MW / Accueil / Articles / FRANCK CARDUCCI (04 OCTOBRE 2014)

FRANCK CARDUCCI (04 OCTOBRE 2014)

INTERVIEW - ROCK PROGRESSIF - PETE_T - 24.11.2014
Nous avons profité de son passage Chez Paulette, en première partie de UPF, pour rencontrer Franck Carducci. Pas besoin de beaucoup de questions, l’homme est attachant et aime parler…Un vrai plaisir.
  •  
  •  
  •  
  •  
    
Salut Franck, première question traditionnelle : quelle est la question qu’on a trop posé ?

Et bien franchement, je ne sais pas, je n’ai pas encore donné assez d’interviews pour cela. Ah…Si !...C’est quand le prochain album ?


Et tu as donné la réponse la semaine dernière !

En fait, je ne sais pas, sûrement en fin d’année. En ce moment on fait le mastering, après il y a le pressage. Comme je ne suis pas un vrai chef de projet je ne peux pas donner une date précise à l’avance. Il y a encore quelques petites incertitudes.


Ce sera encore de l’autoproduction donc ?

Oui. Tout à fait. J’ai tout de même démarché 2 gros labels mais j’ai peu d’espoir. Je ne suis pas encore assez connu. Je me prépare donc à faire tout tout seul comme pour le  premier.



Sur ce deuxième, va-t-on retrouver les mêmes influences comme Pink Floyd ou Genesis…(il me coupe)

Bah en fait, il faut savoir que "Oddity" n’était pas destiné à être un album à la base ! J’ai écrit ‘The Quind’ quand j’avais 16 ans, ‘Achilles’ 22 ans ou ‘The Eyes Of Age’ 24 ans ! Enfin ce sont des chansons qui étaient sur le disque dur de mon ordinateur et qui devaient rester des maquettes donc, quand tu fais ça tu ne t’en caches pas !


Effectivement, les chœurs de ‘The Quind’ font largement penser à "The Wall" !

Oui, ou ‘The Last Oddity’, le groove de la fin (il fait : tou kou tou kou tou…) est très influencé par ‘Echoes’. Quand je me suis décidé à faire cet album sur la demande de Steve Hackett je lui ai répondu ce que j’avais répondu à tout le monde : ça ne sert à rien, personne ne me connaît ! Steve m’a répondu : « Tu t’en fous, tu le fais pour toi ! Si ça marche tu es content et si ça ne marche pas, égoïstement, tu t’en fous aussi puisque tu l’as fait pour toi ! ». Donc, j’ai repris les maquettes, je les ai réenregistrées et je porte fièrement mes influences !


Donc ce deuxième album ?


Ce sera effectivement bien différent, plus personnel au niveau des textes. Les influences seront encore là, bien sûr, mais moins marquées. Au niveau de la musique, j’ai essayé de le faire moins visible mais je n’ai pas honte de toute façon. Si quelqu’un me dit ça sonne trop Pink Floyd, je le prendrais comme un compliment !



Retrouverons-nous Christophe Obadia sur cet album ?

En fait, sur cet album j’ai fait les guitares acoustiques et rythmiques, les soli sont faits par Mathieu qui est là ce soir et Christophe en a joué quelque uns, mais ce n’est pas son truc. Il préfère les live, le studio ce n’est pas son truc.


On avait vu Christophe la première fois lors du concert à Roubaix mais il ne faisait pas partie du groupe ?

Oui, tout à fait. En fait, le concert de Roubaix était le dernier avec mon ancien groupe et Christophe nous avait rejoint pour l’occasion. Il m’avait déjà dit qu’il était OK. J’étais en train de monter mon nouveau groupe car on avait booké Crescendo !


Finalement, pourquoi tant de temps entre les deux albums ?


Oui, ça va faire 3 ans et demi ! En fait, je n’avais pas prévu d’en faire un deuxième ! Au départ, on a sorti le premier et puis il y a eu des articles, des chroniques extrêmement positives et je ne m’y attendais pas ! Quand tout ça est arrivé, il y a eu des demandes donc il a bien fallu y répondre. Et puis on a fait le clip pour ‘Alice’ qui a été vu plus de 150 000 fois. Bref tout était réuni pour un deuxième !


Ta vision sur le milieu du prog ?

Je me vois un peu comme le vulgarisateur du prog. Dans le prog, il y a un public fidèle et loyal mais peu nombreux. Si on veut qu’un projet comme celui-ci réussisse et qu’il y en ait d’autres, il faut réussir à ouvrir notre musique à un public plus large, à intéresser d’autres gens à notre style. Par exemple, pour parler de mon expérience : je suis allé voir Genesis en 2007 au stade de Gerland ; ils ont joué leurs morceaux accessibles ‘I Can Dance’, ‘Invisible Touch’ que les gens ont chanté parce qu’ils connaissaient puis ils ont enchaîné sur ‘Firth Of Fifth’, ‘In The Cage’ des morceaux bien moins connu du grand public. Je me suis dit que dans le lot il y avait du monde qui a cherché à comprendre d’où ça vient et peut être aimer cette musique d’une manière plus large. Moi, à mon petit niveau, quand on a fait le clip ‘Alice’ on espérait avoir rallié du monde au prog.



Tu parles beaucoup de Steve Hackett, peut-on avoir la genèse de cette rencontre ?

A la base je faisais beaucoup de session de reprise, je jouais avec Yanne MATIS (une chanteuse aui a fait 2 albums sur une major) qui m’a emmené en tournée dans toute l’Europe et un jour on m’a demandé de venir m’occuper de la technique pour une personne de Genesis France qui organisait un festival en Alsace en 2010 avec Steve Hackett. A cette occasion, pour me remercier, il m’a proposé de jouer des reprises de Genesis en première partie, ce que j’ai fait avec ma 12-cordes et un autre copain de l’organisation. Steve était sur le côté de la scène et nous écoutait jouer, il était là pendant toute notre prestation ! Il est venu me voir à la fin du concert et m’a demandé comment je jouais les accords de ‘It’ car il ne se souvenait plus ! Tu te rends compte ? J’habitais à Amsterdam et il y jouait 3 jours après, il a donc demandé que j’ai une invitation et, avant le concert, sa femme m’a accompagné et on a discuté pendant plus de 30 minutes… A la fin il m’a demandé mes coordonnées et puis on s’est vu de plus en plus. J’ai commencé à lui demander des conseils pour « Oddity », il m’a donné son avis, c’était très encourageant. Et puis, à Prague, je lui ai apporté trois démos de mon nouvel album pour obtenir ses précieux conseils. Je venais de lui donner le disque, je fais demi-tour et il me rappelle et me dit :  «Ca te dirait que je fasse un petit solo sur ton album ?» …Que dire ? J’essaye de faire comme si tout était normal, en fait je n’attendais que ça, et je lui dis que oui, bien sûr, si il a le temps. Début août, je reçois un e-mail avec la partie de guitare et je n’ai pas osé l’écouter tout de suite ! Je tremblais ! Je me dis «Si je l’aime pas, je fais quoi ?», Ha Ha Ha, des questions stupides en fait ! Quelqu'un comme Steve ne se permettrait jamais de bâcler un truc ou de le faire à la va-vite … et effectivement je pense que vous ne serez pas déçus de sa participation :)

Quel est ton meilleur souvenir de scène ?

Bizarrement c’était début septembre, on a fait un festival (le Climax) dans un coin presque aussi paumé que Chez Paulette, en Haute-Loire, c’était plein à craquer avec près de 250 personnes dans la salle. Organisé par le gars qui a monté le concert de Roger Waters lors d’une course de voiture mais je me rappelle plus où (Ndlr : le grand prix de F1 à Magny-Cours le 14 juillet 2006). Il a une salle de concert chez lui, on a joué l’un des nouveaux ‘Artificial Paradises’, qu’on va jouer ce soir aussi, et il y a un passage où tous mes musiciens font des chœurs, on vient devant la scène, on arrête de jouer et le public s’est mis à chanter et on est resté devant, ça s’arrêtait pas, mon claviériste s’est mis à pleurer, c’était magique, ça ne s’arrêtait plus !


On a commencé par la question que l’on t’a trop posé, donc quelle question aurais tu voulu que je te pose ?

Je vais m’inspirer de votre collègue de Néo-Prog (Ndlr : Jean-Christophe Le Brun) qui m’a demandé dans quelle salle j’aimerais jouer : Le Paradisio à Amsterdam ! J’ai vécu là-bas, c’est une salle mythique, les Stones ont joué là-bas, les Floyd. C’est tout petit mais c’est formidable.



Qu’aimerais-tu dire à nos lecteurs ?

Et bien, j’espère qu’ils aimeront le nouvel album. Il y en a beaucoup qui sont venus vers moi grâce à vous, à la lecture de votre chronique. Et puis, un truc important, si vous le pouvez, allez autant que possible aux concerts ! C’est facile d’aller voir les gros, les tribute band mais il faut soutenir les petits artistes et leur donner une chance en allant les rencontrer sur scène.

Merci à Peter_Hackett et TonyB ainsi qu’à Bill Bocquet pour les photos.

Les prochains concerts de Franck Carducci :

9 Janvier 2015 au « Radiant », Lyon (Caluire) : TORN APART CD Release Party
30 janvier 2015 : La péniche Antipode (Paris)


Plus d'informations sur http://www.franckcarducci.com
EN RELATION AVEC FRANCK CARDUCCI
DERNIERE ACTUALITE
Le programme de la 20ème édition du CRESCENDO
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant FRANCK CARDUCCI
 
DERNIER ARTICLE
Une belle soirée de rock progressif chez Paulette !!

Lire l'article
Voir tous les articles concernant FRANCK CARDUCCI
 
DERNIERE CHRONIQUE
4
Torn Apart (2015)
Franck Carducci revient avec un second album, fruit du succès grandissant de cet artiste à part. Le public aime Carducci et pour le remercier, le généreux musicien lui offre un album d'une grande beauté.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant FRANCK CARDUCCI

F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018