MW / Accueil / Avis / filtrés par groupe : COSMOGRAF
  • RECHERCHER...
    Genre:
    select
     Format:
    select
       
AVIS & NOTES
production_review_iduser_idtx_imagetx_data
Data pager
Data pager
12
 Page 1 sur 2, éléments 1 à 10 (17 au total)
217172174
COSMOGRAF: The Unreasonable Silence (2016)


ROCK PROGRESSIF
4
Après la révélation de "When Age has done its Duty", j'ai laissé filer un peu de temps avant de m'apercevoir que la discographie de Robin Amstrong s'était sensiblement étoffée. En l'espace de 3 nouveaux albums, "Capacitor", "The Man Left in Space" et "The Unreasonable Silence", j'ai déserté le prog tendance happy que j'avais mis à l'honneur dans mes playlists depuis 2 ou 3 ans, pour revenir au modèle sombre et mélancolique de Cosmograf, sans qu'il soit pour autant diamétralement opposé. La force de notre anglais, c'est de parvenir à produire des albums puissamment monolithiques, qui se suivent et se ressemblent en apparence, mais dont chacun pose une nouvelle brique à l'édifice global, via le prisme d'un concept à chaque fois réinventé. L'homogénéité de "The Unreasonable Silence" ne fait pas exception à la règle. Sa musique échappe à l'entendement, par sa capacité à se mouvoir dans une matrice pluridimensionnelle, où l'angoisse de l'inconnu s'entrecroise avec la promesse d'une spiritualité salvatrice en des carrefours opportunément extraterrestres. 'This film might change your life', une fois digéré, donne un aperçu assez intéressant sur la philosophie créative de Robin Amstrong, sans pour autant livrer ses codes. Le titre éponyme clôt l'album sur une emphase aussi singulièrement transcendantale que l'introduction de 'Echo §abduction' est ténébreuse. Mais il serait très réducteur de résumer le talent du bonhomme à deux ou trois morceaux, tellement l'oreille est interpellée, sollicitée, captivée, à chaque changement de plage. L'oeuvre de l'anglais, toute entière, est un mystère. Attention, This Music might change your life.
REALMEAN (04/12/2017)
217162174
COSMOGRAF: Capacitor (2014)


ROCK PROGRESSIF
5
C'est le 2ème album que j'ai découvert dans la discographie, après "When Age has done its Duty". Assez réservé à la première écoute (les saillies hard rock dont Robin Amstrong a pris l'habitude de parsemer sa composition ont tendance, en surface, à me rebuter), ma stupéfaction est allée grandissante lorsque je me suis aperçu que le curseur de l'addiction ne cessait de grimper, au fur et à mesure que ce "Capacitor" entrait dans mon oreille. A tel point qu'il m'est actuellement très difficile de passer à autre chose à la fin de la boucle, si ce n'est me rabattre sur un autre album estampillé Cosmograf. J'ai une grande admiration pour les artistes dont l'oeuvre me passionne, sans que je parvienne à en décrypter le mécanisme ; et j'ai compris que le fondateur de Cosmograf avait intégré ce cercle restreint, aussitôt sous l'influence de "Capacitor". A partir de là, pas question de passer à côté du reste de la discographie...
REALMEAN (04/12/2017)
217152174
COSMOGRAF: The Man Left In Space (2013)


ROCK PROGRESSIF
4
Un plus long à apprivoiser que son prédécesseur, et sans faire jeu égal avec lui, "The Man left in Space" s'érige néanmoins en nouvelle réussite hautement addictive. Je n'ai toujours pas compris ce qui me reliait autant à cette musique, qui s'aligne sur les standards du post-rock et du néo prog de ces 20 dernières années. Un soupçon de Pink Floyd ? Un vocal mainstream autant que captivant ? La manière qu'a Robin Amstrong d'incroyablement fusionner l'ambiance et la mélodie ? Je pourrais citer toute une série d'artistes qui oeuvrent dans la même direction, et qui sont très loin de m'accrocher autant que cela. La composition de l'anglais, et c'est rare en tout cas dans le champ de mon expérience musicale personnelle, est une composition venue d'ailleurs : derrière sa mise en forme traditionnelle, elle dissimule d'énormes pouvoirs cérébraux.
REALMEAN (04/12/2017)
2143613192
COSMOGRAF: The Hay-man Dreams (2017)


ROCK PROGRESSIF
4
Cosmograf a été pour moi une découverte après la critique très élogieuse du site.
Et je dis merci ....
Du vrai et pur Rock Progressif. Rien de super révolutionnaire, mais des interprétations hyper propres et soignées. Les compos sont riches et tous les instruments parfaitement maitrisés. La guitare arrivent au bon moment, et quelle virtuosité. Oui d'accord, il y a un esprit Floydien très net, mais c'est une telle référence qu'il est difficile d'en sortir pour beaucoup. J'ai adoré cette guitare posée, chaude, les notes qui s'étirent dans des solos riches et variés. Mais toujours dans l'esprit de ce Prog qui me chavire depuis 30 ans.
Mon seul bémol est sur la voix. Je ne suis pas fan d'une sonorité parfois trop aigus qui ne colle parfois pas avec la musique. Pas sur tous les morceaux, mais parfois, et ça m'a un peu cassé l'ambiance. J'ai eu l'impression d'une faille de maturité entre la voix et la musique. Sinon, c'était 5 étoiles assurées.
Au final, je recommande quand même beaucoup....

PSI4 (01/10/2017)
186462174
COSMOGRAF: When Age Has Done Its Duty (2011)


ROCK PROGRESSIF
4
4 ans après l'avoir découvert à sa sortie, ce superbe album n'a pas pris une ride. Et pourtant, les sonorités pleines à ras bord ne sont pas toujours ma tasse de thé. Mais là, quelle classe, quelle poigne, quelle passion dans cette musique. Rien à jeter, pour un album tour à tour sentencieux, énigmatique, souvent sombre, et tellement convaincant. Car son atout maître, c'est réellement sa force de conviction : Cosmograf sait très précisément ce qu'il veut dire, et il le dit à la perfection. Même quand on n'est pas dans l'état d'esprit du genre, il suffit d'y plonger les oreilles quelques minutes pour s'y retrouver très vite. En un seul mot : magistral.
REALMEAN (22/12/2015)
173952051
COSMOGRAF: Capacitor (2014)


ROCK PROGRESSIF
4
J’ai découvert Cosmograf tout à fait pas hasard il y a environ 2 ans .
Cette trouvaille m’avait permis de découvrir « When Age Has Done its Duty » .La perception de l’album était vraiment incroyable et traitait d’un sujet qui nous concerne tous , l’effet du vieillissement sur le corps humain .

Je n’ai pas été capable de résister au besoin de me procurer l’album suivant , soit « The Man Left in Space » , je le trouvais une petite coche sous WAHDID , mais il valait largement la peine d’être acheté pour ensuite être savouré .

Un peu plus d’un an après , « Capacitor » faisait son entrée dans le marché .
Ayant vraiment « trippé » sur les deux précédents , je pouvais pas renoncé à l’acheter .

Grande déception lors de l’écoute .
Autant je trouvais que WAHDID et TMLIS étaient différent l’un de l’autre , Capacitor ressemble comme un frère jumeau à TMLIS .
Néanmoins , il demeure un très bon album , mais il n’a pas réussi à me faire vibrer autant que ses prédécesseurs . Il mérite tout de même un 3,8 , une petite coche sous les 4 étoiles .

Mais si j’avais une suggestion à faire pour ceux qui ne connaisse pas du tout Cosmograf , ne pas hésiter à découvrir ce groupe , il en vaut grandement la peine .

TOURNEVIS (12/04/2015)
160552379
COSMOGRAF: Capacitor (2014)


ROCK PROGRESSIF
5
Robin Armstrong réussit encore son coup, et si on peut penser à Anathema notamment, je préfère Cosmograf à Anathema car moins "pesamment" atmosphérique que son confrère. Après la mise en bouche du premier titre, je décolle littéralement sur le second: The fear created, qui me fait irresistiblement penser au grand dirigeable (Kashmir). J'adore!!
Ensuite, The reaper's song est calme, mais magnifique!
The drover, continue dans un registre apaisé, avec parfois des accents yessiens dans les vocaux. Joli!
White car atteint presque les 10 minutes: intro avec une voix trafiquée qui prend les intonations (de loin mais bon) de Mr Waters. La guitare ensuite nous rappelle Mr Gilmour David. Je plane sévère.
Le piano, doux mélancolique habille tout cela, puis brutalement les guitares s'énervent pour nous rappeler aux bons soins de Mr Wilson. Puis le morceau se calme à nouveau avec le retour de la guitare aux accents Floydiens en diable. Redécollage stratosphérique. Puis final un peu plus musclé.
Le plus long titre de cet album et un des meilleurs assurément.
The ghost gets made: un début qui me rappelle furieusement un morceau de la BO de Dune de Toto (BO que j'adore). Ca commence donc très fort pour moi, ensuite ça se muscle rapidement. Entre nous, la voix de Mr Armstrong me rappelle quelque part celle du vocaliste de BJH. Le tempo est relativement calme ensuite car l'ambiance se teinte d'ambiance à la WYWH (l'album de qui vous savez), pour ensuite repartir d'une manière un peu plus musclée, pour ensuite reprendre une teinte très WYWH (je ne peux m'empêcher de penser à welcome to the machine).
On finit par Stuck in the wood, début samplé, guitare aérienne en diable, tempo lent, voix majestueuse, claviers rappelant une fois de plus un certain Mr Wright comme sur le morceau précédent. Le lent tempo a des accents bluesy. Gazouillis de la guitare, phrasés gilmouriens, ça plane à 10 000 mètres d'altitude. Final quelque peu crimsonien avec une guitare volubile. Et the end, on applaudit un grand album. J'ai mis au départ 4 étoiles, car je bute un peu sur la voix, mais au final j'en ai mis 5, pour l'ensemble, remarquablement mélodique, inspiré. Un grand album.

MOSTO (07/07/2014)
160502003
COSMOGRAF: Capacitor (2014)


ROCK PROGRESSIF
5
Une fois de plus, Robin Amstrong a réussi son pari : maintenir la qualité de ses compositions et l'accompagner d'une production sans faille. Les intervenants magnifient l'ensemble des titres et la mayonnaise prend plus qu'on ne pourrait l'espérer. Du beau, du très beau travail...Du niveau de WAHDID... Sincérement
PETE_T (02/07/2014)
157312517
COSMOGRAF: End Of Ecclesia (2009)


ROCK PROGRESSIF
5
comment ne pas tomber sous le charme de ce somptueux album , je conseil aux personnes qui ne connaissent pas ce groupe si atypique emmené par Sieur Amstrong de se laisser envahir par cette atmosphère extraordinaire qui vous fait carrément voyager...
fermez les yeux juste après l'excellent "Sins Of The Father " et laissez vous envoûter par l'intro chorale de " Who Will You Serve " qui va vous emmener tout droit vers de somptueux solos de guitares et claviers... à couper le souffle...

album magnifique , très jouissif et dépaysant... je ne me lasse toujours pas de l'écouter.

NOSMAA2 (04/05/2014)
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, Kscope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017