MW / Home / Articles / A.C.T - MARS 2007 - LA SCÈNE BASTILLE
Title:

A.C.T - MARS 2007 - LA SCÈNE BASTILLE


Type:
INTERVIEW
Genre:
ROCK PROGRESSIF
Au terme d'une journée très chargée, Herman Saming (chant), Jerry Sahlin (clavier) et Ola Andersson (guitare) ont bien voulu recevoir Progressive Waves et mon collègue Cosmic Camel Clash du très recommandable site La Terre des Immortels...
25.04.2007 by STRUCK

Cosmic Camel Clash : Cela fait maintenant presque un an que « Silence » est sorti... quels ont été les retours sur l’album, et en êtes-vous toujours aussi contents avec le recul ?
Ola : Nous n’avons jamais donné autant d’interviews, et nous n’avons jamais eu autant de chroniques... et elles sont toutes très positives ! Concernant notre ressenti de l’album, nous en sommes toujours très fiers, nous le trouvons toujours bon, et nous pouvons l’écouter encore aujourd’hui sans être déçu.
Herman (chant) : Il y a toujours des aspects que l’on aimerait changer avec le recul, mais c’est le cas de tous nos albums. A un moment donné il faut trancher, car sinon on passerait son temps à changer détail sur détail. Nous sommes toujours aussi fiers de l’album et nous l’adorons bien sûr, autant que les trois autres. (Air faussement solennel) Il fait partie de nous, maintenant...

Struck : La Suède fait rêver les Français à propos de trois choses principalement... comment expliquez-vous le succès énorme des magasins Ikea, le fait que les Suédoises soient si jolies et le fait que la Suède produise le meilleur métal actuel ?
Herman (rires) : Excellente question !
Ola : Le type d’Ikea a eu une très bonne idée, il est le premier à l’avoir eue ...
Herman : Je crois que c’est la quatrième fortune mondiale... Non, la seconde, juste derrière Bill Gates.
Ola : Si nous connaissions son secret nous ne serions pas assis autour de cette table, je pense. Je ne connais pas son secret, mais il a eu une bonne idée ! Concernant les Suédoises, l’herbe semble toujours plus verte de l’autre côté de la clôture, c’est tout ce que j’ai à dire.
Herman (rires) : Très bien dit !

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/ACTR01.jpg[/IMG]

Cosmic Camel Clash : Quoi, les Suédoises sont surestimées d’après toi ?
Ola : Non, mais quand nous venons ici nous trouvons les filles magnifiques ! Je ne sais pas...
Herman : Je pense que ce sont les cheveux blonds qui fascinent, pas le fait qu’elles soient plus jolies...

Cosmic Camel Clash : Ca et les gros seins, oui... (rire général)
Herman : Les Suédoises ont beaucoup d’argent, elles peuvent donc se faire "améliorer". (rires)
Ola : Pour le métal suédois je sais pourquoi : parce qu’il fait nuit tout le temps, nous n’avons que trois mois de soleil... Bon en fait, c’est ce que tout le monde répond, mais je ne suis pas sûr que ce soit ça. Dès le premier jour d’école on nous enseigne la musique et ça dure toute la scolarité, ça ne s’arrête jamais. Ca compte aussi... et comme les filles sont si belles les garçons ne peuvent pas les approcher, donc il faut qu’ils expriment leur tension sexuelle par un autre biais. (rires)
Herman : Non, je sais ! Nous devons écrire des chansons pour que les Suédoises aient envie de rester en Suède, pour NOUS avoir. C’est pour qu’elles ne partent pas ailleurs se faire des musiciens étrangers.

Cosmic Camel Clash : Comment expliquez-vous que vous soyez toujours considérés comme un groupe de progressif avant tout alors qu’A.C.T est aussi un groupe composant des chansons pop accrocheuses ? Etes-vous plus un groupe de prog ou de pop ?
Ola : Nous avons commencé en tant que groupe prog. Il y a cinq membres dans le groupe et tout le monde écoute des choses différentes... le temps a passé, nous avons pris de l’âge et différentes influences sont venues se mélanger à notre style...
Jerry : Je dirais que nous sommes les deux, nous sommes un groupe de pop-prog. Avec pas mal de rock dedans, et d’autres choses... C’est assez dur à dire en fait. Si on devait étiqueter le groupe ; je dirais "pop-rock progressive".
Ola : Comme le dit Herman, nous sommes comme un cercle. On prend plein de trucs partout, on met tout ensemble et ça donne A.C.T. Nous sommes comme une galerie de monstres musicale.
Jerry : Nous n’avons strictement aucune barrière musicale : si nous voulons faire quelque chose nous le faisons, et de ce point de vue nous sommes très progressifs.

Struck : Quel est votre groupe préféré, sans compter Andromeda évidemment ? (ndlr : le batteur d’A.C.T, Thomas Lejon, est également batteur d’Andromeda)
Jerry : Abba, je dirais.. et Big Money également : même si le groupe n’existe plus aujourd’hui je les adore.
Ola : Big Money aussi pour moi.

Cosmic Camel Clash : Jerry, quand vous avez joué à Versailles, Herman t’a présenté à la foule comme "celui qui écrit les chansons". Mais quand on vous voit jouer vous dégagez l’impression d’une unité extrêmement soudée... Y’a-t-il donc réellement un seul compositeur dans A.C.T ou est-ce que le processus est plus collectif ?
Jerry : Tout le monde peut écrire, Ola a écrit une chanson sur le dernier album... mais le problème avec lui c’est qu’il lui faut des années pour écrire un titre ! Je n’ai pas ce problème : j’écris des chansons comme ça (claquement des doigts), ça me vient très vite. Nous mettons ça à profit, évidemment. Après je n’écris que la base des chansons, et tout le monde intervient derrière pour les réarranger. Au final les chansons sont donc l’affaire de tout le monde.

Struck : Pouvez-vous vivre de votre musique désormais ? Votre signature chez Inside Out a dû vous rendre riche..
Jerry : Plus personne ne devient riche dans ce business. Il est très difficile pour un groupe de vivre de sa musique et pour l’instant, ça nous est impossible, comme pour la plupart des groupes que nous connaissons... en grande partie à cause d’Internet et du téléchargement. Tous les membres d’A.C.T ont des boulots « normaux » à côté.

Cosmic Camel Clash : Cette signature chez Inside Out a-t-elle donc changé quoi que ce soit dans votre manière de vivre et de travailler en tant que musiciens ?
Ola : La différence principale est qu’aujourd’hui nous pouvons plus penser au futur et faire des plans, car nous savons que nous avons une maison de disque derrière nous qui nous soutient et aime nos idées. C’est ce qui est génial avec Inside Out : ils nous écoutent, ils aiment vraiment ce que nous faisons et ils veulent continuer à travailler avec nous durant les années à venir.
Jerry : Avoir ainsi une grosse maison de disque derrière nous est énorme pour nous, nous avions toujours travaillé avec de petits labels.

Struck : Et cette signature a-t-elle un rapport avec le fait que « Silence » sonne plus commercial ?
Jerry : Ca n’a rien à voir... et quant au qualificatif "commercial", c’est marrant car certains de nos amis nous ont dit que c’était l’album le plus progressif que nous ayons jamais fait ! Les arrangements sont très complexes, et pour moi "progressif" ne signifie pas forcément que les chansons font dix minutes. Faire des arrangements compliqués pour une chanson pop, c’est aussi être progressif ! Il faut regarder les choses avec une vue d’ensemble...

Cosmic Camel Clash : Dream Theater a souvent expliqué que quand ils entrent en studio, ils emmènent une sélection de Cds qui forment leur "inspiration corner" et qui définissent la direction générale de l’album. Est-ce le genre de démarche qu’A.C.T pourrait avoir, et si oui quels seraient les Cds choisis ?
Ola : Je ne pense pas que nous pourrions faire ça. Nous nous inspirons de la musique elle-même et nous essayons de faire pour le mieux. Les influences viennent de choses que nous avons écouté en amont, nous ne fonctionnons pas comme ça., nous aimons juste écrire des chansons.

Struck : Mon patron -Torpedo ; fan de néo-prog- déteste votre musique. Comment pourrais-je le convaincre que vous êtes un bon groupe, et quel titre utiliseriez-vous pour ce faire ?
Jerry : Je ne connais pas ton patron... mais nous ne faisons pas de néo-prog donc bon!
Ola : Je pense que ce n’est pas un problème s’il ne nous aime pas, je pense même que c’est bien. Il y a tellement de musique dans le monde, ce n’est pas un souci si des gens n’aiment pas la nôtre. Ca crée de la diversité. En tous cas, je conseillerais "Waltz With Mother Nature" (ndlr : titre déjanté issu de « Today’s Report » avec en autre un refrain de musique hawaïenne), en particulier s’il nous voit la jouer live.

[IMG]http://www.musicwaves.fr/pics/upload/articles/extras/ACTR02.jpg[/IMG]

Cosmic Camel Clash : Sur le dernier album vous avez refait un très long titre divisé en plusieurs plages, comme "Relationships" sur « Imaginary Friends ». Pourquoi avoir choisi cette approche en sous-parties plutôt que d’avoir écrit un très long titre en un seul bloc ?
Jerry : Dès les premiers moments, l’inspiration pour ce morceau divisé en segment nous est venue de l’album « Abbey Road » des Beatles : la face B forme une seule grande chanson divisée en plusieurs parties. C’est mon avis personnel, mais je pense que ce format est plus intéressant à l’écoute qu’une chanson qui balance des soli pendant vingt minutes. C’est comme pour un film : on ne veut pas voir un plan-séquence sur un type assis sur une chaise et qui regarde par la fenêtre pendant vingt minutes d’affilée, il faut qu’il se passe quelque chose. Un autre personnage doit arriver histoire qu’on se demande "Qu’est-ce qui se passe ? Qui est ce type ?" et à partir de là on aura une seconde histoire concernant ce type qui sera totalement différente au niveau de l’ambiance. Puis soudainement ce troisième mec arrive, et lui, qui c’est ? Ca, ça m’intéresse beaucoup plus que de suivre le même type durant toute la chanson, et c’est pourquoi nous divisons les longs titres en segments.

Struck : Vous êtes en train de travailler sur le cinquième album... comment va-t-il sonner ?
Jerry : Je pense que nous avons ramené un peu plus de passages instrumentaux et de trucs cinglés. Il me semble qu’il est un plus heavy, aussi. Nous en sommes encore aux balbutiements : j’ai écrit huit chansons pour l’instant, Ola en a écrit deux, et nous ne les avons pas encore faites tourner en répétition, nous les avons juste enregistrées nous-mêmes. Après cette tournée nous allons nous rassembler, écouter ces titres et commencer à les travailler ensemble.

Cosmic Camel Clash : « Silence » a surpris pas mal de monde à cause de la tonalité de l’album, bien plus sombre qu’à l’accoutumée, le nom A.C.T étant traditionnellement associé à une musique joyeuse. C’est une évolution consciente ou bien étiez-vous juste d’humeur plus sombre au moment de l’écrire ?
Jerry : Question intéressante... il est effectivement plus "dark" dans son ensemble, et ce dès le premier titre. Les paroles en général sont assez sombres... je ne sais pas du tout si c’était conscient. Comme tout groupe normalement constitué, nous voulions faire quelque chose de nouveau et nous avons travaillé en ce sens. Tout le monde écrit des paroles dans le groupe, et elles se sont révélées plus profondes et moins joyeuses qu’à l’accoutumée. "A Beautiful World" est probablement la chanson la plus sombre que nous ayons jamais composée... j’imagine que nous voulions explorer cette face de nous-mêmes, oui.

Cosmic Camel Clash : Avez-vous essayé d’expérimenter en gardant une musique joyeuse et en la liant à des paroles plus sombres, où est-ce que c’est juste venu comme ça ?
Jerry : C’est juste venu comme ça, vraiment. Je n’ai aucune idée des thèmes qui seront évoqués sur le prochain... nous sommes juste A.C.T, nous continuerons à faire de la musique dérangée, je ne sais pas ce qui se passera! (rires)

Struck : Quel est le sens de ce nom, "A.C.T" ?
Jerry : C’est un grand secret. Nous n’allons pas le révéler, désolé (rires) ! Nous voulons que les gens le trouvent par eux-mêmes, nous aimons le mystère. Comme à l’époque de Kiss et de leur maquillage, personne ne savait à quoi ils ressemblaient... En tous cas il y a des indices dans les livrets de nos albums et si tu les étudies avec attention, ainsi que nos paroles, tu peux trouver le truc.

Cosmic Camel Clash : « Silence » peut-il être considéré comme un mix de vos précédents albums ?
Jerry : Oui, je pense... surtout que quatre ou cinq des chansons présentes sur l’album ont été écrites juste après la sortie de « Last Epic », et comme tu le sais peut-être nous n’avons commencé à enregistrer « Silence » qu’un an et demi après, donc les chansons étaient déjà vieilles. Et il s’était passé exactement la même chose avec « Today’s Report » ; à l’époque : nous avons formé le groupe en 1995 et la chanson "Why Bother" a été écrite cette année-là alors que nous ne l’avons enregistrée qu’en 1999. De ce point de vue, la démarche est assez similaire.

Struck : Quelle question aimerais-tu qu’on te pose ?
Jerry : Wow, on ne me l’avait jamais faite avant celle-là! Si nous allons revenir en France, peut-être ? Non, je ne sais pas. Tu vas devoir la trouver toi-même !

Struck : OK, quels sont vos meilleurs et vos pires souvenirs en concert ?
Jerry : Mon meilleur souvenir est d’avoir joué dans un trou perdu en Suède, un village très au nord... quand nous sommes arrivés sur scène il n’y avait que cinq personnes dans le public, et ils n’avaient jamais entendu parler du groupe (rires) ! L’endroit était assez grand, et il n’y avait que ces cinq personnes devant nous... et l’un d’entre eux a commencé à se bourrer la gueule, il a sauté sur scène, s’est mis sous la basse de Peter et a mordu son manche à pleine dents! Peter a dû le virer de la scène à coups de pieds (rires)!! C’était hilarant…
Le pire, c’était durant notre tournée avec Saga en 2003. La scène était très surélevée par rapport au public, de plus d’un mètre. Herman faisait son Herman ; dansant, bougeant, faisant l’imbécile... et il est tombé, et a failli se tuer. Il est tombé directement sur la barrière de sécurité et l’a attrapée in extremis avec ses mains alors qu’il allait la prendre en pleine tête. C’était très choquant à vivre : la seconde d’avant il était à côté de moi et d’un seul coup il était tombé. La totalité du public a retenu son souffle...

Cosmic Camel Clash : Revenons à « Last Epic » : comment vous est venue l’idée de faire un concept-album sur la vie d’un immeuble ?
Jerry : Nous voulions faire quelque chose de vraiment original par rapports aux autres groupes de rock progressif. Ils parlent toujours de trucs bizarres comme les dragons, les contrées lointaines, les mondes imaginaires... nous voulions faire quelque chose qui ressemble plus à un film. Nous adorons tous Pulp Fiction et nous avons voulu faire quelque chose de similaire : suivre différentes personnes dont les histoires se recoupent. D’où l’idée de l’immeuble, qui est aussi (Air faussement solennel)... une métaphore du monde... Quand tu réécouteras l’album la prochaine fois, tu pourras avoir ça à l’esprit.

Cosmic Camel Clash : Je crois que j’avais déjà capté le truc, désolé (rire général) ! Comment expliques-tu le succès délirant des titres de « Last Epic » en live ?
Jerry : Probablement parce que c’est un album très joyeux. Toutes les paroles sont plutôt marrantes, et il me semble qu’ils cadrent très bien avec les éléments joyeux de la musique, je ne sais pas... qu’est-ce que tu en penses, toi ?

Cosmic Camel Clash : Je dirais que c’est aussi parce que beaucoup de gens vous ont découverts avec cet album... et le fait qu’il y a un nombre impressionnant de tubes complètement tordus dessus, comme "Manipulator" et "Mr Landlord"...
Jerry : Oui, ces titres sont étranges, et joyeux en même temps. Mais ce qui est marrant c’est que les titres de « Last Epic » ont ce succès surtout en France alors que ce n’est pas le cas ailleurs. Quand nous jouons dans d’autres pays il n’y a que quelques chansons de cet album qui déclenchent l’hystérie du public, pas toutes les chansons comme ici. Ces chansons s’accordent bien avec le public français.

Nous quittons les suédois, en ne leur posant pas l’habituelle question qui est de faire parler les membres du groupe en français, Herman nous ayant répondu sur scène : « Je voudrais une bière s’il vous plaît » !


More informations on http://www.actworld.se/
Main Image

Item 1 of 0
 
LINKED
DERNIERE ACTUALITE
A.C.T.: New track in listening
RELEASE

Read the news
Read all news regarding A.C.T.
 
DERNIERE CHRONIQUE
3
Rebirth (2019)
Beautiful product with immediate adhesion, but whose listening pleasure may quickly fade.

Read the review
Read all reviews regarding A.C.T.

F.A.Q. / You found a bug / Terms Of Use
Music Waves (Media) - Rock (Progressive, Alternative...), Hard Rock (AOR, Melodic,...) & Metal (heavy, progressive, melodic, ...) Media
Reviews, News, Interviews, Advices, Promotion, Releases, Concerts
Some of our partners :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019