MW / Home / Reviews / COSMOGRAF: Capacitor
01.07.2014 by CORTO1809
BAND/AUTHOR:

COSMOGRAF

(ROYAUME UNI)

TITLE:
CAPACITOR
RELEASE DATE:
2014
LABEL:
F2
GENRE:
PROGRESSIVE ROCK
"Cosmograf réussi le tour de force de se réapproprier l'art des grand maîtres du progressif tout en gardant une personnalité affirmée. Un album intense."
Si "End Of Ecclesia" (2009) avait fait bonne impression, c’est réellement avec "When Age Has Done It’s Duty" (2011) que Cosmograf est parvenu à séduire la rédaction de Music Waves. En 2013, "The Man Left In Space", même s’il était salué pour ses qualités musicales, avait néanmoins fait moins forte impression sur le staff, le laissant un peu sur sa faim émotionnellement parlant.

Ce nouvel opus était donc attendu pour rassurer sur une baisse de forme passagère et déjà oubliée ou au contraire confirmer que "When Age Has Done It’s Duty" n’était qu’un instant de grâce sans lendemains. Fidèle à sa tradition, Cosmograf qui, rappelons-le, est le one-man project du multi-instrumentiste Robin Armstrong, livre avec "Capacitor" un nouveau concept album basé sur l’empreinte à la fois spirituelle et technologique que l’homme laisse derrière lui. Concept qui se décline en sept titres de longueur homogène, ni très longs, ni très courts.

L’album se décompose schématiquement en trois catégories. La première reprend les deux titres d’ouverture, à la fois énergiques et insaisissables. La musique y est en perpétuel mouvement, offrant de nombreux changements rythmiques, évoluant dans la plus pure tradition progressive tout en revenant régulièrement à des thèmes récurrents. L’écriture est complexe, fouillée mais pas fouillis. Bien au contraire, l’interprétation est limpide et convaincante, des qualités qui ne se démentiront pas tout au long de l’album. Peuplés de voix trafiquées, de bruitages, mais toujours utilisés à bon escient, donnant un caractère cinématographique à l’ensemble, ces deux titres distillent de brefs moments de répit au sein  de nombreux moments de tension.

A l’opposé (relatif), ‘The Reaper’s Song’, ‘The Drover’ et ‘Stuck In The Wood’ sont à ranger dans la catégorie ballade. Ici, pas de contrepied ou de cassure de rythme, les mélodies suivent un plan couplet/refrain traditionnel auquel Robin Armstrong applique de lents et dramatiques crescendos. Les samples sont toujours aussi nombreux et bien utilisés et même si ces titres s’appréhendent plus facilement que ‘The Spirit Capture’ et ‘The Fear Created’, la qualité reste au rendez-vous. Difficile de ne pas songer en écoutant ce rock atmosphérique à des groupes tels Anathema, Yes ou Pink Floyd. Excusez du peu ! Et quand Robin Armstrong se laisse aller à lâcher un solo de guitare à la fin de ‘Stuck In The Wood’, c’est les mânes de Led Zeppelin qu’il invoque.

J’ai gardé le meilleur (car meilleur il y a) pour la fin avec ‘White Car’ et ‘The Ghost Gets Made’. Si le second a un faux air appuyé de Pink Floyd période "Wish You Were Here / Animals" (la guitare acoustique, le chant en écho, les nappes d’orgue saturé, les rugissements soudains de guitare, les samples de voix), le premier dont le chant et l’ambiance très mélancoliques évoquent d’abord le "Posthumous Silence" de Sylvan bascule brutalement dans l’univers du groupe londonien avec un solo de guitare gilmourien sur nappes d’orgue wrightiennes et des vocalises désespérées rappelant furieusement celles de ‘The Great Gig In The Sky’, si ce n’est le caractère masculin de la voix.

Remarquable réappropriation de l’art des grands maîtres du progressif, tout l’album est marqué du sceau d’une vigueur et d’une présence impressionnantes rehaussées par des musiciens/invités de prestige qui ne sont pas là pour faire de la figuration. Seuls bémols mineurs, un léger manque d’unité entre les titres et l’impression qu’un zeste d’émotion en supplément n’aurait pas été de trop. Si ces menus défauts empêchent "Capacitor" de se hisser au niveau de "When Age Has Done It’s Duty", son intensité le rend bien supérieur à "The Man Left In Space". Un très bon cru. 

More informations on http://www.cosmograf.co.uk

VIDEO

SIMILAR BANDS
DEEP PURPLE, LED ZEPPELIN, BARCLAY JAMES HARVEST, PINK FLOYD, ANATHEMA, SYLVAN

TRACK LISTING
01. The Spirit Capture (07:37)
02. The Fear Created (07:29)
03. The Reaper’s Song (05:54)
04. The Drover (06:37)
05. White Car (09:35)
06. The Ghost Gets Made (08:27)
07. Stuck In The Wood (06:27)


LINEUP
Robin Amstrong: Chant / Guitares / Claviers
Andy Tillison: Claviers / Invité
Colin Edwin: Basse / Invité
Matt Stevens: Invité / Guitare (7)
Nick Beggs: Invité / Basse (7)
Nick D'Virgilio: Batterie / Invité
Steve Dunn: Basse / Invité


TAGS:
70's, Melancholic, Symphonic, Technical, Concept-album
 
LINKS
 
 
4.3/5 (7 view(s))
4.4/5 (10 view(s))
MY RATE:
 
OTHERS REVIEWS
F.A.Q. / You found a bug / Terms Of Use
Music Waves (Media) - Rock (Progressive, Alternative...), Hard Rock (AOR, Melodic,...) & Metal (heavy, progressive, melodic, ...) Media
Reviews, News, Interviews, Advices, Promotion, Releases, Concerts
Some of our partners :
Roadrunner Records, Mascot Label Group, Spv Steamhammer, Afm Records, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn Digital, Frontiers Records, Karisma Records, Insideout Music, Kscope, Ear Music, Progressive Promotion Records

© Music Waves | 2003 - 2019