MW / Accueil / Articles / ACCEPT (18 JANVIER 2011)

ACCEPT (18 JANVIER 2011)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
HEAVY METAL
Quelques minutes avant d'entrer sur scène, Mark Tornillo, le nouveau chanteur d'Accept a évoqué pour Music Waves le retour au premier plan du mythique combo allemand...
STRUCK - 03.05.2011
Salut Mark, généralement, j’ai l’habitude de terminer mes interviews par cette question mais exceptionnellement, au regard de la renommée d’Accept, je vais commencer l’interview par cette question. Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?
Mark Tornillo : Oh ! La question qu’on m’a trop souvent posée (Rires) ? Oh, c’est comment c’est arrivé ! Dans toutes les interviews, tout le monde qui lit veut savoir ce que nous avons fait dans le passé et comment nous nous sommes rencontrés, tu vois ? Et en fait, c’est une coïncidence mais c’est effectivement la question qu’on me pose le plus souvent…

J’aurais pensé que tu m’aurais répondu que c’était une question liée au chanteur précédent Udo…
Non, en fait, tu sais quoi ? Ce genre de question ne m’est pas trop posé dans mes interviews. Mais je suis un fan d’Udo comme n’importe qui. Donc, je n’ai à rien dire de mauvais sur ce mec au contraire, je le remercie d’avoir quitté le groupe ainsi je peux faire le boulot (Sourire) !

J’aurais pensé qu’au contraire, tu en aurais assez d’être comparé à Udo justement…
Tu sais, je n’ai pas vraiment été comparé à lui si souvent… Tu vois ce que je veux dire ? J’ai accepté de faire le boulot, c’est un boulot qu’il a fait pendant plein d’années et maintenant, c’est le mien ! Donc, je fais mes trucs, je ne fais pas les siens… Et j’essaie de rester "vrai" quand je chante les vieilles chansons autant que je peux et pour les nouvelles, c’est un jeu différent.

Mais malgré tout ce que tu me dis, tu es conscient que tout ce que tu fais dans Accept, à commencer par ta prestation ce soir à l’Elysée Montmartre, sera comparé à ce qu’Udo a pu faire ?
Bien sûr mais tant que je fais bien le boulot, ça ira bien jusqu’à la fin. Et j’apprécie vraiment de faire ce boulot. Donc, je suis très heureux et heureusement, c’est le cas de tout le groupe également…

[IMAGE1]

Toujours à propos d’Udo, te considères plus comme un "fils spirituel" d’Udo comme l’indique la chronique sur Music Waves ou un clone comme on peut le lire par ailleurs ?
(A l’écoute de la dernière alternative) Non, définitivement pas !

Alors comme un fils spirituel ?
Et bien, j’adore les chansons… Pour moi, ça ne pourrait pas être un meilleur catalogue de chansons à chanter ce soir. Il y aussi les trucs de TT Quick bien sûr mais je veux dire que si je devais aller quelque part, c’est l’endroit parfait pour moi ! J’adore les compos, j’adore les vieilles chansons et j’adore les nouvelles chansons et je n’essaierais pas d’être un clone !

Mais malgré tout, as-tu travaillé ton chant afin de te rapprocher de la tessiture d’Udo sachant que sur TT Quick, ton chant n’était pas exactement le même : toujours aussi puissant mais plus aigue…
Et bien, si tu reviens dans le passé, quand tu écoutes la voix d’Udo quand il était jeune et si tu l’écoutes maintenant, c’est un animal totalement différent… tout comme moi maintenant ! Quand tu avances dans l’âge, ta gorge change. Vraiment, les choses sont ce qu’elles sont maintenant et je n’essaie pas de faire des choses différents : c’est juste qu’elles sortent de cette façon.

Et au final, comment jugerais ta voix ? Ressemblante de celle d’Udo ou totalement différente ?
Et bien, définitivement, il y a des comparaisons possibles… Mais, tu vois, initialement, je suis sûr que c’est pourquoi j’ai eu le boulot parce que je pouvais chanter les chansons : les vieilles chansons et faire en sorte qu’elles sonnent comme elles devraient sonner : je veux dire que c’est le résultat final. Tu vois, ils n’auraient pas pris quelqu’un qui sonnerait comme Steve Perry pour faire le boulot : ça n’aurait pas de sens !
Donc ouais, il y aura toujours des comparaisons pour ses raisons mais tu sais, comme je te l’ai dis, je fais mes propres trucs. Je ne fais pas ces trucs et si tu écoutes le nouvel album, c’est la réminiscence de vieux trucs mais c’est aussi avec un son actuel !

Pour en terminer avec Udo, l’as-tu rencontré ?
Il y a de longues, longues années de ça ! Nous avons joué avec Accept à Brooklyn en 1983, je crois… C’était le "Balls To The Wall Tour", nous jouions avec Kiss et ils ont fait plein de concerts en tête d’affiche et nous faisions leur première partie. Donc, je l’ai rencontré à ce moment…

Et aimerais-tu savoir ce qu’il pense de ta performance dans Accept ?
Je ne suis pas très concerné par ça… Tu sais, il nous a vu en live, il est venu au "Master of Rock" en République Tchèque. Et tout ce qu’il pense… il le pense (Rires) !

Un américain dans un groupe allemand, ça rappelle immanquablement James Kottak dans Scorpions…
(Rires) !

… Le connais-tu et si, oui lui as-tu demandé conseil ?
Non. Non, je ne le connais pas mais il y a plein de gens que je ne connais pas (Rires) ! Mais non, je ne l’ai jamais rencontré ! Mais, il y a toujours eu des comparaisons entre Accept et Scorpions, tu sais ! Mais c’est comme comparer une pomme et une orange : Scorpions, c’est plus un groupe de rock et nous, nous sommes un groupe de metal !

Oui mais la comparaison à laquelle je faisais référence, c’est plus le fait d’avoir un américain dans un groupe allemand…
Ouais, je suppose que même si ce n’est pas la première fois que ça arrive, ça n’arrive pas tous les jours (Sourire).

Faire partie d’Accept a-t-il changé ta vie ?
Hum, ouais, ça a changé ma façon de vivre, je suppose… Evidemment, je ne serais pas ici sinon, nous tournons énormément alors que je n’avais pas tourné beaucoup pendant de longues années… Donc, ma vie a définitivement changé.

N’est-ce pas trop compliqué de combiner ta vie professionnelle en Allemagne et ta vie privée aux Etats-Unis ?
Non, ça marche bien ! Ca marche bien pour nous tous… En fait, Peter (NdStruck : Baltes) qui est ici vit aussi aux Etats-Unis également donc, ça marche bien pour nous tous…

Toujours concernant le parallèle avec James Kottak, comme lui dans Scorpions, tu es le membre du groupe le plus jeune. Comment ça se passe ?
Je dois te dire qu’excepté Peter Battles, je suis le membre le plus vieux du groupe… mais je ne te dirais pas quel âge j’ai, je ne te le dirais pas (Rires) !

Dans les relations au quotidien dans le groupe, comment parlez-vous en anglais ou en allemand ?
Ils parlent anglais pour moi mais je m’améliore en allemand… J’ai fait deux ans d’allemand au lycée, mais à l’école, ils ne t’apprennent pas les choses que tu dois savoir…

Mais je suppose qu’entre eux, ils parlent allemand. Ce n’est pas un problème pour toi ?
Ca ne me dérange pas, ça ne me dérange pas du tout… C’est mon problème ! Si je veux savoir ce qu’ils disent, je n’ai qu’à apprendre l’allemand…

En tant que nouveau membre du groupe, as-tu pris part à l’écriture du dernier album ?
Ouais, ouais ! Peter et moi-même avons quasiment tout écrit…

As-tu vécu cela comme un privilège ?
En fait, on ne savait pas où nous allions, si nous devions composer de la même façon qui avait été faite dans le passé… Mais ça a vraiment bien marché parce qu’en fait, Peter et moi-même vivons proches l’un de l’autre : vingt-quatre minutes nous séparent… Nous avons collaboré sur énormément de trucs : il a écrit quasiment toutes les musiques -sauf "Rollin’ Thunder" que Herman Frank a écrit- et j’ai écrit quasiment tous les textes avec plein de leurs idées… Et pour eux, ça a marché mieux que jamais parce qu’ils avaient quelqu’un qui parlait anglais, qui était sa langue naturelle donc c’est plus simple pour écrire des textes…

Et hormis les textes, quel est ton apport ?
Oh ! Et bien, je ne sais pas ? Je veux dire évidemment j’ai dû mettre quelque chose de différent : je suis un mec différent, tu vois ? Tu as un point de vue différent, une personne différente que tu injectes dans le mélange. Donc, ça ne rendra jamais exactement de la même façon qu’avant.
Heureusement, nous avions Andy Sneap qui a produit l’album. C’est un énorme fan d’Accept depuis des années et c’est le mec qui nous a dirigé vers ce qui sonnait Accept et ce qui ne l’était pas… Nous avons écrit énormément de chansons au point que nous aurions pu faire trois albums et c’est le mec qui nous a dit ce qui marchait ou non… et donc, ce que nous devions faire.

Ce nouvel album justement a reçu de très bonnes chroniques mais pour autant êtes-vous contents des ventes ?
Aussi loin que je sache les ventes sont bonnes. Je ne sais pas exactement ce qu’il en est à ce jour mais sur ce que nous avons vu, les ventes étaient très bonnes et évidemment, elles sont conditionnées par les chroniques… Je ne pouvais pas rêver de meilleures chroniques, elles ont dépassées toutes les espérances…

Et tu dois le constater lors des concerts…
Les concerts sont également bons : les trois premières nuits étaient démentielles et j’espère que ce sera le cas ce soir…

[IMAGE3]

Avant la sortie de ce dernier album, avez-vous ressenti une quelconque pression du label ?
Non ! Mais le fait est que les échos que nous avons eu du label était de faire un nouvel album… et nous sommes déjà en train de travailler dessus.

Pour certains fans, Accept a perdu une partie de son âme en essayant de conquérir les Etats-Unis. Avec un chanteur américain, est-ce que le groupe a de nouveau des ambitions de conquête du marché américain ?
Et bien, tout le monde veut conquérir les Etats-Unis, tout le monde veut être connu là-bas : c’est un marché tellement énorme ! Si ça ne dépendait que de nous, évidemment, nous souhaiterions faire les mêmes ventes que Scorpions ou Iron Maiden ou des groupes de ce genre… Mais je pense que cet album dans sa globalité est probablement la meilleure chose que nous ayons pu faire.
Mais voyons ce qu’il va se passer -l’album est encore jeune, l’album n’est sorti que depuis six mois- nous allons retourner tourner aux Etats-Unis ce printemps. Donc, je veux dire qu’on verra bien mais bien sûr que l’ambition est là !

Avec toutes réponses, il semble qu’Accept soit revenu au niveau qui était le sien, au top de sa popularité dans les années 1980…
Je le pense également…

Et comment l’expliques-tu ?
Je pense juste que c’est parce que nous étions absents depuis longtemps et nous sommes revenus aux racines et c’est ce que je voulais aussi ! Je pense que dans les années 1990, il y avait une recherche de ce qu’il allait se passer, tu vois ? Et nous l’avons tous fait, tout le monde voulait jouer du grunge et nous nous sommes perdus… Il n’y avait plus de marché pour le metal, le marché a changé depuis et il y a à nouveau un marché pour le metal…
Mais ici, je ne pense pas que les choses aient vraiment changé, tu vois ? Les fans européens ont toujours été fidèles, les Etats-Unis sont des faux (Rires)…

En fait, comment expliques-tu cette sorte de renaissance du heavy metal avec des groupes comme Accept ?
Je ne sais pas, je ne peux vraiment pas expliquer ça… Les gens ont faim de vraies musiques qui ne soient pas fades… Le heavy metal n’est pas fade, c’est une façon de vivre, tu vois… Ce n’est pas un truc genre le son de la semaine : ça ne l’a jamais été… Au début, c’était Black Sabbath, ils ont commencé et tout le monde a suivi…

C’est en quelque sorte un retour aux vraies valeurs de la musique ?
Ouais sans essayer de mettre de nouveaux effets et essayer d’être le premier mec qui va faire ça ou ça… Les gens veulent écouter de la vraie musique !

A tel point que l’album est reconnu par les téléphones portables…
Oh ouais, c’est amusant ! Je vois où tu veux en venir, c’est une preuve que l’album marche…

Et maintenant, qu’est-ce que vous ne réservez pour le futur ? Tu as dis avoir déjà commencé la composition du futur album…
Ouais, nous avons déjà commencé la composition des morceaux, nous avons définitivement l’intention de faire un nouvel album… Normalement, si tout va bien, nous voudrions que quelque chose sorte en 2012 et nous reviendrons… C’est de quoi il est question : faire un album, tourner, refaire un album… comme dans le passé !

Et penses-tu que le prochain album sera aussi bien que le dernier ?
Je l’espère ! Nous avons mis la barre assez haute et il faudra la surpasser (Rires) !

Sans transition, quel est ton meilleur souvenir de musicien ?
Mon meilleur souvenir de musicien ? Wahou ! Je ne sais pas (Rires) ! Je dirais que le point le plus haut à ce jour est la sortie de cet album, tu vois ? Surtout après toutes ces années… Je ne sais pas si quelqu’un s’attendait à ce qu’on revienne ? Je ne pense pas… Donc, je suis très enthousiaste, je suis très heureux d’être ici…

Et au contraire, quel serait le pire souvenir ?
Oh mec ! Je dirais probablement quand TT Quick a perdu son contrat avec Island : c’est probablement le pire souvenir ! C’est un sentiment très dépressif, on se demande ce que l’on va faire après ça !

[IMAGE2]

Que voulais-tu faire quand tu étais gamin ?
Quand j’étais petit ? A la base, je voulais être vétérinaire mais j’ai réalisé très rapidement qu’en fait ce que je voulais faire, c’était d’être un musicien : j’ai commencé à jouer du piano quand j’ai eu trois ans… Donc, j’ai toujours été dans le milieu musical…

Et penses-tu que le petit que tu étais serait fier de ce que tu es devenu ?
Ouais, je le pense. Je pense qu’à ce jour en particulier, il y a vraiment des raisons d’être content !

Nous avons commencé cette interview avec la question qu’on t’avait trop souvent posée. Au contraire, quelle est la question que tu souhaiterais que je te pose ?
Ah hum ! La question que je voudrais que tu me poses ? Ca, c’est une bonne question (Rires) ! Et bien hum… Je ne sais pas, je dois y réfléchir… Quelle heure est-il (Rires) ?
Tu ne croirais pas certaines questions que l’on me pose : de quelle sorte de bières je bois à… Vraiment totalement à côté de la plaque !
Donc, je ne sais pas ? Tu peux me poser n’importe quelle question, ça ne me dérange vraiment pas !

Et bien puisque tu m’y fais penser : quelle bière bois-tu ?
Oh, ça dépend de où je me trouve ! J’aime toutes les essayer et notamment, celles des différents pays que nous traversons.

A ce propos, puisque tu joues à Paris ce soir. Plutôt bière ou vin ?
Oh, c’est une bonne question (Rires)… J’adore le vin rouge !

Avant ou après le concert ?
Peu importe ! Tout le temps (Rires) !

Avant de se quitter, aurais-tu un dernier à dire aux lecteurs de Music Waves ?
Ah ouais, nous sommes vraiment contents d’être ici, très heureux que vous ayez apprécié l’album. Nous espérons tous vous voir ce soir au concert et demain également à Zurich.

Et en français ?
Wahou, mon français n’est pas bon ! Il est presque aussi mauvais que mon allemand (Rires) ! J’ai appris l’allemand à l’école donc, je sais un peu le parler… Tout ce que je sais dire en français, c’est (en français dans le texte) "Merci beaucoup" (Rires) !


Et un grand merci à Valérie...


Plus d'informations sur http://www.acceptworldwide.com/
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 384
  • 385
  • 386
EN RELATION AVEC ACCEPT
DERNIERE ACTUALITE
ACCEPT a un nouveau bassiste
INFORMATION

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant ACCEPT
 
DERNIER ARTICLE
Deutsche Qualitat !!

Lire l'article
Voir tous les articles concernant ACCEPT
 
DERNIERE CHRONIQUE
The Rise Of Chaos (2017)
Accept retrouve des couleurs avec un disque homogène taillé dans le meilleur du heavy metal germanique.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant ACCEPT

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019