MW / Accueil / Chroniques / 30 SECONDS TO MARS
30 SECONDS TO MARS (Etats Unis)
Genre(s) : ROCK ALTERNATIF
GROUPES PROCHES : U2, BULLET FOR MY VALENTINE, MUSE, HOTEL DIABLO
Impossible de dater avec exactitude l’acte de naissance du groupe. Et pour cause : d’aussi loin que les frères Leto se souviennent, ils n’ont jamais cessé de faire de la musique ensemble. 30 Seconds to Mars est donc en quelque sorte né en même temps que ses 2 membres fondateurs : le 9 mars 1970 pour Shannon (batterie) et le 26 décembre 1971 pour Jared.

L’atmosphère familiale va marquer durablement les deux garçons, aussi bien dans leurs goûts musicaux que dans leur personnalité.
Les garçons grattent leurs premières notes de guitare dans la chambre de Jared. Mais très vite, Shannon se sent irrésistiblement attiré par les casseroles de sa mère qu’il s’amuse à frapper à coups de cuiller en bois.

Los Angeles :
Les frangins décident alors de partager une petite chambre où trônent une batterie et quelques amplis Marshall. On est en 1992 et c’est la folie nirvana. Victime consentante, Jared n’échappe pas à la tornade Grunge (il continue aujourd’hui de citer le combo de Seattle comme l’un de ses groupes préférés). Shannon, lui, préfère les années 80 de Depeche Mode. Tous deux se retrouvent sur Bowie, Cure, Pink Floyd ou Led Zeppelin. Portés par le rock des années 90 dont les contours commencent à se dessiner, les compos des deux frères prennent une nouvelle dimension : d’abord folk, les morceaux deviennent plus agressifs. Mais la musique peut encore attendre. Jared ne pas dévier de l’objectif qu’il s’est fixé (le cinéma). Sans oublier que si la créativité des locataires est foisonnante, le frigo, lui, reste désespérément vide.

De 1995 à 1998, le jeune comédien (Jared) enchaîne les tournages de cinéma mais la célébrité n’est pas encore étouffante : l’évocation de son nom suscite encore une majorité de moues hésitantes chez les spectateurs. C’est le moment que choisissent les deux frères pour se lancer dans les concerts. Les conditions sont idéales : ses cachets ont permis à Jared d’acheter le matériel nécessaire, et son relatif anonymat ne risque pas de fausser les réactions du public. Pour la scène, le duo s’entoure de deux guitaristes supplémentaires (Solon Bixler et Kevin Drake, en plus de Jared) et d’un bassiste (dont la postérité n’a pas retenu le nom).
Pour rester discret, le groupe change de nom tous les soirs et privilégie les clubs de la périphérie de Los Angeles : « On craignait que certains patrons de clubs de centre ville se servent du nom de Jared comme d’un argument commercial, et nous utilisent comme vitrine, explique Shannon. Mais nous, on n’était pas la pour le business. Ce qu’on voulait c’était la liberté. »

D’ailleurs pour le coté anecdotique : il est un concert que Jared a refusé d’assurer car il était écrit en gros sur un flyer : « le groupe de Jared Leto » Le concert a alors été annoncé comme annulé et à la place il a été affiché un concert de Oblivion. Les personnes intéressées par la musique ont tout de suite compris… les autres se sont fait rembourser les places… Coté compos, les frères donnent alors dans le rock progressif, voire expérimental : « On écrivait des chansons à rallonge vraiment conceptuelles, poursuit l’aîné. La salle était parfois dubitative, mais ça n’avait aucune importance. Dans nos têtes, on se disait : si ça vous plait, restez. Sinon cassez vous ! »

Parmi les noms d’un soir du groupe, on retient déjà un certain Life On Mars (clin d’œil à la chanson de Bowie)…

Continuant sur la lancée, le combo enregistre ses premières démos. On y retrouve des morceaux comme Valhalla et Revolution (restées inédites à ce jour), et d’autres comme Jupiter ou Hero qui figureront sur le premier album du groupe sous les titres respectifs de Fallen et Year Zero mais aussi le très célèbre Buddha for Mary. Il devient désormais indispensable de baptiser définitivement le groupe. Il s’impose après une incursion fructueuse sur Internet. « On est tombés sur une thèse écrite par un ancien professeur de Harvard sur le progrès scientifique, raconte Jared, il y avait un intertitre intitulé 30 Seconds to Mars. L’auteur y expliquait que vu la vitesse à laquelle progresse la technologie, on pouvait considérer qu’on était plus qu’à 30 secondes de Mars. Ça avait du sens pour nous, et puis ça illustrait bien notre univers. »

Les CD sont massivement envoyés aux radios et diffusés sur le Web. En quelques semaines, le buzz crée autour du groupe est tel qu’il parvient droit dans les bureaux d’Immortal, dont le siège est basé à Los Angeles. Nous sommes fin 1998, et 30 Seconds to Mars signe son premier contrat sur l’un des labels indépendants rock les plus puissants…

Oui mais voila, le cinéma rappelle Jared, et les phases d’écritures, de composition et d’enregistrement (entièrement assurées par les deux frangins, assistés de Bob Ezrin et Brian Virtue pour la production) sont en permanence interrompues. L’album 30 Seconds to Mars (qui devait initialement prendre le nom du titre Welcome To The Universe) est finalement achevé fin 2001.

En prévision de la tournée à suivre, le groupe recrute le bassiste Matt Wachter dans la foulée.

La sortie du LP est prévue pour mi-2002.

« La musique n’est pas un hobby, assure le front man dans sa toute première interview en tant que musicien, donnée quelques semaines avant la sortie de l’album. Cette musique c’est notre vie [à Shannon et à moi]. Il existe un lien indéfectible entre elle et nous. »

Comme pour l’aider à choisir entre ses deux carrières, l’intervieweuse lui demande ce qu’il préfèrerait entre un Oscar et un Grammy : « Je me fous de l’un comme de l’autre », répond-il. Pour Jared l’heure n’est pas au choix entre cinéma et musique. Mais l’homme doit maintenant définir ses priorités. Les choses sérieuses commencent….

L’album n’est pas encore sorti que Puddle Of Mud propose déjà à 30 Seconds to Mars d’ouvrir leur show sur une partie de leur tournée au printemps 2002 (US, Canada). Pour eux qui jouaient encore devant cinquante personnes quelques jours auparavant, le choc est énorme : « C’était une opportunité incroyable, raconte Jared. Jouer devant des milliers de personnes chaque soir était un rêve devenu réalité pour un jeune groupe comme nous. » Forts de cette bonne dose de confiance, ils bookent leur premier concert en Europe le 24 juin 2002 (au Barfly de Londres).

Au mois de juillet, c’est au tour d’Incubus de prendre le quintet sous son aile pour une série de shows aux US jusqu’en septembre. Là, ils se séparent de Kevin Drake et choisissent de ne pas le remplacer. Pour Jared, « Kevin n’a jamais été un membre officiel de 30 Seconds to Mars. On l’a pris pour des tournées et on s’est vite rendu compte qu’il n’était pas dans le même état d’esprit que nous. » L’aventure continuera à quatre.

La soucoupe sonnante atterrit enfin le 27 août aux states et le 30 septembre en France. Fait rarissime pour un premier album (le fait que Jared soit connu a-t-il joué) : il est immédiatement distribué au Canada et en Europe. L’objet est pour le moins singulier : l’artwork est très travaillé (les photos sont signées Shannon tandis que Jared s’est occupé des graphismes), mais c’est bien l’originalité de la musique qui frappe : spatiale, oblique, atmosphérique, post-rock voire post-grunge …Les chroniqueurs rivalisent d’inventivité pour étiqueter la galette. Seul Rolling Stone semble se méfier du « prétendu groupe de Jared Leto », n’appréciant guère la double carrière de l’artiste. L’intéressé s’en amuse : « On est dans un pays où les acteurs peuvent devenir président (cf. Ronald Reagan), alors pourquoi pas musicien ??? ». Mais pour une très large majorité de la presse rock, la réussite est totale, ce qui n’empêche par Jared de faire son autocritique quelques années plus tard : « c’était un disque très produit, peut être trop. On avait une démarche très cérébrale, on l’a beaucoup théorisé. Avec le recul je me dis qu’il manque probablement de spontanéité. »

Capricorn (A brand new name) est choisi comme premier single, et même s’il est l’un des titres les plus radiophoniques du disque, les FM restent méfiantes face à cet objet musical non identifié. Un appui de toute façon inutile : l’album s’écoule à 100 000 copies en quelques mois. Le clip vidéo sera tourné dans le désert californien et réalisé par Paul Fedor.

Comment peut-on afficher de telles ventes sans réelle exposition médiatique ? Parce que Jared et Shannon ne considèrent pas leurs fans comme de simples fans, mais comme des « soldats » (c’est ainsi que le groupe s’adresse à eux sur leur site). C’est une armée : la Mars Army, dont la division d’élite se nomme Echelon (terme militaire signifiant « attaque par vagues » et sixième titre de l’album). Leur rôle dépasse de loin la simple présence lors des concerts : il s’agit de tracter, de mailer, de poster, bref de rivaliser d’ingéniosité pour assurer la « propagande » du groupe.

La dévotion des Echelons est sans limite et l’efficacité de leurs campagnes n’est pas étrangère au succès précoce de 30 Seconds to Mars. Ajouté à cela un goût prononcé pour la symbolique dont les déclinaisons tous azimuts (posters, sites Internet, T-shirts) renforce le sentiment d’appartenance des fans à leur groupe.
Une partie du site officiel 30secondstomars.com est même dédié aux Echelons.

Pour les deux frères il s’agit de créer un véritable esprit de famille, une communion autour de ce qui s’apparente à un projet artistique complet, bien plus qu’une réunion de musiciens.

Fin 2002, le groupe enchaîne sereinement les concerts, cette fois, en compagnie de Sevendust. Une tranquillité de courte durée : 1er février 2003, Solon Bixler lâche l’affaire, peu attiré par la vie de globe-trotter qui l’attend et préfère rester à Los Angeles. Il faut vite lui trouver un remplaçant pour ne pas casser la montée en puissance du groupe. Des auditions sont organisées à la hâte, et c’est finalement Tomo Milicevic, un admirateur des débuts d’origine croate, qui prend place à bord de la fusée. Le nouveau guitariste fait ses débuts officiels le 3 février sur le plateau du Late Late Show with Craig Kilborn avec le titre Edge of the Earth. D’abord timide, il a su s’imposer avec le temps et est devenu aujourd’hui l’un des membres préférés des Echelons.

Le clip Edge of the Earth sortira aux USA fin mars 2003 où se mélangent des images de concerts et de rencontres avec les Echelons. C’est une sorte de clip hommage pour toutes les personnes qui ont cru au groupe dès leurs débuts.

Le reste de l’année est placé sous le signe du live : ouverture pour Chevelle (« Notre meilleur souvenir de première partie » dixit Jared), puis trust Compagny, avant que le groupe ne se voit sélectionné pour un Lollapalooza d’anthologie aux cotés de Jane’s Addiction, Incubus, ou Queens Of The Stone Age. Fin 2003, le front man doit de nouveau délaisser son micro pour les caméras .Cela faisait plus de deux ans que Jared avait déserté les plateaux de cinéma. Le signal est fort : 30 Seconds to Mars n’est définitivement pas un caprice de movie star.

Sur la route, le combo écrit et compose non-stop. Et une fois le tour-bus rentré au garage, l’envie d’accoucher le tout sur bande est pressante. Les premiers enregistrements du futur album – provisoirement intitulé Battle of one – commencent dès février 2004. Les sessions vont durer un an et demi, emmenant le groupe dans un périple autour du monde (Thaïlande, Etats-Unis (Los Angeles, New York, Chicago, Alaska), Angleterre (Londres), Afrique (Maroc, Afrique du Sud). Par goût de l’exotisme ? Pas vraiment : « l’unique raison pour laquelle on a voyagé et qu’on en avait l’opportunité, affirme Tomo. On n’avait pas envie de rester à Los Angeles. Alors on est partis. Point. »

En mai 2004, le groupe offre aux fans la possibilité d’obtenir un yearbook contenant des photos, dessins et anecdotes… Mais c’est pendant leur séjour d’un mois et demi au cap qu’ils sont les plus prolifiques : Attack, A Beautiful Lie, et Was it a Dream (entre autres) y sont mises en boites, sans producteur, à l’aide du Laboratory, le studio mobile du groupe. C’est aussi la que le titre du futur LP devient Beautiful Lie. Jared justifie ce choix : « Le monde entier ment. Je pense même que beaucoup de gens trouvent que mentir possède un certain charme. Et c’est vrai que le mensonge est parfois un bon compromis. Rien n’est jamais tout blanc ni tout noir ». Pour les autres chansons de l’album, ils font appel à Josh Abraham, connu pour avoir travaillé avec Limp Bizkit, Staind ou Orgy. Cette fois, l’ensemble des quatre musiciens participe à l’écriture, même si Jared reste le principal compositeur de 30 Seconds to Mars.

En tout ce ne sont pas moins de 40 titres qui seront enregistrés. De nombreux Echelons espèrent un jour pouvoir écouter les chutes de studio, mais actuellement Jared s’y oppose avec virulence. « Ces titres ne sont pas à la hauteur de l’album, je ne pense pas qu’on les trouvera sur un disque un jour…Tout comme les morceaux de nos premières démos restés inédits, comme Valhalla …» Les veinards qui les possèdent ont donc une bonne raison de les garder précieusement.

En novembre 2004, création d’un nouvel outil de propagande : leur page myspace avec aujourd’hui un profile qui compte plus de 684212 amis.

En mars 2005 sort le premier single soit Attack.

Le 1 avril 2005, l’album est (en)fin prêt. Un message posté sur son site affiche d’emblée la couleur : « Nous y avons mis tous les seaux de sang, de sueur et de larmes que nous avons versés pendant tous ces mois. Qui a dit que les garçons ne pleuraient pas ? » Une première date de sortie est avancée (16 août) et le premier extrait, Attack, est proposé en téléchargement dès le 12 avril. Le single est bien programmé sur les radios rock, mais peine à toucher un public plus large. Pas déprimé pour autant, le quartet repart en tournée durant l’été au coté de Taproot, et, pour la deuxième fois, Chevelle.

Nouveau coup dur : l’album est disponible en téléchargement sur les sites de peer to peer avant même sa sortie officielle. Pour inciter les fans à l’acheter, la sortie se voit repoussée, le temps d’ajouter deux titres bonus au disque (The Battle of One et Hunter, une reprise de Bjork). Plus anecdotique mais tout aussi incitatif, le groupe annonce que des golden passes seront glissés au hasard à l’intérieur de 3 albums. L’heureux propriétaire du ticket pourra assister gratuitement –et backstage- à tous les concerts de 30 Seconds to Mars pour une durée limitée (et non à vie comme on l’entend parfois).

Trois ans après l’écriture es premiers morceaux, A Beautiful Lie est enfin dans les bacs (US) le 30 août 2005 .Ceux qui espéraient une redite de 30 Seconds to Mars sont déçus. Pas les autres : « On était fiers de notre premier album, confie Jared, mais je voulais tirer un trait dessus. » Shannon confirme : « Nous voulions que celui-ci soit plus accessible émotionnellement. Il est plus honnête, plus authentique.» Oubliés la surabondance d’effets et autres artifices synthétiques. La production se veut plus limpide, les chansons plus lisibles dans leur structure. C’est désormais l’émotion brute qui domine, portée par des textes plus personnels, bien que faisant toujours la part belle aux métaphores.

Le clip accompagnant Attack sortira au même moment et aura la particularité de contenir des images « grattées » recelant de nombreux messages cachés destinés aux Echelons !

La presse est dithyrambique, mais il manque encore un véritable « hit » pour faire décoller les ventes.

A l’automne, le groupe accompagne Audioslave, Seether et The Used sur quelques dates. Déjà de nombreux kids aux premiers rangs arborent des t-shirts ou figurent les symboles du groupe. « Avec l’abondance de symboles, nous avons atteint avec A Beautiful Lie une dimension quasi mystique », dira un peu plus tard le leader. Suit une mini-tournée acoustique début 2006.

C’est alors qu’Hollywood rattrape Jared. Il est pressenti pour Flag Of Yours Fathers, prochain film de Clint Eastwood. Le dilemme a valeur de test. Poliment, l’artiste décline l’offre, non sans déchirement : « Clint Eastwood est l’une de mes idoles, et j’ai du refuser de tourner dans ce film pour assurer la promotion de l’album. Ce genre de sacrifice fait partie du jeu. »

Puis c’est le lancement de la tournée Forever Night Never Day le 4 mars à Salt Lake City, la première ou 30 Seconds to Mars ne partage l’affiche avec personne. Les concerts, dans des salles d’environ 1500 places, se poursuivent jusqu’à la fin avril.

Le 5 mai, MTV diffuse pour la première fois la vidéo de The Kill. Plus proche d’un court métrage que d’un clip, le scénario met en scène le groupe dans un décor et une ambiance qui rappelle directement Shinning de Stanley Kubrick (le 6277 de la chambre interdite correspond aux touches MARS sur un téléphone) et dont le réalisateur fictif est un certain Bartholomew Cubbins.

Début juillet, le titre est le plus joué sur MTV2, et le plus demandé par la mythique radio californienne KROK FM. La véritable ascension dans les charts va commencer.
Les responsables de festivals ne s’y trompent pas, et 30 Seconds to Mars est annoncé successivement pour le Lollapalooza et le Warped Tour 2006. De quoi se consoler d’être passé à coté du MTV Video Music Award pour lequel ils étaient pressentis (ceci dit, MTV2, la déclinaison rock, leur remettra le Video Music Award du meilleur clip quelques jours plus tard).

Comme la lune, Mars possède aussi sa face cachée : celle d’un groupe engagé. A la sortie d’Une vérité qui dérange, d’Al Gore, les musiciens invitent leurs fans à voir le film. Moins anecdotique, le groupe organise avec MTV2, à l’automne, une tournée placée sous le signe de l’écologie avec les entrées à 2 dollars, tous les véhicules utilisés par le staff roulant au biocarburant.

Certaines voix s’élèvent toutefois puisque sur certaines dates, le groupe n’hésite pas à demander un van privé de neuf places mis à disposition pour chacun des membres. Pas très écologique ! Mais vient après le Welcome To The Universe Tour qui fait salle comble, notamment grâce aux Blood Balls qui suivent régulièrement les shows, sorte de soirées dansantes où l’on est prié de venir habillé en rouge sang (du sang synthétique est même distribué).
A Beautiful Lie est certifié platine le 1er février (un million de copie).

Le public français peut applaudir le groupe au Bataclan dès le lendemain. La tournée européenne passe également par l’Angleterre, l’Allemagne et les Pays Bas. De retour aux USA, le quartet retrouve The Used pour l’édition 2007 du festival itinérant Taste Of Chaos. C’est la, le 1 mars, que Matt Wachter annonce son départ du groupe. Il souhaite passer plus de temps avec sa famille. Il est officiellement remplacé par Tim Kelleher (ex bassiste du groupe My Darling Murder) qui toutefois n’est pas encore devenu un martien à 100%. Il doit très certainement être testé, comme l’était Kevin Drake à l’époque.

La collision ultime avec l’astéroïde en provenance de Mars se produit avec la sortie du troisième extrait de l’album, From Yesterday, en passe de devenir le plus gros carton du combo (15 jours d’affilée numéro un au Billboard Modern rock charts) Dans son sillage, la comète 30 Seconds to Mars s’offre en France un Paris Bercy complet en première partie de Linkin Park le 30 mai ainsi qu’un Elysée Montmartre sold out le lendemain.

Personne ne semble arrêter l’engouement général et, selon Jared Leto, nous n’avons pas vécu l’apogée de cette aventure musico spatiale : « Nous avons déjà commencé à bosser sur de nouveaux titres. Il est encore trop tôt pour révéler des choses concrètes, mais je peux déjà dire que notre troisième disque sera le plus mystique et le plus complexe. Il contiendra de nombreuses références mythologiques et verra l’avènement d’une toute nouvelle religion. Il sera avant tout spirituel et musicalement très proche de l’opéra rock de Pink Floyd The Wall. »

Les quelques morceaux qui ont filtré sur scène lors de récentes prestations scéniques (Some Other Son/ The Believer et Sisters of Heresy) confirment cette tendance à se rapprocher davantage de l’album éponyme que d’A Beautiful Lie. Mais lorsqu’on lui demande une date de sortie, le charismatique Jared nous observe et lâche du bout des lèvres : « Je ne sais pas, 2024 avec un peu de chance ! »

Il ne reste plus qu’à s’armer de patience…ou à sauter dans la première navette en direction de la planète rouge ?

L’été sera un peu moins mouvementé avec uniquement le festival Summer Sonic à Tokyo le 11aout et Osaka le 12 août 2007 puis viendront des récompenses, et encore des récompenses… La distribution commence dès le 28 août lorsque le groupe reçoit l’Award du meilleur single de l’année (pour The Kill) remis par le magazine britannique Kerrang !

Le 14 septembre, le groupe donne un concert exceptionnel à la Brixton Academy de Londres. Au menu : un orchestre de chambre à cordes, un ténor, Tomo (guitare) qui joue du violon sur A Modern Myth, et même une nouvelle chanson que les aficionados ont baptisé Under Pressure.

Mi-octobre, la bande s’envole pour une tournée promotionnelle en Amérique du Sud : Buenos Aires (24/10/2007), Mexico (26/10/2007) et Sao Paulo (21/10/2007) sont visités, avec pour cette dernière date, la présentation d’un titre inédit supplémentaire (une ballade encore) visible sur youtube… Impossible de savoir si ses nouveautés figureront sur le prochain album, mais le fait qu’elles aient été interprétées par Jared dans une configuration guitare/voix peu habituelle laisse penser que les arrangements ne sont pas à un stade très avancé…Ou qu’il va se tourner vers une finalisation plus dépouillée.

Pour ce premier passage en Amérique latine, les 30 Seconds To Mars sont assaillis par la presse rock locale. On retrouve même des articles dans des magazines chiliens et péruviens. Des pays où ils n’iront pas jouer la moindre note…. Dans le mensuel argentin S !, Jared explique au continent sa vision très « conceptuelle » du rock : « Je veux transformer la musique en une matière visuelle au lieu de faire seulement des chansons en deux dimensions. » Le front man en profite pour donner quelques coups de flingues : « je n’ai pas une bonne opinion de l’Emo. Cette musique n’a rien à voir avec nous. »

Un signal venu de Mars le 9 octobre 2007, et c’est l’hystérie sur Terre. : Le groupe 30 Seconds to Mars annoncent leur retour en Europe, avec une date au Zénith de Paris.

Charmante petite attention : le message posté sur le site officiel ThirtySecondsToMars.com se conclut par un : « on se voit bientôt !!! »(En français dans le texte) adressé aux fans tricolores.

1er décembre 2007 le groupe remporte la mise dans la catégorie Rock Out des MTV Europe Music Awards à Munich. Heureux hasard c’est Serj Tankian qui remet la statuette à son pote Jared.

Mi décembre les Martiens se voient cette fois attribuer le titre de Best Of 2007, unique catégorie du scrutin annuel de la chaîne musicale US Fuse TV. Les Brother devancent Korn en finale après avoir recueilli le chiffre record de 7 millions de voix (200 000 de plus que Korn).

La puissante et très dévouée communauté de fans du groupe, la Mars Army, prouve une nouvelle fois qu’elle n’a pas volé sa réputation. Dernier honneur en date, le référendum Kerrang ! Où The Kill est élu Meilleur Single et Meilleure Vidéo de l’année. Quand à Jared, il est distingué par les lecteurs dans la catégorie… « Femme la plus sexy de l’année » (au même titre que Gerard de My Chemical Romance). Les organisateurs sont dans l’obligation d’annuler les votes pour non-conformité du sexe des vainqueurs avec l’intitulé de la catégorie. Informé de l’affaire, Jared envoie immédiatement un mail au magazine : « Je suis mort de rire. L’année prochaine, faites une exception pour moi et Gerard ».

Plus neutre le 8° Référendum ROCKMAG/LE MOUV’ l’a élu Artiste rock le plus sexy…

Avant d’entamer la tournée européenne 2008, Jared est en suisse pour assurer les prises de Mr. Nobody, un film de science fiction réalisé par Jaco Van Dormael. Par ailleurs il est aussi à l’affiche de Chapter 27 qui sort le 27 avril 2008.

Coté musique, A Beautiful Lie (4° single du second Album) envahira les bacs US le 27 février 2008. Son clip évènement tourné fin août 2007 au Grœnland, et diffusé depuis le 30 janvier 2008, confirme leurs penchants écolos : les musiciens jouent sur la banquise, dont la taille ne cesse de diminuer au fil du morceau.
Pour lier intention et action, les revenus générés par le téléchargement payant de la vidéo seront reversés à une ONG verte avec aussi la mise en ligne d’un site abeautifulie.org. Quand au futur album, les informations à son sujet sont encore minces. Au début de l’année 2008 Tomo acceptait de donner quelques détails sur le travail en cours dans la presse britannique : « 60 ébauches de chansons ont été composées. On doit aller en studio pour se débarrasser des mauvaises et s’occuper des bonnes. Mais Jared n’arrête pas d’écrire en ce moment donc on a pleins de nouvelles idées. On fera un break après la tournée pour se mettre au boulot».

La nouvelle de la sortie du troisième opus, « This is war » initialement prevue le 23 novembre 2009, sera repoussée au 7 décembre 2009, puis sera fixée définitivement au 4 décembre 2009.









Plus d'informations sur http://30secondstomars.fr/
 
CHRONIQUES
 
30-SECONDS-TO-MARS_America America (2018)
INTERSCOPE RECORDS - ROCK ALTERNATIF

1
30-SECONDS-TO-MARS_Love-Lust-Faith--Dreams Love Lust Faith + Dreams (2013)
VIRGIN - ROCK ALTERNATIF

2
30-SECONDS-TO-MARS_This-Is-War This Is War (2009)
AUTOPRODUCTION - ROCK ALTERNATIF

4
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers Records, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2018