MW / Accueil / Articles / FAUT-IL MEDIATISER LE RETOUR DE BERTRAND CANTAT ?

FAUT-IL MEDIATISER LE RETOUR DE BERTRAND CANTAT ?

DOSSIER - ROCK - STRUCK - 16.12.2013
Polémique autour de la médiatisation du premier album de Détroit "Horizons"...
  •  
  •  
  •  
    

"Horizons" marque le grand retour de Bertand Cantat. Avec la collaboration de Pascal Humbert, ce premier album du groupe Détroit (puisque c'est ainsi que le groupe s'appelle) est le premier album de l'ex-Noir Désir depuis la séparation du groupe en 2010.

A l'heure où les ventes de "Horizons" ont permis à Détroit de se classer en deuxième position du top album français avec 32.000 exemplaires dès la première semaine, à l'heure où le groupe a déjà prévu de monopoliser la salle de l'Olympia trois soirs de suite - fait relativement rare de nos jours pour un artiste non comique -  voilà que Bertrand Cantat jusqu'à ce jour assez absent des médias - hormis une interview insipide si elle n'était pas donnée par l'ex-Noir Désir dans Les Inrockuptibles - s'est livré dans une interview exclusive au micro de France Bleu Gironde.

Relayée par toutes les stations de Radio France, cette interview finalement toujours aussi contrôlée - si on l'écoute dans son intégralité- fait polémique sachant que la moindre déclaration, la moindre phrase, le moindre mot est scruté puis analysé par la France du rock. 


Ce qui créé la polémique dans le cas présent, c'est notamment ces phrases : 
"On est super heureux, d'autant plus que c'est parfois boycotté, censuré. En fait, ça se passe vraiment entre nous et les gens, à quelques détails près. C'est génial parce que c'est pur, sans interférence"
"Moi, mon ressenti profond est que du coup quand j'ai eu le disque entre les mains, après tout ce que j'ai traversé, c'était peut-être plus fort que le premier disque que j'ai sorti avec Noir Désir. Il y a à la fois beaucoup de fraîcheur et à la fois, on trimbale ce qu'on trimbale"

Sorti du contexte particulier entourant le passé sulfureux de Bertrand Cantat, ces phrases sont finalement assez quelconques et relèvent des citations fréquemment employées lors de campagnes promotionnelles. En revanche, sorties de la bouche de l'ex-Noir Désir, ces phrases même anodines font l'effet d'une bombe.

En effet, LA question sous-tenante et le débat est de savoir si Bertrand Cantat a droit d'être "heureux", pire de se poser comme victime des médias qui le "boycott[ent]" après les événements tragiques qui l'entourent que ce soit le décès de Marie Trintignant et au suicide de son ex-femme, Kristina Rady.

A cela, s'ajoute la question du traitement de la médiatisation (ou non) de Bertrand Cantat. Selon vous, les médias doivent-ils relayer les propos de personnes au passé sulfureux en sachant pertinemment qu'en agissant de la sorte, elle entretient le "buzz" et l'adage "peu importe que l'on parle de soi en bien ou en mal du moment qu'on parle de soi"... ?

Qu'en pensez-vous ?

 

eventuser_idarticle_comment_id
ADRIANSTORK le 19/12/2013 00:33:42
Je n'aime pas le musicien, et je n'aime pas Noir Désir (depuis toujours). Néanmoins, laissez-lui la peine de faire ce qui lui tient à coeur : de la musique.
8831217
PASCALJ le 18/12/2013 19:17:38
Fait divers hyper médiatisé, il fallait s'attendre que le retour de Cantat soit également super médiatisé.

Pour moi un jugement a été prononcé, il a purgé sa peine, alors maintenant laissons parler la musique.
Le rôle de Musicwaves est de parler de musique et de ses acteurs, Cantat en fait partie alors parlons de cet album, rien que de cet album.
16215
STRUCK le 18/12/2013 19:05:42
Détroit est un groupe qui vient de sortir un album "Horizon" (comme en témoigne l'extrait musical joint) . Dans ces conditions, il est logique qu'un webzine musical comme Music Waves en parle et demande l'avis de ses lecteurs...
11214
EILEAN11 le 18/12/2013 17:39:21
J'aurais pensé que musicwaves n'ouvrirait pas un énième débat sur son cas laissant cela à la presse people et autres journaux nationaux, je suis déçu.
1622213
PHENOMENA le 18/12/2013 14:03:20
Je ne suis pas spécialiste de droit mais je pense également que cette personne a payé sa dette (et sans juger ce qu’il a fait ou pas, pourquoi etc., nous n’y étions pas et personne jamais ne le saura). Pour un multi récidive, c'est une autre histoire, je ne pense pas que ce soit le cas ?

Bonheur ? Je pense qu’il parlait de du bonheur musical, le fait de retrouver gout aux textes et à la musique ! Car je pense que pour le reste, entre cette histoire et également le suicide de son ex(ex), le bonheur de la « vie » au sens large il ne l’a plus et ne l’aura sans doute jamais plus.

Donnons lui la chance de s’exprimer artistiquement et surtout jugeons le coté artistique et revenons aux valeurs musicales.

@Thibautk : je pense plutôt que Cantat c’est Cantat et que Noir désir sans Cantat c’est plus rien ou pas grand chose.
2413212
THIBAUTK le 18/12/2013 06:20:49
Qu'est Cantat en dehors de Noir Désir ? Rien à mon sens...
Si les médias en parlaient moins on se contenterait sur la musique et non les polémiques. Je déteste l'homme violent qu'il peut être, mais ne faut-il pas séparer homme et musicien, ou dans son cas tout cela est-il inextricablement lié ...
214209
PROGRACER le 17/12/2013 11:30:27
Tonyb a tout à fait raison. On perd l'essentiel de vue : la musique. La surmédiatisation de son retour n'est que l'effet pervers de cette actu. Écouter le disque et dire ce que l'on en pense, sans préjugés; c'est là l'essentiel à notre humble niveau. Que les moralisateurs fasses leur propagande et que les chroniqueurs chroniquent. Si le disque est mauvais, on en parlera pas longtemps, croyez-moi.
2508208
NUNO777 le 16/12/2013 23:52:32
Bien évidemment quand je dis "La question du droit à retrouver une vie libre après avoir payer sa dette n'est même pas à l'ordre du jour" c'est pour dire que ce droit est incontestable et qu'il n'est même pas évoqué par les tenants de la moralité médiatique.
1405207
TONYB le 16/12/2013 23:47:39
Pas le droit d'être heureux ? Mais ce mec a payé sa dette à la société il me semble non ? On pourra toujours arguer que la peine n'était pas assez ou trop lourde, les faits sont là, il est libre.
Alors pourquoi lui dénier un quelconque droit au bonheur ?
Et le plus agaçant dans toute cette histoire, c'est qu'on ne parle même plus de son disque et de ses éventuelles qualités.
999206
NUNO777 le 16/12/2013 23:27:27
Cantat a vécu dans, par et pour le star-système médiatico-libéral dans un créneau un peu underground mais toléré par le système lui-même. Il est le pestiféré actuel sur lequel se cristallisent les hystéries autant féministes que bien pensantes. Cette affaire est une manifestation de plus de la société du spectacle, on monte en épingle un événement qui n'aurait été qu'un fait divers si ça n'avait pas été Cantat et Trintignant, et on passe d'une polémique à une autre pour mieux cacher les vrais sujets et les questions qui devraient vraiment être débattues. Bien sûr il y a de l'indécence à parler de bonheur dans ces conditions mais Cantat sait ce qu'il fait en en faisant la confession qui sera reprise instantanément dans tous les journaux. La question du droit à retrouver une vie libre après avoir payer sa dette n'est même pas à l'ordre du jour, Cantat se place sans hésitation dans cette posture de victime des médias (qui ne parlent que de lui depuis une semaine) mais le tout sonne faux ou comme une énorme farce. Une belle manipulation de la part du boycotté et des boycotteurs.
1405205
EN RELATION AVEC ADMINISTRATION

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017