MW / Accueil / Chroniques / LAZULI: Tant Que L'herbe Est Grasse
GROUPE/AUTEUR:

LAZULI

(FRANCE)

TITRE:
TANT QUE L'HERBE EST GRASSE
ANNEE PARUTION:
2014
LABEL:
AUTRE LABEL
GENRE:
ROCK PROGRESSIF
"Un album plus pop, mais totalement inscrit dans la continuité de son prédécesseur. Malgré quelques défauts, vous ne serez pas insensible au propos apocalyptique du groupe."
ADRIANSTORK - 05.06.2014 -
3 ans après l'euphorie générale suscitée par le précédent album ''4603 Battements'', Lazuli poursuit son chemin avec ''Tant que l'herbe est grasse''. Considéré par beaucoup comme le meilleur groupe français, voire comme la relève d'un rock progressif à la française (donc héritier d'​Ange)​, cet album ne saurait démentir son succès légitime.

L'équipage est similaire à la précédente embarcation qui avait failli chavirer après la mutinerie ayant eu raison de presque la moitié de ses matelots. Cependant, 'Tant que l'herbe est grasse' est moins conceptuel que l'album précédent, Lazuli livre plutôt une collection de regards parfois apaisés, parfois amers, parfois mélancoliques sur le monde, un monde qui apparaît comme vecteur de colère comme le soulignent certaines pistes telles que 'Multicolères', 'Déraille', ou alors un surprenant engagé 'Prisonnière d'une cellule mâle'. Le côté world music, et rock progressif sont légèrement mis de côté pour l'exploitation de sons plus bruts, plus rocks et plus directs. La léode a forgé l'identité du groupe, elle est donc encore très présente, notamment sur 'Une pente qu'on dévale', apportant également beaucoup de fraîcheur aux ballades.

L'album débute judicieusement par le très énergique 'Déraille', qui semble être un compromis entre la douceur et la sensibilité de la pop et la lourdeur, l'inquiétude du rock industriel, à grands renforts de guitares et de percussions. Tout débute in medias res, sans prendre la peine de préparer l'auditeur à un tel choc. Et pour cause, Lazuli tire la sonnette d'alarme d'un monde promis à l'accident frontal. La voix de Dominique Leonetti se fait tantôt à la limite du murmure, tantôt s'envole en mille explosions lyriques sur les refrains. Si le texte est inquiétant, le groupe ne se prive pas de quelques jeux de mots amusants. Une chanson entraînante qui pourrait même bénéficier de passages à la radio.

La verve poétique de Lazuli est intacte comme le signale un autre sommet de l'album 'Prisonnière d'une cellule mâle', dans laquelle on pourrait trouver plus de mille exemples quotidiens de soumission à laquelle le titre fait référence en même temps qu'il joue avec les mots. Si la musique rappelle inévitablement un célèbre morceau débutant par une guitare acoustique, l'ensemble fait de nouveau mouche, confirmé par les vocalises finales (afin de soutenir la ''femme idéale''?). 'Tristes moitiés' se place quant à elle entre romantisme banksien et inquiétude nostalgique, soutenu par un texte à la sensibilité littéraire mais très chargé en émotion. La production est une véritable caresse du vent, qui évoque le souffle du 'Cloudbusting' de Kate Bush.

Les deux pistes les plus progressives de l'album sont 'L'essence des Odyssées' et 'Les courants ascendants'. La première nous permet de retrouver un exotisme arabisant, et une partie instrumentale finale de grande envergure, mais échoue sur ses refrains qui semble accuser une perte d'intensité. A nouveau, ce morceau rappelle une autre chanson, le 'Coma coma coma' d'Indochine. La seconde piste clôt l'album et permet la purgation de toute la colère contenue dans l'album, dans un style plus proche du hard rock, avec sa guitare assourdissante.

Hélas, si certaines pistes sont très séduisantes, Lazuli a les défauts de ses qualités. Des rimes parfois assez convenues (braise/falaise sur 'Homo sapiens', 'sombres/ombres' sur 'J'ai trouvé ta faille'), des paroles qui accumulent des clichés ('Homo sapiens') voire quelques progressions lyriques factices jouant sur des bons mots au détriment de la licence poétique viennent parfois gacher la fête. Lazuli est même parfois trahi par son envie de bien faire à l'image du titre qui s'annonçait le plus prometteur, à savoir 'J'ai trouvé ta faille' qui voit apparaître un invité de renom : Fish. Ce dernier intervient en fin de morceau et malgré une interprétation de grande classe, l'ensemble donne l'impression d'écouter un collage sonore sans aucune continuité musicale malgré un tapis de rose instrumental annonçant l'arrivée du géant écossais.

'Tant que l'herbe' est grasse s'inscrit dans la continuité de '4603 battements', en apportant un peu plus de dureté et de lourdeur au propos. Cet album peut être une bonne porte d'entrée pour tout néophyte qui voudrait écouter un groupe conjuguant une musique et des paroles plus sophistiquées que ses contemporains mais qui parfois s'apparentent à l'écriture de lycéens doués (l'adjectif est très important).

Plus d'information sur http://www.lazuli-music.com/

VIDEO

GROUPES PROCHES:
ANGE, PETER GABRIEL, WILLIAM SHELLER

LISTE DES PISTES:
01. Déraille
02. Une Pente Qu'On Dévale
03. Homo Sapiens
04. Prisonnière D'Une Cellule Mâle
05. Tristes Moitiés
06. L'Essence Des Odyssées
07. Multicolère
08. J'Ai Trouvé Ta Faille
09. Les Courants Ascendants


FORMATION:
Claude Leonetti: Léode
Dominique Leonetti: Chant / Guitares / Mandoline
Gédéric Byar: Guitares
Romain Thorel: Claviers / Cor
Vincent Barnabol: Batterie / Percussions, Marimbas
Fish: Chant / Invité


TAGS:
Accessible / FM, Chaotique, Dépaysant, Indépendant, Instrumental, Mélancolique, Psychédélique, Romantique, Ballades, Chant androgyne, Choeurs
En cliquant sur le bouton ci-dessous vous pourrez écrire votre propre chronique a propos de cet album et lui attribuer une note. Ceci n'est pas un commentaire et demande au moins une dizaine de ligne pour expliquer pourquoi vous avez aimé ou non la production.
productionuser_idproduction_comment_idproduction_review_id

LOLO_THE_BEST59 - 14/06/2014 15:53:19
Je ne connaissais pas ce groupe ; grave erreur, et merci à MW de me l'avoir fait découvrir. Moins agressif que Nemo mais aussi inspiré au niveau des textes, Lazuli a vraiment un style qui lui est propre. Rock sans verser dans la facilité, pop sans être mielleux, progressif sans le côté alambiqué, Lazuli est tout cela à la fois, et bien plus encore. Et puis surtout, les mélodies sont transcendées par la voix magnifique de Dominique Leonetti. Cerise sur ce gâteau déjà bien garni, un chant en français qui fait du bien aux esgourdes !
9075 15933

TONYB - 10/06/2014 06:27:17
Avec ce nouvel album, le deuxième du nom dans sa formation désormais stabilisée, Lazuli poursuit la route entamée avec 4603 Battements. D'aucuns diront que le groupe joue sur du velours et n'innove guère. Certes, il est évident que les gardois reprennent ici les recettes qui ont fait leur succès sur leurs précédents albums, et ce dès Déraille qui ouvre les hostilités de la même manière que s'ouvrait En Avant Doute.
Mais à un tel niveau de qualité, il serait idiot de bouder son plaisir : Déraille, mais aussi Les Courants Ascendants et son fabuleux soli de Léode/guitare sont des titres de très très haute tenue. Et quant à Prisonnière d'une Cellule Mâle, je crois que rarement un morceau ne m'avait à ce point retourné : puissance des mots, puissance des sons.
Alors on trouvera bien une petite faiblesse du côté de Tristes Moitiés, mais c'est bien peu de choses pour ne pas encore une fois souligner la qualité de ce groupe et de cet album en particulier.
999 15914

ARNAUD - 05/06/2014 19:07:30
Après trois ans d’absence entrecoupée de nombreux festivals, concerts et un magnifique DVD studio enregistré dans les conditions du live, le quintet Gardois vient de sortir son cinquième album intitulé Tant Que L’Herbe Est Grasse. La formation est stabilisée et nous retrouvons donc avec plaisir Romain Thorel et Vincent Barnavol autour du trio historique que forme Gédéric Byar et les deux frères Léonetti.


En neuf plages et 43 minutes le groupe a fait le choix d’une écriture plus directe et finalement plus courte. Ce choix pourra peut être paraitre déroutant pour certains mais l’efficacité est au rendez vous et si vous avez la chance de les voir en concert vous ne pourrez que confirmer ce ressenti. Domi, fidèle à son habitude nous propose des paroles très travaillées mais également plus explicites et percutantes. Moins imagé que pour 4603 battements il ne sera plus forcément nécessaire de réaliser une étude de texte approfondie pour en décortiquer toutes les subtilités.

Coté musique Lazuli conserve son identité qui ne rentre pas forcément dans des cases stéréotypées. Là ou certains y voient du progressif, d’autres y entendent de la musique ethnique avec quelques touches de pop. Quelle importance de vouloir mettre une étiquette à Lazuli ? La magie est toujours là et le travail bien réel. Le groupe réussi une nouvelle fois le pari de mettre de coté leur forte technicité pour se concentrer sur les mélodies. Ce choix est sans nul doute le bon. Les instruments sont bien en place et aucun ne prend le pas sur les autres y compris la Léode pourtant tellement unique. Cet équilibre provient certainement également de l’unité que dégage cette formation et de la plus forte implication de Romain et Vincent dans le travail collectif.

Sans vouloir faire un pauvre jeu de mots il faut toutefois reconnaitre que l’album démarre sur les chapeaux de roues avec ‘Déraille’. Bourré d’énergie et tout en puissance Domi dresse un constat de notre monde qui part en sucette. ‘Multicolère’ quant à lui est un titre qui reflète parfaitement cette volonté de faire simple et percutant. Les paroles sont immédiatement mémorisables et toucheront sans aucun problème un auditeur distrait.
Citons également ‘J’ai Trouvé Ta Faille’ qui constitue le premier titre dans la discographie de Lazuli où la langue anglaise fait son apparition. Cependant Domi qui revendique d’écrire et de chanter en Français ne s’est pas dédit. Constitué de deux parties, Lazuli a fait appel à Fish pour poser sa voix sur le final de la plage. Cette collaboration est la concrétisation d’une amitié créée sur la route à l’occasion d’une tournée commune avec le géant écossais. Quel beau clin d’œil !
Enfin il est impossible de terminer cette chronique sans évoquer ‘Prisonnière d’une cellule mâle’. Sans fioritures cette ballade aborde le thème des maltraitances que peuvent subir les femmes. Un constat cru et cruel mais malheureusement bien trop réel.

Si 4603 battements était l’album de la renaissance, Tant que l’herbe est grasse peut être qualifié de celui de la maturité et de la consolidation. Quand certains inconditionnels ou esprits chagrins pourront trouver dans ce nouvel opus une forme de régression ou de stagnation, d’autres y verront un album agréable, accessible et surtout terriblement efficace. Alors ne boudons pas notre plaisir et reconnaissons que nous sommes une nouvelle fois face à une production largement au dessus de la moyenne.
2165 15906

THEYET18 - 05/06/2014 16:31:44
Lazuli poursuit son parcours de qualité en nous offrant ce Tant que l'Herbe est Grasse.
Il va encore plus loin que 4603 Battements qui avait installé les bases de la nouvelle formation "plus classique" c'est à dire des chansons plus directes.
L'accent est mis résolument sur du Rock avec un retour plus marqué au Folk emprunt de World et rappelle en ce sens "Amnésie" ('Homo Sapiens', 'l'Essence des Odyssées'). La guitare se fait plus mélodieuse, et les solos mieux construits. Contrairement au précédent qui alterne chansons rock et accalmie, ici on ne constate presque pas de temps mort hormis 'Triste Moitié', valse mélancolique se faisant l'écho de la 'Valse à Cent Ans' figurant sur "En Avant Doute". L'album se termine dans un déluge de notes jubilatoires qui clôt l'album sur un véritable feu d'artifice. Les textes sont toujours bien écrits et dénoncent les dérives humaines, la violence conjugale (avec une rythmique évoquant les coups portés à cette femme qui ne peut y échapper : "un linceul sur l'espoir..."). A noter bien évidemment l'intervention de Fish en 2ème partie de 'J'ai trouvé ta faille' dont la voix contrebalance celle haut perché de Dominique. Encore un bien bel ouvrage.
9209 15905
Vous pouvez ici réagir au sujet de l'album ou de la chronique, expliquez pourquoi vous êtes d'accord ou non ou tout simplement raconter votre vie...
productionuser_idproduction_comment_id
ARNAUD - 06/06/2014 09:24:58
Après trois ans d’absence entrecoupée de nombreux festivals, concerts et un magnifique DVD studio enregistré dans les conditions du live, le quintet Gardois vient de sortir son cinquième album intitulé Tant Que L’Herbe Est Grasse. La formation est stabilisée et nous retrouvons donc avec plaisir Romain Thorel et Vincent Barnavol autour du trio historique que forme Gédéric Byar et les deux frères Léonetti.


En neuf plages et 43 minutes le groupe a fait le choix d’une écriture plus directe et finalement plus courte. Ce choix pourra peut être paraitre déroutant pour certains mais l’efficacité est au rendez vous et si vous avez la chance de les voir en concert vous ne pourrez que confirmer ce ressenti. Domi, fidèle à son habitude nous propose des paroles très travaillées mais également plus explicites et percutantes. Moins imagé que pour 4603 battements il ne sera plus forcément nécessaire de réaliser une étude de texte approfondie pour en décortiquer toutes les subtilités.

Coté musique Lazuli conserve son identité qui ne rentre pas forcément dans des cases stéréotypées. Là ou certains y voient du progressif, d’autres y entendent de la musique ethnique avec quelques touches de pop. Quelle importance de vouloir mettre une étiquette à Lazuli ? La magie est toujours là et le travail bien réel. Le groupe réussi une nouvelle fois le pari de mettre de coté leur forte technicité pour se concentrer sur les mélodies. Ce choix est sans nul doute le bon. Les instruments sont bien en place et aucun ne prend le pas sur les autres y compris la Léode pourtant tellement unique. Cet équilibre provient certainement également de l’unité que dégage cette formation et de la plus forte implication de Romain et Vincent dans le travail collectif.

Sans vouloir faire un pauvre jeu de mots il faut toutefois reconnaitre que l’album démarre sur les chapeaux de roues avec ‘Déraille’. Bourré d’énergie et tout en puissance Domi dresse un constat de notre monde qui part en sucette. ‘Multicolère’ quant à lui est un titre qui reflète parfaitement cette volonté de faire simple et percutant. Les paroles sont immédiatement mémorisables et toucheront sans aucun problème un auditeur distrait.
Citons également ‘J’ai Trouvé Ta Faille’ qui constitue le premier titre dans la discographie de Lazuli où la langue anglaise fait son apparition. Cependant Domi qui revendique d’écrire et de chanter en Français ne s’est pas dédit. Constitué de deux parties, Lazuli a fait appel à Fish pour poser sa voix sur le final de la plage. Cette collaboration est la concrétisation d’une amitié créée sur la route à l’occasion d’une tournée commune avec le géant écossais. Quel beau clin d’œil !
Enfin il est impossible de terminer cette chronique sans évoquer ‘Prisonnière d’une cellule mâle’. Sans fioritures cette ballade aborde le thème des maltraitances que peuvent subir les femmes. Un constat cru et cruel mais malheureusement bien trop réel.

Si 4603 battements était l’album de la renaissance, Tant que l’herbe est grasse peut être qualifié de celui de la maturité et de la consolidation. Quand certains inconditionnels ou esprits chagrins pourront trouver dans ce nouvel opus une forme de régression ou de stagnation, d’autres y verront un album agréable, accessible et surtout terriblement efficace. Alors ne boudons pas notre plaisir et reconnaissons que nous sommes une nouvelle fois face à une production largement au dessus de la moyenne.
2165187
 
EN RELATION AVEC LAZULI
DERNIERE ACTUALITE
LAZULI: Sortie de "Saison 8"
SORTIE

Lire l'actualité
Voir toutes les actualités concernant LAZULI
 
DERNIER ARTICLE
Une interview de Lazuli n'est jamais comme les autres ! La preuve encore une fois avec la présente réalisée dans le cadre du prog en Beauce II.

Lire l'article
Voir tous les articles concernant LAZULI
 
NOTES
 
3.6/5 (9 avis)
4.2/5 (10 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT LAZULI
 
LAZULI_Saison-8 Saison 8 (2018)
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
LAZULI_Nos-âmes-saoules Nos Âmes Saoules (2016)
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
LAZULI_Tant-Que-L-herbe-Est-Grasse Tant Que L'herbe Est Grasse (2014)
AUTRE LABEL / ROCK PROGRESSIF
LAZULI_Live--l-Abeille-rôde Live @ l'Abeille rôde (2013)
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LAZULI_4603-Battements (4603 Battements) (2011)
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LAZULI_Reponse-Incongrue-a-l-Ineluctable Réponse Incongrue à l'Inéluctable (2009)
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LAZULI_Six-Frenchmen-In-Amsterdam--Live-At-Pa Six Frenchmen In Amsterdam - Live At Paradiso (2009)
AUTOPRODUCTION / ROCK PROGRESSIF
LAZULI_En-Avant-Doute-- En Avant Doute ... (2006)
MUSEA / ROCK PROGRESSIF
LAZULI_Amnesie Amnésie (2003)
MUSEA / ROCK PROGRESSIF
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019