MW / Accueil / Articles / LEPROUS (08 NOVEMBRE 2013)

LEPROUS (08 NOVEMBRE 2013)


TYPE:
INTERVIEW
GENRE:
METAL PROGRESSIF
A l'écoute de "Coal", Music Waves était prêt à tout pour rencontrer le leader de Leprous même une interview dans des conditions... particulières comme vous le lirez par ailleurs...
STRUCK - 23.12.2013

Comment te sens-tu à quelques minutes d’entrer sur scène ?

Einar Solberg : Je suis très excité, je pense que ce sera un très bon concert, nous avons fait beaucoup de pré-ventes… La date parisienne est l’un des concerts qui nous excitait le plus à l’avance de toute cette tournée.


"Personnellement, je me fous de casser une quelconque image parce que je n’ai pas le sentiment d’appartenir à un style particulier"


Et pourquoi spécialement cette date ?

Tout d’abord, nous adorons l’endroit. Et comme je te l’ai dis, nous avons fait de très bonnes pré-ventes ici… Toutes les conditions sont réunies.



Quelle est la question qu’on t’a trop souvent posée ?


Pourquoi ai-je coupé mes dreadlocks ? (Rires)


Votre actualité est la sortie de "Coal". N’est-ce pas trop compliqué d’innover, de se renouveler sans cesse dans chaque album ?

C’est difficile si tu essaies de le faire par tous les moyens. Mais si tu ne tiens pas compte des attentes et si tu suis juste ce que te dit ton cœur, c’est assez simple. En clair, si tu fais abstraction de ce que tu as fait par le passé, ça coule de source. La composition de cet album a été vraiment très naturelle.


Même si c’est naturel, n’avez-vous pas eu une quelconque pression suite à la sortie de "Bilateral" qui a fait que Leprous a été considéré comme un groupe génial ?

Tout d’abord merci (Sourire) ! Oui et non, si tu penses à tout cela, tu te mets la pression. Encore une fois, si tu réfléchis aux attentes, ça te mène nulle part. Tu dois faire abstraction de tout ce qui a pu se passer.

Quand je suis chez moi, j’essaie de ne pas être troublé par de quelconque facteurs extérieurs afin d’essayer de faire quelque chose de très personnel. Au contraire, si tu axes ton écritures en pensant à ce que ton public va aimer et donc si tu te laisses influencer, je pense que ça ne marche pas (Rires) ! Nous essayons juste de créer des choses qui nous satisfassent nous-mêmes. La base de nos compositions est que nous écrivons des choses, nous les proposons aux autres membres pour savoir si ils le sentent ou pas : c’est aussi simple que ça ! Si nous sentons immédiatement le truc, nous gardons : nous ne nous soucions pas du reste.


Es-tu conscient que dans cet état d’esprit d’incessant renouvellement musical, vous avez un peu écorné l’image de groupe de metal progressif avant-gardiste comme on vous a catalogué suite à la sortie des deux premiers albums ?

Ca ne me dérange pas plus que ça (Rires) ! Nous n’avons jamais eu comme but d’être un groupe de metal progressif. Nous voulons juste faire de la musique. C’est vous les journalistes qui nous collaient une image. Personnellement, je me fous de casser une quelconque image parce que je n’ai pas le sentiment d’appartenir à un style particulier. Je délivre juste de l’honnêteté : si les gens n’aiment pas, tant pis mais j’aurais fait au mieux de toutes façons !


Quel est l’équilibre final de l’opération "Coal" ? En gros, avez-vous eu plus de nouveaux fans suite à la sortie de ce nouvel album que ceux qui ont arrêté de vous écouter depuis sachant que "Coal" divise et a déçu bon nombre de vos fans de la première heure ?

Oui mais quoi que tu fasses, il y aura toujours des personnes déçues. C’est pourquoi encore une fois, nous ne voulons pas prendre cela en considération parce que peu importe ce que je fais, il y aura toujours quelqu’un pour me demander pourquoi j’ai fait ça ou à l’inverse, pourquoi il n’y a pas plus de hurlements sur cet album… pourquoi j’ai coupé mes dreadlocks (Rires)…

Au final, je pense surtout que le fait de rester honnête, source de haine pour certains au début, fait qu’ils nous respectent aujourd’hui. Si bien que je pense que le mieux que tu puisses faire en tant que musicien est de suivre ton cœur : tout est question de passion et non d’attentes des autres…


Il semblerait que le processus de composition de Leprous est de laisser venir les idées et les expérimenter en essayant de faire en sorte que ça sonne neuf. En clair, nous voudrions savoir comment vous avez sélectionné les idées inclues dans "Coal" ?


La plus grosse partie de cet album "Coal" vient de moi et mes idées de base qui ont pris jour chez moi. Puis, le groupe se réunit en salle de répétition. Le but dans un premier temps est de ne pas être critique du tout parce que si tu es critique, tu tues toute créativité dans l’œuf. Cette partie existe bien entendu mais plus tard dans le processus. En fait, nous avons fait plus de chansons que nous avions de place dans cet album puis nous avons fait la sélection. Une sélection qui passe aussi par un stade de transformation, d’amélioration parce qu’une chanson n’est jamais terminée… Par exemple, tu l’entendras ce soir au concert, des chansons plus anciennes sonnent différemment aujourd’hui.


On peut appeler ça l’expérience…

Oui, nous avons gagné de l’expérience et nous savons aussi ce qui marche ou pas dans un contexte live. Nous savons aussi qu’il ne faut pas trop changer notre musique, ce sont donc toujours les mêmes chansons mais adaptées…


Tu as évoqué la façon de travailler pour cet album, est-ce que le processus de composition a changé par rapport au précédent ?


Oui, je dirais que c’était plus intense cette fois-ci. Nous avons travaillé sur une période plus courte pour un nombre d’heures équivalent : "Bilateral" a été fait en 2 ans alors que celui-ci a été fait en 4 ou 5 mois. Tout le monde peut proposer des riffs, des idées…


Est-ce que le but de "Coal" était de créer un ensemble cohérent entre les chansons mais également à l’intérieur des chansons ?

Oui, l’idée était de donner l’impression d’un tout. Quand nous avons choisi l’ordre des chansons, nous avions fait énormément de tentatives pour avoir l’ordre des titres. Un titre comme 'Bury' qui est un titre bonus était censé être dans l’album mais nous n’arrivions pas le placer. Ce n’est pas que ce soit une mauvaise chanson mais c’est juste qu’elle ne correspondait pas à l’humeur de l’album. En revanche, "Bilateral" était plus un album de chansons sans lien les unes entre les autres, c’était une attitude différente.


Justement cette sensation de fil rouge se retrouve au niveau des lignes et harmonies vocales : était-ce également une volonté ?

Oui. La seule idée que nous ayons vraiment pour cet album était d’avoir quelque chose de plus concentré et ainsi développer ces éléments répétitifs qui donneraient cette sensation que l’album forme un tout. Par exemple, tu pouvais passer des titres de "Bilateral" pour en écouter d’autres. "Coal" est plus un album que tu dois écouter du début à la fin même si certaines chansons comme 'The Valley' sont assez catchy et faciles d’accès.

Il y a une histoire assez amusante derrière ce titre justement. 'The Valley' est en passe d’être le morceau le plus populaire de cet album alors que c’est le seul qui n’était pas terminé au moment d’entrer en studio. Nous avions les refrains et c’est tout. Nous avions jeté tout le titre qui s’appelait 'The Wrong Valley' et nous avons seulement gardé une seule partie qui est le riff aux accents djent. Nous avions ce refrain dont je te parlais d’un autre titre. Nous avons fusionné les deux. Le guitariste a enregistré quelque chose d’assez heavy sur les couplets, le clavier également mais le batteur a enregistré quelque chose de complètement différent convaincu que c’était une bonne idée.

Mais finalement, nous nous sommes aperçus que ça n’allait pas avec les guitares mais toutes les deux -batteries et guitares- étaient déjà enregistrées. Nous ne pouvions pas déplacer les parties de batterie, nous avons donc déplacé les parties de guitares et il ne restait plus que mes parties vocales et claviers à enregistrer. Ma mission était compliquée (Sourire). J’ai donc enregistré mes claviers et parfois, dès la toute première tentative, il arrive que des choses spontanées sortent et que ça marche bien.

Le tout additionné formait enfin une chanson même si nous avions une partie sur laquelle nous ne pouvions pas jeter les guitares alors que les basses étaient également enregistrées. Ca n’allait pas du tout, nous avons une nouvelle fois déplacé les guitares et il ne restait plus que la basse. C’était la dernière pour sauver une chanson parce que nous estimions qu’elle avait du potentiel et en plaçant mes lignes de chant, soudainement ça marchait ! On a donc essayé de faire en sorte que le guitariste enregistre les mêmes lignes que celles du chant et à ce moment là, la chanson était enfin terminée (Sourire) !

Ce fut très chaotique et hasardeux mais finalement c’est la chanson la plus populaire (Rires) !



On l’a un peu évoqué, ce qui frappe l’auditeur ce sont ces lignes vocales hypnotiques et répétitives associées à des riffs sombres et lourds, une approche différente de vos débuts à savoir des lignes vocales plus sombres et heavy avec des growls plus présents et des parties musicales hypnotiques et folles comme sur 'Waste of Air'. Dans ces conditions, voyez-vous une différence dans votre public ?


J’ai vu un changement : le public est plus nombreux à nos concerts… je peux donc d’ores et déjà dire que c’était une bonne décision (Rires) ! Je pense que c’est aussi en raison du fait que nous avons fait pas mal de festivals cet été. 

Il est clair que "Coal" séduit de nouveaux fans mais il peut très bien séduire ceux qui ont aimé "Bilateral" même si certains continueront de préférer "Bilateral". Ca ne me pose aucun problème, c’est normal : ce sont des musiques différentes.

A priori, les gens sont plus séduits par "Coal" que "Bilateral". Je pense que c’est parce qu'il s’apprécie dans la durée au contraire de "Bilateral" qui était plus démonstratif et immédiat. C’est une autre attitude et ce n’est plus le reflet de ce que nous sommes aujourd’hui.

""Coal" est un album qui s’apprécie dans la durée au contraire de "Bilateral" qui était plus démonstratif et immédiat"


Justement la musique de Leprous évolue d’une musique folle et gaie à une introspection plus sombre et intime…

… (il coupe) C’est pourquoi j’ai une préférence pour "Coal"…


Vous êtes doués dans ces deux genres opposés mais en raison de ces évolutions, est-ce que certains membres ont eu des envies de développer vos premiers amours en solo ?

Je n’ai rien entendu de tel. Mais si tu fais ce que nous faisons à savoir suivre ce que te dicte ton cœur, ta vie va évoluer dans différents états d’esprit et la période "Coal" est une période très émotionnelle pour moi, très sombre. Et continuer à sauter comme à l’époque de "Tall Poppy Syndrome" n'est plus vraiment d'actualité. Je ne dis pas pour autant qu’un album est meilleur qu’un autre, c’est juste que ce sont des tranches de vie différentes et à ce jour, "Coal" correspond plus à ce que nous sommes en tant que personnes.


Finalement, on pourrait faire un rapide parallèle opposé entre votre discographie qui devient plus sombre et celle d’Ihsahn qui devient plus claire dirons-nous. Penses-tu que votre impact sur l’évolution de sa musique est aussi important que son impact sur la vôtre ?

Quand nous écrivons notre musique, nous ne tenons pas compte les uns des autres. Nous écrivons séparément, chacun de notre côté. Mais il a sa part de contribution dans la production même des chansons. Hormis le fait que notre batteur joue sur son album, nous n’avons rien à voir avec ce groupe. Si jamais nous sommes influencés c'est vraiment inconscient et ça ne pourrait provenir que du fait que nous avons joué ensemble et que nous partageons plein d’influences musicales communes. 


Dans le prolongement de la question précédente, Leprous avait l’habitude d’avoir des chants gutturaux qui sont de moins en moins présent sur cet album. Comptez-vous abandonner le chant guttural à terme ?

Non et je ne sais pas pourquoi les gens disent ça ! Il y a toujours des voix extrêmes sur 'Coal', 'Chronic', sur le titre bonus 'Bury' et aussi 'Contaminate Me' en particulier et même si ce n’est pas moi qui chante, c’est mon idée. Je ne suis pas convaincu qu’il y ait plus de hurlements sur "Bilateral".



Et comment expliques-tu ce sentiment ?

Je crois que les gens ont besoin de se plaindre de toute façon (Rires) ! Pour être honnête, je pense que c’est la façon dont je chante et l’emphase que je peux mettre sur tel ou tel type de chant. Cette façon de chanter n’était pas la plus appropriée pour cet album. Je considère que ce chant doit être utilisé pour appuyer les parties les plus agressives et je ne pense pas qu’il aurait fallu en mettre plus dans "Coal".

C’est plus une question de chanson. C’est la raison pour laquelle j’ai utilisé ce chant sur 'Contaminate Me' qui est un titre lent et sur lequel j’hurle 5 secondes au maximum parce que j’utilise toute la puissance de mon corps quand je crie. Ca n’aurait pas pu être possible dans le cas de titres longs et rapide… Donc il n’a jamais été question de prévoir d’arrêter de hurler. Peut-être que nous ferons 3 albums sans hurlement et ensuite, 2 albums avec uniquement des hurlements… ? Je n’en ai aucune idée, ça dépendra de l’humeur… Mais dans le cas présent, si j’ai moins hurlé, c’est que je considère juste que je suis meilleur en voix clair que hurleur : j’ai de plus en plus confiance en moi sur ce point…


Justement peut-on dire que certains passages de "Coal" sont une volonté de prouver que tu es un bon chanteur ?


Non ce n’est pas la question (Rires), c’est juste que ce type de chant vient plus naturellement…


Il y a deux chefs d’œuvre sur cet album à savoir 'The Valley' et son riff djent et 'Contaminate Me' aussi entêtant qu’il est incroyable… peut-on dire que ces deux titres résument le grand écart de la vision musicale de Leprous ?

Hum, je suppose (Rires)… Mais il y a également des titres typiquement Leprous pourrait-on dire comme 'Coal', 'Chronic'… ce genre de titres est plus dans le milieu.


Quel est ton meilleur souvenir d’artiste ?

Je dirais qu’un de mes meilleurs souvenirs est notre première tournée.


Au contraire, quel serait ton pire souvenir ?

Le pire ? J’ai pas mal d’images en tête comme ce type nu qui traverse la pièce alors que nous sommes en pleine interview (Rires) (NDLR: un gars passe à coté de nous en slip) ! Sinon et même si je n’étais pas présent - j’étais en France avec ma petite amie française - c'était lors de la dernière tournée, le groupe a eu un accident de voiture et la caravane est tombée. Heureusement, personne n’a été blessé mais il y aurait pu avoir des morts. 


On a commencé cette interview par la question qu’on t’avait trop souvent posée, au contraire, quelle est celle que tu souhaiterais que je te pose ?

Hum, tu as peut-être tout couvert…


Avant de se quitter, quel dernier mot souhaiterais-tu dire aux lecteurs de Music Waves et peut-être en français ?

Je suis un peu fatigué et j’ai un peu faim donc même si je connais pas mal de mots, j’ai du mal à faire des phrases surtout quand je me mets la pression pour en faire une (Rires) ! En clair, je n’ai pas honte de parler avec ma petite-amie en utilisant des mots enfantins et des phrases très simples mais c’est tout…


Merci

(en français dans le texte) "Merci beaucoup, avec grand plaisir"


Et merci à Nuno pour sa contribution...



Plus d'informations sur https://www.facebook.com/leprousband/
eventuser_idarticle_comment_id
OCERIAN - 28/12/2013 23:19:14
Beaucoup de questions autour de ce changement de style et du coté déroutant pour les auditeurs. Personnellement, j'aime aussi beaucoup cet album. Un très beau groupe honnête. Bravo pour cette interview
2509223
NUNO777 - 27/12/2013 12:28:05
+1
1405222
NOISE - 24/12/2013 23:08:41
Grand groupe, superbe interview, merci, joli travail!
6221
Main Image
Item 1 of 0
 
  • 1985
  • 1986
  • 1987
EN RELATION AVEC LEPROUS
DERNIERE ACTUALITE
LEPROUS: Nouvelle vidéo
VIDEO

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant LEPROUS
 
DERNIER ARTICLE
Music Waves suit le Heart Sound Metal Fest depuis ses débuts et quoi de plus naturel que nous couvrions à nouveau ce festival pour une quatrième édition plus que jamais placée sous le signe du prog...

Lire l'article
Voir tous les articles concernant LEPROUS
 
DERNIERE CHRONIQUE
Pitfalls (2019)
Leprous propose avec "Pitfalls" un album inattendu, original et surprenant, promouvant leur nouvelle orientation pop-rock marquée d'une certaine prise de risque.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant LEPROUS

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019