MW / Accueil / Chroniques / THE GABRIEL CONSTRUCT: Interior City

THE GABRIEL CONSTRUCT: INTERIOR CITY (2013)


ALBUM - AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF - ALADDIN_SANE - 28.08.2014
"Influencé par Devin Townsend, John Zorn et Mars Volta mais aussi Porcupine Tree ou encore Ulver, The Gabriel Construct nous livre un premier album "rock" remarquable et surtout incontournable pour les mélomanes exigeants."

5/5
GROUPES PROCHES :
DEVIN TOWNSEND, THE MARS VOLTA, LEPROUS, PERIPHERY, MATTHEW PARMENTER

TRACKS :

01. Arrival In A Distant Land, 02. Ranting Prophet, 03. Fear Of Humanity, 04. My Alien Father, 05. Retreat Underground, 06. Subway Dwellers, 07. Defense Highway, 08. Inner Sanctum, 09. Languishing In Lower Chakras, 10. Curing Somatization

FORMATION :
Gabriel Lucas Riccio (Chant / Claviers / Programmation), Sophia Uddin (Violon), Soren Larson (Saxophone), Thomas Murphy (Basse), Travis Orbin (Batterie)

TAGs :
Avant-gardiste, Expérimental, Sombre

Gabriel Lucas Riccio semble être un artiste tout-à-fait fascinant. En effet, ce chanteur, compositeur et multi-instrumentiste américain délivre avec « Interior city » un premier album solo (il a déjà composé des pièces de musique contemporaine) très impressionnant et surtout très réussi dans son (ses) genre(s). On y croise pêle-mêle les influences de Devin Townsend, John Zorn et Mars Volta mais aussi Porcupine Tree, Ulver ou encore Olivier Messiaen. A l’instar du travail de Toby Driver avec son groupe Kayo Dot, la force de cet album est d’arriver à brasser naturellement la musique contemporaine, le rock progressif, le jazz et le métal extrême dans un ensemble cohérent, sombre et labyrinthique, tout en restant captivant grâce à un sens de la composition qui ne prend jamais l’auditeur en défaut.

 

A travers un album concept basé sur la paranoïa et la compassion (2 fondamentaux de la société moderne faut-il le rappeler), le compositeur nous invite dans un univers artistique à la fois effrayant et captivant. « Arrival in a distant land » est l’introduction adéquate pour pénétrer à pas de loup dans cet album. Quelques notes de piano et du silence composent les premières minutes de ce morceau avant que la voix de Gabriel Riccio ne monte graduellement vers un lyrisme qui pourra rappeler celui de Matthew Parmenter. A partir de « Ranting Prophet » le paysage sonore identitaire d’ « Interior city » est en place, il sera composé de passages atonaux, violents, atmosphériques, jazzy, d’un chant grave et parfois lyrique. La paire rythmique basse-batterie (composé d’ex membres du groupe Periphery) tire parfois l’album vers le métal alors que les passages du violon nous renvoient plutôt vers la musique classique contemporaine et le rock progressif. Il faut attendre alors « Languishing in lower chakras », l’avant dernier morceau, pour revenir à un niveau musical plus apaisé, plus ambient à la manière des travaux de Brian Eno. Si vous croyez en avoir fini avec la folie et l’aliénation, « Curing somatization », ultime composition schizophrénique d’une dizaine de minutes, vous rappellera que « le chaos est un ordre à déchiffrer » (José Saramago)... Les amateurs de Meshuggah et de Devin Townsend devraient apprécier.

 

« Interior city » est une montagne. Son ascension est difficile, les chemins d'accès y sont tortueux, des pauses sont nécessaires, mais une fois arrivé au sommet, vous vous rendrez probablement compte, devant le paysage qu'il dévoile, que le jeu en valait largement la chandelle.



Plus d'informations sur http://thegabrielconstruct.com
Soyez le premier à donner votre avis...
productionuser_idproduction_comment_id
ADRIANSTORK le 05/12/2014 17:16:22
La qualite de la chronique est remarquable mais l album tient plus de l esbrouffe musicale que d un concept solide,preferant brasser a droite et a gauche en esperant former un tout.si on assemble les cartes a jouer de toutes collections de luxe,on obtient certes un joli chateau mais un eternuememt d ange aura tot fait de le renvoyer a ses propres faiblesses.peut faire mieux.
8831258
EN RELATION AVEC THE GABRIEL CONSTRUCT
 
DERNIERE CHRONIQUE
5
Interior City (2013)
Influencé par Devin Townsend, John Zorn et Mars Volta mais aussi Porcupine Tree ou encore Ulver, The Gabriel Construct nous livre un premier album "rock" remarquable et surtout incontournable pour les mélomanes exigeants.

Lire la chronique
Voir toutes les chroniques concernant THE GABRIEL CONSTRUCT
ALBUMS CONSEILLES
  • DEVIN-TOWNSEND_Infinity DEVIN TOWNSEND
    Infinity (1999)
    INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

    4
  • LEPROUS_Bilateral LEPROUS
    Bilateral (2011)
    INSIDEOUT - METAL PROGRESSIF

    4
  • DEVIN-TOWNSEND_By-A-Thread DEVIN TOWNSEND
    By A Thread (2012)
    CENTURY MEDIA - METAL MELODIQUE

    5
  • DEVIN-TOWNSEND_Ki DEVIN TOWNSEND
    Ki (2009)
    INSIDEOUT - METAL ATMOSPHERIQUE

    4
  • MATTHEW-PARMENTER_Horror-Express MATTHEW PARMENTER
    Horror Express (2008)
    AUTRE LABEL - ROCK PROGRESSIF

    3
    
 
VIDEO
 
RATING
STAFF : 3/5 (3 avis)
LECTEURS : 1.5/5 (2 avis)
MA NOTE :
AUTRES CHRONIQUES CONCERNANT THE GABRIEL CONSTRUCT
 
THE-GABRIEL-CONSTRUCT_Interior-City Interior City (2013)
AUTOPRODUCTION - ROCK PROGRESSIF

5
F.A.Q. / Vous avez trouvé un bug / Conditions d'utilisation
Music Waves (Media) - Media sur le Rock (progressif, alternatif,...), Hard Rock (AOR, mélodique,...) & le Metal (heavy, progressif, mélodique, extrême,...)
Chroniques, actualités, interviews, conseils, promotion, calendrier des sorties
Quelques uns de nos partenaires :
Roadrunner, Metal Mind, Mascot, Spv, Afm, Sony Bmg, Peaceville, Warner, Unicorn, Prophecy, F2, Frontiers, Karisma, Insideout, Nightmare, K-scope, Ear Music, Klonosphere, Progressive Promotion, Gentle Art Of Music

© Music Waves | 2003 - 2017