MW / Accueil / Articles / READY FOR PROG FESTIVAL - 1ÈRE JOURNÉE - 11 OCTOBRE 2019

READY FOR PROG FESTIVAL - 1ÈRE JOURNÉE - 11 OCTOBRE 2019


TYPE:
LIVE REPORT
GENRE:
METAL PROGRESSIF
La deuxième édition de l’unique festival français dédié au metal progressif a tenu toutes ses promesses. Retour sur la première journée du Ready For Prog Festival 2019.
NEWF - 05.11.2019

L’an dernier, la première édition du festival de metal progressif français, sous le nom de Very Prog Festival, avait connu un franc succès et démontré qu’avec une bonne dose de passion et de savoir-faire, il était possible d’organiser un festival de qualité et à taille humaine. Et de passion, l’équipe du festival toulousain n’en manque pas, son programmateur Romain Castel en tête. Surtout qu’organiser une deuxième édition était un défi. Il fallait qu’elle soit aussi bien sinon mieux que la première et réponde aux attentes du public, tout en s’affranchissant des embûches qui n’ont pas manqué de se dresser sur la route de l’association organisatrice Cultur’Prom, à commencer par l’obligation de changer le nom du  festival à la demande expresse et comminatoire d’une célèbre boite de productions. Pas de quoi cependant mettre à mal la motivation du comité organisateur. Cette deuxième édition, sous le nom de Ready For Prog Festival, a tenu toutes ses promesses et comblé un public nombreux et heureux de participer à l’unique festival de metal progressif français.

Après le warm-up haut en couleurs du 6 octobre, Music Waves a pu assister aux deux soirées des 11 et 12 octobre. Voici le compte-rendu de celle du vendredi 11.

MOBIUS



C’est Mobius qui ouvre le bal en déroulant son ruban de metal progressif moderne mâtiné de djent et de musique du monde. Pour une première sur scène à Toulouse, l’énergie déployée par ce jeune combo fait mouche avec un mélange de titres issus de leur premier opus de 2016, et plusieurs extraits de leur tout nouvel album à paraître prochainement. Le son est clair et puissant, la batterie pose un groove énorme, et guitare et clavier se détachent nettement pour de très beaux moments en duo, à la fin de ‘Bursting Chaos’ ou dans ‘Mist of Illusions’ par exemple. Les morceaux récents, comme le single ‘Abhinivesha’ ou ‘Akasha’, intègrent une dimension ethnique et spirituelle plus marquée qui apportent une réelle originalité. La chanteuse Heli dont le timbre rappellerait par moment Lisa Gerrard de Dead Can Dance, accroche sympathiquement le public. Son chant manque parfois un peu de puissance, mais décolle joliment sur ‘Cosmopolis’, titre bien thrash sur lequel le public de plus en plus conquis headbangue et tape dans les mains. L’enthousiasme est palpable, ainsi que le plaisir de participer au festival au côté des autres groupes. Soulignons la performance d’avoir dû remplacer leur batteur indisponible par un musicien de session, chapeau bas compte-tenu de la complexité de la musique interprétée.




MANIGANCE



Manigance déboule ensuite pour un set carré et puissant. Le son est bien équilibré entre section rythmique, duo de guitares et chanteuse à poigne. Le heavy speed mélodique ne cadre que partiellement avec l’esprit du festival, mais il faut reconnaître une grande efficacité aux Béarnais dans leur exercice metallique, par exemple avec ‘Face Contre Terre’ issu de leur dernière production de 2018. Le chant manque parfois de justesse, mais les cavalcades six-cordistes effrénées renvoient aux bonnes heures du style, et l’ombre de Judas Priest, Iron Maiden ou Helloween plane sur cet ensemble. Carine, la chanteuse joue à domicile, et nous gratifie d’un moment assez touchant en évoquant le spectre du cancer en intro de ‘Damoclès’.




ELDRITCH



Eldritch, pour sa part, avait pris le parti de jouer en intégralité son album de 1998, "El Niño". On aborde les rivages d’un metal progressif très classique, bien que l’album en question ait en son temps marqué une évolution thrash chez les Italiens. Le chanteur est malheureusement à la peine, pas toujours très juste. Il a l’élégance de le reconnaître en prévenant le public qu’il va avoir un peu de mal, l’âge n’aidant pas, sur la ballade ‘The Last Days of the Year’. Mais il compense largement par sa sympathie et une pêche d’enfer : « I wanna see some fucking French hands in the air ! » ponctue les interludes entre les morceaux et le public répond présent. Le groupe affiche une belle générosité et remporte l’adhésion par son énergie débordante. On retiendra les soli de guitare en tapping, parfois couplés à la basse comme sur ‘Bleed Mesh Bleed’, même si celle-ci paraît un peu sous-mixée. Le clavier s’éclate en délivrant une grande palette de sons différents (piano, synthé, orgue …). L’émotion se manifeste également lorsque le chanteur dédie le concert à son ami décédé cette année, Andre Matos, l’ancien frontman d’Angra. Eldritch et Angra avaient en effet partagé l’affiche dans la ville rose il y a 22 ans ! Un set original qui laisse les festivaliers visiblement heureux après cette bonne tranche de métal prog.




THRESHOLD






And then there were five
 ! Les gentlemen de Threshold avaient assuré avec flegme et bonhomie une session de dédicace qui avait déjà mis les spectateurs sous le charme. Ils investissent la scène du Metronum en tête d’affiche pour la première soirée du festival. Le combo évolue désormais à 5 depuis le départ de leur guitariste rythmique en 2017. C’est une première à Toulouse pour les Anglais, et ils sont attendus avec une impatience mêlée de joie par de nombreux festivaliers. Le début de la prestation inquiète légèrement avec guitare, basse et chœurs un peu sous-mixés. Mais ce léger inconvénient est bien vite corrigé.



La setlist fait la part belle à l’album "Legends Of The Shires" enregistré avec le chanteur actuel Glynn Morgan. Celui-ci nous offre une prestation remarquable, tout en nuances et en maîtrise. En faisant régulièrement participer le public, il nous embarque en finesse, comme sur ‘Stars and Satellites’ repris en chœur par le public. Il assure également le rôle de guitariste rythmique avec conviction, permettant de beaux passages en harmonie avec la guitare lead. La guitare lumineuse de Karl Groom, justement, sonne à la perfection et constitue la pierre angulaire de ce bel édifice prog. Il interprète avec brio les epics comme ‘The Man Who Saw Through Time’ ou ‘Lost In Translation’.





Rendons aussi justice au reste de la bande, très impressionnants, autant Richard West, impérial aux claviers et aux chœurs, Steve Anderson à la basse et le chouchou Johanne James, le batteur facétieux qui assure le show. Il fait le clown, multiplie les grimaces, mime les paroles des chansons et propulse le vaisseau Threshold d’une frappe terriblement énergique sur un kit de batterie pourtant très dépouillé. L’hommage est assuré au chanteur Andrew McDermott décédé en 2011, par l’interprétation du titre ‘Mission Profile’.
La première soirée du Ready For Prog Festival 2019 s’achève donc en fanfare sur cette prestation majeure et sous des applaudissements fournis et largement mérités. Vivement le lendemain !

Un grand merci à Alain T pour le texte de ce live report et à Thierry Bouriat pour les photos.
Vous pouvez retrouver toutes les photos de Thierry sur sa page facebook www.facebook.com/Clicphotographie  et sur son compte instagram www.instagram.com/thierry_bouriat



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/readyforprogfestival/
eventuser_idarticle_comment_id
ADRIANSTORK - 06/11/2019 10:29:45
Bravo pour ce live report!
8831491
 com_answer_user_id

  STRUCK   - 06/11/2019 21:01:43
Et encore, vous n'avez pas lu et vu la deuxième journée de ce report...
CALGEPO - 05/11/2019 19:39:52
Très bon live report. J'espère une aussi belle troisième édition et y être cette fois
12120490
 com_answer_user_id

  STRUCK   - 06/11/2019 21:02:38
Entièrement d'accord avec toi... En revanche, ça va être chaud d'avoir une tête d'affiche aussi alléchante que PoS !

  ADRIANSTORK   - 08/11/2019 17:25:56
Pas d'accord, j'ai un pote Alain qui fait du PoS mais à l'envers!
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 18263
  • 18264
  • 18265
  • 18266
  • 18267
  • 18268
  • 18269
  • 18270
  • 18271
  • 18272
  • 18273
EN RELATION AVEC READY FOR PROG ? FESTIVAL
DERNIERE ACTUALITE
READY FOR PROG FESTIVAL : NOUVELLE ANNONCE
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant READY FOR PROG ? FESTIVAL
 
DERNIER ARTICLE
La deuxième édition de l’unique festival français dédié au metal progressif a tenu toutes ses promesses. Retour sur la deuxième journée du Ready For Prog Festival 2019.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant READY FOR PROG ? FESTIVAL

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019