MW / Accueil / Chroniques / THE STRANGLERS: Rattus Norvegicus
GROUPE/AUTEUR:

THE STRANGLERS

(DEFAULT)

TITRE:
RATTUS NORVEGICUS
ANNEE PARUTION:
1977
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
ROCK
"Premier essai transformé pour un groupe que l’histoire de la musique a longtemps sous-estimé mais qui est toujours présent..."
ADRIANSTORK - 02.12.2013 -
Formé en 1974, les Stranglers sortirent leur premier album Rattus Norvegicus (le nom latin du rat, qui sera l’un de leurs symboles) en 1977, date ô combien symbolique pour le mouvement punk auquel ils participeront. Néanmoins, les Stranglers se distinguaient de leurs collègues punks : ils étaient beaucoup plus vieux (le claviériste arbore une jolie moustache), certains avaient fait des études (Hugh Cornwell, le chanteur a préparé une thèse de biochimie à l’université de Lund) et la plupart savaient jouer correctement de leurs instruments (Dave Greenfield, musicien autodidacte, a à ses débuts, a derrière lui une longue carrière sur la route). 

Sur le plan des idées, l’esprit de provocation propre au punk était bien ancré au sein de leurs textes au point de les faire passer pour un groupe sexiste. 27 secondes seulement après que l’auditeur ait posé son vinyle sur la platine, retentissent ces mots  ‘’Someday, I’m gonna smack your face’’, déclaration d’amour punk à une égérie qu’on souhaite battre jusqu’à l’évanouissement (‘’Sometimes’’). Objet soumis (le bonus Choosey Suzie), voire bonne viande à consommer (’’Peaches‘’, ''London Lady'') ou même à étrangler (’’Ugly’’), la femme possède l’ambivalence baudelairienne. Elle peut également être la Beauté sur le trottoir, redoutable ensorceleuse (‘’Princess of the Streets’’).  Néanmoins, le groupe dépasse déjà cette provocation pour un goût prononcé pour l’occultisme (‘’Goodbye Toulouse’’ qui parle de la destruction de la ville rose comme l’avait annoncé Nostradamus), voire des chansons philosophico-sociales (‘’Ugly’’). 

La composition des chansons repose souvent sur le même principe : un des quatre instruments introduit est rejoint progressivement par les autres qui jouent à toute allure. La basse de Burnel gronde, fulmine, tandis que la guitare de Cornwell a des relents de blues et que la batterie de Jet Black semble être très influencée par le jazz. Mais ce sont les claviers de Dave Greenfield, influencés par Ray Manzarek, qui vont donner ce son unique, invitant la formation à quelques explorations sonores au-delà du punk, comme lorsqu’ils brisent la structure en boucle de cette porn rap loop song ‘’Peaches’’.

Car cet album est presque progressif : un des joyaux ‘’Down in the Sewer’’, qui compte les mésaventures sexuelles d’un londonien dans les égouts rêvant de créer un empire de rats, comptabilise plus de 7 minutes et s‘articule autour de nombreux soli.  L’alternance du choix du chant est également heureux. Il faut voir Hugh Cornwell chanter, la bouche pleine de morgue et l'oeil froid ‘’Get a grip on yourself’’, glaçant son auditeur d’une haine injustifiée. La voix de Jean-Jacques Burnel est plus violente et plus frontale, capable d’évoluer entre la haine (‘’London Lady’’) et un semblant de tendresse blues (‘’Princess of the Streets’’) mais a parfois du mal à marier ces mots en connivence avec la musique (le surécrit mais jubilant‘’Ugly’’).

Premier essai transformé pour un groupe que l’histoire de la musique a longtemps sous-estimé mais qui est toujours actuellement présent... Sans Hugh Cornwell toutefois.

Plus d'information sur http://www.thestranglers.net

VIDEO

GROUPES PROCHES:
ULTRAVOX, THE DOORS, SIMPLE MINDS, THE MUGSHOTS, THE DAMNED, PUBLIC IMAGE LIMITED

LISTE DES PISTES:
01. Sometimes
02. Goodbye Toulouse
03. London Lady
04. Princess Of The Streets
05. Hanging Around
06. Peaches
07. (get A) Grip (on Yourself)
08. Ugly
09. Down In The Sewer
10. Choosey Susie (bonus)
11. Go Buddy Go (bonus)
12. Peasant In The Big Shitty (bonus)


FORMATION:
Dave Greenfield: Claviers / Chant Sur Peasant In A Big Shitty
Hugh Cornwell: Chant / Guitares
Jean-Jacques Burnel: Chant / Basse
Jet Black: Batterie


TAGS:
70's, Punk, Sombre, Ballades, Chant éraillé, Chant grave, Chant hurlé
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
 
EN RELATION AVEC THE STRANGLERS
DERNIERE ACTUALITE
THE STRANGLERS en tournée en novembre/décembre
CONCERT

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant THE STRANGLERS
 
DERNIER ARTICLE
Ce sont véritablement deux légendes vivantes du rock que MusicWaves a pu rencontrer dans le cadre de la tournée promotionnelle de "Giants" qui annonce le grand retour des Stranglers.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant THE STRANGLERS
 
NOTES
 
4/5 (4 avis)
- /5 (0 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT THE STRANGLERS
 
THE-STRANGLERS_Giants Giants (2012)
EDEL / ROCK
THE-STRANGLERS_Black-And-White Black And White (1978)
AUTRE LABEL / POST ROCK
THE-STRANGLERS_No-More-Heroes No More Heroes (1977)
AUTRE LABEL / ROCK
THE-STRANGLERS_Rattus-Norvegicus Rattus Norvegicus (1977)
AUTRE LABEL / ROCK
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019