MW / Accueil / Articles / RAISMES FEST 2013 - 14 SEPTEMBRE 2013

RAISMES FEST 2013 - 14 SEPTEMBRE 2013

LIVE REPORT - ROCK PROGRESSIF - NOISE - 22.10.2013
Une chaleureuse 15ème Editon du Festival de Raismes
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    
Contre vents et marées le Festival de Raismes tient debout et fête en ce 14 Septembre 2013 sa 15ème édition. Et jusqu'à la dernière minute les organisateurs auront eu à faire face à des événements imprévus, le dernier en date venant de l'annulation de Myrath 24 heures avant le festival en raison de problèmes de visa. Mais cela n'a pas empêché un public passionné de venir au Château de la Princesse de Raismes faire la fête autour d'une affiche riche et variée.

Car le festival, fidèle à ses habitudes, varie les genres proposés sur sa scène principale et permet de faire des découvertes sur sa petite scène. Et cette scène va être intéressante à suivre l'essentiel de la journée jusqu'à son intense tête d'affiche. 

Ce sont les français de Noise Emission Control qui ouvrent le feu après l'annulation de Outbreaker et ils le font avec une belle énergie devant un public déjà bien présent. Leur métal est direct et énergique avec quelques aspects punk à la Ramones qui font leur effet. Cette belle prestation est accueillie chaleureusement par le public. Les Loques A Terre sont l'ovni de cette scène, groupe de reprises Lillois. Ils proposent un show composé de titres loin de l'univers métallique avec des reprises de Bjork ou des Foo Fighters et rencontrent un succès d'estime. C'est un groupe qu'il faudra revoir dans des circonstances plus favorables.

Avec les parisiens de Asylum Pire le niveau va monter d'un bon cran, il faut dire que leur métal à tendance speed et symphonique est redoutablement efficace. Au chant Chaos Heidi fait le show avec aisance se montrant à l'aise dans les registres puissants ou mélodiques. Le groupe rencontre de fait un joli succès et il est permis de penser qu'on pourrait vite les revoir sur la grande scène. Gang est un vieux routier de la scène métallique française et peut compter sur quelques fidèles. Pourtant son heavy classique est daté et le chant haut perché manque un peu d'assurance.


Avec Komah le niveau remonte d'un coup, les belges envoient du lourd avec leur métal teinté de hardcore sans concessions. Et cela fonctionne auprès d'un public curieux et séduit. Nulle doute que le groupe a du gagner quelques adeptes avec cette prestation. Ricky Dozen enchaine et fait le métier, le hard teinté de blues des français est efficace, frais et direct. Il va à l'essentiel et rencontre un joli succès confirmant la belle tenue de la scène découverte. Cela se confirme avec JC Jess, le groupe de l'ex guitariste de Nightmare propose un heavy métal mélodique de haute volée. Il fait une belle impression alors qu'il joue entre deux gros morceaux de la scène principale preuve de la qualité de son heavy.

Enfin ce sont les Sticky Boys qui clôturent le show et nos petits français confirment un talent immense. Toujours aussi déchainée, la bande d'Alex Kourelis met le feu au festival avec son hard rock teinté d'AC/DC et de Motörhead et prouve qu'elle méritait cette place sur l'affiche. Dans l'avenir il ne fait guère de doutes que l'on retrouvera la formation aussi haut mais sur une scène principale.

La scène principale offre de nouveau pas mal de variétés, allant du hard classique au thrash en passant le progressif et le folk métal. Cette variété qui fait la force du Raismes Fest est bien appréciée d'un public toujours aussi curieux et avide de découvertes.

Emerald Plays Thin Lizzy ouvre le feu et joue sur du velours tant les titres de la légende irlandaise sont intemporels. Parfaitement joués "Whisky In The Jar", "Are You Ready", "The Boys Are Back In Town" et le formidable "Black Rose" font leur effet et lancent cette journée avec classe. Ensuite c'est un invité inattendu qui arrive avec Wild Dawn qui débarque d'Orléans en express pour palier au retrait de Myrath. Leur hard rock énergique, à la fois moderne et teinté du son des anciens, fait son effet. Les musiciens prennent leur chance à fond et se font plaisir tout au long de ce set. Ce concert fut donc une excellente surprise de la part d’une formation qui a tout pour aller loin.

Avec Eldorado la nouvelle scène hard rock vintage est à l’honneur et les espagnols confirment un talent et un groove énorme. Balançant entre AC/DC, Motörhead et le blues le groupe assure sévèrement et met le public dans sa poche avec facilité. Les titres passent avec bonheur le cap de la scène grâce à un Jesús Trujillo bluffant d’aisance. De plus les excellentes reprises de "Somebody To Love" de Jefferson Airplane et "Helter Skelter" des Beatles prouvent que le groupe sait varier le plaisir et ne pas s’ancrer dans la routine.


Après ce très bon concert ce sont les italiens de Elvenking qui prennent le relais. Il s'agit de leur 1ère date française, chose étonnante pour une formation qui en 7 albums a largement fait connaitre son power métal à tendances folk. C'est un joli coup décroché par le Raismes Fest et les Italiens vont faire plaisir au public. Leur concert est rapide, maitrisé et fait la part belle aux mélodies. Parmi les musiciens le violon tient une belle place et ne sert pas que de décor folklorique. Pas très loin d'un Skyclad le groupe prouve que sa musique est taillée pour la scène tant les titres amènent un côté joyeux irrésistible. Il reste à espérer que le groupe se fera plus fréquent en France dans les années à venir.

Avec Bukowski débarque la formation française en vogue du moment. Il faut dire que les parisiens ont réussi à séduire les fans de métal tout comme les fans de rock, leur deuxième album, The Midnight Sons, ayant même été élu meilleur album rock par la radio Oui FM. Assez attendu, Bukowski va confirmer son talent scénique. Son métal est puissant, moderne et teinté de groove. Le quatuor dégage une énergie diabolique et enflamme le public du Raismes Fest et ce concert est l'occasion de vérifier que les morceaux du récent Hazardous Creatures sont taillés pour la scène. Le groupe a sans aucun doute marqué des points auprès du public métal et il ne fait guère de doute qu'il devrait continuer son ascension assez rapidement.

Le concert d'Evile est un peu particulier lui aussi. En effet les thrasheurs américains viennent d'annoncer le départ de leur guitariste Ol Drake et ce dernier assure à Raismes l'un de ses derniers concerts avec ses partenaires. Malheureusement pour eux les éléments s'en mêlent et la pluie se fait assez forte dès le début du concert. Cela ne décourage pas les amateurs de thrash, Evile sait faire parler la poudre et se montre convaincant même si pas toujours très original et parfois trop proche de Slayer. Malgré tout cette prestation fait mouche en mélangent intelligemment esprit old school et modernité, le tout sans tomber dans les travers core comme pas mal de formations.

Audrey Horne est très attendu, avec Youngblood le groupe a crée la sensation heavy métal de l'année 2013. Car quand des black métalleux se mettent à faire du heavy teinté de hard rock classieux, Arve Isadl à la guitare officie dans Enslaved, ils le font avec une classe folle. Ils sonnent comme un croisement imparable entre UFO, Iron Maiden et Deep Purple. Et en live le groupe emmené par un Toschie impérial au chant met le feu du début à la fin. Basé sur Youngblood, la quasi intégralité de l'album sera joué, le concert est un hommage formidable au heavy rock classieux et classique. Et de "Redemption Blues" à "Youngblood" en passant par "There Goes A Lady" et "Straight Into Your Grave le public se régale à coup de riffs et soli intenses et de refrains énormes. Sans nul doute Audrey Horne a donné un des grands concerts de la journée et a confirmé qu'il avait le potentiel pour devenir un des grands du heavy métal de ces prochaines années.


Le style change radicalement avec Pendragon mais la classe reste la même. Les vétérans anglais du progressif sont attendus par pas mal de fidèles et ils vont les régaler avec maestria. Il faut certes rentrer dans la musique du groupe, les amateurs de hard rock plus direct ont sans eu du mal à s'y faire, mais la beauté des morceaux, le feeling des musiciens et ce son d'une rare pureté font de ce concert un moment unique. Emmené par un Nick Barrett étincelant à la guitare et au chant et par un Clive Nolan magistral au clavier, Pendragon délivre un concert magique, d'une intensité et d'un feeling rares. Musicalement la technique se met au service de la mélodie et chaque titre donne le frisson avec notamment un "Paintbox" beau à pleurer. Pendragon est un groupe fascinant et prenant avec des musiciens sympathiques et disponibles, Barrett montre un sourire communicatif tout le concert et après est resté longtemps à son stand pour des photos et autographes. Ce concert restera ainsi un des grands moments de ce festival.

Enfin c'est Y&T qui a l'honneur de clôturer cette édition 2013 et les américains vont le faire en beauté avec la classe et le feeling qui les caractérisent. En une heure et demie cette formation qui fêtera bientôt ses 40 ans se montre d'une fougue rare sur laquelle le temps ne semble avoir aucune prise. Son hard rock fait mouche et ravit une assistance encore très en forme au bout de cette journée. Il faut dire que la bande de Dave Meniketti est en pleine forme, ce dernier a toujours une voix aussi prenante et ses soli et riffs sont parfaits. Avec lui on retrouve Brad Lang à la basse, en remplacement du regretté Phil Kennemore ainsi que John Nymann à la guitare et Mike Vanderhule à la batterie. Et ce petit monde va revisiter magnifiquement l'histoire du groupe avec une palette de tubes imparables. Car de "Black Tiger" à "Forever" en passant par le classique "Mean Streak" ou encore "Hard Times" Y&T nous prouve qu'il est un grand nom du hard rock à tendances heavy et qu'il mérite une plus large reconnaissance.

Avec ce concert apothéose se clôture une nouvelle très belle édition du Raismes Fest. Cette belle affiche et le travail énorme des organisateurs auraient sans doute mérité une plus large affluence mais il ne fait pas de doutes que le public présent a pris beaucoup de plaisir au long de cette journée. Le festival est en tout cas en bonne santé artistique, sa variété de styles le prouve, et il faut sincèrement espérer pouvoir le retrouver chaque fin d'été pour encore longtemps.

Il me reste à remercier l'équipe du festival pour son accueil et sa disponibilité qui font que couvrir cette journée est un plaisir toujours renouvelé.


Plus d'informations sur http://www.pendragon.mu
EN RELATION AVEC PENDRAGON
DERNIERE ACTUALITE
PENDRAGON: Masquerade 20
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant PENDRAGON
 
DERNIER ARTICLE
Une chaleureuse 15ème Editon du Festival de Raismes

Lire l'article
Voir tous les articles concernant PENDRAGON
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Masquerade 20 (2017)
Nouveau DVD pour Pendragon, témoignage de la tournée du 20ème anniversaire de la sortie de "The Masquerade Overture". Classique mais de qualité, de nature à régaler le plus grand nombre.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant PENDRAGON

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017