis l’entame avec ‘Euthanasia’ tirée du premier album "Wild Cat" montre un son est excellent, chacun savourant un heavy classique de haute volée. Au chant Jacopo Meille brille avec un ton aigu maitrisé. ‘Love Don’t Stay’ enchaine avec classe, le vétéran Robb Weir ayant parfaitement su s’entourer. La suite avec ‘Lonely At The Top’ puis ‘Gangland’ rencontre le même accueil. La première avec son ton plus FM est délicieuse tandis que la deuxième envoie la sauce avec efficacité. Le concert est déjà une réussite qui ravit les nostalgiques en évitant tout passéisme : le groupe montre pêche et fraicheur. ‘Don’t Stop By’ est tout aussi appréciée, puis le plus récent ‘Only The Brave’ fait un tabac. Doté d’un refrain marquant, le titre montre que le groupe a encore bien des choses à dire. D’ailleurs ‘Keeping Me Alive’ tiré de "Ambush" de 2012 colle une belle claque à tout le monde dans le même esprit heavy épique. La fin approche et la pression ne va pas retomber avec l’enchainement entre ‘Raised On Rock’, ‘Suzie Smiled’ et Hellbound’, classiques parfaits représentants du son heavy des années 80. Enfin ‘Don’t Touch Me There’ et ‘Love Potion #9’ achèvent cette prestation en beauté. Tygers Of Pan Tang a montré une sacrée forme. Il a lancé le festival de la meilleure des manières et ravi son monde. On attend à présent de pied ferme son nouvel opus prévu pour la fin de l’année.



Après le heavy metal, place au hard rock avec Phil Campbell & The Bastards Sons. Depuis la fin de Motörhead le guitariste entretient la flamme avec ses fils dans un esprit rock’n’roll.  Cette reconversion est une réussite et on s’attend à savourer une bonne heure graisseuse et authentique. Le concert va se baser sur les titres du groupe avec quelques reprises de la légende britannique. L’intro sur ‘Highway Star’ fait son effet puis avec ‘Big Mouth’ et ‘Step Into The Fire’ le début est explosif. Il y a une énergie brûlante, des refrains simples et efficaces et des riffs et soli taillés dans le meilleur du rock. Campbell est le boss et impressionne mais à ses côtés son chanteur Neil Starr montre un charisme certain avec une belle voix éraillée. ‘Rock Out’ est la première reprise et elle fait son effet avec ce refrain imparable.  Plus groovy, ‘Freak Show ‘ montre que le groupe a une belle palette musicale. Derrière l’énorme ‘Born To Raise Hell’ met le feu, les gamins de Campbell sont parfaits et balancent la sauce avec classe. Avec ‘Dark Days’ on retrouve la facette blues de la formation et cela fonctionne avec un feeling parfait. Dans la deuxième partie ‘Get on Your Knees’, ‘Ringleader’ et ‘Straight Up’ confirment que le groupe dispose de sacrés belles cartouches hard rock. Sur la première, Starr fait participer le public et réussit son coup en parfait frontman. A côté ‘R.A.M.O.N.E.S.’ est efficacement reprise avec un bon vieux côté punk. Puis ‘Silver Machine’ (reprise de Hawkwind) fait le bonheur des fans avec son parfum rock old school. ‘Ace Of Spades’ est accueilli triomphalement, ce classique donnant toujours le frisson. Enfin ‘High Rule’ achève un concert brulant et énergique. Phil Campbell & The Bastards Sons confirme qu’il est un sacré bon client en matière de hard rock. Il a fait plaisir, de là où il est Lemmy doit apprécier de voir que la relève est bien présente.



Avec Vulcain nous restons dans le rock’n’roll. Le Motörhead français affiche une belle carrière et a montré avec "Vinyle" qu’il était en forme. Le trio emmené par les frères Puzio envoie la purée avec ‘Vinyle’. On retrouve un ton hard rock simple et efficace qui fait remuer avec un solo brûlant, un chant éraillé et un rythme qui donne envie de taper du pied.  Le concert est lancé et la suite va être remuante. ‘Blueberry Blues’ puis ‘Avec Vous’ sont de belles claques hard pleines de feeling. On sent les musiciens heureux d’être là et ils le montrent avec un bon petit speech frais et sympathique. Autre nouveauté, ‘Heros’ est un hommage parfait à Lemmy et sa bande avec ce ton hard direct. Extraite du premier album, ‘Les Damnés’ est une autre claque avec un énorme solo et un groove chaleureux. Après un souci technique rapidement réglé et qui a permis à Daniel de meubler avec humour, le concert reprend de plus belle. ‘Pile Ou Face’, ‘Heros Le Fils de Lucifer’ et ‘Le Soviet Suprême’ sont des cartouches hard qui font remuer un public sage mais bien dedans. Le final approche et il va être brulant. ‘Vulcain’ et ‘L’Enfer’ sont des classiques appréciés puis le petit nouveau ‘Motör’ fait son effet et porte bien son nom. ‘Ebony’ et ‘Rock’n’roll Secours’ achèvent le concert en nous rappelant à quel point l’album ‘Rock’n’roll Secours’ était une réussite. Mais alors que le groupe se retire le public réclame un rappel. Le groupe s’exécute avec plaisir et balance une jolie version de ‘La Digue du Cul’ reprise en chœur dans un parfait esprit de communion. Vulcain a proposé un excellent concert taillé dans le meilleur d’un hard rock toujours aussi frais.



Ross The Boss écume les scènes pour faire vivre son passé avec Manowar au travers de concerts consacrés au meilleur du répertoire de la légende du metal. La démarche est bien sûr passéiste, mais le plaisir de déguster une flopée de classiques est réel. De plus le guitariste a su s’entourer avec l’excellent Marc Lopes au micro et Mike LePond de Symphony X à la basse. D’entrée la troupe ne fait pas de quartier en balançant ‘Blood Of The Kings’. L’interprétation est au top avec un Lopes au niveau du maitre Eric Adams et un Ross qui se fait plaisir en distillant riffs et solos avec la fraicheur d’un débutant. Avec ‘The Oath’ la bande s’attaque à un gros morceau et arrive avec brio a retranscrire ce titre épique qui donne le frisson. L’ambiance est excellente et l’enchainement ‘Sign Of The Hammer’ et ‘Wheels Of Fire’ met le feu. Chacun aura savouré le côté fédérateur de la première et celui ultra heavy de la deuxième. Ross impressionne son monde avec un toucher parfait. Sur ‘Dark Avanger’ et ‘Fistfull Of Hate’ il brille de mille feux. L’âme et le feeling sont au rendez-vous, les fans sont aux anges et la leçon va continuer de manière brillante. ‘Blood Of Enemies’ puis ‘Kill With Power’ demeurent des classiques de heavy metal avec un Lopes au sommet.  Après un excellent ‘Fighting The World’ toujours costaud, le groupe balance ‘Battle Hymn’, qui reste un monstre de heavy épique d’une classe extraterrestre. ‘Hail And Kill’ achève les hostilités avec son parfait côté fédérateur sur un refrain repris en chœur. Ross The Boss a montré qu’il était toujours un guitariste brillant et après une telle démonstration de force on rêve de le voir revenir dans Manowar pour un dernier baroud d’honneur.



Il reste un gros morceau pour achever cette première journée. Pour ce set heavy, les organisateurs ont eu la bonne idée d’aller chercher un grand nom du metal belge avec Channel Zero. La formation bruxelloise, c’est de 30 ans de carrière au service d’un heavy metal teinté de thrash à la fois puissant et accessible avec un petit côté groovy. Le public est bien présent malgré une facette nettement plus heavy et l’ambiance est excellente avant le début des hostilités. Avec ‘Dark Passenger’ le concert débute de la meilleure des manières. Cet extrait de "Kill All Kings" sorti en 2014 regroupe toutes les qualités du groupe : esprit thrash,  chant voilé efficace et belle capacité à être accrocheur et puissant. L’accueil est enthousiaste et la suite va être percutante. Avec ‘Ammunition’ puis ‘Hot Summer’ le groupe montre qu’il est au top de sa forme. Le chant éraillé de Franky est un délice et à ses côtés c'est une belle démonstration de force musicale avec un petit côté alternatif. Ravi de l’accueil, Franky ira même faire un tour dans les gradins face à la scène pour chanter avec énergie. Le groupe fait parler la poudre avec ‘Suck My Energy’ puis ‘Repetition’ d’une sacrée intensité.  La deuxième partie est toute aussi explosive, les perles sont alignées avec une précision chirurgicale. ’Bad To The Bone’, ‘No More’ ou ‘Call On Me’ et ‘Heroin’ confirment la force du groupe pour ce heavy thrash accrocheur qui met le feu au public.  En fin de concert la pression ne faiblit pas et des tueries comme ‘Man On The Edge’ ou le classique ‘Black Fuel’ ravissent tout autant. Channel Zero a fait impression et a fait un joli carton. Il a frappé juste et a pleinement justifié sa réputation de monstre scénique.



Pour les plus courageux il reste un after avec un tribute féminin consacrée à AC/DC, Back:N:Black. Et les personnes restées sur place ont eu raison car les filles vont proposer une belle décharge de hard rock. L’interprétation est parfaite, les Suissesses sont très au point avec un chant parfait avec son côté éraillé teinté de bourbon qu’on adore ,et aux grattes ça assure. Le début avec ‘Hell Ain’t  A Bad Place To Be’ puis ‘Dirty Deeds Done Dirt Cheap’ est remarquable et remue la salle. Derrière les filles enchainent les tubes comme ‘Back In Black’, ‘Hell’s Bells’ ou ‘Thunderstruck’ mais n’hésitent pas à aller fouiller plus en profondeur dans la disco des Australiens. Ainsi elles ont la bonne idée d’aller chercher ‘Walk All Over You’ et  ‘Riff Raff’ pour un résultat plein de feeling. La version de ‘High Voltage’ est aussi brûlante et prenante que l’originale, puis en fin de concert ‘T.N.T.’ et ‘Shoot To Trill’ font un carton. En rappel ‘Let There Be Rock’ et ‘Highway To Hell’ finissent de ravir les amateurs de hard rock grâce toujours à la formidable énergie déployée par ces demoiselles. Back:N:Black est un tribute fort sympathique qui a été une parfaite fin pour une première journée de festival réussie à tous points de vue.





Plus d'informations sur http://www.channel-zero.be/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 17867
  • 17868
  • 17869
  • 17870
  • 17871
  • 17872
  • 17873
  • 17874
  • 17875
  • 17876
  • 17877
  • 17878
  • 17879
  • 17880
  • 17881
  • 17882
  • 17883
  • 17884
  • 17885
  • 17886
  • 17887
EN RELATION AVEC CHANNEL ZERO
DERNIERE ACTUALITE
CHANNEL ZERO: Kill All Kings
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant CHANNEL ZERO
 
DERNIER ARTICLE
Tout nouveau festival belge, le Golden Age Rock propose pour sa première journée un programme parfait pour ravir les amateurs de heavy metal.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant CHANNEL ZERO
 
DERNIERE CHRONIQUE
Feed 'Em With A Brick (2011)

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant CHANNEL ZERO

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019