MW / Accueil / Articles / MISANTHROPE (20 FÉVRIER 2013)

MISANTHROPE (20 FÉVRIER 2013)

INTERVIEW - DEATH METAL - STRUCK - 28.05.2013
"Misanthrope est un groupe anti-commercial et à but culturel basé sur la réflexion et le dépassement de soi"
  •  
  •  
  •  
    
Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?

S.A.S. de l'Argilière : Hum, "Es-tu le personnage aussi hautain que tu parais être ?" (Rires) !


[IMAGE1]


La notion de personnage ramène à celle de l'image véhiculée par les médias. Justement concernant la promotion de ce nouvel album, jusqu'à présent Misanthrope semblait plutôt méfiant avec les médias, on a toujours senti qu'entre vous et la presse spécialisée il y avait comme une sorte de malentendu. Est-ce que tu penses que ta personnalité entière et celle disons aristocratique du groupe a pu rendre les médias réticents vis-à-vis de vous ?

D’abord, il faut recadrer tout ça ! Je m’appelle Philippe. Dans Misanthrope, je joue le personnage de S.A.S. de l'Argilière - qui est le nom de mon grand-père "De l’Argilière" en complément de Courtois, je trouvais et trouve toujours ça sympathique - descendant d’Alceste de Molière. Puis en 1995, Manuel Rabasse de Hard N’Heavy m’avait dit que pour marquer le coup de la sortie de "Théâtre Bizarre", il voulait inventer un fantasme autour de moi pour promouvoir différemment le groupe. Il a inventé cette fameuse histoire de ma venue sur scène "en chaise à porteurs". Effectivement, ça a beaucoup marqué les esprits. …


Que nous avons laissé à l’entrée justement…

Tout à fait (Rires) ! Et ensuite, j’ai joué le jeu de l’auto dérision pendant 3-4 ans mais sincèrement, je ne pensais pas avoir une carrière aussi longue…C’était une attitude un peu trop "fun" et décalée avec du recul. Mais il est impossible de réécrire le passé.


A cet égard, il semblerait que depuis le dernier album, vous êtes plus abordables. Le concept Misanthrope reste le même, autour d'Alceste et de ses voyages mais la distance qui s'était créée semble avoir disparue. Même toi, tu parais apaisé. Avec l'âge, on a l'impression que tu t'es éloigné de ton personnage luxurieux et aristocratique, es-tu d’accord avec cela ?

Je suis avant tout un fan de Metal et surtout un passionné de cette musique Extrême et underground. Il est évident que cette image a certainement pu nous nuire à une époque et pour être honnête, je ne vivais pas forcément bien cette situation sachant que le personnage de S.A.S de l'Argilière est finalement très éloigné de ce que je suis.


Cette image aurait donc empêché le groupe d'exploser commercialement ?

Très certainement mais nous n’avons surtout pas su gérer l’ère d’Internet qui a commencé en 2003 et qui correspond au début du creux de la vague de la carrière de Misanthrope… Peut être que le groupe est maudit quelque part (Sourire) ! Ce qu’il faut retenir c’est que Misanthrope est un groupe anti-commercial et à but culturel basé sur la réflexion et le dépassement de soi.


2003 est justement l’année de création de Music Waves. Nous allons donc fêter cette année les 10 ans du site mais également le retour en force de Misanthrope…

(Rires) C’est tout à fait ça ! Ces 10 dernières années, nous avons enfin intégré le monde virtuel via le web et facebook. C’est un grand pas en avant. Il était temps que nous sortions de notre "Tour d’Ivoire".


Concernant la musique, "IrremeDIABLE" était un disque complexe, raffiné et difficile d'accès. Aviez-vous conscience d'un certain risque en proposant un album concept sur Baudelaire?

Oui mais pour être honnête, nous n’avions plus rien à perdre. Nous étions au plus bas de la vague justement après la sortie de "Metal Hurlant" qui a été notre album le moins bien accueilli. Nous nous sommes donc lancés à corps perdu dans le concept "IrremeDIABLE" qui relate la vie et l’œuvre torturée de Charles Baudelaire… Un concept totalement fou, épuisant que nous nous sommes promis de ne jamais renouveler. Il fallait maintenir à tout prix l’existence de l’entité Misanthrope… et dans la création artistique tous les risques sont permis.


Ce qui explique que pour ce nouvel album "Aenigma Mystica", vous aviez en tête de revenir à des titres plus accessibles, du moins à un axe chansons plutôt que quelque chose de purement conceptuel

Tout à fait. A l’issue de "IrremeDIABLE", nous savions que nous avions atteint une sorte de paroxysme difficile à surpasser. Or l’essence même de Misanthrope est de faire toujours mieux. Nous avons donc abordé "Aenigma Mystica" sous un angle totalement différent sans aucune limite de temps et de budget. Les 12 titres se devaient d’être sublimes ou nous les avortions.


Même si l’album est plus axé chanson et moins conceptuel, il est d’une variété rare entre black symphonique, heavy speed métal et death métal. La musique de Misanthrope doit obligatoirement se mériter ?

Ce n’était pas une volonté en tant que tel. Ce sont les riffs que chacun d’entre nous apportions qui nous amènent à ce résultat… Mais dire que Misanthrope se mérite, c’est une idée qui me plaît assez (Sourire). Nous ne nous laissons jamais tenter par les mouvances de la mode. Seuls l’authenticité et le plaisir nous font avancer et non pas l’amertume de la non réussite en tant que groupe.


La chronique de Music Waves conclut par "Misanthrope touche littéralement au sublime et nous présente son opus le plus varié signant l'aboutissement artistique d'un parcours sans fautes et pourtant jamais reconnu à sa juste valeur. Présenté dans un écrin splendide - la touche Holy Records - ce disque est la révélation heavy extrême de ce début d'année, tout simplement.". Quel est ton avis ?

Et bien, tout d’abord merci mais nous ne méritons pas tous ces compliments, lancez-nous des pierres (Rires) ! Nous travaillons beaucoup les visuels et l’Artwork. Séverine Foujanet -notre graphiste depuis le premier album- a encore fait un travaille flamboyant. Merci.


Le thème principal de cet album, autour d'Alceste et de ses voyages, nous aurions souhaité que tu nous retraces un peu l'histoire de ce concept qui tourne autour de toute la vie du groupe depuis "1666 Théâtre Bizarre" et que tu nous livres ses secrets de fabrication ?

En fait, on pourrait passer des heures à parler d’Alceste mais pour résumer, Alceste -mon alter ego- recherche l’absolu au-delà de l’immortalité. Il s’échoue après des décennies d’errance sur une île au large de la Guyane -celle photographiée sur la pochette- il va y trouver les premiers indices de sa quête. Il trouve un personnage avec 12 constellations dans les yeux : l’Aenigma Mystica en l’occurrence.
Tu auras compris que chaque éclat de son œil correspond à un titre de l’album qui réunis forment une énigme dont tu peux trouver la clé avec l’aide du livret de l’album.


Concernant l’île, j’ai appris qu’elle avait été photographiée par Jean-Jacques Moréac qui a dû se déplacer deux fois en Guyane pour avoir ce cliché, ça coute cher d’être membre de Misanthrope…

Misanthrope c’est avant tout de la dévotion et de l’abnégation (Rires) ! C’est la première fois que Jean-Jacques Moréac "shoote" pour Misanthrope, c’est un bel engagement, nous en sommes tous heureux.


Outre Molière quels sont en fait ses influences littéraires? Sont-elles purement françaises ou puise-t-il aussi son inspiration dans la littérature fantastique anglo-saxonne, de Lovecraft à Poe, qui a tant influencé de formations métalliques comme Cradle of Filth ?

Mes influences sont essentiellement françaises. Je ne lis pas d’œuvre anglaise même Edgar Alan Poe… et ce même si je parle couramment anglais. Ca ne m’intéresse pas, je préfère me plonger dans la littérature française de préférence datée : Molière, Baudelaire, Chateaubriand, Céline, Rabelais, Rimbaud... à tel point que je lis les versions anglaises, espagnoles de leurs œuvres et constater que le fond est différent (Rires)…
Mais cela ne m’empêche pas de lire des œuvres plus contemporaines, pour preuve, je lis actuellement le dernier Bernard Weber.


Au travers des textes justement, on ressent chez Misanthrope un profond respect pour le religieux et l'autorité morale que représente un souverain, à ce titre "La bonté du roi pour son peuple" me semble le meilleur exemple de ce principe moral, n'as-tu pas peur de défendre ces valeurs alors que de nos jours ce genre de respect s'est complètement perdu ou considères-tu cela comme une bataille nécessaire pour conserver une certaine forme de respect envers notre histoire et nos ancêtres ?

Non au contraire, Misanthrope, c’est ça !
J’ai été élevé dans une famille nombreuse en banlieue parisienne avec ces valeurs-là ! Je ne remercierais jamais assez ma famille pour m’avoir inculqué leurs valeurs, leur religion et l’amour de cette ancienne France et de son histoire.


Mais tu n’as pas peur de voir le discours de Misanthrope interprété comme étant une propagande de droite ?

Tu as raison et c’est très intéressant de mettre des mots sur ça… Mais clairement, le groupe n’a pas vocation de véhiculer un quelconque message politique même s’il est vrai qu’il est certain que Misanthrope n’a jamais écrit de titre étiqueté à gauche (Sourire).


De façon plus profonde, quel est le poids du sacré dans leur vie car le lien semble fort mais loin de faire du prosélytisme white métal, Misanthrope nous fait surtout partager cet amour divin et royal et finalement nous fait rentrer dans son univers de manière douce et subtile.

C’est vrai mais j’ai vraiment du mal à répondre à cette question dans le sens où c’est notre nature profonde, notre éducation… Je fantasme sur une France passée à la loyauté exemplaire et au rayonnement international. Ce que nous subissons au journal TV de 20h n’est qu’un enchainement de blasphème sans fin. Depuis trop longtemps notre culture a baissé les bras. Ils attendent, comme le Parthénon à Athènes, des jours meilleurs qui ne viendront jamais.


C’est tout le paradoxe, des textes finalement très personnels dans lesquels tu te mets à nu justifiant ainsi la création du personnage de S.A.S. de l'Argilière ?

En effet, certains textes comme "Suis-je Misandre ?" sont très personnels et effectivement, le personnage S.A.S. de l'Argilière est une sorte de surmoi dans lequel tu peux entrevoir tous mes fantasmes mais qui a également été comme une sorte de carapace pour me protéger des interprétations négatives de certaines personnes. La dernière en date concerne la pochette de l’album et plus particulièrement l’électrocardiogramme, certains sont venus à dire qu’il était le reflet de la carrière de Misanthrope à savoir une carrière qui a connu des pics et l’électroencéphalogramme plat correspond à la fin proche du groupe…
Je ne suis pas "intouchable", mon cœur n’est pas de marbre, il faut donc que je me protège des abrutis qui dénigrent tout systématiquement… même leur propre famille. L’accès à la parole des imbéciles via le web est le fléau du monde moderne.


[IMAGE2]


La complicité qui existe entre les membres du groupe, cela fait cliché de dire ça mais on sent bien que Misanthrope forme un quatuor soudé aux allures de clan, comment cette relation s'est construite avec les années ?

Ca peut paraître cliché de répondre cela mais effectivement, il y a une sorte d’osmose entre nous.
Nous avons vécu tellement d’années de galère avec les multiples changements de line-up pendant 10 ans qu’à un certain moment -notamment quand nous n’étions plus que deux avec Jean-Jacques (NdStruck : Moréac)- nous cherchions plus à recruter des personnes dont la mentalité s’inscrivait dans le concept Misanthrope sur le long terme que des musiciens. Depuis plus de 10 ans, nous n’avons pas changé de line-up. Nous sommes bien tous les quatre ensemble.


Dans le prolongement de l’idée de clan, de famille, Jean-Baptiste Boitel, guitariste de 1996 à 2003 fait toujours parti du processus d'enregistrement…

…Effectivement, j’en veux pour preuve que Jean-Baptiste apparaît sur certaines photos.


… on a le sentiment que le groupe a besoin de ce genre d'environnement fort pour bien travailler ? Es-tu d’accord avec cela et si oui, est-ce que cela
explique finalement le long délai pour créer ce nouvel album ?


Pour autant, si le délai entre "IrremeDIABLE" et "Aenigma Mystica" a été long c’est plus une question de disponibilité, d’agenda… En effet, nous avons été tellement satisfaits du résultat de "IrremeDIABLE" que nous avons impérativement voulu travailler avec les mêmes personnes : que ce soit au niveau de la production de Fernando Pereira Lopes, du visuel de Séverine Foujanet avec qui nous travaillons depuis le premier album. Notre label Holy Records s’est aussi restructuré avec l’arrivée d’EMP. Nous voulions sortir l’album qu’au moment où tous les éléments seraient unis à l’unisson, c’est chose faite.


Donc c’est plus une question de disponibilité et moins de créativité. Est-ce que cela explique au contraire que tu débordes de créativité que tu déverses dans Argile dont fait partie Jean-Jacques Moréac et Gaël Féret… ?

Ce sont deux choses différentes mais nous pouvons en parler quelques instants, Argile est un groupe composé des membres de Misanthrope et qui a pour finalité de sortir 3 albums de Doom Dark avant-gardiste et plaintif… sachant que nous n’avons rien prévu concernant l’enregistrement du troisième : ça peut être dans huit, dix ans. Par contre, nous allons enfin faire notre premier concert en 2014.


Musicalement avec le temps, Anthony Scemama a pris une place forte dans le groupe au point sur le dernier album de bluffer son monde par ses soli et ses riffs fortement mis en avant, c'est un processus naturel cette prise de poids dans le groupe?

Anthony est vraiment une personne très humble. C’est un guitariste métal extraordinaire qui permet de mettre tous les instruments en avant -et non uniquement ses guitares- si bien que cet album est vraiment une réussite dans la cohésion musicale ! Il a énormément participé à la composition… c’est le scientifique du groupe à l’humour truculent et avec un esprit d’analyse décalé et stupéfiant.


Pour changer de sujet, nous aimerions revenir sur le statut de son bébé de label, Holy Records, qui semble en sommeil à part pour sortir les disques de Misanthrope… même Supuration est parti vers d'autres cieux après 15 ans de fidélité, le label est-il complètement hors jeu ou est-il tenu en vie artificiellement par les sorties de Misanthrope ?

(Rires) Je n’ai pas vraiment de réponse à te donner sur ce point. Holy Records est là où il doit être : et c’est très bien ainsi !
Le moule du concept de faire des disques underground et de les vendre est cassé. Le schéma économique n’existe plus ! On a malgré tout la chance absolue de pouvoir continuer à travailler avec Holy Records. Merci à toute l’équipe de professionnel qui nous entoure.


La collaboration avec EMP a sans doute permis de sauver les meubles ou tout du moins de permettre de continuer une activité commerciale, mais cela n’est-il pas gênant de plus être complètement indépendant?

Attention, il n’y a pas de tutelle EMP. Holy Records est toujours 100% indépendant. Holy Records et EMP sont deux entités différenciées et différenciables, il ne faut pas s’inquiéter (Sourire) ! C’est juste de l’entraide à très grande échelle. De plus, ils permettent à Misanthrope d’être disponible en vpc dans toute l’Europe et d’avoir de beaux relais promotionnels dans d’autres pays comme l’Espagne, l’Italie, l’Angleterre et l’Allemagne.


Tu parlais de malédiction, pour un groupe qui va avoir 24 ans, avez-vous prévu quelque chose de particulier pour les 25 années de vie de Misanthrope ?

Il faudrait mais en ce moment, on est sur l’élan de l’album : la promotion, on est booké sur 3 festivals cet été : le Summer Breeze en Allemagne, le Brutal Assault en République Tchèque et le Hellfest, on est en tête d’affiche d’un concert à Paris le 21 Septembre…
Donc malheureusement non, nous n’avons pas le temps de célébrer nos 25 ans… Mais sachant qu’on n’a pas fêté les 20 ans du groupe, il est fort possible qu’on ne fête pas les 25 ans…Même si les années sont des atouts, nous avons d’autres armes pour nous promouvoir.


Plus de 24 ans d’existence, 9 albums, comment juges-tu ton premier album avec le recul ?

Je n’ai pas d’avis tranché, il fait partie de moi.


Mais quel est-il quand tu l’écoutes ?

Je ne l’écoute pas très souvent (Sourire) !
Je le trouve charmant… C’est frais, c’est très improvisé…
C’est une partie de ma vie, c’est ce que je voulais faire… Ce qui est drôle, c’est qu’avec les années, je pense surtout à la composition et la réalisation.
Cet album est ce qu’il est : il va avoir 20 ans dans quelques mois. C’est le reflet de qui j’étais donc je n’ai pas d’avis… C’est comme si on me demandait si je m’aimais à 23 ans ? C’est difficile de répondre…
En revanche, j’ai beaucoup de connivence avec la façon dont on faisait les disques à l’époque : très spontanée, improvisée… en 11 jours il fut enregistré, mixé et gravé sur CD.


Ce n’est plus le cas ?

Non ! On parle d’un disque qu’on a fait en 3 mois et le dernier qu’on fait en 5 ans. C’est clair que "Aenigma Mystica" est moins improvisé que "Variation On Inductive Theories" qui est un jet plus primitif mais tout aussi sympathique (Sourire) !


Comment juges-tu l’évolution du groupe, regrettes-tu certains choix qui auraient pu et dû faire de Misanthrope le leader de la scène metal extrême ?

Je regrette surtout qu’on ait du succès sur "Visionnaire", "Libertine Humiliations" et "Misanthrope Immortel". C’était bien trop tard !
Il fallait soit donner du succès à Misanthrope dans le début des années 1990, soit nous laisser nous arrêter de nous-même par essoufflement… mais pas nous donner du succès sur la sixième année, que ça soit le cas pendant 3-4 ans puis que ça retombe avec une traversée du désert de 10 ans et que ça reprenne alors que je suis quarantenaire…La vie de Misanthrope est parfois laborieuse et vraiment en dent de scie. Mais attention, je ne regrette rien !

Pour être honnête, ce n’est ni notre public, ni notre musique qui a fait ce que nous avons été : ce sont les relations entre notre label et le management ainsi que la façon dont le groupe a été présenté au public qui ont établi le groupe… Comment Misanthrope a-t-il été positionné dans la scène.
Ce n’est pas qu’une question de musique, ni de groupe, c’est plus impalpable… Il y a des centaines de groupes qui sont bons et qui n’arrivent pas à vendre 100 disques… et inversement !
Il y a énormément de facteurs à prendre en compte quand tu analyse la carrière d’un groupe. Maintenant, je vis Misanthrope loin de tous leurs calculs.

Si tu devais choisir un titre de ta discographie pour faire découvrir ta musique à quelqu’un qui ne la connaîtrait pas. Quel titre choisirais-tu et pourquoi ?

Le titre : "Névrose", c’est violent, ça part dans tous les sens, il y a beaucoup de synthés, il y a des blasts, il y a un petit peu de chant plaintif, le clip est très beau esthétiquement… Le morceau est court, il y a un bon solo de guitare, une impro basse/ batterie… Tous les éléments sont bien agencés, avec même un côté pas vraiment mélodique : j’aime ce titre !
Et c’est un titre que nous avons composé à 3 : j’ai composé le morceau, Jean-Jacques (NdStruck : Moréac) l’a arrangé avec mes riffs en proposant sa structure et Anthony (NdStruck : Scemama) a fait les arrangements et orchestrations…


Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?

Mon meilleur souvenir d’artiste est quand, pour la première fois sur scène, j’ai entendu des filles crier : "Je t’aime" !


Au contraire le pire ?

Le pire ? La première fois que j’ai ouvert Internet et que j’ai vu une centaine de commentaires négatifs sur Misanthrope… C’était la découverte de la haine autour de Misanthrope et de moi en particulier, je ne savais pas que j’étais apparemment un si gros connard (Rires) !


Tout l’opposé de ton meilleur souvenir… Justement, il semblerait que Misanthrope soit un besoin de reconnaissance…

J’ai choisi le bon nom de groupe (Rires) : la misanthropie, c’est formidable !
Oui, c’est certain, il y a un besoin de reconnaissance évident pur notre travail de groupe sinon je ne serais pas là… Ca me galvanise de faire une interview actuellement avec toi ! Je suis ravi de parler librement du groupe autour d’une bière avec toi. Finalement, ce sont des moments rares.


Même si les premières minutes n’ont pas été enregistrées ?

C’est extraordinaire ! Je ne fais jamais d’interview face à face : c’est la seule que je fais dans le cadre de "Aenigma Mystica"… Ca doit être mon côté maudit (Rires) !


Et dans le si certains artistes trouvent un cathartique dans la musique, quel est ton but recherché hormis cette reconnaissance ?

Honnêtement, je ne sais pas pourquoi ! A l’heure actuelle, je ne peux pas poser de mot… mais profondément, je pense que c’est d’être dans un groupe de metal. Depuis que je suis tout petit, j’ai toujours voulu faire ça même si tout était réuni pour que ça ne se fasse pas… Et au final, j’ai 24 ans de carrière (Sourire) !
Je suis frénétique, j’écris tous les jours que ce soit un mot, un refrain… J’ai un but dans la vie : écrire des textes et chanter pour Misanthrope ! Cela m’enchante.


Au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

"Vas-tu te rappeler des premières minutes de cette interview ?" (Rires)…
Non, j’ai bien aimé cette interview, c’était intéressant… Si, j’en ai une finalement : "Est-ce bien toi qui écris les textes de Misanthrope ?"…


Et alors ?

Oui malgré ce que l’on dit : c’est bien moi !


Ah bon, ce n’est pas Baudelaire ou Molière qui écrivent les textes de Misanthrope ?

(Rires) Ah je n’avais pas encore eu cette version…
On a tout lu nous concernant, c’est formidable et c’est la raison pour laquelle j’aime tant ce groupe !


Le mot de la fin aux lecteurs de Music Waves ?

Tout d’abord merci beaucoup, merci pour cette charmante rencontre…
Si vous osez franchir le pas, écoutez Misanthrope ! Je me fous de vendre des disques, ce n’est pas mon discours, mais si vous avez un ami qui a le cd digipack écoutez-le d’une traite avec le livret entre les mains, vous verrez et vous l’apprécierez à sa juste valeur… mais vous pouvez l’écouter sur Deezer ou youtube.


[IMAGE3]


Même si le livret est indissociable pour une immersion totale…

Bien sûr ! Comme je te le disais, je ne vois aucun inconvénient à ce que les gens l’écoutent sur Deezer : c’est légal et gratuit mais vous n’avez qu’une partie de l’iceberg. Par exemple, tu ne vois pas qu’il y a un mec dodu et un autre plus dégarni dans le groupe (Rires)…


Merci beaucoup.

Merci à toi…


Un grand merci à Noise pour sa contribution et à S.A.S. pour sa patience...


Plus d'informations sur http://www.misanthrope-metal.com/
EN RELATION AVEC MISANTHROPE
DERNIERE ACTUALITE
Le Paris Metal France Festival revient en janvier
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant MISANTHROPE
 
DERNIER ARTICLE
"Misanthrope est un groupe anti-commercial et à but culturel basé sur la réflexion et le dépassement de soi"

Lire l'article
Voir tous les articles concernant MISANTHROPE
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Alpha X Omega (2017)
Loin des modes fugaces, Misanthrope est de retour avec un disque d'une force remarquable qui le voit briller de mille feux et proposer le meilleur de son art.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant MISANTHROPE

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018